26

Hommages

Un hommage national vient d’être rendu à Charles Aznavour. C’était la moindre des choses après celui rendu au taulier, même si l’importance de cet hommage a été inversement proportionnel à la carrière et à la personnalité. Il n’y a que la Fontaine pour honorer plus la fourmi que la cigale.

Ce n’est pas pour évoquer ces chanteurs que je fais ce billet, mais parce que je trouve que la France est décidément un drôle de pays, rendant hommages nationaux à ses exilés fiscaux. Johnny a tout déménagé, jusqu’au moindre dernier centime de succession, Charles l’avait fait depuis 1972, en disant à l’époque très clairement que c’était à cause du fisc. Même ces dernières années ses recettes en France allaient en Suisse en transitant par des sociétés vers le Luxembourg pour échapper à toute fiscalité.

Qui seront les prochains honorables monstres sacrés ? Alain Delon le suisse, Gérard Depardieu le belgo-russe, Polnareff l’américain … ? Mireille Mathieu n’aura pas de chance, elle habite Neuilly bien que travaillant essentiellement à l’étranger (où sont taxés ses revenus ?). Elle aura peut-être droit à une séance de rattrapage ayant été poursuivie par le fisc comme mauvais payeur. Déjà dans un précédent billet j’avais souri devant les personnalités préférées des Français de la dernière décennie : Jean Jacques Goldman, Omar Sy, Yannick Noah,… que des exilés.

Drôle de pays, drôles de Français dans leurs rapports avec l’argent et le fisc. Ils fustigent les riches, et les honorent ensuite quand ils fuient notre pays. Nos chefs d’entreprises sont en Belgique, nos sportifs en Suisse et à Monaco, nos artistes en Angleterre ou en Amérique, ceux qui restent sont en Holding.

Au train où vont les choses avec nos valeurs, Cahuzac aura peut-être droit un jour à nos honneurs. En effet être celui qui chasse l’exil fiscal tout en le pratiquant lui-même est un exploit bien de chez nous qui mérite des honneurs. Benalla ne devra pas être oublié non plus, lui a qui notre Président a déroulé le tapis rouge de son vivant, crée maintenant une société de protection internationale, et cherche un siège … au Maroc.

Je suis personnellement très déçu que personne ne me rende hommage. Peut-être devrais-je m’exiler pour être reconnu ? Je pense toutefois que je ne suis pas encore assez riche pour être chassé et avoir droit à un triomphe post-mortem, et tout compte fait, je préfère encore rester en vie.

Gérard Maudrux

Gérard Maudrux

26 Commentaires

  1. Pingback: Hommages - Caducia
  2. Bravo, Dr Maudrux de votre billet. Encore une fois, vous dites le vrai en stigmatisant une France qui impose à tout va ceux qui ont décidé d’y vivre et de faire leur devoir de citoyen en contribuant à la solidarité nationale. Quant aux grands riches, choyés par le pouvoir macroniste en place, on les laisse bien faire, on les impose proportionnellement bien moins que les « moyens » ou les « petits riches », on ferme les yeux sur leur expatriation fiscale et, quand ils ont le bonheur d’être des artistes nationaux ou internationaux, on les encense, on leur fait des funérailles presque nationales et aucun journal ne souligne qu’ils sont de bien mauvais citoyens, même notre affreux volatile soi disant enchaîné. Triste pays qui a rompu avec ses valeurs si tant est qu’il en ait eu depuis la Révolution !!

  3. Croyez vous qu’il soit si facile de s’exiler ?
    Quand on plonge le pays dans le  » nazisme fiscal » , il est normal de voir les gens s’exiler . En d’autre temps et pour un autre nazisme , le grand Charles s’est bien exilé en Angleterre pouvant ainsi lancer son appel du 18 juin appelant à organiser la résistance ….. on lui rend encore hommage !
    Quand le « nazisme fiscal » aura cessé , probablement que les exilés reviendront encore faudrait il que la résistance fiscale s’organise plutôt que de critiquer ceux qui partent et sans cesse se plaindre des uns et des autres .
    * Obéir c’est trahir , désobéir c’est servir * ….. quand est ce que vous allez rentrer dans la résistance fiscale Mr Maudrux , vous qui êtes un anti-conformiste ?

  4. concernant le rapport des Français avec l’argent, c’est l’élection du Président au suffrage universel démago-électoraliste qui a abouti à ces politiques catastrophiques.C’est irréversible sauf à un changement, ce qui est inimaginable en France.Bien sûr,aidés par nos intellos » rive gauche » et nos médias stimulés pour servir le Président People du moment, les ennemis de l’argent gagné logiquement seront longtemps,très longtemps vainqueurs .

  5. Si mes informations sont exactes,le sieur Vidocq a été le chef de la police après avoir été bagnard évadé. Notre confrère Cahuzac a tout simplement « suivi »l’exemple Vidocq. Il est la personne ad hoc pour pourchasser les évasions fiscales. Qu’en pensez-vous

    • Je pense que s’il avait été honnête avec ses idées et avec nous, il était bien placé pour savoir pourquoi ces fuites de capitaux, et que la solution était la baisse des impôts. Il fallait faire de la prévention, pas de la sanction. S’il y a des paradis fiscaux, c’est parce qu’il y a des enfers fiscaux. Supprimons l’enfer, le paradis ne sera plus recherché. Il était effectivement le mieux placé pour faire comprendre cela, et pour le faire.Une baisse globale des prélèvements de 10% n’est pas une utopie, ailleurs on paie aussi des impôts, et surtout on ne prélève pas une seconde fois sur ce qui reste une fois qu’on a payé. C’est surtout cette seconde fois qui fait fuir.

      • « Pouvoir se soustraire à ce « racket » devrait pouvoir être considéré comme un droit également non écrit »;
        mais c’est rédigé en toutes lettres dans notre française constitution: « tout citoyen doit pouvoir consentir à l’impôt » . . .
        Donc ledit citoyen peut et doit envisager une limite, sinon une borne à l’impôt .
        Un « Etat » qui enjambe sa constitution ne fait que DICTER SA LOI;
        Dictature, lit-on dans le dictionnaire !

  6. Après l’hommage rendu à notre rocker national made in USA, il était normal que la France honore le dernier représentant de la bonne tenue et du verbe français. Certes on peut regretter que les honneurs soient réservés aux saltimbanques et aux sportifs plutôt que de récompenser le mérite et le travail.
    Que ces notoriétés quittent la France fortune faite est critiquable mais défendable.
    Faut-il condamner la cause ou les effets  et peut-on leur en vouloir d’avoir quitté notre pays pour des raisons fiscales ?
    Sûrement pour échapper à l’enfer fiscal d’un Etat incapable de rémunérer convenablement l’épargne de ses concitoyens et qui n’a de cesse de les spolier du bénéfice d’une vie de travail et d’un patrimoine quelque fois épargné par plusieurs générations.
    Il n’est inscrit nulle part dans aucune constitution que le devoir d’un Etat démocratique soit de ruiner des générations d’épargnants avec une régularité qui appelle la consternation et la révolte.
    Pouvoir se soustraire à ce « racket » devrait pouvoir être considéré comme un droit également non écrit, mais mis à la disposition de n’importe quel citoyen qui ne se considère pas vaincu d’avance par cette fatalité…
    Il n’y a aucune justification que des milliers de personnes soient soumises au diktat et à la nullité de leurs dirigeants sous prétexte qu’ils représentent un vote démocratique où une grande partie des votants n’est pas soumise à l’impôt.
    Les institutions n’exigent pas, sauf cas de force majeure, que les possédants souvent les plus méritants voient le produit de leur labeur, pour lequel ils se sont à chaque étape déjà acquittés de l’impôt, réduit à néant au nom d’un hypothétique et toujours inaccessible bien commun, par l’insatiable Moloch qui promet chaque fois mais en vain de l’atteindre.
    De ce point de vue, s’expatrier pour protéger son patrimoine familial devant légitimement revenir à sa descendance, s’apparente à un geste civique. Depuis des décennies, l’Etat providence achète la paix sociale en recourant à l’endettement effréné de la nation lequel deviendra insupportable, si les taux d’intérêt remontent brutalement, plutôt que de réformer des structures étatiques, sclérosées, figées et inefficaces.
    S’exiler n’est pas forcément une déviance mais un sursaut ultime d’un réflexe d’auto-défense et tant pis pour les Etats qui ne comprennent pas que trop d’impôt tue l’impôt.

    • Je ne veux surtout pas critiquer ceux qui essaient de protéger le fruit de leur travail d’un Etat qui gaspille, qui répartit mal, qui ne nous en rend pas une partie en investissements, en services, en confort de travail. Si les prélèvements obligatoires étaient de 10 points inférieurs, nous serions en pleine croissance, sans chômage, et ceux qui partent resteraient, dépenseraient et paieraient des impôts comme ils en paient à l’étranger, mais chez nous. Au final, avec des taux moindres, les recettes seraient très supérieures. Malheureusement la France fait le chemin inverse, résultat : on s’appauvrit et tout ceux qui comptent, produisent (que ce soit industriel, artistique, sportif) partent. Comme tu le dis, trop d’impôt tue l’impôt, mais jute en dessous de ce seuil, moins d’impôt produit plus d’impôt.

  7. Je ne peux vous féliciter chaque fois de vos remarques plus que fondées ; je ne peux pas dire que je les partage ; ce serait prétentieux car en fait vous m’apprenez des tas de choses et je sens qu’elles sont justes ; et encore très juste cette dernière sur les paradis fiscaux de nos vedettes préférées même si on ne peut nier qu’ Aznavour était un très grand artiste ; mais à une époque où on adule n’importe qui il aurait été plus grand encore en payant ses impôts à la France qui l’a reçu . Surtout continuez à nous informer car les paroles non politiquement correctes se font de plus en plus rares.
    F Pernot (chirurgien viscéral retraité ; comme vous!)

  8. je suis un lecteur fidèle et un admirateur de vieille date.Te souviens-tu de ta proposition sur les retraites selon le modèle chilien ? On n’en est pas loin.
    Amicalement.

  9. Merci mon cher Gérard ! Je craignais d’etre le seul à être un tantinet « ennuyé «  par un hommage national officiel fait à un exilé fiscal … ça ne m’empeche pas d’aimer l’artiste, mais j’avoue que je suis « surpris » de n’avoir pas vu ou lu le moindre commentaire à ce sujet dans les médias …! Circulez, y’a rien à voir …!

  10. Démasquer les impostures voilà le rôle de GERARD
    Il ne pose pas la question Qui est l’imposteur ? les politiciens, lesquels ? les administrations de fonctionnaires, lesquels ? les journalistes, lesquels ? les artistes qui encensent, lesquels ? Non il porte un regard lucide sur le bal des hypocrites, tous les médailles de la légion d’honneur qui s’autocongratulent en faisant partie des nantis de la république, des médailles du mérite, toujours des fonctionnaires qui s’autoproclament méritants, des administratifs qui se déclarent tous directeurs de quelque chose, d’une agence d’état, d’un département d’état, d’un ministère d’etat,des juges d’état, bref nous sommes vraiment cernés par une bienpensante sans contrepouvoir, car le pouvoir est devenu le terrain de jeux de tous ces administratifs, fonctionnaires, juges, qui ont envahi allègrement la sphère publique pour nous dire en plus ce que l’on doit penser, qui l’on doit remercier, honorer, glorifier, Si cela continue en France on va bientôt ériger un monument à la gloire de BISMARCK, GUILLAUME II, HO CHI MINH ou BEN BELLA. Après tout on a bien donné la légion d’honneur à BACHAR, KADHAFI, TAKIEDINE alors pourquoi pas à tous les hypocrites de la terre

    • La voilà, l’Imposture: l’Anschluss du vocable « Public » par la Caste numériquement exponentielle des Soumis qui on fait allégeance à la Cause-Nôtre : le Domaine PUBLIC ! on y a fourré tout ce qui permet à n’importe quel opportuniste mesquin ou d’envergure industrielle
      d’y dissimuler son irresponsabilité personnelle, son incompétence ou quelque foncière malhonnêteté, parfois, souvent les trois,
      derrière les miroirs et les paravents de la galerie de l’ « Intérêt Générââââl » . Hors du « Public », point de salut individuel, et encore moins personnel (Oh ! le gros mot !)
      Dans cette totalitaire condition démocrasseuse, que peut-il bien rester de dignité, de responsabilité au ci-devant citoyen ?

  11. Après ce billet d’humeur tout à fait justifié , j’en arrive a me poser une question qui pourrait sembler provocatrice , surtout dans le contexte actuel : la nationalité d’un individu ne devrait-elle pas être celle du pays ou il paie ses impôts ??

    • Pour la nationalité je ne sais pas, mais j’ai toujours pensé que ne devraient voter que ceux qui payent des impôts (qui paie commande). A quel titre les Français de l’étranger (1 782 188 inscrits selon le décret du 12 janvier 2017), votent et ont des élus bidons (postes pour les copains ?) en quantité invraisemblable : 12 sénateurs et 12 députés (Art 24 de la réforme constitutionnelle de 2008). Cela confirme que notre république choie bien ceux qui décident de la quitter.

      • Et ne devraient se faire soigner en France que ceux qui paient leurs impôts en France ou paient leurs frais médicaux.

      • Dans l’affaire Halliday, personne ne signale le montant des droits de succession versés par Laetitia Halliday en raison de la loi américaine: soit ZERO euros, ZERO dollars. C’est le cas pour la plupart des véritables riches Français (Artistes, sportifs, chefs d’entreprises et surtout fonctionnaires de haut rang, cf Cahuzac), bien informés des possibilités offertes par le off-shore. Un groupe de sénateurs a rédigé un projet de loi pour alléger les droits de succession des classes moyennes en France. Qu’en pensez-vous?

        • Pour tous ceux qui sont en Suisse, c’est également zéro droits de succession. Ces droits de succession sont un réel problème chez nous. Les sénateurs veulent les alléger, mais le candidat Macron voulait les réformer, mais dans l’autre sens (cf mon billet précédent « augmenter les droits afin de contrer les inégalités de naissance », proposition de Castaner). Aujourd’hui quand on lègue la maison de famille sans avoir de liquidités, les héritiers doivent vendre s’ils ne peuvent payer ces droits. Même chose pour les entreprises familiales : les chefs d’entreprises organisés et prévoyants vendent donc de leur vivant pour éviter la vente désordonnée et le démantèlement, et ce sont les étrangers qui souvent offrent le plus. Même problème dans le monde agricole : ceux qui ne gagnent même pas le SMIC et sont endettés, sont à la tête de grandes surfaces qui ont une valeur même si elles ne rapportent pas grand chose. Ils transmettent difficilement les enfants ne pouvant payer les droits, sauf en s’endettant, handicap qu’ils vont graver leurs problèmes. Ces droits détruisent le patrimoine des Français donc de la France, en font fuir une partie à l’étranger (pas par volonté d’échapper au fisc mais par nécessité pour ne pas détruire). Tout le monde le sait, mais personne n’ose y mettre fin, à cause du rapport des Français avec l’argent, et ce que les politiques marxistes et les médias leur ont mis dans la tête depuis les années 60-70.

  12. bonsoir, je vous rends hommage (rire), vous savez comme moi que depuis longtemps c’est le paraître qui est le plus important !

  13. Vous aurez au moins l’hommage de vos lecteurs qui se délectent de vos billets!!! Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Dr Maudrux ne répondra pas aux commentaires anonymes.