16

L’Enarque et le Benalla.

Tout a été dit sur l’affaire, mais vous n’avez certainement pas encore lu ou entendu ma vision des choses. Le scandale Benalla, ce n’est pas le fait divers, le personnage (qui semble sympathique), mais les dérives de nos institutions, gangrenées par une caste à l’enseignement despotique et népotique. Je regrette que Jean de La Fontaine ne soit plus de ce monde, car il en aurait fait une fable. Il l’aurait intitulé « L’Enarque et le Benalla », et aurait terminé par une morale du genre :

Flatte l’énarque, baron il te fera

Frappe le peuple marron il te fera.

Un employé qui dérape, cela peut arriver et arrive partout, dans tous les métiers, rien à dire. On le met dehors (sauf chez les fonctionnaires, j’en conviens) et on n’en parle plus.

Mais sortons du fait divers pour poser la question : pourquoi a-t-il dérapé ? Tout simplement parce que c’est bien connu : le pouvoir arrivé trop vite monte à la tête, et à un certain stade, il n’y a plus de limite. Tel Vidocq, parti de gros bras du PS, il est arrivé en peu de temps à se croire chef de toutes les polices de France, donnant des ordres à tous les plus grands policiers, armé comme le GIGN, sans permis ni formation.

Pour quelles raisons tous ces pouvoirs ? La première est qu’il a compris une chose fondamentale, contrairement à moi :  pour réussir la flatterie est un formidable ascenseur, plus importante que les diplômes. Il faut savoir caresser les énarques dans le bon sens du poil, les flatter, cirer leurs pompes à longueur de journée, porter les valises de madame. Aquilino Morelle qui faisait cirer ses Weston à l’Elysée l’aurait lui aussi adoré et fait chevalier. Pour l’anecdote, notre Président a choisi comme bureau de travail celui dont le dernier occupant était justement cet amateur de pompes bien cirées, et ce bureau (la chambre d’Eugénie), pour le personnel de l’Elysée, a la réputation depuis quelques décennies d’être « le bureau qui rend fou ». Le « salon doré » de ses prédécesseurs ne sert plus qu’à signer devant les caméras.

La seconde est qu’au fil du temps, l’Elysée est devenu un Etat dans l’Etat, ou plutôt une monarchie ou une principauté dans l’Etat. Nos bons rois de France distribuaient titres de noblesse et terres à leurs courtisans méritants, sans retenue ni discrétion, la monarchie républicaine distribue d’autres titres et logements, toujours sans retenue ni discrétion et refusant comme nous l’avons vu tout contrôle des représentants du peuple.

Ainsi notre brave tonton macoute cireur de pompes est devenu tel un chevalier adoubé, lieutenant-colonel de gendarmerie à 26 ans, avec avis défavorable d’un Etat-Major toutefois aux ordres, sautant allègrement 9 grades : caporal, maréchal des logis, adjudant, adjudant-chef, major, sous-lieutenant, lieutenant, capitaine, commandant puis lieutenant-colonel. Pour les gueux besogneux, il faut pour ce poste 20 ans de carrière, ou alors être en fin de carrière pour bénéficier de la retraite qui va avec. Pour son travail, je croyais qu’il y avait des services spécialisés dans la police, dans la gendarmerie, je croyais qu’il y avait à l’Elysée la garde républicaine, quant au Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR), comme tout le reste, bien entendu aucun avait la compétence d’un Benalla.

N’oublions pas les distributions de laissez-passer de haut niveau à l’Assemblée (pour aller à la salle de sport), diverses accréditations secret défense, la voiture de ministre, un logement juste rénové dans la garçonnière de l’Elysée, le palais avec ses 365 pièces étant trop petit pour loger les amis (nos anciens rois voyaient grand, mais pas assez pour leurs successeurs). Son armement était digne de celui du GIGN, que les gendarmes eux ne gardent pas chez eux. Il rouait sans permis, celui de port d’arme qui lui était refusé avant qu’il ne soit à l’Elysée n’a été là que pour régulariser une situation existante. Quant au salaire, je suppose que c’est bien 2 fois celui du grade, largement 3 fois celui de ses états de service. J’en passe et des meilleurs, avec beaucoup de cirage tout est possible sans passer par les règles républicaines réservées au commun des mortels.

D’autres scandales sont venus ensuite qui s’affranchissent toujours des règles républicaines. Tout a été démenti au plus haut niveau de l’Etat, pour être contredit par la suite par des enregistrements, des images, des témoignages. Ses passages à l’Assemblée alors qu’il était suspendu, sa voiture de fonction récupérée à la fourrière alors qu’il n’était plus en fonction. Son logement au palais de l’Alma attribué par le secrétaire général de l’Elysée 2 mois après la bastonnade, jusqu’à son éviction rapide par Montebourg dont il était le chauffeur, après avoir causé un accident avec volonté de délit de fuite : démenti mais reconfirmé par le Ministre.

Il y a aussi ces blasphèmes à l’égard des gueux et de leurs représentants. Je cite les propos du coupable avant d’être convoqué devant la commission d’enquête (sans compter tout ce qui a été fait pour la torpiller : « les chambres n’ont pas à savoir ce qui se fait à l’Elysée ») : une mission d’enquête, mais qui n’en a aucun droit, et qui bafoue notre démocratie. Qui la foule de son pied… Monsieur Philippe Bas (présidant la commission), je mesure très bien mes propos, ce petit marquis… Le Sénat bafoue les règles fondamentales de la démocratie française qui sont celles de la séparation des pouvoirs… Ce sont des petites personnes. Qui n’ont aucun droit, et aucun respect pour la République française… Ce sont des petites gens, qui n’ont jamais existé dans le paysage politique français.. je vous le dis franchement, j’ai aucun respect pour eux. » Rappelons que les enfants et les élèves répètent ce qu’ils entendent à la maison ou à l’école.

Il existe de plus en plus de zones de non droit dans notre pays, où la police et la justice ont de plus en plus de mal à avoir accès. Il en est une plus sophistiquée, avec ses règles, sa police, tel le palais du Vatican, et un chef qui va rendre ses comptes et expliquer ses choix devant ses courtisans, pas devant le peuple (à qui on a encore précisé récemment qu’il n’est de bon gueux que celui qui se tait). Voilà ce que ce fait divers révèle.

« Le flatteur, en chatouillant par des louanges les oreilles de ceux qui aiment la gloire, se les attache si fortement qu’ils ne peuvent plus s’en séparer. (Plutarque) ». Mais au-delà de la flatterie, quels sont donc les liens secrets, les basses œuvres, qui unissent ces deux hommes au point d’en arriver à mettre à découvert ces pratiques ? Liens suffisamment forts pour en arriver à remettre en cause une réforme constitutionnelle et en grande partie entraîner la démission d’un Ministre de l’intérieur et ami républicain de longue date ?

Gérard Maudrux

Gérard Maudrux

16 Commentaires

  1. Macron alla ben !
    il faut quitter l’ ENA pour revenir à l’ ENAE
    ( ils sont excellents aux affaires étrangères)
    réduire une mafia très franco-française…, passer d’ une population promotionnelle de x,à 1/5 de x : réduction des couts+++,
    les ministères , la préfectorale ( pour ce qui l’ en reste ) et le touti-quanti n’ on qu’ à recruter sur concours commun , recrutement directement en stage puis fonction , sans école (disparition du copinage , de la photo
    des pseudo grosses têtes jupitériennes )
    l’ ENS suffi bien a former du personnel de qualité .

  2. le salaire d un lieutenant colonel,ou plutôt la solde , est de 138 euros par journée de travail effectuée en tant qu actif(ce n’est pas à multiplier par 30 jours)
    celui d’un gendarme de base est de 53 euros
    pas de quoi en faire un fromage

    • Nous sommes d’accord. 138€ x 23 jours ouvrables = 3 174€. J’avais écrit à propos du salaire « bien 2 fois celui du grade », nous y sommes, un peu plus. Toutefois, c’est moins que le coiffeur de son prédécesseur, alors qu’il devait rendre plus de services.

  3. ce que je retiens de cette affaire c’est que les grands élus républicains manquent d’une chose : des personnes attachés et de confiance, sur ce coup Benalla devait être à la bonne place mais il y a eu erreurs de casting à l’embauche, au lieu de majordome il fût nommé lieutenant-colonel…
    Il me semble que la goutte qui a fait démissionner Mr Hulot : le lobbyiste invité en réunion ministérielle avec président et premier ministre est autrement plus grave et trés édifiante sur le fonctionnement de l’Etat. Cet épisode aurait bien mieux mérité une enquête parlementaire … par qui ce lobbyiste a t’il été invité ?

  4. Intéressant votre billet. M. Liscia, au départ de l’affaire, écrivait qu’il était mesquin de parler de cette histoire et qu’en fait on voulait surtout attaquer le chef de l’Etat, pourtant irréprochable. J’ai émis que nous étions dans un pays décadent. M. Liscia m’a répondu que j’étais haineux et mon commentaire nul. Va-t-il vous écrire le même constat? Ce n’est pas convenable, M. Maudrux, de parler de cette histoire. La preuve, c’est M. Liscia qui l’a dit. Vous voyez, des cireurs de pompes sans compétence, il y en a partout, et c’est ce qui fait que nous sombrons sans cesse dans la décadence.

    • J’ajouterais que si effectivement certains avaient pour objectif de viser particulièrement premier lieu le Président, personnellement ce que je critique en premier, ce sont les dérives de notre élite qui ne sont pas nouvelles, mais qui s’aggravent.

    • Nous sombrons sans cesse dans la décadence, c’est vrai, et ce parce que notre Président reste toujours dans le superficiel ,dans le prêt à penser.
      Bien plus grave que l’affaire Benalla, les mots que Macron a prononcé en juillet 2017 devant des patrons de Start-up  » ces gens qui ne sont rien ». C’est bien plus grave car c’est une atteinte à la dignité humaine, c’est renier les valeurs d’égalité, de fraternité qui fondent notre République dont précisément le président doit être le garant. Macron démontre jour après jour son incapacité à garder la bonne distance, on l’a vu récemment aux Antilles. Il manque à notre président une vraie profondeur. Il joue sur tous les théâtres du monde des rôles convenus. Et comme il joue, il cède à la tentation de changer de registre et dérape parfois dans le comique de mauvais goût, comme la pèche au kwassa kwassa. Faut-il s’étonner de ce manque de profondeur, quand on pense à la bannière qu’il a choisi pour son parti : En Marche. Ils marchent nos marcheurs, c’est certain, ils déroulent consciencieusement leur bréviaire libéral mais sans véritable vision politique. Ils marchent. Dans quelle direction, est-ce pas vraiment leur problème ?
      Macron n’a pas encore montré qu’il avait l’étoffe d’un homme d’Etat. Kissinger disait de Kennedy qu’il était entré dans la légende avant d’entrer dans l’histoire. Je crains que Macron doive se contenter d’entrer dans Closer.

      • Je retrouve là votre belle plume dans les conclusions. Personnellement j’ai voulu y croire au début, j’ai souhaité qu’il réussisse, mais dans un billet j’avais exprimé une crainte : l’énarque et les 15 plus hauts postes de décisions attribués à des énarques, tous hommes. Si l’arrivée, l’ambiance annonçaient l’arrivée de la société civile, l’Administration et son arrogance reviennent au galop.Pour eux, effectivement, tous les autres ne sont rien, ou si peu.

        • Moi aussi j’ai voulu y croire, je me suis même inscrit à En Marche, et puis il y a eu le discours de Nevers sur la Santé pendant la campagne présidentielle. J’ai été profondément déçu par sa naïveté. Bravo pour vos billets toujours bien documentés et qui dévoilent avec pertinence les dérives de nos gouvernants.On apprend aux ENARQUES une rhétorique ainsi ils ont toujours une réponse toute faite sur tous les sujets, il leur manque l’humilité Socratique pour aller au fond des problèmes.

  5. gerard, j aime vous lire, mais là vous etes populiste..
    rien à voir entre son grade et son salaire..il a un salaire elevé, probablement trop elevé mais, comme le coiffeur de fr hollande, il est dispo 24/24 7 jours sur sept..
    l un des senateurs qui l a interrogé, trouvait normal d’etre colonel de reserve, juste parce qu il etait senateur…lui etait lieutenant colonel juste parce qu il etait membre du cabinet du president de la republique, et il a fait 8 ans de gendarme reserviste avant
    la salle de sport est ouverte à certains qui prennent une licence de sport aupres de l Assemblee nationale..(il y a des clubs de golf, de rugby etc etc) ..comme dans toute entreprise,il y a des avantages à etre membre et c’est ouvert à certains exterieurs
    la voiture de fonction avec gyrophare, tous les vehicules de l elysee, ou presque tous en sont euipés et il est normal que les principaux collaborateurs en disposent..
    quand je vais au ski, je trouve sur les parking des vehicules du conseil regional ou departemental et des vehicules d’entreprise privées, et ça me choque plus..
    la commission d enquete senatoriale m a quand meme bien paru à charge, et j ai été surpris de voir à quel point celui que je pensais etre une mauvaise brute s’en est sorti brillament..(je n avais pas cabinet ce matin là)..
    mais j adore votre liberté de ton et la plupart de vos analyses

  6. Je te trouve dur Gerard , certes il a bénéficié d’une promotion, et grillé des étapes : pas orthodoxe , mais un président a besoin d’un premier cercle de confiance, surtout quand il n’est pas rompu aux arcanes du pouvoir.
    Oui , il pour répondre au commentaire précédent , c’est un président de l’image , mais qui ne l’etait Pas depuis l’avenement De la télévision ?
    S’adresser à la génération Facebook , plus préoccupée par le devenir des anges de la réalité qu’a l’avenir de notre pays, n’est pas chose aisée..à moins d’une parole rare, il me paraît impossible d’etre Un bon communicant !
    Il va dans l’Aude et il se fait critiquer car on dit qu’il va faire de la politique et se montrer , et s’il n’y était pas allé, on aurait dit qu’il se foutait du bon peuple.
    Ne soyons pas comme cette génération impatiente : laissons le temps à nos président d’essayer ! Si la solution était évidente , les changements auraient été déjà faits. Et la, je t’entends Gerard , avec ton franc parler , me dire à l’oreille que les solutions existent et sont toutes simples : oui , c’est vrai , mais pas dans un pays comme le France où il faut sans arrêt préserver les uns et les autres. Il a déjà fait pas mal..
    Quant aux fameux 1,7% de CSG qui font hurler les retraités les plus anciens , je leur dirai bien volontiers que pour certains , ils ont pris leur retraite à 60 ans , parfois plus tôt , quand ma génération la prendra à 62 , puis 63 , et ….
    on ne peut pas satisfaire tout le monde … alors , si on essayait de laisser travailler quelqu’un qui… travaille ? Pour une fois…

    • Mes critiques s’adressent moins à l’homme, mais plus aux dérives de nos institutions depuis les années 80. Chaque Président en a ajouté, la dérive monarchique avec ses fastes et ses travers peu républicains ne date pas d’aujourd’hui. On peut défendre ou non la politique, mais il y a la manière. Regardons nos voisins, comme l’Allemagne. Merkel n’a pas de palais, pas de garde républicaine, de brigade de cuisine. Elle vit dans un appartement de location, fait ses courses au supermarché (avec 3 gardes du corps fournis par la police), et ne travaille pas moins bien pour autant. Résultat (source OCDE) : en 2016 les prélèvements obligatoires chez nous étaient de 45,3%, contre 37,6% en Allemagne, soit 7,7 points de PIB de différence. Le déficit des administrations publiques en France augmente chaque année, alors qu’en Allemagne il dégage des excédents et le pays se désendette. Conséquence : les Allemands râlent moins.
      Amitiés.

  7. bravo !
    Mr Macron n’a pas hésité à licencier le chef des Armées dés son arrivée, alors que cet homme avait un vrai passé et a adoubé une petite canaille.
    Je crois surtout que Mr Macron est le produit de notre société un homme « moderne »; de théâtre, mise en scène, de télé réalité, et qu’il n’a pas la stature d’un Jupiter comme il veut le faire croire.
    La belle image s’effrite parce que derrière, il n’y a pas de consistance, pas de vraies valeurs défendues, c’est un bric à broc !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Dr Maudrux ne répondra pas aux commentaires anonymes.