17

Présidentielle : demandez le programme retraite.

Après un livre de 300 pages sur le sujet, 18 ans de présidence, des chiffres, une vision de l’avenir et des propositions techniques, le tout jamais mis en défaut depuis 20 ans, voici mon avis de technicien sur le programme retraite des candidats à la présidence, ce qui est souhaitable, ce qui est utopique, ce qui est démagogique.

  Préambule :

Un régime unique (Macron, Dupont-Aignan). NON. Dans 5 ans on n’aura pas avancé d’un pouce, on ne peut fusionner des régimes tous différents. Un régime de base unique, OUI (cf http://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/2017/02/28/pour-un-regime-de-base-unique/ ). Seul Fillon le propose. Une fois cela fait, les régimes spéciaux constituent leurs propres régimes complémentaires équilibrés avec leurs propres cotisations et dans un peu plus de 30 ans, quand ils seront à plein régime, on peut discuter de fusion de caisses. Le faire avant c’est incorporer les régimes spéciaux à la charge des salariés et indépendants, d’ailleurs ceux qui préconisent ce régime unique sont muets pour les régimes spéciaux et ne disent pas comment ils vont procéder.

Régime par points ? OUI, une évidence, c’est la transparence. De plus étape indispensable pour des fusions avec une simple règle de 3 : J’ai 100 points à 1,5€ dans ma caisse, transformés en 150 points d’un régime unique à 1€. Elémentaire et on ne triche pas.

Avantages retraite pour les métiers pénibles ?  NON. C’est une promesse que d’autres auront à financer. Les médecins connaissent ce genre de promesse avec l’ASV, promesse réduite de moitié le moment venu, et pour cela les jeunes payent 3 fois plus que les premiers. Un métier à risque ou pénible (tous les métiers le sont à entendre les intéressés) doit être rémunéré à hauteur du risque ou de la pénibilité, se décharger sur les retraites qui ont suffisamment de problèmes, ce n’est pas bien. Plus de revenu = plus de cotisation = plus de retraite, et avec une retraite à la carte, comme il a plus, il peut partir plus tôt s’il le veut. De plus chacun ira de sa grève pour faire classer son métier comme pénible, inégalités et privilèges en vue, y compris dans une même branche professionnelle. (Seul Fillon est opposé)

Abaissement de l’âge de la retraite et baisse de la durée de cotisation pour le taux plein ? Le souhait de tout citoyen, mais promesses électorales dont les auteurs savent qu’ils ne pourront la tenir. 10 % de charges en plus, avec une cotisation de salarié à 28%, c’est près de 3% de prélèvements obligatoires de plus, sans compter les problèmes démographiques à venir. Plus de prélèvements = plus de difficultés = moins d’emplois = moins de cotisants = moins de recettes.

25 meilleures années ou 6 derniers mois. C’est plus qu’un « petit avantage » (http://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/2016/11/20/25-meilleures-annees-versus-6-derniers-mois-la-verite/ ). Seuls Fillon et Macron suppriment cela.

  Nathalie Arthaud

Retraite à 60 ans avec taux plein après 37,5 années et plus que doubler le minimum vieillesse à 1800€. Je veux bien, mais on n’arrive déjà pas à payer et il faudrait 60% de recettes en plus.

  François Asselineau

Rien trouvé sur le site.

  Jacques Cheminade

Veut cultiver sur la lune et envoyer des colonies sur mars.

  Nicolas Dupont-Aignan

Ne touche pas à l’âge et taux plein actuel, OK. Pour le financement demain : augmenter le nombre de cotisants avec plus d’enfants et création de 2 millions d’emplois. Nous tendons vers 1 cotisant pour 1 retraité et pour maintenir l’équilibre actuel de 2 pour 1, les retraités passant de 15 à 25 millions, il faudrait 50 millions de travailleurs, soit doubler le chiffre actuel. Avec 2 millions, nous sommes loin du compte pour maintenir le rapport démographique à 2 pour 1. Pour maintenir l’équilibre actuel (précaire), il faut donc créer 1 million d’emplois par an pendant 25 ans, et cette utopie n’est même pas la solution, car cela fera de futurs retraités dont on ne pourra pas payer les retraites. En créant 25 millions d’emplois, on repousse le problème d’une génération ! De plus 2 millions d’emplois créés, cela met un taux de chômage à 3%, un des meilleurs du monde. Avec les boulets que nous avons, bon courage. Faire des enfants ? C’est des cotisants qu’il faut et 25 millions de travailleurs avec conjoints et enfants, cela fait 60 millions, soit doublement de la population française en 30 ans. Bonjour la planète.

Augmenter la valeur du point pour les métiers pénibles ? Non. Si on commence avec des valeurs de points différents on n’est plus dans un régime unique et égalitaire qu’il défend, retour aux privilèges obtenus par les grèves.

Volonté de mettre fin à plusieurs abus, travailleurs migrants, allocations retraites pour ceux qui n’ont jamais cotisé,.. bien, mais rien vu sur les régimes spéciaux.

Pourquoi un régime par points que pour les nouveaux ? Il suffit de diviser la retraite actuelle par la valeur du point pour que tout le monde soit en point, facile et lisible.

  François Fillon

Taux plein à 65 ans pour tout le monde, OK. J’aurai préféré 60 ou 62 à la carte, possible avec un système par points qu’il défend. Régime de base unique, oui. Supprimer les régimes spéciaux, oui. Seul à être clair sur le sujet et à avoir le courage de dire qu’ « il est d’usage dans la fonction publique d’octroyer une promotion un an avant le départ à la retraite pour gonfler le montant des pensions. ». Pour la suppression des régimes spéciaux, un grand oui pour le référendum, mais erreur sur le but du référendum qui va paralyser la France.( cf mes explication sur http://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/2017/02/28/pour-un-regime-de-base-unique/ ). Arrêt du compte pénibilité, absolument. Troisième étage de retraite en capi, comme ont les fonctionnaires avec la RAFP, oui.

  Benoît Hamon

Assez discret, sinon revalorisation du minimum vieillesse et des petites pensions, sans détails. Revaloriser les pensions en fonction des prévisions d’inflation au lieu de l’indice des prix constaté !! Tenir compte de la pénibilité pour le calcul de la retraite, et de l’engagement associatif !! Rien trouvé sur le fond !

  Jean Lassalle

Rien sur le site

  Marine Le Pen

Retour aux 60 ans avec 40 annuités pour le taux plein, revaloriser le minimum vieillesse en limitant les abus de l’accès actuel. Rien trouvé sur le fond.

  Emmanuel Macron

Pour un régime universel, pas que le régime de base, mais toutes les retraites, cf mon opinion défavorable dans le préambule. Toutefois il y a des intentions louables clairement affichées : égalité public-privé, fin des modes de calcul différents, et ce que je défend depuis 25 ans : à revenu égal cotisation égale, et à cotisation égale, retraite égale. Ces belles intentions risquent de rester lettre morte s’il veut passer d’emblée au régime universel, pour moi pas pour demain (sauf si limité au régime de base). Procéder plutôt par étapes, d’autant plus qu’il est favorable aux spécificités professionnelles et cotisations différentes, en contradiction avec un système unique. Je pense que la réalisation le conduira naturellement à un RB unique et des régimes complémentaires professionnels. A très bien compris l’intérêt des régimes par points, étape indispensable pour des fusions transparentes. Ne touche pas à l’âge et taux plein. OK. Soutien la prise en compte de la pénibilité, non.

  Jean Luc Mélenchon

Idem Arthaud, retour à 60 ans avec taux plein pour 40 ans, revalorisations, le tout pour 3 à 4% de prélèvements supplémentaires. Aligner le salaire des femmes sur celui des hommes, d’accord, à travail égal salaire égal, mais sauver les retraites avec est une méconnaissance totale des mécanismes. Cotiser plus crée des droits. Dans un régime équilibré, il n’y a ni avantage ni inconvénient donc financièrement neutre. Comme les droits créés aujourd’hui ne sont pas tous financés demain, cette mesure aggrave les choses à moyen et long terme.

  Philippe Poutou

Retour à 60 ans, 37,5 annuités, 55 ans pour la pénibilité (c’est bien, 60h/semaine pour un médecin c’est pénible, mais la Carmf n’aura pas les moyens). Niveau de la retraite = meilleur salaire. Les prélèvements obligatoires augmenteront de plus de 5% rien que pour ces mesures.

 

Conclusions : Un très bon programme, un second qui l’est presque mais le deviendra naturellement, un programme non abouti, 5 retours en arrière qui se ressemblent et qui ignorent les problèmes de fond et 3 non concernés.

Gérard Maudrux

Gérard Maudrux

17 Commentaires

  1. Pouvez vous expliciter le passage suivant pour les non initiés :  » Avantages retraite pour les métiers pénibles ? NON. C’est une promesse que d’autres auront à financer. Les médecins connaissent ce genre de promesse avec l’ASV, promesse réduite de moitié le moment venu, et pour cela les jeunes payent 3 fois plus que les premiers.  »
    Merci bien

    • Je comprend que des jeunes comme vous n’aient pas l’historique de l’ASV. Il faudrait des pages pour tout expliquer.
      En gros en 1972 on a dit aux médecins : bloquez vos honoraires, en échange je vous donne 3 fois plus de retraite dans le régime ASV (vous payez 1/3, les caisses 2/3 pour arrondir votre retraite), tout comme on dit aux métiers pénibles : je ne peux vous donner plus, mais en échange je vous donnerai une meilleure retraite.Pour tenir cette promesse, depuis 1972 la retraite a été divisée par 4 (bonjour les 2/3 en plus !), et pour tenir cette promesse, les jeunes comme vous doivent payer 4 fois plus (toujours en euros constants). C’est le grand écart entre la promesse et le résultat une fois à la retraite, par contre le C lui est toujours à 23 euros.
      Pour ceux qui n’étaient pas là lors de cette publication, voici le livre noir de l’ASV envoyé à tous les affiliés que j’avais fait en 2007 avec toutes les archives ( http://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/wp-content/uploads/2017/03/Livre-blanc-et-noir-ASV.pdf ).Depuis cette date, le point a encore baissé de 30%, et la cotisation a doublé, 10% de plus sont encore prévus dans les 3 ans qui viennent.

  2. Bonsoir,
    Concernant la pénibilité, il est facile d’écrire iaka payer plus, mais cela semble peu applicable aux taches ingrates du BTP par exemple

    • Désolé, mais ce n’est pas aux régimes de retraite de donner ce qu’on ne veut pas donner en rémunération justifiée. La répartition a ses problèmes, ce n’est pas la peine d’en rajouter, et ce n’est pas non plus à d’autres de payer sous une autre forme ce que l’employeur ne donne pas. Le BTP fait de gros bénéfices. Et si certains ne peuvent rémunérer, c’est certainement du fait des autres charges, souvent pour financer du gaspillage. Dommage.

  3. Excellent, concis , précis. Et juste!
    Vous devriez peut-être faire de la politique….

  4. Un homme d’état ce GERARD, du talent, de l’expérience… Je dit ça..je dis rien… !! Merci !!!

  5. Bonjour Gérard je me préparais à te demander ton avis sur les programmes retraites des candidats
    ton analyse des programmes est très didactique .
    En conclusion
    quelques soient les propositions :que tu as analysées
     Un régime unique
     Un régime de base unique avec le problème des régimes spéciaux qui hélas perdureront pour des raisons politiques
     Régime par points pour les complémentaires

    Il faudrait que les candidats se prononcent sur des données élémentaires qui permettent de se projeter sur l’avenir.A savoir:
    1. Assurer une réforme systémique laquelle ? dans quelles conditions en sachant que Seul un quart des retraites des fonctionnaires serait financé par les cotisations salariales des fonctionnaires. Si on ajoute la cotisation de l’État employeur, on arrive à 73%. Le reste est donc compensé par le budget de l’Etat, qui « subventionne » le système. selon une étude du COR

    2. Une réforma para métrique c’est d’après ta démonstration et ton argumentation la solution préférée de la plupart des candidats, en espérant que le paramètre chômage diminue avec un rapport allocataires cotisants favorable.
    Notre gestion de la retraite des médecins de la CARMF lorsque nous étions administrateurs, nous y avait préparé…
    Je ne pense pas que les candidats à l’élection présidentielle de 2017 puissent résoudrent les problème frontaux qui existent entre la juste cotisation et la juste allocation au niveau de tous les régimes de retraite et des régimes annexes spécifiques des groupes professionnels .
    Le problème est finalement kafakaien ,les solutions pour les uns ne sont pas adaptées aux autres; qui va s’y atteler ? a suivre , ce que tu fais depuis déjà très longtemps.

    • Pour le passage des 73% budget de l’Etat aux chiffres actuels des salariés, j’ai la solution, cela peut se faire sur 20 ans sans heurts. Le budget de l’Etat gagnerai 2% par an pendant cette période, et même un peu plus rapide au début puisque j’aligne les nouvelles retraites sur celles des salariés. 20 ans c’est une durée de retraite, peu d’effet sur les retraités actuel, et les futurs seront alignés presque sans le voir, et l’Etat payera ses charges comme tout employeur, pas plus, pas moins. 20 ans cela peut paraître long, mais c’est mieux que rien, et si on avait commencé il y a 20 ans…

  6. La compensation entre régimes est inévitable.
    Le travailleur (salarié ou indépendant) qui fait sa carrière dans un métier qui est en perte de vitesse (évolution technique ou sociétale) travaille autant, a autant de mérite et d’utilité sociale que celui qui travaille dans un un métier en expansion. Pourquoi aurait il une moins bonne retraite ou une retraite qui lui coute plus cher?.
    La retraite par point !!!

  7. En tant que fonctionnaire je suis très favorable à l’application d’une même règle pour le public et le privé.
    En effet dans mon cas cela me ferais au bas mot 1000 euros de retraite en plus par mois!
    La complexité et le maquis du système actuel est indéfendable. Le régime unique par point est une évidence.

    • Attaquer les régimes des fonctionnaires ne veut pas dire attaquer les fonctionnaires. 90 % ne se rendent pas vraiment compte.Certes ils savent que c’est plus favorable, mais pas à ce point. S’il y a référendum j’ai l’intime conviction que la majorité sera pour l’égalité, et ils l’accepteront parce que c’est juste, et si on le fait en douceur. Les responsables ne sont pas les intéressés, mais certains dirigeants syndicaux avec la complicité des politiques et hauts fonctionnaires qui cachent et maintiennent. Les voleurs, c’est eux.

      • Plus favorable souvent mais pas toujours…
        Dans mon cas particulier le taux de remplacement sera d’environ 36%
        Pour un salarié c’est assez médiocre.

  8. Je rappelle à vos lecteurs qu’il existe une pétition pour demander un référendum sur l’égalité des régimes obligatoires de retraite. Rien que les affiliés à l’ARRCO sont 30 millions (18 millions de cotisants + 12 millions de retraités) soit approximativement 30 millions d’électeurs sans compter tous les affiliés à d’autres régimes qui doivent s’autofinancer. Mystérieusement cette pétition n’a recueilli que 80 signatures. Si vos lecteurs se sentent concernés en signant et en relayant cette pétition, voici le lien:
    https://www.change.org/p/mesdames-et-messieurs-les-candidats-à-la-présidence-de-la-république-référendum-pour-l-égalité-des-régimes-de-retraites-obligatoires/u/19817036

  9. Très cher Docteur MAUDRUX
    même moi qui a quelques difficultés avec les chiffres , j’ai compris grâce a votre faisceau lumineux objectif !
    Il nous reste encore cette petite liberté dont on ne peut nous priver qui est de voter en toute connaissance des choses et en toute conscience pour sauver nous , nos enfants et petits enfants et les suivants après tant d »années de labeur.
    Merci qu’il existe encore des personnes comme vous pour nous éclairer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Dr Maudrux ne répondra pas aux commentaires anonymes.