24

Vœux présidentiels.


Comme chaque année nous avons eu droit aux traditionnels vœux de notre Président. Ceux de cette année me posent des problèmes de grammaire et de politique. Soit les mots ont changé de sens, soit je ne comprends plus le sens des mots, soit je ne comprends rien à la politique, ce qui est tout à fait possible vu que le plombier charcutier que je suis n’a pas fait l’ENA.

Notre Président a voulu nous donner de l’espoir en nous expliquant que « le capitalisme ultra-libéral et financier, trop souvent guidé par le court terme et l’avidité de quelques-uns, va vers sa fin ». Pour ce qui est des politiques à court terme depuis des décennies, et l’avidité de nos hommes politiques, j’arrive à suivre et je comprends, mais pour la politique ultra-libérale, je suis perdu, car je ne l’avais pas remarqué. Je croyais que nous étions ancrés dans le laxisme-léninisme.

Comment le pays qui prélève le plus au monde pour la collectivité peut-il être considéré comme ultra-libéral ? Comment notre « Etat Providence que tout le monde nous envie » peut-il être qualifié ainsi d’ultra-libéral ? Comment nos concitoyens à qui nos politiques, nos médias, ont fait haïr l’argent et la réussite, ont-ils pu voter depuis toujours pour des ultra-libéraux ? En quoi un pays qui chasse les riches, empêche l’entreprise et la réussite est-il ultra-libéral ? Comment un pays où tout est interdit, où l’Etat veut s’occuper de tout, est-il ultra-libéral ?

Manifestement je n’ai pas la même vision de l’étatisme et du simple libéralisme, encore moins de l’ultra, que notre Président. Alors si demain on nous annonce que cet ultra sera encore moins libéral, donc encore plus étatisé, je crains. Ne sait-on pas à l’ENA que toutes les républiques socialistes de l’Est se sont écroulées, que les politiques socialistes de l’Amérique du sud sont toutes en train de s’écrouler dans la misère des peuples, que la Chine communiste est plus capitaliste que communiste et s’enrichit à toute allure sur notre dos ?

« On ne bâtit rien sur des mensonges » a-t-il encore dit, je suis d’accord. Mais faire croire que nos problèmes viennent de la politique libérale et ultra de nos anciens Présidents, est-ce une réalité ou un mensonge ? La vérité, ce n’est pas de dire aux Français ce qu’ils veulent entendre, mais leur expliquer ce qui est. Pendant des siècles la France et les Français se sont enrichis en augmentant leur patrimoine et en mettant de côté. Aujourd’hui notre patrimoine fond, n’est pas entretenu, est confisqué, et au lieu de mettre de côté, nous nous endettons. Voilà ce qui ne va pas et qu’il faut corriger pour des jours meilleurs.

Il n’y a qu’une solution pour que demain nous vivions mieux, pour que notre pouvoir d’achat augmente. Cette solution n’est ni libérale, ni socialiste, ni de droite, ni de gauche. Elle relève du bon sens. Ce n’est pas étatiser plus (comme hier pour la fiscalité locale, demain pour les retraites), ce n’est pas distribuer plus en prélevant plus, en reprenant plus ici pour redonner là, mais c’est tout simplement en dépensant moins, en gérant mieux, en gaspillant moins, que le pays peut s’enrichir. Apparemment ce ne sont pas des options envisagées. Dommage, c’est ce que j’attends après chaque élection et lors des vœux, année après année. Pas le moindre début, même en promesses.

Promettre aux Français que demain ils auront plus, sans prélever plus, et sans évoquer une seule petite baisse de dépense, n’est pas un mensonge qui ne mènera à rien ?

Gérard Maudrux

Gérard Maudrux

24 Commentaires

  1. Un peu de mauvaise foi??
    L’ultralibéralisme cité ne s’applique bien entendu pas aux institutions françaises mais au capitalisme international.
    Par exemple Amazone est une société « ultralibérale » qui a une activité aussi en France (pays non ultralibéral).
    Je cite à dessein Amazone car Bezos est le type même du banquier d’affaire qui n’a rien inventé (ni l’informatique, ni internet, ni la vente par correspondance) et qu’on ne doit pas confondre avec un vrai entrepreneur.

    • Je ne suis pas sûr. Si c’était le cas, faire croire qu’il va régler la mondialisation et que demain cela va aller mieux, n’est pas crédible. Les USA ont aussi à faire face aux GAFA, ce qui ne les empêche pas d’avoir créé 5 millions d’emplois en 2 ans, 318 000 rien que pour décembre. Sur 12 mois les salaires ont augmenté de 3,2% pour une inflation chez eux de 2,2% sur la même période.

    • L ultraliberalisme est un terme politique employé pour parler de façon pejorative du liberalisme …. rien d autre .
      En face de l ultra-technocracie monarchique et parisienne des enarques regroupée dans la REM , on ne trouve que les extremes : Melenchon et le Rassemblement National qui ne rassemble rien du tout .
      Il serait temps que le Liberalisme fasse enfin son apparition en France si on veut sauver ce pays , jeter aux oubliettes cette societe d economie mixte qui nous caractérise .
      Liberté , Liberté et Liberté
      L egalité on verra plus tard , quand les Français n en pourront plus du mepris de l équité et du mepris du droit des victimes .
      Fraternité : ça commence à
      L ecole de la république et pas dans les grands lycées Parisiens fréquentés par E Macron et autres Enarques .
      Contrairement a ce que veut faire croire la dictature du politiquement correct et la tyrannie de l immobilisme , il n y a rien de plus social et humain que le liberalisme ( a ne pas confondre avec le capitalisme ) ….. peut on un jour imaginer que c est une pensee technocratique qui a donné naissance à la médecine humanitaire ?… c est la liberté de décision , d agir , d entreprendre , la liberté d aider , la liberté d organiser …. la France a besoin de bon sens soit , elle a surtout besoin de liberté ….
      c est marqué partout sur les Mairies.

      • La pertinence et l’efficacité du libéralisme comme doctrine économique a été démontrée par l’absurde par l’aventure soviétique.
        Mais la condamnation de l’aventure soviétique doit d’abord, à mon sens, être celle d’un système ayant entraîné tant de morts et de tortures.
        Un autre exemple que MSF: Bill Gates a fait une fortune immense avec de mauvais produits imposés grâce à l’incompétence des dirigeants d’IBM (Il étaient américains donc pas énarques mais étaient aussi nuls); Linus Torvalds n’a pas fait fortune malgré sa création bien meilleure. La mesure Dollars doit être remise en cause.

        • Quel rapport avec le libéralisme ? Si Linux était sorti avant, il aurait été premier. MS-DOS moins bon était déjà trop implanté. Question de timing. Il y a aussi le choix du consommateur, s’il n’est pas le meilleur, ce n’est pas lié à une politique économique.

          • C’est uniquement IBM qui a fait la fortune de Microsoft
            Ensuite Bill a trahi les andouilles D’IBM en développant Windows tout en faisant semblant de collaborer pour OS2
            Cette histoire est assez rigolote. Le libéralisme permet la victoire du plus débrouillard pas forcément celle du meilleur produit
            Autre exemple célèbre le betamax était meilleur que le VHS
            Enfin ce qui est marrant c’est que consommateur préfère payer Windows plutôt que d’utiliser Linux gratuitement

  2. On en parlait dans la rubrique precedente : chiffres de fou

    Le groupe de reflexion Terra Nova veut augmenter les droits de succession ( cf ci dessous ) pour compenser l ISF :

    Rappel :
    – l ISF rapporte 3.5 milliards/an
    – les droits de succession
    10 miliards /an
    – la fraude a la TVA c est 20 milliards /an
    – l absenteisme c est 100 milliards /an
    – les 1.8 millions de cartes vitales frauduleuse en fourchette basse c est 16 milliards /an

    Et Terra Nova se targue d etre un groupe de reflexion?!?
    Jugez en par vous même ci dessous
    Pour éviter de voir se développer une société « d’héritiers vieillissants », le groupe de réflexion Terra Nova propose d’augmenter les taxes sur les successions. Ce qui permettrait aussi de compenser les pertes de recettes générées par la suppression de l’ISF.
    le 04/01/2019 à 07:16
    Le groupe de réflexion Terra Nova propose d’augmenter de 25% le rendement de la fiscalité des successions afin de compenser les 3 milliards d’euros perdus pour l’Etat avec la suppression de l’impôt sur la fortune (ISF), dans une note publiée vendredi.

    « Dans les conditions économiques, démographiques et fiscales que nous connaissons, nous courons le risque de voir se développer une société d’héritiers vieillissants », selon ce groupe de réflexion (« think tank ») marqué à gauche.

    Le patrimoine augmente en effet plus vite que le revenu et est de plus en plus concentré entre les mains des plus âgés, peu enclins à « investir, à consommer et à faire circuler les richesses », constate Terra Nova. Le patrimoine net des ménages et des entreprises individuelles représentait ainsi 8,3 années de revenu disponible net en 2015, contre seulement 4,9 en 1980.

    Un abattement décroissant
    Pour parvenir à augmenter le rendement des droits de succession, le think tank propose plusieurs pistes, dont « la mise en place d’un abattement décroissant et lissé en fonction des parts transmises, ce qui permettrait d’introduire davantage de progressivité dans l’impôt sans y faire entrer de nouveaux contributeurs ».

    L’abattement serait de 100.000 euros pour les parts transmises jusqu’à 200.000 euros, et décroîtrait jusqu’à 30.000 euros pour les parts au-delà de 1,5 million d’euros.

    Aujourd’hui, l’abattement est de 100.000 euros quel que soit le montant pour les transmissions entre descendant et ascendant en ligne directe (grand-parent, parent, enfant).

    Le groupe de réflexion propose en outre une refonte du barème progressif de taxation des transmissions, avec lequel « on paierait moins d’impôt jusqu’à 150.000 euros par part, et davantage au-dessus ».

    Enfin, pour éviter que la progressivité du barème soit comme aujourd’hui « très largement contournée » par le barème applicable aux sommes transmises par l’assurance-vie, Terra Nova juge souhaitable de revoir ce dernier pour l’aligner sur le droit commun, ce qui permettrait de générer « à très long terme » un milliard de recettes supplémentaires pour l’État, une fois que tous les vieux contrats seraient arrivés à leur terme.

    Les sommes dégagées par ces réformes pourraient, selon le groupe de réflexion, servir à améliorer la prise en charge de la dépendance des personnes âgées et à financer une politique d’égalité des chances à l’attention des jeunes, en créant par exemple une dotation en patrimoine versée à tout jeune à sa majorité

    • Les rapports réguliers montrent que la transmission des entreprises familiales est le plus faible de tous les pays civilisés. 14% des entreprises sont transmises dans la famille, contre plus de 50% pour la moyenne européenne, atteignant 65% en Allemagne, 76% en Italie et 88% en Suède (pourtant assez socialiste). La raison avancée est toujours la même : la fiscalité, qui incite à vendre, en général à des groupes étrangers plus offrants, malgré la Loi Dutreil qui a amélioré les choses. Si vous avez une entreprise et peu de liquidités (normal vu les ponctions), à la succession les héritiers n’ont pas de quoi payer les droits, il faut donc vendre pour payer ces droits. Grâce à ces droits, la France vend son patrimoine aux étrangers.

    • Les 3 premiers de la liste des personnalités préférées des Français vivent à l’étranger alors que leur activité est en France. Idem pour Johnny fiscalement à l’étranger pour une activité uniquement sur France, et son héritage, 100% constitué en France n’y retournera pas. Pourquoi croyez vous qu’il a déménagé ? Pour raisons professionnelles ? Tous nos sportifs, nos artistes sont en Suisse, à Monaco ou en Angleterre. Toutes les familles de la grande distribution sont en Belgique ou en Suisse,… Je préfèrerais les voir payer leurs impôts et consommer en France. Quant à ceux qui restent ils sont tous en sociétés holding. Résultat comme le moitié des Français ne payent pas d’impôts et ont des dispenses de charges, que ceux qui pourraient en payer beaucoup trouvent mieux ailleurs, ce sont les classes moyennes qui supportent l’essentiel de la charge de l’Etat et qui n’en peuvent plus. Les retraités fuient pas milliers. Je préfèrerais que cela soit mieux réparti et que tout le monde paye.

      • oui alors il faut empecher les plus riches d’etre des exilés fiscaux..
        donc modifier les lois pour l’obtenir cela devrait etre possible…
        d’autres pays l’ont fait…

        • Au lieu d empecher , d interdire , d obliger …. a moins de tuer les gens qui s exilent faudrait surtout trouver des solutions et des idees intelligentes pour les faire
          revenir .
          L instabilité fiscale est un crime contre la nation
          La dette de l etat est un crime contre la démocratie .
          Cela fait 40 ans que les impots et les taxes augmentent :
          – il y a de plus en plus de précarité
          – les gens tres riches sont de plus en plus riches
          – et la classe moyenne fond comme la neige au soleil .
          …. cela fait 40 ans que ça ne marche pas , et on continue … quels sont donc les abrutis qui vont taper un mur pendant 40 ans sans reflechir qu on peut passer par dessus ou par les côtés : a part l administration je ne vois pas . Comme l administration est 10 fois plus lente que l individu et pour le meme travail côute 10 fois plus cher : il ne sert a rien de faire interdire .

  3. S’en remettre au bon gros « bon sens » pour gérer la France paraît un peu court. Oui le libéralisme continue de façonner nos vies, de détruire les ressources terrestres sansautre vision que le profit, et sans
    porter attention aux facteurs humains et au besoin de protection des peuples. C’est bien le sens profond du mouvement des gilets jaunes.

    • Frapper du flic pendant 15 minutes c est pas mal . Notre nouveau héros national de boxe vient de se faire une cagnotte de 110 000 € en quelques heures :
      Net d impot et de CSG et de charge .
      Plus qu un Médecin Generaliste en une année !!
      Ça c est di bon sens !

      • J’ai vu ça ce matin. Il va dépasser les 2-300 000. Dans le même temps Orange fait un sondage : les 2/3 des Français soutiennent les mesures annoncées pour traquer les casseurs, que les « intellectuels » critiquent au nom des libertés individuelles, préférant se faire casser la g.. et leurs biens pour ne pas a-voir à décliner leur identité ! Pauvre France, de plus en plus ingouvernable. Cela va aller de pire en pire, faute de grand chef crédible pour venir dire en face aux Français certaines vérités.

  4. Encore une fois, Gérard Maudrux exprime clairement l’évidence et le bon sens que ne veulent pas voir nos élus, de quelque bord qu’ils soient car ce n’est pas leur interêt personnel et le bien public est loin de leurs préoccupations. J’ai particulièrement apprécié le commentaire de J-J.Tournon sur la genèse vichyste puis communiste (période de la Libération) des fonctionnaires et des énormités de leur statut; ils plombent depuis 70 ans le fonctionnement de notre République au nom de « l’interêt supérieur de l’Etat » qu’ils se targuent de servir et, qu’en fait, ils minent année après année. C »est sans doute malgré eux qu’ils le font, mais sûrement avec la bénédiction non exprimée de nos énarques, trop contents de continuer de profiter du gruyère des finances publiques. Hélas, les trous de ce dernier s’agrandissent; bientôt, la bulle éclatera et nous arriverons à un régime type Bolsonaro avec des méthodes drastiques et brutales. Notre peuple n’aura plus que les yeux pour pleurer; les très riches, les jeunes entrepreneurs désireux d’un vrai libéralisme, nos savants soucieux de liberté dans leur travail, continueront de quitter notre pays et rejoindront les vedettes qui ont réussi tels Hallyday, Aznavour, exilés fiscaux qu’on encense après leur mort sans les avoir inquiétés avant !! On comprend aisément pourquoi notre pays est bien mal classé dans la lutte anticorruption car tout cela s’apparente à une corruption d’état où ceux qui en profitent le savent très bien et continuent leurs agissements délétères.

  5. Excellent commentaire Mr Maudrux, comme les autres fois. C’est un plaisir de vous lire. Je vous souhaite une bonne année 2019

  6. En ce début d’année 2019, morose, où notre Président tente de réveiller en nous l’espoir que son élection avait suscitée, vite terni par les dérives de la chape de plomb énarco-technocratique de ses fidèles troupes, qui nous asphyxient et paralysent toute initiative, chaque jour un peu plus, détendons-nous avec cette petite devinette :
    « Savez-vous pourquoi Poutine envoie ses jeunes cadres en France ? Réponse :
    « Pour qu’ils réalisent comment fonctionnait la Russie du temps des soviets ».
    Avec tous mes meilleurs vœux pleins d’espoir pour cette nouvelle année.

  7. La période de Vichy est un trou noir de l’histoire, pas d’étude d’historien, nous n’avons que des textes de propagande.
    Le Gouvernement de Vichy est un tsunami législatif de 16 786 lois et décrets alors que la production habituelle ne dépasse pas les 1500 lois et décrets par an (c’est déjà beaucoup). Libéré du contrôle parlementaire, les projets, les idées qui étaient dans les tuyaux ont été retravaillés façon « dictature » par la bureaucratie des ministères pour les faire passer rapidement en lois et décrets sans débat. Avec cette méthode le droit public s’empare de pans entiers de la vie sociale au détriment du droit privé et du droit du contrat. C’est la révolution nationale de Pétain/Laval (travail, famille, patrie) : suppression des syndicats et des partis politiques, lois anti-juives (liste des métiers interdits aux juifs), création du statut des fonctionnaires (obéissance, non-responsable et non-licenciable) avec les catégories ABC*, création des ordres à l’image des corporations (contrôles et privilèges) pour les médecins, notaires, avocats, architectes, pharmaciens, experts-comptables, etc. ce qui permet à l’État Français d’établir une mise sous tutelle des professions libérales. Création de statut pour la société de droit privé SA (Société Anonyme) SARL (Société à Responsabilité Limitée) issu du droit allemand.

    On peut même considérer que pendant le régime de Vichy, un genre de dictature plurielle, l’administration de l’État Français s’est en quelque sorte auto-construite hors tout contrôle et sans débats parlementaires et sans débats citoyens.

    Vue le cafouillage de l’après-guerre (1945 à 1947) où l’on a supprimé, ajouté, modifié, transformé, avec effet rétroactif, mieux on a supprimé, puis annulé les suppressions (loi 12 avril 1941 sur le 1er mai: férié, annulé en avril 1945 et rétabli en avril 1947 : 1er mai férié et chômé) fait qu’il est impossible de savoir si une loi est de Vichy ou pas. Tout cela a été voté par blocs sous forme d’ordonnances par le gouvernement provisoire.

    Beaucoup des lois et décrets de Vichy ont donc été simplement ré-estampillés gouvernement provisoire (ordonnances de 46). L’école d’Uriage peut être considéré comme le prototype de l’ENA. Le statut des fonctionnaires est marqué par l’augmentation de la domination du droit public sur le droit privé soutenu par les deux idéologies de l’époque : le totalitarisme de Vichy et le communisme. De Vichy les fonctionnaires héritent de l’emploi à vie et leur non-responsabilité et du communisme ils héritent de la suppression des règles contraignantes, le droit syndical et le droit de grève. A partir de cette époque l’importance politique, économique et légale de la fonction publique ne fera que croître. L’évolution ne se fera qu’en diversifiant sans jamais remettre en cause l’emploi à vie et la non responsabilité.

    La dynamique créée va faire que la fonction publique va développer son emprise sur la société civile par une inflation règlementaire de plus de 400 000 règlements et normes, très coûteuse à gérer en moyens humains et financiers c’est le fameux « on a pas assez de moyens pour tout faire et tout contrôler ».

    Les avantages acquis (pour l’éternité) des fonctionnaires et un certain nombre de privilèges comme la mise en disponibilité et le détachement leur ont permis d’acquérir un poids politique disproportionné par rapport à leur importance. Plus de la moitié des élus sont issus de la fonction publique ce qui constitue le premier et le plus puissant des lobbies qui noyaute toutes les commissions parlementaires. Ce qui rend impossible toute modification du statut. Les non-fonctionnaires sont clairement sous représentés.

    Il est intéressant de remarquer que les agents de la fonction publique (fonctionnaires) parlent toujours de l’État et jamais de la République. La République est une émanation des citoyens (le peuple) pour le bien de tous. L’État n’a besoin de personne sauf des fonctionnaires dont il est constitué et il est complètement indifférent au régime politique qu’il sert. L’administration Française actuelle peut sans trop de modification servir un régime autoritaire (dictature).

    Que faire ?

    La première action sera de supprimer le privilège de la mise en disponibilité** et celle du détachement***.

    *Fonction publique

    – La catégorie A correspond aux fonctions de conception et de direction. Le recrutement se situe au niveau bac + 3 (licence), à l’exception de certains cadres d’emploi qui exigent des diplômes supérieurs. Les agents de la catégorie A ont vocation à être cadres.

    – La catégorie B correspond à des fonctions d’application. Peuvent y accéder les candidats titulaires d’un diplôme allant du baccalauréat à un niveau bac + 2. Les fonctionnaires de catégorie B peuvent encadrer des équipes, des ateliers, des services. Ils constituent un encadrement intermédiaire.

    – La catégorie C correspond aux fonctions d’exécution, nécessitant, pour certains métiers, des qualifications professionnelles spécialisées de type BEP/ CAP. Souvent il suffit de détenir le brevet et parfois, aucun diplôme n’est exigé.

    ** Mise en disponibilité : La disponibilité est la situation du fonctionnaire qui cesse d’exercer son activité dans la fonction publique pendant une certaine période. Il cesse de bénéficier de sa rémunération, de ses droits à avancement (sauf s’il exerce une autre activité) et de ses droits à la retraite. La mise en disponibilité peut intervenir à la demande du fonctionnaire ou à l’initiative de l’administration. Il est soumis à des règles particulières en matière de protection sociale.

    Je suis élu, je quitte mon poste de fonctionnaire, je perd les élections et je retrouve mon poste avec évolution normale de carrière comme si je ne l’avais jamais quitté, la vie est un long fleuve tranquille.

    *** Détachement Les fonctionnaires titulaires peuvent être détachés dans un autre emploi de la fonction publique ou hors fonction publique. Les cas de détachement sont limitativement énumérés par décret. Le détachement est prononcé à la demande du fonctionnaire. Le détachement peut être de courte ou de longue durée. Le fonctionnaire détaché perçoit la rémunération de son emploi d’accueil. À la fin de son détachement, le fonctionnaire réintègre son emploi ou peut intégrer son corps ou cadre d’emploi d’accueil.

    Inflation législative : la France a dépassé les 10 500 lois et 127 000 décrets


    Jean Jacques Tournon

  8. En voilà une belle évidence !!
    Mais , …. pas pour tout le monde !!
    Cf recommandation de l’IFRAP

  9. Il faut le dire, le répéter, un pays qui capte plus de 55 % de sa la richesse produite pour ses dépenses publiques ne peut pas être libéral et encore moins « ultra-libéral ». C’est mathématique. Merci de le dire car nos journalistes sont bien absents lorsqu’on entend de telles affirmations passer en boucle dans les médias.
    « Il n’y a qu’une seule façon de tuer le capitalisme : des impôts, des impôts et toujours plus d’impôts » Karl Marx

  10. Bonjour Gérard,
    bien parlé, toi au moins je te comprends, et suis entièrement d’accord.
    Fidèlement.
    D.Lieutaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Dr Maudrux ne répondra pas aux commentaires anonymes.