18

CSG = Comptes Sociaux de Gribouille

Avec ce billet fait il y a 3 semaines mais non terminé, désolé de ce silence prolongé. Abandon ? Déprime ? Procrastination.

Surpris puis quelque part content comme beaucoup du coup de pied au c.. donné en mai à un système politique qui le méritait amplement, je suis resté interrogatif quand au résultat d’élus amateurs pleins de bonne intentions soumis à la dictature d’une junte népotique. J’avais signalé que les 15 plus hauts postes de décisions (élus ou directeurs de cabinets) étaient entre les mains de 15 hommes, tous énarques. Une des premières grandes mesures, concernant la CSG, confirme mes craintes, ayant du mal à en comprendre la finalité, les explications, n’y voyant peut-être à tort qu’une usine à gaz pour un résultat dérisoire au prix d’une complexification montrant l’absence d’étude d’impact et de désintérêt du résultat, méthodes que j’ai eu à déplorer régulièrement de la part des bureaux que j’ai côtoyé durant ma carrière de Président de caisse sociale.

A quoi sert de supprimer une cotisation pour la remplacer par une autre en compensant strictement ? Récompenser les actifs au détriment des feignants disent-ils ? Les premiers et seuls perdants sont les retraités, c’est à dire ceux qui ont travaillé toute leur vie. Merci pour cette récompense pour leur travail. Reporter la cotisation maladie sur l’épargne, n’est pas plus cohérent : quelle différence entre taxer le travail et taxer le fruit du travail ?

Dire que cela sera compensé pour les retraités par la disparition de leur taxe d’habitation, est incohérent et mensonger. Supprimer la taxe d’habitation ne supprime pas les dépenses des communes et des régions, qui seront financées par d’autres moyens, toujours à la charge des mêmes. A l’ENA, on ignore Descartes, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. De plus, on y mélange les torchons et les serviettes, mélanger des cotisations sociales et des impôts locaux, c’est n’importe quoi, c’est une politique de gribouille qui ne peut que créer des problèmes. Que l’on m’explique aussi pourquoi on compense pour les fonctionnaires, eux qui sont déjà compensés depuis longtemps ne payant pas de cotisation maladie et qui de plus bénéficient d’un abattement de 1,75% sur la CSG (pourquoi ?).

Les seuls gagnants ? Les actifs qui ne travaillent pas. Ils ne paient pas de CSG, et ne paieront plus de taxe d’habitation. C’est en contradiction avec le discours justifiant cette réforme. Que d’incohérences dans la justification.

Supprimer la cotisation maladie ? Quelle erreur ! C’est remplacer une assurance, responsabilisante, par une assistance, déresponsabilisante. Qui dit assurance, dit paiement d’une cotisation. Je consomme plus ? Alors il faut augmenter la cotisation, donc je fais attention. Supprimer la cotisation ? Plus de problème, c’est gratuit, je n’ai plus à faire attention. Pas de cotisation et tiers payant généralisé, c’est la gratuité totale et la déresponsabilisation totale. Nous ne sommes plus dans l’assurance maladie mais dans l’assistance maladie. A propos du tiers payant, tempérons les cris de satisfaction de certains syndicats : il n’a pas été supprimé, mais reporté en raison de difficultés techniques et d’impréparation.

Les acrobaties en cours dans certaines branches pour compenser la hausse (professions de santé, fonctionnaires…) montrent l’impréparation et l’absence d’étude d’impact devenu récurent dans les prises de décisions. Chez les médecins, c’est la retraite qui est mise à contribution. Comme la suppression de la cotisation maladie ne fait pas le compte, on complète par le régime de base. Là encore mélange de torchons, mélangeant fiscalité (CSG), maladie, régime de base). Résultat : le CA de la Carmf vient de voter l’embauche de personnel supplémentaire pour la comptabilité, car il va falloir recueillir les montants individuels de CSG payés pas chacun aux impôts, les répartir entre caisses maladie et régime de base, en réclamer le remboursement aux organismes sociaux concernés afin de pouvoir appliquer une baisse de la cotisation du régime de base pour les intéressés (différent pour chaque secteur d’exercice), afin que le régime de base soit remboursé. En gros, je te baisse ta cotisation régime de base, pour te rembourser ce que le fisc te prélève en plus, je me fais rembourser par la caisse maladie qui de son côté fait de même et se fait rembourser par le fisc qui utilisera ainsi la CSG prélevée, le tout devant être neutre !!!!

L’IFI est dans le même esprit gribouille. En quoi posséder des tableaux, un yacht ou une Ferrari est utile donc non taxable, et acheter des studios pour loger des étudiants ou des SCPI pour permettre aux entreprises de disposer de bureaux et de locaux est mauvais pour la France. N’importe quoi.

Désolé, mais je ne trouve rien qui ressemble à une réforme utile, cohérente, efficace, mais je n’y vois qu’une une mesure relevant d’une grande tradition énarchique : compliquer pour rien. Il faudra de plus que tous les organisations concernées embauchent pour faire fonctionner cette boucle stérile financièrement mais riche en complexité et en inégalités. Pauvre France, ce n’est pas comme cela qu’elle va se redresser.

Gérard Maudrux

Gérard Maudrux

18 Commentaires

  1. Je n’ai qu’une mesure dans mon programme électoral pour 2022 : suppression de l’ENA et inscription au chômage immédiat et sans passe droit de tout les Enarques : ils nous couterons moins cher ainsi (;-()

  2. Effectivement, en fait de réduction des dépenses publiques on assiste à une augmentation crescendo des taxes et prélèvements de tous types, sans parler des transferts de charges qui devront bien être prélevées chez les contribuables quand l’Etat dit qu’il compensera la taxe d’habitation supprimée par ailleurs. On se moque du monde comme si la majorité des français étaient sourd et illettrés… Et pourtant ça marche !!!??? Effectivement, certains se bousculent pour des photos en compagnie de cet énarque à l’Ego surdimensionné !

  3. « grande tradition énarchique : compliquer pour rien »
    Tradition ou vocation ?
    Ces robots calculateurs de privilèges ont voulu nous faire croire que le vivre ensemble est seulement compliqué, donc du ressort exclusif des « experts » !
    Mais en fait, il est complexe, ce qui signifie qu’il subsistera toujours au moins un paramètre qui doive échapper à toute capacité gestionnaire;
    L’ Etat devait rester garant; ces gens l’ont prétendu gérant . . . pour le bien commun dont on peut aujourd’hui contempler la stabilité des courbes !
    Peut-être ne s’agit-il que d’une erreur de voyelle ?
    Et nous qui pensions que les « experts » devaient au minimum savoir lire !
    Inspirons-nous de la sereine période de 12 mois qu’ont pu savourer les Belges privés de technocrasseux gouvernementeurs . . .

  4. « Récompenser les actifs au détriment des feignants disent-ils »
    Ah bon ? parce qu’un retraité devient un feignant au moment où il s’arrête de travailler comme un esclave ?
    Le ci-devant « Roi-Soleil » dénommé Louis, XIV ième du prénom à initié la traite négrière, et l’esclavage institutionnel « légal » même si illégitime a continué sous les ci-devant républiques . . . jusque de nos jours dans l’esprit de la caste dominante de nos technocrasseux Enarches;
    L’anagramme de ENA ne suffit pas à expliquer tant de retard social dans ces esprits « supérieurs »; il y faut surtout assez de perversion, et il suffit de leur en laisser les moyens financiers qu’il soutirent de nos poches,
    pour qu’il puissent persévérer . . . encore quelques temps !
    Et ça vous plastronne dans les hémicycles, tout poudrés et costumés de leçons de « solidarité » !
    Sous-France, vous dis-je !

    • Petite allusion à certains propos présidentiels, pour rappeler qu’il y a des « inactifs » qui ont travaillé, car on voit qu’ils sont ici traités comme charges inactives donc à taxer, la compensation étant destinée à ceux qui travaillent, pas ceux qui ont travaillé !

  5. tout est vrai. svp transférer vos réflexions à Macron, sénat, mimistères, Dessertine, Etienne, Fiorantino, Ostheimer, etc

  6. La dette s’amplifie…la prolifération technocratique aussi alors les classes moyennes ( toujours les mêmes) paieront plus d’impôts ou taxes. Que faire quand on est trop âgé pour partir: subir!

  7. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » attribuée à Lavoisier, est simplement la paraphrase du philosophe grec présocratique Anaxagore : « Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau ».

  8. Si le conseil constitutionnel reste dans le cadre qui lui a été dévolu c-à-d le strict respect du droit et n’entache pas sa notoriété par une compromission avec l’état, la plupart des mesures prises seront probablement invalidées :
    Taxe d’habitation – Taxe sur les entreprises pour compenser le prélèvement d’une taxe à 3% sur les dividendes, elle même invalidée – IFI etc…et dans tous les cas il rependra d’une main soit directement ou indirectement ce qu’il semble donner de l’autre..
    C’est bien là une conduite énarcho-téchnocratique de « Gribouille », malheureusement récurrente.

  9. Cher Confrère,
    Souvent d’accord avec vous, Et je vous ai vivement soutenu, mais pas ici car vous oubliez beaucoup de faits logiques.
    1/ sur le fond : l’assiette de l’assurance (salaire ou tous revenus) ne responsabilise ni ne déresponsabilise : on consomme librement du soin si l’on sait s’orienter, s’il n’y a pas de pénurie d’offre et qu’il n’y a pas de franchise. Sans régulation de la demande, pas de responsabilisation, CSG ou pas.
    2/ Les cotisations maladie pèsent sur le seul facteur travail, tandis que la CSG pèse sur les facteur travail et capital. L’assiette étant plus large, le taux est plus bas. Quel est le résultat ? On réduit les coûts des industries de main-d’oeuvre et on augmente celui des industries capitalistiques. Donc on favorise l’emploi. Dans un environnement où les cotisations sociales ne sont pas harmonisées, et quand la devaluation est impossible, c’est une solution pour améliorer la compétitivité du travail national. L’emploi étant rare et le capital abondant, en quelques années on a un effet permanent sur l’emploi. Un étudiant en économie le sait. Un énarque n’est pas plus idiot qu’un étudiant en économie.
    3/ les « mesures d’accompagnement » que vous décrivez sont absolument débiles. Mais résultent si j’ai bien suivi de garanties politiques données aux professions et des arrangements du jeu démocratique passé à la moulinette du respect de la légalité (on ne compense pas comme ça un impôt er une cotisation, un étudiant en droit le sait). Et les arrangements démocratiques comme le respect de la légalité ont eux-même leur utilité. Les énarques peuvent être idiots mais pas à ce point. Et aucun élu n’a probablement anticipé ni même compris les implications techniques des compromis politiques qu’il faisait. Aucun fonctionnaire ne l’a probablement voulu.
    4/ L’immobilier est trop cher pour les classes moyennes et même aisées. Notamment car les capitaux sont abondants (la bulle gonfle toujours plus), l’aide à la personne va dans la poche des bailleurs, et son prix n’est plus raboté par des dévaluations. Taxer la pierre est la voie royale pour lutter contre cette état de fait sans se faire lyncher par ceux qui touchent les APL (sauf à « compenser strictement » et là …c’est l’usine à gaz bureaucratique vue en 3/. D’autant que le propriétaire immobilier ne peut pas s’expatrier avec son bien.
    5/ Le détenteur de capitaux s’expatrie si on le taxe trop, et par définition il en a les moyens. L’ISF était un impôt idiot dont le rapport coût / bénéfice était inversé. Même les plus socialistes le savaient. Le supprimer est du simple bon sens.
    6/ Alors oeuvres d’art et autres exonérations ? Firt peu en ont besoin pour vivre décemment, et si on taxe les rares qui pensent en avoir besoin pour vivre décemment, ils partent de l’autre côté de la frontière. Les sommes en jeu en matière de collecte d’impôt étant symboliques, autant ne pas déstabiliser des marchés. Le coût est purement politique face aux démagogues, de là à s’y associer… ?
    7/ Enfin, on orend l’argent où il est. Baisser les retraites est moins dangereux que les revenus du travail. Injuste certes mais tant qu’on ne coupe pas dans les dépenses, il faut bien trouver des recettes. Jeune retraité je l’accepte, et d’ailleurs ça étonne qui ?
    Voilà,

    • « il faut bien trouver des recettes. Jeune retraité je l’accepte, et d’ailleurs ça étonne qui ? »
      personne si on comprend qu’il suffit de toucher une retraite confortable pour rester sûr de vivre dignement après les tontes successivement croissantes du prédateur con-fiscal;
      et tant pis pour les moins nantis ?

  10. Quand on est libéral anti-technocrate, c’est pour la vie ! C’est, actuellement, une gravissime maladie orpheline …
    Mais tant pis, on vit avec… jusqu’au jour béni où on inversera, et où les techno- macronistes deviendront des pestiférés, à isoler dans des sanas !

  11. C’est effectivement un grand jeu de bonneteau fiscal mais tout etait annoncé dans la campagne electorale et on savait que l’enarque Macron etait le conseiller économique de hollande,j’étais récemment dans un théâtre parisien plein à craquer voilà notre président qui se pointe à la place d’honneur déchaînement d’enthousiasme il y avait la beaucoup de retraités pas moins excités que les autres ,les français sont des moutons ils méritent de se faire tondre, les plus intelligents sont à l étranger, comme mes enfants

  12. Bravo. Tout est dit. Aucune baisse des dépenses publiques ( même une augmentation ) Augmentation des impôts .Les énarques envoient la France dans le mur sous le sourire démoniaque d’un des leurs .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Dr Maudrux ne répondra pas aux commentaires anonymes.