11

La farce vitale

La carte vitale, née en 1998, a bientôt 20 ans. Jamais produit informatique n’aura évolué aussi peu ou aussi mal en 20 ans. Elle est quasiment restée à l’âge préhistorique du produit de Roland Moreno, montrant par là le peu d’efficacité des responsables et de la gestion de notre assurance maladie.

Alors qu’il faut 24 heures pour émettre une carte bleue et que son blocage en cas de problème est instantané, il faut plusieurs semaines pour émettre la verte et il est impossible de la bloquer. Pire, avec une gestion du produit plus que laxiste, c’est le moins que l’on puisse dire, il y a 10 millions de cartes en circulation de plus que d’assurés sociaux ! Ce n’est pas moi qui le dit, mais la Cour des Comptes il y a quelques années, sans que rien n’ait été changé depuis. Un rapport IGAS (2013), habituellement si prompt à dénoncer des broutilles dans le privé, en signale près de 8 millions en trop, sans s’en émouvoir ni en chercher les causes. Circulez, il n’y a rien à voir.

Il est vrai que ce n’est pas une carte de crédit, mais de consommation, une merveilleuse carte de consommation gratuite permettant nombre d’abus et d’erreurs, non seulement incontrôlables mais incontrôlés. J’ai le souvenir d’une carte qui a circulé en Rhône-Alpes il y a quelques années, permettant de se procurer pour des milliers d’euros de médicaments toutes les semaines pour la revente à l’étranger, et distribués gratuitement. Le porteur allait dans toutes les pharmacies, chaque fois différentes des 8 départements de la région. La police prévenue ne pouvait pas mettre des policiers pour faire les 3-8 dans chacune des pharmacies des 8 départements, sans que l’on sache s’il allait venir ou non, où, à quelle heure. Après avoir tenté dans un premier temps de ne pas rembourser les pharmaciens, la SS était obligée de les régler. Cela faisait partie du contrat signé pour accepter le tiers payant, et remboursés sur présentation de la carte, que le patient soit en règle ou non, ce que la SS est bien incapable de transmettre aux professionnels en temps réel, comme n’importe quelle carte de crédit ou carte de fidélité dans le plus petit des magasins. Le « patient » était suivi à la trace, mais à postériori. Un week-end en Normandie, coût pour la SS : 3 000 euros.

A une plus petite échelle individuellement, mais bien plus grande en nombre, les « mega-consommants » en jargon interne sont un gros problème dans les CPAM. Une consommation effrénée, incontrôlée car incontrôlable, multipliant les ordonnances pour se fournir dans les pharmacies, et qui dit multiplication des ordonnances dit multiplication des consultations toutes aussi remboursées. Quand je vais dans mon magasin de bricolage avec ma carte de fidélité, l’historique est visible, mais ici la SS ne peut le fournir ni au médecin prescripteur, ni au pharmacien, chacun participant à la surconsommation sans moyen de freinage faute d’être informé. Pire, à l’heure de la carte à puce, certaines CPAM font le listing de ces méga-consommants pour le fournir aux pharmacies. Très moderne !

Un simple historique lu par le professionnel de santé lui permettrait de dire stop, vous avez un problème. En matière d’éducation, le patient qui pourrait consulter son historique de dépenses pourrait aider à responsabiliser le patient.

300 000 professionnels de santé utilisent cette carte distribuée sans contrôle et falsifiable. Combien de patients, faux et vrais, de professionnels peu scrupuleux en tirent profit ? Près d’1 million de fraude pour cette infirmière condamnée fin 2016, plusieurs centaines de milliers pour ce pharmacien condamné à la même période, 400 000 euros pour ce kiné en début d’année, …. Tout est possible, et pour quelques gros trouvés, combien de petits plus discrets ?

Pour ma part, j’ai eu droit à deux anomalies. Un jour je reçois une carte non demandée, à mon nom, mon adresse, avec mon N° de SS et une photo de gourou, cheveux longs, roux, boucles d’oreilles, vous ne reconnaîtriez pas le président de la Carmf (http://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/wp-content/uploads/2017/05/Carte-vitale.pdf). Quelques mois et deux courriers pour rétablir la situation avec une nouvelle carte. Deux ans plus tard, ma femme ayant besoin de soins, se voit refuser sa prise en charge. Renseignements pris, elle avait disparu comme ayant droit, au profit d’un inconnu de sexe masculin. Je n’étais plus marié mais sans doute pacsé sans le savoir ! Du n’importe quoi. La carte CPS ne vaut sans doute pas mieux : un ami, retraité et n’exerçant plus depuis 10 ans sans jamais avoir signé une feuille de soins en a reçu une toute neuve l’an dernier ! Peut-être qu’elle a de la valeur au marché noir pour escrocs ? J’aimerais bien recevoir sans l’avoir demandé une carte bleue de la banque que j’ai quitté il y a 10 ans !

Une carte à puce digne de ce nom aurait facilité le tiers payant généralisé en l’utilisant comme une carte bleue, créditant le compte du médecin, évitant nombre d’opérations, déchargeant et le médecin, et la SS. La part mutuelle ? Pourquoi le patient n’aurait pas aussi sa carte Visa MAAF ou MMA, il a bien sa carte Carrefour. Toute dérive dans le comportement serait détectée par le serveur bloquant la carte obligeant le patient à contacter sa caisse pour explications.

Tout ceci fonctionne parfaitement, en temps réel dans tous les domaines, même pour des petites unités, sauf en en gestion sociale. Que d’économie de temps et d’argent pourrait-on faire !

Le GIE Sesam Vitale, c’est près de 200 personnes, dont 85% de cadres et ingénieurs, apparemment tous très efficaces. On l’a encore vu avec le passage à 25 euros. Ils ont eu un an pour préparer, tester et valider les logiciels, mais que de couacs !  Virez moi tout cela et confiez la gestion à des fournisseurs qui ont fait leur preuve, comme le Groupement Carte bleue.

Pourquoi personne n’évoque tout cela, personne ne propose, ne proteste. Pourquoi l’IGAS si prompte à dénoncer ce qui ne marche pas dans le privé (en omettant ce qui marche) n’y met pas son nez ? Sans doute parce qu’on ne contrôle pas les amis ? Signalons que l’IGAS dépend du ministère des affaires sociales, tout comme le GIE SesamVitale qui est sous tutelle du même ministère. Cerise sur le gâteau, il est sous contrôle du bureau 4C de la DSS (Direction de la Sécurité Sociale), DSS dont le directeur est… Monsieur Thomas Fatome.

 

 

 

 

Gérard Maudrux

Gérard Maudrux

11 Commentaires

  1. Il faut espèrer que Thomas FATOME sera aussi intransigeant avec la CGT et FO
     » Thomas Fatome. Nommé directeur adjoint du cabinet d’Édouard Philippe, ce dernier quitte la direction de la Sécurité sociale pour rejoindre le premier ministre. Sous Nicolas Sarkozy, il fut conseiller chargé de la santé, de la dépendance et des politiques sociales à l’Élysée »
    a suivre….

    • Ce n’est pas une bonne nouvelle quand on voit son action depuis des années. Certains confondent société civile avec énarchie. Sur plus de 30 dircab et sous directeurs pour dire aux ministres novices ce qu’ils doivent dire et faire, il doit bien y en avoir 28 de l’ENA (et 100% d’hommes..). Il y a un réel problème.

  2. Je bois également du petit lait
    Vous devellopez ce que tout le monde pense
    Maudrux président
    Surtout continuez
    On suit

  3. Sans rien ôter de la pertinence de votre billet, il y a actuellement en service chez les pharmaciens français ( mais peut être pas tous) un moyen de contrôle automatique de ce qui a été acheté par le patient, France entière, dans les (6 ?ou plus..) mois précédents, pour éviter, sinon la fraude, au moins les erreurs médicales, incompatibilités médicamenteuses,etc.. J’ai découvert cela récemment chez mon pharmacien.. Bien cordialement

    • Je ne doute pas qu’il y ait des professionnels de santé responsables ici et là qui s’organisent pour palier à ce n’importe quoi. Il est regrettable que ce genre d’initiative ne soit pas du fait de Sesame-Vitale.

  4. et que penser de la multiplication de certains actes techniques de la part de certains de nos confrères sous prétexte que le secteur 1 propose des honoraires misérables

  5. Ce n’est que l’Exacte vérité
    Tu y ajoutes le foutoir du dossier médical informatisé avec ses 150 millions de budget annuel et 50 directeur énarque et quelques incapables tu comprends pourquoi cela N avancera jamais et tu verras le socialisme en action
    Des inspecteurs
    Encore des inspecteurs
    Des contrôleurs
    Et jamais de résultats

  6. Pourquoi, chaque fois que je vous lis, je bois du petit lait ?
    J’essaie de partager vos articles sur FB dans le cadre des prochaines législatives où je suis candidat DLF dont une des bases de réflexion est le recours au bon sens (des fois, on a du mal à suivre…). Et il est vrai que vos analyses sont toujours frappées au coin du bon sens et de la connaissance. Merci !

  7. Bonjour
    Vous avez raison sur de nombreux points….mais connaissez vous le montant de la fraude à la carte bleu ( sans doute plusieurs millions d’euros)….mais silence radio top secret.
    Moi meme victime a l à carte bleu + de 3000€ …pas par internet….mais dans un restaurant ?
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Dr Maudrux ne répondra pas aux commentaires anonymes.