30

Le monde à l’envers

Quelle différence entre socialisme et capitalisme ? L’un fait passer la distribution avant la création de richesse et la méprise, résultat il y a de moins en moins à distribuer. L’autre fait passer la création de richesse en premier, pour pouvoir distribuer, mais ne le fait pas très bien.

Le communisme (du latin communis = commun), est une forme ultime du socialisme, une doctrine instaurant une société sans classe (sauf politique comme dans tous les régimes) avec partage des biens matériels. Il a conduit les grandes civilisations du passé comme l’URSS et la Chine à l’appauvrissement des individus, de la morale, des libertés de ces pays qui en ont maintenant tiré les conclusions.

En Chine cela a commencé avec le refus du début de la mondialisation lors de la révolution industrielle à la fin du XIXe en se fermant aux influences étrangères, avec une apogée en 1949 pour se fissurer 50 ans plus tard.

Après avoir combattu pendant des décennies le capitalisme, la mondialisation libérale et prédit leur perte, voilà que le numéro un de ce pays, Xi Jinping a fait les louanges de ces autrefois démons il y a dix jours à Davos, repaire de capitalistes de la planète.

« Il est faux de faire de la mondialisation la cause des problèmes du monde, elle a favorisé la croissance mondiale, facilité le mouvement des biens et des capitaux et fait progresser la science et la technologie. Certes elle a créé des déséquilibres, mais ce n’est pas une raison pour la balayer ». « Nager dans le vaste océan des marchés mondiaux s’est avéré être le bon choix. »

Le virage a été payant créant de la richesse et augmentant le niveau de vie du plus grand nombre, avec un PIB multiplié par 25 en 25 ans, passant de 317 à 8027 dollars par habitant, faisant passer plusieurs centaines de millions d’habitants d’un quasi moyen âge à l’ère moderne.

Pourtant à l’inverse, de l’autre côté de l’atlantique on se referme et on croit qu’en se protégeant de cette mondialisation on s’en sortira mieux. Grave erreur ou expérience intéressante ? La fin du rêve américain et naissance du rêve chinois ? J’ai cru qu’une fois au pouvoir il serait plus pragmatique qu’en campagne, comme beaucoup d’américains je me suis trompé, il semble que ce soit l’inverse. Il est vrai que les américain ont voté contre la politique de sa concurrente conduisant au système français pas pour l’isolationisme. C’est ce qu’on appelle tomber de Charybde en Scylla. « Quand on pense sortir d’une mauvaise affaire, on s’enfonce encor plus avant ». (Jean de la Fontaine). Par ailleurs mobiliser un pays entier sur des idées fausses n’a jamais rien apporté de bon par le passé, bien au contraire. Pourvu que l’histoire ne se répète pas.

Et pendant ce temps, la France se la coule douce, évoluant inexorablement vers ce que j’appellerai un communisme doux où le parti unique est remplacé par la pensée unique, les gardes rouges par une évolution des mentalités qui introduit subrepticement un des sept pêché capitaux, la jalousie, afin que celui qui veut sortir du lot soit montré du doigt, dépossédé de ses biens, de ses libertés. Les règles économiques sont étatisées et planifiées, comme j’ai pu le voir (entre autres) dans une caisse au départ autonome et dirigée par ses affiliés, maintenant totalement sous tutelle. La responsabilité, la liberté d’action, la liberté de pensée et de parole disparaissent lentement mais sûrement.

Gérard Maudrux

Gérard Maudrux

30 Commentaires

  1. Impressionné par la qualité et la multiplicité des idées Politiques de ce blog,
    Quand vient l’heure des choix,
    Mais choisissons nous vraiment entourés des Trump, Poutine , la Chine le Brexit et les démagogues de tous poils ?

    • C’est vrai que le choix est de plus en plus difficile. De plus est-ce que l’on peut encore parler de choix quand il n’y a pas d’autre choix que de voter contre le pire ?

  2. Gérard MAUDRUX : un anticonformiste qui épouse tous les lieux communs du libre échange, de la dérèglementation, du néo-libéralisme au nom du bon sens. Un révolutionnaire Macroniste bon ton dont les raisonnements ont mené l’ europe dans l’impasse historique actuelle.
    Digne représentant du courant de pensée dominant ou d’un représentant du Medef

    Dr. Christophe NARDIN

    • Je n’ai pas l’impression d’être digne représentant du courant de pensée dominant, mais m’y oppose, car comme vous le dites, il conduit dans l’impasse actuelle. Je suis pour ce qui favorise la croissance, dans le but de créer des emplois et des revenus, qui eux-mêmes permettent de distribuer. Macroniste ? Si le personnage peu plaire et faire croire à un changement, taxer le peu que l’on peut mettre de côté après impôts et charges pour distribuer plus n’est pas enthousiasmant.

  3. Lire un peu Lordon ou Piketti ne peux pas faire de mal. Confondre le communisme avec le capitalisme d’état tel qu’il s’est développé en URSS ou en Chine montre bien la confusion théorique et conceptuelle dans laquelle nous somme. A ce rythme là on peut aussi confondre la doctrine socialiste avec le national socialisme. Pourtant on sait bien que les deux n’ont rien à voir. Les inégalités n’ont jamais été aussi importantes et ce n’est pas parce que les gens vivent plus vieux ou que les chinois ont un accès (relatif) à Internet et à la société de consommation que nous allons dans la bonne direction. Le problème n’est de tout façon pas tant le capitalisme ou le socialisme que la façon de les appliquer. Le souci vient de la deregulation et de la démission des instances de contrôle qui laissent libre court à l’appétit des hommes qui ont déjà tout mais voudrait plus quitte à marcher sur les corps de leur voisins pour ce faire.

  4. Relisez avec plaisir « La ferme des animaux » d’Orwell…
    Il faut sortir la France du communisme !

  5. La manière dont les Chinois sont « sortis du Moyen-Âge » ne me suscite aucune envie, au vu de leur environnement actuel : destruction de leurs sols, de leurs habitats traditionnels réduits à des produits folkloriques, pollution de l’eau et de l’air, emprise sur des pays de plus en plus lointains pour fournir les matières premières à 1400 millions d’habitants, course à la richesse et à l’épate, c’est la panoplie complète et caricaturale de la vie consumériste « à l’occidentale ». Il y a des vies moyenâgeuses qui sont plus enviables que cela. Mourir de la pollution plutôt que des infections, la belle aubaine ! Fuir Charybde n’est pas se rosser sur Scylla ! Une voie médiane, modérée, moyenne (et toutes ses proxémies) existe, faite peu ou prou de ce que Pierre Rabhi appelle la sobriété heureuse. Que les Chinois n’eussent pas suivi cette voie plutôt que de se jeter goulûment dans la capitalisme débridé comme des enfants affamés dans une pâtisserie pléthorique…

    • C’est facile de dire aux chinois:  » Faites ce que je dis mais pas ce que je fais « .
      Peut-on leur reprocher de faire les mêmes erreurs que nous? Il aurait mieux valu leur donner l’exemple de ce qu’il faut faire.

    • Nous sommes mal placés pour donner des leçons, car nous sommes au cours de notre développement passés par les mêmes phases : charbon à tout va, pétrole à tout va. Les chinois n’auraient-ils pas le droit de se chauffer au charbon ou de rouler en voiture ? La seule différence, c’est que nous étions 30 fois moins nombreux, cela se voyait moins, mais tous les pays se développant font de même. Vous verrez qu’ils évolueront mieux et plus vite que nous. Voyez ce qu’ils ont fait pour la natalité, on peut critiquer, mais s’ils ne l’avaient pas fait, ils seraient 2 milliards, et bonjour la planète. Quant à Trump, sur le sujet, c’est le négationisme.

      • Il ne s’agit pas de donner des leçons sur des projets que les sociétés occidentales n’ont pas voulu mettre en œuvre. Les Chinois sont intelligents, ils savent parfaitement tirer tous seuls les leçons des échecs des autres. Ils savent mais leurs dirigeants ne l’ont pas fait. Dans un pays aussi centralisé et gouverné, il était et il est (encore un peu) possible de conduire un développement harmonieux. Je ne vois pas pourquoi il y aurait une fatalité à commettre les mêmes erreurs qu’autrui, comme si l’histoire ne fournissait jamais aucun enseignement.
        Nous ne sommes plus à l’époque où René Dumont (dégâts du productivisme, y compris agricole) ou Jacques Ellul (domination de la technique au détriment de la liberté, à l’instar de la Soumission volontaire déjà décrite par La Boétie), où ces deux-là donc, professaient dans un relatif désert. Leurs prévisions se sont réalisées, nous ne les avons pas cru, nous en constatons collectivement les tristes conséquences. La Chine aurait pu s’épargner cette étape.
        Condamner les gens à reproduire les mêmes erreurs correspond à baisser les bras en ce qui concerne l’Afrique, dont la politique n’est pas centralisée. A ce compte, ne faisons rien, laissons l’Afrique (et au passage l’Amérique du Sud), détruire son environnement de la même manière, puisqu’il faut bien qu’ils en passent par là, eux aussi, chauffage au charbon et mégapoles inclus, ça a déjà commencé au Nigéria.

  6. Cher collegue on juge l arbre à ses fruits et je trouve votre jugement un peu rapide sur le nouveau président americain. De grace n aboyez pas avec le reste des meutes enragées oligarchiques (ce qui est un bon signe car cela signifie qu on a touché au bon endroit).
    Quant à vanter les dirigeants chinois skiant à Davos et qui découvrent le parfum enivrant de l ultraliberalisme alors que le peuple demeure dans une oppression feroce,Là c est carrément décoiffant!!
    Concernant la France le TGV chaos entre en gare….

    • Je vois que nous ne sommes pas toujours d’accord, c’est très bien. J’ai aussi défendu Trump (Le miroir du 10 novembre), mais je trouve qu’il y va un peu fort. On verra. Quand à la Chine, oui ce n’est pas parfait. L’an dernier 135 millions de chinois sont sortis pour voir comment cela se passe à l’étranger. Imaginable il y a seulement 30 ans ? Il y a 50 ans c’était la Corée du nord d’aujourd’hui. Ils sont passés du quasi moyen âge à l’ère actuelle en si peu de temps ! Nous aussi avons connu des heures difficile en faisant cette évolution, laissons leur un peu de temps, ils sont sur une bonne voie. Seul le temps nous dira si mes craintes ou mes espérances sont fondées, je peux me tromper.

  7. Depuis les nombreuses années que je suis ta ligne de pensée, tu exprimes si bien la mienne que c’est toujours un grand plaisir de te voir dénoncer les abus et les incompétences. Il serait temps que tu élargisses ton auditoire au delà du monde médical et que tu passes de la réflexion à l’action, car la France a grand besoin d’hommes comme toi.

    • Pas contre, mais donne moi le truc.Surtout aussi pour arriver à un résultat et pas seulement se faire plaisir. Déjà pour les retraites je refais mon livre (avec un discours élargi), mais nous seront déçus par la diffusion qui ne sera jamais à la hauteur des enjeux et de l’importance du message à faire passer.

      • « Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer »
        « Nous partîmes 500; mais par un prompt renfort, nous nous vîmes 3000 en arrivant au port. »
        Je ne doute pas que tu trouverais les « 500 soldats » prêts à te suivre mais ce serait une « longue marche » jusqu’à médiatiser largement tes idées. L’autre moyen est de prendre le train « EN MARCHE » et le cas échéant de te rappeler l’histoire du cheval de Troie. Bien à toi.

  8. 2 contre exemples en informatique:
    Pour Apple il y avait 2 Steve: Wozniak qui était le véritable inventeur et Jobs le roi du marketing qui a gagné beaucoup plus d’argent et était beaucoup moins intéressant.
    Pour les OS: Bill Gates a fait une immense fortune avec un OS très médiocre (MS DOS) très décrié à l’époque mais qu’il a réussi à fourguer aux dirigeants incompétents d’IBM (en plus c’est même pas lui qui l’avait écrit) et Linus Tordvalds créateur de Linux qui n’a pas fait fortune.
    Et bien moi je suis jaloux de Tordvalds pas de Gates

  9. Le capitalisme est indéniablement le meilleur système pour créer de la richesse mais il pêche, comme vous le dites, par sa répartition inéquitable mais aussi par une tare majeure, il lui faut de la croissance pour fonctionner. Or qui dit croissance dit croissance du prélèvement sur les ressources naturelles qui sont finies donc épuisables.
    En ce qui concerne la répartition des richesses, est-il normal que certains gagnent en 15 jours (voire beaucoup moins suivant avec qui on compare) autant que d’autres toute leur vie? Les inégalités ont été le ferment des révolutions russes et chinoises. C’est l’alternance des systèmes.
    En ce qui concerne les ressources naturelles, le capitalisme se bat contre la nature et à ce jeu-là il est sûr de perdre. Quand l’espèce humaine aura disparu, la nature sera certes très endommagée mais, la terre continuera de tourner et probablement d’autres espèces survivront. Donc le problème du capitalisme est qu’il abrègera la période favorable à l’espèce humaine à moins d’un changement radical.

    • Le capitalisme, c’est l’exploitation de l’homme par l’homme. Le communisme, c’est le contraire. Henri Jeanson. Et trop de croissance abrège effectivement notre présence ici bas.

      • 1% de croissance par an c’est 145 fois plus en 5 siècles, 21000 fois plus en un millénaire. En 10000 ans c’est 1,6×10 puissance 43 fois plus. Ma calculatrice a refusé de donner le résultat pour 100000 ans.
        L’homme moderne est présent depuis 200 000 ans mais à ce rythme ses siècles sont comptés.

        • Il est clair qu’au rythme actuel (depuis 1 siècle), nos descendants ne feront pas de vieux os. Des espoirs : préserver l’eau, c’est possible, mais urgent. L’énergie, c’est possible avec la maîtrise de l’hydrogène, encore un peu de temps. La pile à combustible ça marche. Reste la démographie : il ne faut pas se féliciter d’une bonne natalité, la croissance zéro (2 enfants par famille mais à l’échelle mondiale), c’est la survie, sinon c’est la fuite en avant.

          • D’accord, pour l’énergie avec les renouvelables et le stockage on peut résoudre le problème. Le soleil apporte 10000 fois l’énergie que toute l’humanité consomme. Le cycle de l’eau existera toujours sauf à devenir comme Mars mais l’échéance est en milliards d’année. Effectivement la démographie pose problème mais aussi tous nos biens maisons, voitures, ordinateurs, téléphones …. qui nécessitent des matières premières extraites de ressoudes épuisables. L’énergie et l’eau sont nécessaires mais pas suffisantes pour notre mode de vie. Avec quelle périodicité devrions changer de voiture, d’appareil ménager, d’ordinateur, de téléphone pour donner un travail à tous les humains en âge de travailler? De gros soucis attendent l’humanité sauf à adopter la sobriété. Mais quid du capitalisme?

  10. Qd on a fini un cycle , on en commence un autre ?? Qqf l’ opposé !! qd l’adversaire d’hier est fini , on s’en cherche un autre;;;Ca a tj été com ca !! La doctrine de MUNROE ( pas marilyn , l’autre ) !! était la règle avant 14 aux US !! Y REVIENDRONS -T-ILS ??

  11. Je ne comprends pas votre obsession à sortir du lot ! Comme si le lot était une malédiction ! Le lot c’est celui de la majorité qui travaille est qui ne reçoit que la part congrue des richesses quelle contribue à créer. Avec votre caste privilegiée vous méprisez ceux qui font le sale boulot et qui pourtant est indispensable. Alors profitez bien de vos privilèges qui disparaitront inéluctablement dans les sociétés qui s’annoncent avec la démographie galopante et l’uniformisation de la pensée. J’attends votre analyse avec intérêt. L’Ère moderne que vous vantez n’est pas la panacée au bonheur de l’homme et la science et la technique n’ont pas à être un enrichissement non partagé par le plus grand nombre. Une société qui se respecte ne discrimine pas.

  12. Bonjour, abonnée depuis très peu à votre blog, je le trouve très intéressant. Vous ne manquez pas de sujet…et en plus en cette période instable on entend tellement d’aberrations que ce là fait plaisir de lire vos traits d’humeur.

  13. Bonjour, abonnée depuis très peu à votre blog, je le trouve très intéressant. Vous ne manquez pas de sujet…et en plus en cette période instable on entend tellement d’aberrations que ce là fait plaisir de lire vos traits d’humeur. Signé : radiolibre

  14. Mais non ce n’est pas pas prêcher dans le désert et les infos sont passionnantes mais pour certaines tellement déprimantes.
    va-t-on devoir couper des têtes?…

  15. Encore une très bonne réflexion pleine de clairvoyance et de bon sens, continue d’animer ton blog cher Gérard, tu nous manquerais trop!

    • Ce sont des encouragements comme celui-ci qui me poussent à continuer. Si ce n’est que pour moi, à quoi bon ? Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Dr Maudrux ne répondra pas aux commentaires anonymes.