44

C à 23 ou 25€ ?

« La consultation passe de 23 à 25 euros par le biais d’une majoration MMG ». Appelons un chat un chat : Le C reste à 23€ et on a créé un sigle et une prime de plus. 23€ + MMG = 25€, mais bon sang pourquoi pas 25 tout court ? Trop simple ? Pour cacher quoi ?

Le C est à 23€ depuis le 1 janvier 2011. A cette date le timbre valait 0,58€, et il va passer à 0,85€, soit respectivement + 46,5 % contre + 8,7% pour le C. Motif de ces augmentations du timbre ? « Pour améliorer le service public », merci pour les services rendus à la population par les médecins.

On oublie de vous préciser que pour avoir droit à cette augmentation de 8,7%, contrepartie conventionnelle, on vous a imposé une augmentation de l’ASV de 710€ sur la part forfaitaire et de bientôt 3,2%, voir 3,5% sur la part proportionnelle, ce qui ampute votre revenu net de 4,3% (pour 80 000€), et on a aussi diminué votre retraite ASV de 20% supplémentaires, soit environ 2 500 € par an. Ce que l’on vous donne pour cette convention d’une main est repris de l’autre. L’équilibre entre le donné et le rendu est presque parfait, mais qui le voit ?

Pourquoi refuse-t-on de comprendre que la valeur de l’acte médical a une valeur plus importante ? 1) pour l’actif, cette valeur est et reste dégradante, méprisante, déprimante, voir insultante. 2) pour le jeune non installé, cela n’a rien d’attractif, bien au contraire. Inciter les jeunes, garder les anciens plus longtemps devaient être le premier objectif de cette convention pour l’avenir à court terme de notre système. Cela a été totalement ignoré, négligé.

Ce n’est pas un empilement de sigles, de primes, auquel on comprend de moins en moins qui va régler le problème. On sait de moins en moins ce qu’on gagne, quand et comment, qui a droit, quelles démarches, … et l’on nous parle de simplifications administratives. Si comme le dit notre Ministre, avec toutes ces primes le C vaut près de 35€, pourquoi ne pas simplifier, le mettre à 35€, sans primes ? Que cherche-t-on à cacher derrière cette forêt de primes ?

Gérard Maudrux

Gérard Maudrux

44 Commentaires

  1. il en va de même pour tous les praticiens
    le C des médecins est une limite infranchissable psychologiquement, et la durée de l’acte n’est pas un élément de valorisation
    il n’est plus possible de travailler à mi temps lorsque les charges atteignent plus de 50% des honoraires, et tous ces talents dont la vie est incompatible avec un exercice à plus de 3Oh par semaine sont perdus. Pourtant deux praticiens à mi temps élimineraient le désert qu’un praticien seul ne peut remplir…
    je fais souvent faire un calcul à mes confrères/consoeurs:
    total des charges (facile, sur la 2035) divisé par 47 semaines (comme un salarié) divisé par 40h : vous avez le résultat de ce que VOUS coûte votre exercice par heure. Là vous pleurez. Si vous vous dites qu’après tout on refait le calcul sur 35h, vous pleurez encore plus fort… et vous faites des journées à rallonge pour avoir un salaire. Ou alors vous passez au large de la médecine libérale!
    anecdote : la secrétaire du cabinet -qui faisait aussi ma compta- n’a jamais demandé d’augmentation : elle a vite compris que son salaire horaire était supérieur aux nôtres!!! (nous étions 3 sages-femmes)
    un des volets les plus efficaces de la démagogie consiste à dire que le C est un salaire, donc un revenu avant impôts, car nombreux sont les électeurs à croire que nos cabinets et équipements sont payés par « la Sécu »
    merci Dr Maudrux, soyez fier de ce que vous avez fait.

    • Il y a le brut, il y a le net, et il viennent de trouver une nouvelle voie pour tromper le monde : « la convention donne 1 milliard (cela m’étonnerai mais je ne sais pas compter cela, et qui sait le faire ?), part mutuelle comprise », et tout le monde valide la supercherie.La part mutuelle devient la levure Vahiné des comptes de la SS pour gonfler les dépenses aux professionnels, sans gonfler la dépense globale.
      J’ai fait un calcul, si 1Md€ mutuelles comprises = 750M€ pour la SS, cela fait donc 750M€ brut = 375M€ net. Divisé par 125 000 médecins, cela fait 3000€ par médecin, soit par mois 250€, après des années de blocage et ne couvrant pas l’augmentation des charges !!! 1 Milliard d’un côté et 250€ par mois de l’autre, cela sonne différemment, alors que c’est la même somme…

  2. Bravo monsieur Maudrux je lis votre blog et je l’ apprecie , le bon sens est si rare, je suis veuve de médecin depuis 1995 et élue à la Carmf depuis 1997 et en plus GrenobloiseI d’ origine.
    Je vous ai toujours soutenu, merci

  3. D’Italie (en vacances) j’ai entendu aux infos l’augmentation à 25€ (la veille des élections) et le journaliste précisait quel accord valait pour les cinq ans à venir. 5 ans!! Dieu merci mes enfants ne font pas médecine. C’est la fin de notre bonne vieille pratique, du service rendu, de l’amour du travail bien fait au détriment des réseaux, de la science avec un grand S. Bref j’y crois plus. J’y avais pourtant mis mes tripes, répondant le soir, ne comptant pas mes heures. Mais les politiciens ont eut « raison » de moi. Nous partons vers une médecine de supermaché, vous verrez

  4. Bonjour Dr Maudrux,
    Un grand merci pour votre blog si instructif et qui me conforte bien dans ma décision de m’expatrier au Québec.
    En effet, après 10 ans d’installation en libéral, -je suis un jeune MG de 42 ans qui dévisse-, création d’un cabinet de MG en zone populaire, assez difficile, sans avantage fiscal je précise, pratique riche en pathologie mais épuisante malgré l’aide d’une secrétaire motivée.
    J’adorais la MG à mes débuts, j’étais totalement investi dans mon travail, puis progressivement, charge de travail « non médicale » mais plutôt « parasitage » du travail en augmentation, « lourdeur » administrative de la CPAM, incivilité des patients, bref dégradation de nos conditions de travail, qui fait que les jeunes, à juste titre, ne s’installent plus.
    Notre acte est si dévalorisé que notre travail ne vaut pas grand chose pour pas mal de patients (l’exemple type est bien le certificat médical qui n’est rien qu’un tampon sur un papier, en 2 secondes entre 2 consultations, la visite à domicile (justifiée pour patient fragile, souvent polypathologique, et chronophage) quel professionnel se déplace à 33 euros avec souvent en prime une demande bien appuyée « tout de suite et maintenant » se souciant peu de votre emploi du temps ?)
    Cette pratique libérale me convient plus pour toutes les raisons qu’on connait, et la solution n’est pas en 1 c à 25 euros, c’est être extrêmement réducteur et méprisant envers notre profession. Je reste même pessimiste sur l’évolution de notre profession et sur les volontés politiques d’y remédier.
    Je souhaiterais votre avis sur le bien fondé de continuer à cotiser à la CARMF tout en exerçant à l’étranger.
    Encore merci pour votre blog.
    Bien à vous.

    • Touché par ces témoignages sur le blog et à côté, avec des mots vrais, du vécu, des applications pratiques. Ce ne sont pas des propos ou affirmations d’élus, de syndicalistes, de « sachants », mais la vie, la pensée de la majorité de nos confrères, désemparés, déçus, pas de leur métier mais de ce qu’on en a fait, et qui quand ils le peuvent (je pense aux autres, qui ne peuvent pas pour des raisons humaines, financières et psychologiques multiples mais qui en on le souhait) rompent leur chaînes.
      Et ces décideurs qui ne se rendent pas compte, qui continuent avec leur oeillères sur la même voie !
      Continuer à payer la Carmf étant à l’étranger ? Bonne question. Tout ce que vous avez payé à ce jour est acquis, et vous aurez les mêmes droits que tous le moment venu.
      Le RB ? Bof. L’ASV ? Surtout pas, même avec un rendement encore bon (moins que le RC), 50% de son financement n’est pas garanti et disparaîtra un jour, c’est certain. Le RC ? Pourquoi pas, surtout si vous arrivez à le passer en frais professionnels (déduction fiscale).
      De toutes manières, le choix ne se posera pas, vous pourrez être « cotisant volontaire » et payer pour 4 points uniquement dans le RC. Je dis pourquoi pas, car le rendement est très supérieur à n’importe quel placement, et surtout il est garanti avec les réserves actuelles pour 15 ans, et la ré ascension des effectifs ensuite avec le numérus clausus. C’est garanti pour 50 ans. Alors pourquoi pas, pour ce seul régime, sans excès (ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier).

      • Bonjour Dr Maudrux,
        Ce message simplement pour vous remercier pour votre réponse.
        J’ai plus appris à vous connaître à travers votre blog, que lors des courriers de la carmf, des divers articles dans la presse medicale ou dans les lettres de certains syndicats (qui ne vous ont pas épargné).
        Honnêtement, j’étais tellement absorbé par mon travail, les formations, je n’avais pas cherché à comprendre les méandres de la carmf, et j’avais une confiance aveugle dans nos différents syndicats, je pensais qu’on était tous dans le même bateau, et qu’on œuvrait pour l’intérêt général…
        Puis j’ai pris du recul, tardivement je pense, j’ai compris que cette médecine libérale ne me convenait plus, qu’on se marchait beaucoup sur la tête.
        A la lecture de votre blog, je perçois votre dévouement dans les fonctions que vous avez dû assumer malgré tous les bâtons dans les roues qu’on vous a mis, vous avez compris le quotidien des médecins et cherché à défendre notre intérêt à tous.
        Quelle patience et quel optimisme vous avez fait preuve, chapeau, moi, je n’en ai plus, franchement déçu par ce système moribond, rafistolé à coup de rustines. Vous étiez un atout pour nous, et bien entendu, vous deviez beaucoup gêner.
        Merci encore.

  5. Merci Dr Maudrux de ces éclairages sur des dispositifs que bien peu d’entre nous arrivent à maitriser. Cela fait du bien d’avoir un expert de notre coté

  6. Dr Maudrux, lors de l’assemblée du Collège Gynéco-Med en 2014, alors que vous étiez président de la CARMF, vous avez fait un exposé sur les retraites. Suite à mes interrogations, vous m’avez conseillée, à juste titre, de prendre ma retraite auprès de la CARMF dans le cadre d’un cumul emploi-retraite. Mais, ce que je constate, c’est que je continue de cotiser à la CARMF à fonds perdus et mes cotisations sont supérieures à ma retraite ! Je trouve que c’est une véritable arnaque ! J’avais écrit au Dr Fleury, de la FARA, qui avait soulevé cette question, et il avait été proposé de faire un recours auprès de la cour européenne des droits de l’homme. Il y a plus de 10000 médecins libéraux « cumulards » comme moi. Ne pourrait-on s’unir pour arrêter ce véritable « hold-up » des médecins retraités?

    • Si vous m’avez toujours lu, vous savez que j’ai toujours critiqué les dispositions de ce système (et non la possibilité de cumul).
      Premièrement, ce n’est pas un hold-up contre les médecins retraités, car ce n’est pas une disposition Carmf, mais une loi générale qui concerne tous les français, quelles que soient leur profession ou régime de retraite.
      Précision également concernant votre cas personnel qui peut paraître très choquant pour les non initiés. Vous dites que vos cotisations sont supérieures à votre retraite, ces cotisations étant proportionnelles au revenu, ce dernier ne doit pas être négligeable. Si on compare à votre situation d’actif avant et après, vous êtes bénéficiaire : en effet avant vous touchiez votre revenu d’activité moins vos cotisations, maintenant vous touchez le même revenu d’activité plus le montant de la retraite, et vous ne payez pas plus de cotisations mais moins (ASV proportionnel et pas d’invalidité).
      Ceci dit, c’est énervant et choquant de payer sans droits, mais le bilan reste un peu positifs, nous l’avions démontré pour différentes tranches de revenus dans la Lettre et le Bulletin.
      J’ai toujours été contre la suppression de ces cotisations (le mieux était de donner des droits et de modifier la retraite, la loi ne nous y autorise pas car il est interdit de revenir sur le montant d’une retraite), car à travail égal, à revenu égal, il ne serait pas normal qu’un jeune paye et un ancien non, il doit y avoir équité dans les charges, donc l’ancien doit payer aussi. Toutefois d’un côté il y a droits, de l’autre non, c’est pourquoi depuis toujours j’ai demandé un abattement de 50% car cela ne doit pas être la même cotisation.
      Je ne vois pas de motif à aller devant la CEDH, la FARA non plus.
      En 2014, la réforme à la carte pour le RC était bloquée par la CSMF et MGF. J’avais aussi demandé son extension à l’ASV, refusée par ces syndicats. Cette réforme doit passer d’ici la fin d’année, dans les 2 régimes, elle est après 65 ans infiniment plus intéressante que le cumul actuel (avec 3 ans de plus, retraite en 2017, vous auriez payé les mêmes cotisations, mais votre retraite était augmentée de 25%). 2 à 3 ans de perdu à cause de ces nuls, tout le monde savait que cette réforme, vu ses avantages sans coût passerait quoi qu’il arrive. Près de 5 000 confrères auront été lésés par un blocage inutile.
      Cordialement

      • Mr le Dr Maudrux, un grand merci pour votre réponse exhaustive! Même si je trouve injuste de payer des cotisations plein pot en pure perte, j’ai compris que c’est une disposition générale qu’on ne peut pas modifier sans vouloir changer la loi. Merci encore! Cordialement

  7. Pourquoi s’étonner que le C reste à 23 Euros, et qu’il y à MMG + 2 Euros pour les MG ? La raison est simple : çà ne s’appliquera pas pour les spécialistes…On pouvait difficilement avoir C = 25 Euros et Cs = 23 Euros. Pas plus compliqué que çà. C’est aussi la raison pour laquelle il y a maintenant de multiples tarifs pour la CCAM : ne pas augmenter voire diminuer les tarifs sécu pour les spécialistes S2 hors CAS…

    • Un jour on écrira sur nos feuilles C + MMA + MMG + MPC + CQFD + CON = 29,99 €, alors que le coiffeur prendra 40 sans remplir de feuilles.

    • Le c ne doit pas bouger car c’est un nombre de c qui permet de calculer les retraites
      En bloquant le c depuis 15ans on a fait perdre 30% aux retraités qui ont le tord d’être trop nombreux!!!
      Le problème c’est qu’à ces tarifs misérables personne ne peut plus s’installer donc c’est le désert médical qui s’installe
      Quant à la rémunération sur objectif de santé publique c’est l’assujettissement à BIG PHARMA la perte de la liberté de prescrire et donc de tout plaisir médical

      • Cela fait plus de 15 ans que la retraite ASV n’est plus indexée sur le C, le régime de base et le complémentaire ne l’ont jamais été.
        Ce n’est pas en bloquant le C que l’on a fait baisser la retraite ASV et de beaucoup plus de 30%, mais en gelant le point qui n’a pas été revalorisé depuis 1993, soit 23 ans d’inflation, plus une baisse de 17% il y a 5 ans. Il est passé de 7,62€ en 1993 à 7,78€ en 2012 et 6,5€ depuis.
        1993 – 2016 = 37,5% d’inflation = 37,5% de baisse de pouvoir d’achat du point + 17% de baisse en 2012, total + de 50% de baisse réelle.
        MGF et CSMF vous diront que je raconte n’importe quoi, le problème est que ces chiffres sont précis, réels et non virtuel et que eux cherchent à embobiner la profession pour cacher leur excellente gestion du régime et le fait que sur les 2/3 promis à leur installation pour ceux qui prennent leur retraite aujourd’hui, la moitié s’est envolé bien que les actifs soient mis à contribution payant x fois plus (en 1980 la cotisation globale appelée était de 329,4€,en 1990 1283,04€, en 2000 3155,69€ et plus de 7000€ l’an prochain) , et pour payer un C qui contre partie, lui ne s’est pas envolé !

    • Ne nous cachons pas la réalité des choses : le C reste à 23 E, le 25 E c’est du bluff, c’est à dire une magouille administrative… Le C restera la base de tout , y compris et surtout du calcul de l’enfant chéri de la CSMF, à savoir l’ASV… Mais le pire est que la dite CSMF ( = championne des honoraires différés) continue à marcher dans la combine .

  8. Ouverture d’une porte de Fiat 500 par un serrurier: 105 Euro
    Dont TVA 21
    Déplacement 20
    Ouverture de la porte 61
    TOTAL 105
    Matériel un coussin pneumatique
    une tringle métaliqque pour crocheter la porte de l’intérieur
    Temps 10 mn

    Consultation + ECG + Echocardiographie
    Consultation + ECG non facturés
    Echocardiographie Honoraires facturés 96.49
    Matériel échographique 40000 Euros
    Temps : 30-45 minutes
    OU EST L’ERREUR??

  9. je ma demande si le problème du monde médical ne relève pas de la psychiatrie, car tout le monde crie « c’est scandaleux, faut qu’on ya qu’a, que font les syndicats » (de la part de gens non syndiqués d’ailleurs et qui restent dans leurs pantoufles quand il faut manifester ou faire grève); mais le médecin lambda ne sent-il pas heureux d’être médecin et de détenir le savoir tout seul dans son coin, pouvoir sur ses patients ? il est spolié mais content quand même de sa situation lui semblant d’être un notable ? sinon pourquoi expliquer que tout le monde ne défile pas dans la rue avec blocage des aéroports des gares etc.. mon passé de syndicaliste m’a montré que lorsqu’on demande une journée de grève… tout ce que je vais perdre !!! m’a t’on répondu; notre civilisation se meurt dans l’indifférence totale, la médecine sera misérable car les politiques ne nous aiment pas, nous qui avons pouvoir sur leur vie et leur mettons le doigt dans.. pour un TR; désabusé je dirais comme mon grand père, plutôt mourir que de voir ça, mais les jeunes n’ayant pas connu autre chose s’en trouve bien, et c’est tant mieux;
    Dr GG

    • Je comprends tout a fait vos réflexions. Ce n’est pas psychiatrique mais complexe, tant d’éléments totalement différents étant imbriqués. Expliquer en quelques lignes pourquoi les médecins sont déçus et donner les solutions est impossible pour ne pas dire faux, et personne n’a la solution idéale.
      Personnellement j’essaye de revenir en AR, et je vois que nous avions et avons toujours un des plus beau métiers,les raisons en sont multiples : donner la vie, avoir la mort entre ses mains, soulager, aider, rendre service, rendre heureux, aider le malheureux, être confident, conseiller, etc, etc. Avoir le sentiment d’être plus fort que Dieu, avec un résultat immédiat, qui se voit. Du concret, du réel. On peut trouver 100 raisons pour démontrer notre valeur, pour ne pas dire supériorité, mais la satisfaction est plus personnelle, dans la relation de confiance, d’espoir entre patient et médecin.
      Cela a été reconnu des siècles, médecins oui, notables souvent, mais jamais seigneurs. Ce statut nous convenait, était adapté à notre « art », et nous ne demandions rien à personne. Personnellement c’est la lecture de Corps et Ames de Maxence Van der Meersch, livre relié pour faire joli dans la bibliothèque de mes parents qui m’a sans doute donné la vocation, bien que ce ne soit que le nom particulier de l’auteur qui m’ait poussé à ouvrir ce livre. Si j’ai totalement dévié de cette médecine pour adopter une carriére de travailleur manuel, j’en ai gardé des traces, je n’ai jamais pu « facturer » à la SS mes plus beaux sauvetages.

      Ce qui nous chagrine, ce sont ceux qui se sont immiscé dans ces relations, dans notre liberté d’exercice, dans notre relation intime soignant-soigné, pour la transformer en assuré et prestation de service. En devenant des officiers de santé, taillables et corvéables à merci, avec des assurés à qui on doit, eux qui ont tous les droits et aucun devoir, pas même celui de dire merci, oui les médecins est désemparés, avec une attitude à laquelle il ne sont pas préparés et qu’ils ne veulent pas, justifiant vos critiques ou interrogations.

      Il y a 50 ans on avait tout : les hommes, le savoir et le résultat. Ils ont tout détruit, sans raison, sans nécessité. Alors oui nous devenons des faut k’on, y-a ka car non préparés. Votre dernière phrase est juste, les jeunes qui n’ont pas connu autre chose se posent moins de problème, mais les anciens, qui ont connu mieux, ont toute les raisons de déplorer cette évolution. Quand je dis connu mieux, je ne parle pas de leur situation personnelle, qui reste bonne, les médecins ne sont pas smicards, loin de là, mais je parle de Médecine avec un grand M, de la liberté (ou du sentiment de liberté) d’exercice et des relations que nous avions avec nos patients, devenus assurés.

      Depuis 20 ans, chaque fois que j’évoque le problème de la profession avec des très haut placés, et que je leur dis que les médecins ne veulent pas gagner plus, mais travailler différemment, chaque fois on me répond que je suis bien le premier et le seul à leur dire cela. Le monde change, nous nous adapterons c’est certain. Mais c’était tellement mieux avant ! Et quand on ne voit pas pourquoi on change tout, on râle. A tort ? Avec raison ?

      • Toujours stupéfait de lire le constat de la perte de capacité de mes confrère à accepter que tout change , le savoir , ses mode d’acquisition et de mise en application et la distance ou les moyens par les quel nous devrions les mettre en œuvre !
        L’interrogatoire de NOS patients n’est elle pas le coeur de notre savoir faire? cela implique t-il 3 h d’attente « patiente  » = perte d’activité-revenu et contact physique et mélange d’effluve sélectionnées en milieu clôt .
        l’expérience que nous avons n’est rien sans la compréhension des jeunes générations !
        Prétendre qu’une ordonance d’amoxiciline sur une pharyngite vaut 23€ ne sera défendu par aucun de vos IMG qui vous succéderons; donc la valeur de l’acte unique n’est plus défendable que par-pour les truants … ( c’est ce que les assurances veulent nous faire comprendre … les anglosaxons ont compris plus vite …. )
        Le changement des « valeurs » est la dématérialisation de tout cela n’est la la preuve que de la vitalité des jeunes cerveaux qui arrivent, tout aussi passionnés que nous l’avons toujours été …. pour les moins grincheux-sclérosés d’entre nous .

        • L’amoxicilline n’a plus d’indication dans le traitement des pharyngites. L’A.M.M. est « angine documentée à streptocoque A béta hémolytique ». Il faut souvent faire preuve de patience pour réaliser ce prélèvement chez les jeunes patients (et parfois aussi chez les adultes). La patience prends du temps. Et le temps, comme chacun sait, c’est de l’argent. Parfois il aura fallu auparavant calculer le score de Mac Isaac s’il s’agit d’un adulte. Ensuite il faudra compter « 1 mn avant d’exprimer l’écouvillon en serrant le tube », puis « lire le résultat après 5 mn ». Ensuite encore il faudra expliquer le résultat au patient, en particulier lorsqu’il n’y a pas d’indication à une antibiothérapie puis prescrire le traitement approprié, tout en ayant pris grand soin de renseigner le dossier médical informatique, en mentionnant notamment le résultat du test TDR. Mon contre-pied sur la pharyngite fera peut-être sourire, mais les règles de bonnes pratiques, parfois édictées par ceux-là même qui fixent nos honoraires, se sont considérablement complexifiées ces 10 dernières années. J’ai effectivement connu avant de m’installer, lors de remplacements dans les années 90, les consultations en période épidémique, très brèves afin de tenir la cadence habituelle du médecin remplacé, dépassant habituellement les 50 patients par jour. Je me rappelle également, lors de mes premiers remplacements, d’un médecin, auparavant urgentiste, qui me disait qu’il n’avait pas 5 mn à perdre pour une angine! Je n’ai jamais partagé ce point de vue. Mais si l’on respecte les (sacro-saintes) règles de bonne pratique actuelles, la prise en charge d’une angine ou d’une pharyngite n’est plus un acte si simple, si bref et si méprisable que part le passé. J’ai d’ailleurs beau réfléchir, je ne trouve plus beaucoup d’actes dans ma pratique quotidienne parfaitement simples, réellement brefs (en tenant compte de l’outil informatique) ni totalement méprisables. A contrario, je ne compte plus les actes complexes, longs, et qui parfois même me rendent fier, dans ma pratique quotidienne de la médecine générale.

          En ce qui concerne la « dématérialisation » de la valeur de l’acte médical, autrement dit, si je comprends bien, la rémunération forfaitaire, l’expérience de la ROSP devrait nous rendre méfiants, que ce soit pour son volet déclaratif, sur lequel l’assurance maladie est pour l’instant peu sourcilleuse, mais qui laisse présager de la complexité qu’il pourrait atteindre s’il était étendu, pour ses volets statistiques ou ses décomptes de patientèle invérifiables. Cependant il existe d’autres voies de changement et d’autres façon de s’affranchir de l’acte unique qui est non seulement indéfendable mais surtout insupportable. Je me rappelle de l’évocation à partir de 2002 d’une CCAM clinique, qui n’a jamais vu le jour. Trop complexe peut-être, et probablement aussi trop onéreuse puisqu’elle aurait rémunéré chaque acte en théorie à sa juste valeur. En lieu et place est proposée aujourd’hui une version très simplifiée avec une hiérarchisation des actes en quatre niveaux de complexité, mais pour le moment quasiment vide de contenu, et dont les généralistes resteront probablement très largement exclus des deux niveaux supérieurs.

          Les seul changements positifs dans mon exercice de la médecine générale depuis mon installation en 2000 l’ont été entre 2002 et 2005, avec la majoration de déplacement, jamais revalorisée depuis, la rémunération de la participation à la permanence des soins et l’accès à la CCAM technique. Je me rappelle des manifestations, des grèves, et des réquisitions qui ont émaillé cette période…

          Pour terminer mon commentaire, j’ai retenu du modèle anglosaxon succinctement évoqué, l’image des clients britanniques des chambres d’hôtes que je tenais lors de mes premières années d’installation entre 2000 et 2004 en Auvergne, qui faisaient le siège de ma maison lorsqu’ils avaient découvert que j’étais médecin, afin d’obtenir une prescription d’analyses médicales ou d’examen radiologique. Je n’ai eu le cas avec aucune des autres nationalités fréquentant mes chambres d’hôtes. Actuellement encore, dans mon cabinet situé maintenant dans le sud de la France, je constate que mes patients britanniques, résidant une partie du temps en France et l’autre partie du temps à Londres préfèrent réaliser une partie de leurs examens en France.

  10. Cette convention qui restera comme la (ou l’une des) plus lamentable (s) est effectivement une mascarade et un marché de dupe, comme d’habitude. C’est à honnir notre statut pseudo-libéral qui perd son sens au fil des décennies. Cette technocratisation va vers l’étatisation et,je pense, une dégradation inéluctable du service rendu. En tout cas, la démotivation certaine des professionnels de la santé.

  11. Ouverture 64
    TVA 21
    Déplacement 20
    TOTAL 105
    Matériel un coussin pneumatique
    un tringle métaliqque pour crocheter la porte de l’intérieur
    Temps 10 mn

    Consultation + ECG + Echocardiographie

    Consultation + ECG non facturés
    Echocardiographie Honoraires facturés 96.49
    Matériel échographique 40000 Euros
    Temps : 30-45 minutes

  12. Je suis orthophoniste et non revalorisée depuis 2002. Lorsque je réalise un bilan orthophonique je suis payée moins que ma femme de ménage. Et que penser de mes collègues salariés qui en ayant bac +5 sont payés au smic +47€! Je pense que l’union de tous les professionnels de santé serait là meilleure chose… ce gouvernement nous méprise au plus haut point…

    • Je l’avais fait en 1991 avec Action Santé pour moins que ça. A quoi servent l’UNPS et L’UNAPL ? Le système actuel est similaire à celui qui a détruit notre agriculture, avec des prix de produits en dessous des prix coûtants, ruinant les petits et profitant à quelques gros. Il faudrait une branche santé à la CGT.

  13. La réaction de MGFrance sur twitter à la suite de votre billet : (copié collé)
    « @Drmartyufml citant Maudrux = escroquerie intellectuelle. Faux sur l’inflation. Faux sur l’ASV retraite rentable +++ » Fin de copié collé

    • Les confrères jugeront sur ce qu’ils voient.
      C’est sans doute pour mieux masquer ce qui se cache derrière la MMF plutôt que 25€. Précisions : je n’ai pas parlé de l’inflation, je n’ai pas dit que l’ASV n’était pas rentable, mais que l’on mentait sur sa vraie rentabilité.
      En tant que régime, il l’est moins que le RC : à cotisation égale, il donne 30% de moins que le RC, ce n’est pas rien. Pour le S1, compte tenu de la part caisse, il reste plus rentable que le RC, mais 10 fois moins que les promesses faites en début de carrière pour celui qui prend sa retraite aujourd’hui (= on lui a menti), et pour cela, ce qu’on demande au médecin est infiniment supérieur à cette « rentabilité », et c’est cela que MGF veut cacher. On reçoit et on donne, il faut mettre les deux en face pour apprécier la rentabilité, et là on voit qu’on donne plus qu’on ne reçoit, n’en déplaise à Mr Leicher. De plus si le RC est garanti, ici 50% des recettes viennent des caisses, sans aucune garantie que dans 30 ans elles payeront toujours (dans 30 ans, celui qui s’installe aujourd’hui prend sa retraite et pourra juger du résultat), ni dans 50 ans, alors qu’il sera toujours en retraite.

  14. Ll’augmentation est prévue , il me semble pour mai 2017 .
    D’ici là un changement de président et le MMG est supprimé .
    C’est lamentable , n’est ce pas pour que beaucoup d’entre nous passent en secteur 3 ? Il faudrait que nos syndicats refusent la convention mais déjà le Bloc et Mg ont signé , les autres attendent les Assemblées générales en octobre .

  15. premiers honoraires conventionnés 1963 soit 13 francs 1963 égalent 17 euros de maintenant soit + 6 euros en cinquante trois ans cela vous donne une idée des largesses de la CNAM.
    Dans le même temps le salaire moyen a été multiplié par 24 
    la consultation seulement de 1.35
    (13 francs de 1963 c’est pas deux euros mais bien 17 euros actuels compte tenu de la dévaluation du franc et de l’inflation )

  16. L ‘essentiel , ici comme ailleurs , est bien que la rémunération du travail soit de plus en plus misérable et insécure et que celle du capital continue de croître et embellir .. et ce , sous un régime de gôôôôôche ou de droiiiiite … Conclusion , ceux qui gouvernent réellement ne sont pas ceux pour lesquels les ploucs votent … à bons entendeurs … Le dernier referendum ne vous aurait – il pas aidé à comprendre ?????

  17. Ce système de majoration rend la rémunération opaque et compliquée et va inciter les médecins à demander leur forfaitisation et ensui te leur salariat c’est le but de ce passe passe . Merci de disséquer ce mécanisme

    • C’est effectivement je pense peut-être un des buts du système. Lorsque les primes seront supérieures à la valeur de l’acte, le basculement vers le salariat ne sera qu’un formalité. Ceci dit une note optimiste qui fait qu’il ne le feront pas : qui dit salariat dit 35H, congés payés, repos compensatoire…, ils ne le feront pas, les libéraux sont moins chers.
      Vision plus pessimiste : ils vont arriver à une situation de dépendance, d’asservissement = salarié aux ordres de celui qui le paye (on y est), mais sans les avantages cités plus haut (35H…). On aura tous les désavantages des 2, et aucun avantage des deux modes d’exercice.

      • La vision pessimiste est une évidence et déjà en grande partie une réalité. Elle se met en place depuis 10 ans. Elle s’appuie, en ce qui concerne les généralistes, sur la non revalorisation des honoraires, des indemnités de déplacement, et des rémunérations d’astreinte. Elle a débuté avec l’arrivée du CAPI, dont se sont saisis les généralistes à défaut de véritable revalorisation de leur exercice, essai brillamment réussi par l’assurance maladie ensuite transformé en ROSP. Elle s’est poursuivie avec les forfaits médecin traitant et l’encadrement des dépassements d’honoraires pour les spécialistes. Cette convention était la dernière occasion peut-être d’inverser cette tendance. Elle inscrit une hiérarchisation des actes, qui aurait pu constituer un renouveau de la rémunération à l’acte, mais qui reste sans moyens et sans contenu. Elle renforce surtout la rémunération au forfait, toujours plus contraignante, toujours plus complexe et plus opaque et qui nous amènera effectivement progressivement vers un salariat déguisé, mais sans aucun des avantages des salariés et bien évidement tous les inconvénients du libéral.

  18. Évidemment « Chiche à M.S.T. » Pour un C à 35 euros puisqu’elle ose essayer de faire croire à l’opinion publique que c’est le prix de notre C avec les primes. Je ne crois pas qu’aucun syndicat ai lancé ce débat lors des négociations alors qu’ils auraient eu l’aval de la profession.
    Merci Gerard Maudrux pour ce que vous avez fait , dommage que les politiques aient refuser de croire en votre clairvoyance ! Ils n’ont vu qu’un personnage dérangeant en vous alors qu’ils auraient dû s’inspirer de votre bon sens .
    Bonne retraite
    Amitiés en souvenir de nombreux patients communs.
    Philippe ROBERT

  19. En europe espagne portugal suisse belgique ou italie le c est a 70 euros et nous…,,,

    • Et nous ? Ben… on a l’ASV. Eux n’ont pas cette merveille, d’où leur honoraires supérieurs.

      • Les sommes sauvees de l asv quand on est hors convention sont transmissibles et dispo en cas coup dur versus bloquees et perdues apres la mort en ASV. Et ne sont pas sur un etat sans etats d ame qui change le prix de la sueur

        • Je traduis pour les autres : le confrère hors convention ne paye pas l’ASV. Les 7000-7500€ économisés et mis ailleurs sont transmis à 100% alors que rien n’est transmis aux enfants dans l’ASV. De plus ils sont mieux garantis ce qui n’est pas le cas de l’ASV (-50% en 20 ans, alors que la capi (1/3 actions, 1/3 oblig, 1/3 immob) doit bien faire + 100 à 150% dans le même temps).

  20. On peut rappeler aux confrères qui ne le sauraient pas que les syndicats signataires d’une convention, touchent des fonds de la part des pouvoirs publics, significatifs dans l’équilibre d’un budget syndical ? Ceci doit faire réfléchir chacun d’entre nous avant d’approuver ou non en AG syndicale la signature d’une convention qui nous rabaisse un peu plus à chaque échéance. FD

  21. Il a 20 ans les médias et autres jaloux cherchaient comment casser ce qu’ils appelaient  » le pouvoir médical »…et bien ils y sont parvenus en cassant par la même occasion la médecine libérale. Tous ces sigles et autres complications sont là pour montrer  » le pouvoir administratif » mais les médecins auront ils le courage de le casser en fuyant ce système contraignant qui les méprise?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Dr Maudrux ne répondra pas aux commentaires anonymes.