18

Cafouillage sur les retraites


Grand cafouillage à propos du recul de l’âge de la retraite. Les « hostilités » ont été lancées par des ministres et anciens ministres des Affaires sociales, poussant le Haut-commissaire chargé des retraites à pousser un coup de gueule avec menace de démission si on ne le laissait pas travailler en paix. Cela a commencé avec Xavier Bertrand, et repris par Agnès Buzyn. Tous deux sont incompétents en matière de retraite. Le premier je l’ai pratiqué quelques années, très difficile de lui faire prendre des décisions, un vrai poisson. La seconde je n’ai pas eu connaissance de son intérêt et expérience sur les retraites avant d’être Ministre après avoir été médecin.

Alors qui tire les ficelles de cette manœuvre irritante pour le Haut-commissaire et néfaste pour une bonne réforme, juste bonne à mettre du monde dans la rue ? Et c’est là que je souris. Delevoye les a nommés, ces deux « cons » de Matignon, avec leur nom (cf le Canard Enchainé). Le second, c’est mon ami Fatome, directeur adjoint du cabinet du premier Ministre. Un c.., je le savais, le disais en privé, mais jamais en public ! Je n’aurais jamais osé, mais pour que Delevoye le fasse, il a dû pousser le bouchon très très loin. Conseiller de Bertrand ? Rappelons qu’il était directeur de la Sécurité Sociale quand Bertrand était Ministre et quand je suis allé expliquer le 18 juillet 2013 à 16H l’intérêt de la retraite à la carte à 62 ans au lieu de passer à 67 ans, expliquant que cette disposition pouvait aller au-delà de la Carmf et être étendue à toutes les caisses évitant des manifestations à chaque tentative d’allongement de la durée de cotisation.

Fatome avait bloqué cette réforme, son successeur l’a fait passer, et son second maintenant chargé de la partie technique de la réforme par Delevoye en a fait sienne.

Aucun des deux « cons » de Matignon (selon Delevoye), aucun des Ministres n’a lu mon billet (repris par Sauvegarde Retraite) démontrant l’inutilité de leur proposition de passer de 62 ans minimum à 63 ans en 5 ans : https://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/2017/12/27/retraites-pourquoi-allonger-la-duree-de-cotisations-ne-marche-pas/. Je le répète : en 5 ans l’espérance de vie aura augmenté de 1 an, la durée de retraite sera alors la même qu’aujourd’hui bien que prise 1 an plus tard, donc le coût de la retraite sera le même. Comme on aura travaillé un an de plus, la retraite sera même un peu supérieure (on peut espérer). Dans 5 ans, nous en serons strictement au même point, comme toutes les réformes depuis 20 ans qui ont toutes agi sur le même levier sans autre réforme de fond. Repousser l’âge, c’est repousser le problème, sans le régler sur le long terme.

Le Haut-commissaire a choisi et clairement exprimé une autre option que j’ai été le premier à proposer : https://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/2019/01/24/histoire-de-la-retraite-a-la-carte-a-partir-de-62-ans/  Il y tient et met son poste en jeu pour défendre ce point, il a raison. Moi j’ai insisté comme lui, Fatome m’a démissionné quand j’insistais trop, pour cela et pour d’autres choses. Certains comprendront mieux pourquoi nous ne nous entendions pas, je vois que je ne suis pas le seul ! Apparemment le problème ce n’étais pas moi, mais lui. Difficile d’avancer avec des c…, bon courage monsieur Delevoye.

Gérard Maudrux

Gérard Maudrux

18 Commentaires

  1. le trou de la couche d’ozone a bel et bien existé, il était dû aux gaz propulseurs d’aérosols à base de chlorofluorocarbones (CFC). Et depuis qu’on a banni ces gaz pour revenir à du bon butane de base, ça va mieux… à part les accidents d’inflammation quand on pulvérise un aérosol sur du feu

    • C’est ce qu’on nous a dit (avec les gaz réfrigérants des frigos et climatiseurs). Cela a été supprimé en Europe, mais aussi en Afrique, en Inde, en Chine, en Indonésie,… ? J’ai des doutes, et le trou a disparu un peu brutalement, comme il est apparu.

  2. Votre unité de réflexion sur la réforme des retraites avec le haut commissaire est rassurante; mais que pensez-vous du sort promis aux réserves de la CARMF, propriété des adhérents?

    • Les réserves de la Carmf sont faites pour garantir les retraites pendant le creux démographique. Quand nous serons noyés dans le régime universel, ce creux disparaît, ce qui garanti nos retraites. Il n’est donc pas anormal qu’il absorbe ces réserves, qui serviront à combler le surcoût de retraités par rapport aux cotisants jusqu’en 2035, comme nous le prévoyions en restant autonomes.
      Si je partage le diagnostic, l’esprit et certaines mesures de la réforme, je n’en partage pas l’étendue, qui ne laisse aucune place à un espace de liberté pour les différentes branches professionnelles. C’est une véritable étatisation des retraites et un renforcement du tout répartition et du rôle de l’Etat. Chaque fois que l’Etat s’occupe de mes affaires, il le fait moins bien et en beaucoup plus coûteux. La réforme devrait se cantonner à un régime de base universel, représentant la moitié de la retraite, et laisser les différentes catégories s’organiser pour le reste.

  3. bon ben quand on voit le CV du garcon c’est sur ca fait un peu peur ..https://www.economie.gouv.fr/files/biographie_thomas_fatome.pdf
    HEC et une faculté de droit en parallèle il semblerait…et 2 ans à l ENA …ca fait meme pas un bac + 7 si l’on en croit son CV …à l’IGAS le role est plutot flou  » missions diverses dans le champs sanitaire et social  » c’est ca qui veut dire brasser du vent ? et visiblement ca ne l’a pas empeché de passer conseiller technique derrière…j’imagine que le  » recrutement » se fait sur la simple etiquette ENA … en fait si il y a bien une chose que je comprends pas c’est pourquoi l’etat paye un directeur de la CNAM et un directeur de la securité sociale ? quelle est la difference ? quel interet ? eviter à certaines personnes d’etre au chomage ?

    • Les échelons, pour faire simple :
      Le Ministère des Affaires sociales avec « le cabinet », qui s’occupe de la partie politique, et la DSS « Direction de la Sécurité Sociale » qui s’occupe de la partie technique avec nombre de bureaux, dont le 3C retraites (par où passent toutes les décisions des caisses de retraite). En dessous, tu as les organismes sociaux, caisses de retraite, maladie,… La CNAM, c’est une des caisses maladie, ce n’est pas le ministère.
      Pour Fatome, le vrai problème de tous ces énarques, c’est qu’au prétexte qu’on leur paye leurs études à l’ENA, on se croit obligés de les embaucher à vie, même si on n’a pas de poste pour eux. On les met dans des étagères (comme l’IGAS, qui en a beaucoup dans ses effectifs, mais beaucoup qui n’ont pas de travail à l’IGAS, et ils y retournent quand ils veulent. On appelle cela leur corps d’origine, le top c’est Bercy). Tu fais l’ENA, tu n’as rien a payer et on t’embauche à vie (100 à 200 000/an pour beaucoup après qqn années), tu fais médecine, tu paye tes études 8-10 ans, et personne ne t’embauche à vie, dém… toi. Cherchez l’erreur.

  4. RENDEZ LES SOUS , les nôtres , avant qu’ils ne vous soient volés par Macron et ses sbires,nous avons travaillé dur , au dessous du tarif européen pour les produire

  5. Ah, on retrouve le Thomas Fatome. Une bonne partie de mes patients le connaissent car je les ai briefé sur les méfaits de l’énarchie.
    Je n’ai jamais digéré son comportement face à vous et sa façon de vous avoir viré par un texte scélérat.
    Merci pour tous vos billets

  6. Bravo de votre courage indefectible et de votre claivoyance au royaume des aveugles

  7. Rendez nous notre argent à nous les baby- boomers qui n ont personne pour les remplacer et à qui on a fait faire des réserves pour ne pas alourdir les charges des jeunes qui ne nous remplaceront jamais et qui sous prétexte de retraite universelle et de justice vont etre dérobées pour ne pas dire plus …. c est le véritable enjeu de cet État ruineux et ruiné Qui réforme pour trouver des sous !!!
    RENDEZ NOUS NOS SOUS avant que l état n ait tout pris !

    • L’âge de la retraite sera augmenté à n’en pas douter et la retraite à points ou à brousoufs ou à petits cailloux n’y changera rien.

      Aujourd’hui les assurés anciens salariés passent en moyenne plus de temps en retraite qu’en vie active. Et pour les femmes c’est encore plus puisque leur durée de vie en retraite dépasse de 25% celle des hommes.

      Les salariés Français n’ont jamais été attirés par la capitalisation et de toutes façons ils n’ont pas les moyens d’accumuler une épargne retraite pour compléter significativement leur future pension. Il suffit pour le constater d’écouter les revendications des gilets jaunes qui n’arrivent même pas à finir le mois avec leur salaire.

      Plus de retraités pendant une durée de plus en plus longue, impossibilité pour l’immense majorité des Français de se constituer une épargne retraite significative, valeur de service du point du futur système qui sera perpétuellement orientée à la baisse car je ne crois pas aux miracles, besoins énormes de financement de la dépendance. Il y a 2 solutions:
      – soit on laisse l’âge de départ à 62 ans avec des pensions misérables en fabriquant de la sorte une armée de futurs « clients » des restau du coeur,
      – soit on augmente l’âge de la retraite afin de servir des pensions décentes.

      Par ailleurs ils sera tentant pour le gouvernement d’inclure cette augmentation de l’âge de la retraite dans le package truffé d’inepties à la Delevoye du futur système de retraites. Donc c’est certain l’âge de la retraite sera augmenté.

      Quand au noms d’oiseaux proférés par Delevoye à l’attention de certaines personnes, je lui conseillerais de se regarder dans un miroir. Il existe par exemple un qualificatif que j’aime bien: « faux derche .. »

      Et pour en terminer, les fameuses consultations Delevoye n’étaient qu’enfumage et mises en scènes pour une future réforme dont l’essentiel des termes avait déjà été décidés par une poignée de technocrates et de sociologues qui ne représentent qu’eux-mêmes.

      Il faudra balancer au panier la réforme Delevoye.

      • Equilibrer la répartition avec l’allongement de la vie qui la déséquilibre (quasiment seul facteur), c’est retourner à la case départ en 1945. En 1945 (Bismark avait aussi fait ce calcul), l’espérance de vie (a la naissance) était de 65 ans, et on a fixé l’âge de départ à 65 ans.En 2000 le premier rapport du COR avait calculé qu’il fallait augmenter l’âge de départ de + 9 ans. Donc retour aux sources : pour l’équilibre, il faut que la moitié meurent avant l’âge. Ainsi la moitié des travailleurs va cotiser pour une retraite qu’ils n’auront pas, et les mieux servis par la nature vivront sur les cotisations de ceux qui sont plus fragiles. Normal ? Pas pour moi. Mieux vaut partir quand on le veut, à la carte.
        Oui si vous partez à 62 ans vous aurez moins qu’à 67, mais laissez le choix. Que ceux qui sont en bonne santé n’obligent pas ceux qui n’auront pas ou peu de retraite à cotiser pour la leur. Vous pensez que pour toucher une bonne retraite il faut travailler plus longtemps, et vous avez raison, mais n’obligez pas ceux qui n’auront pas de retraite à cotiser pour vous, laissez les choisir. La retraite à la carte est la solution la plus juste, qui respecte les deux cas extrêmes.

        • La retraite à la carte est envisageable dans un système par capitalisation.
          Dans un système par répartition on ne peut pas faire ce qu’on veut sans impacter le reste de la collectivité qui finance les retraites.
          De plus il n’est pas dans nos habitudes de laisser mourir de faim les gens imprévoyants.
          Par conséquent on ne peut pas laisser faire n’importe quoi car les dépenses d’aide sociales financées par tous exploseraient.
          Delevoye sait parfaitement que le gouvernement profitera de sa réforme des retraites pour augmenter l’âge de la retraite.

          • Une retraite à la carte est possible en répartition, sans que l’intéressé soit favorisé ou lésé, sans que les autres affiliés ne soient favorisés ou lésés. Il faut pour cela calculer la retraite à 62 ans avec une décote par rapport à 67 qui soit neutre actuariellement.
            Qu’est-ce que la neutralité actuarielle ? Vous aves 65 ans, vous partez à la retraite, vous allez vivre 20 ans à la retraite, vous coûtez au régime 20x votre retraite annuelle. Vous voulez partir à 64 ans, alors vous allez vivre 21 ans en retraite, soit 5% en temps. Si je vous enlève 5% en montant, au final, vous allez coûter strictement la même somme sur 21 ans, qu’avant sur 20 ans. C’est neutre pour vous, c’est neutre pour les autres, personne ne gagne ni ne perd. Vous voulez partir à 63 ans ? Pas de problème, c’est 10% de retraite en moins, mais pendant 10% plus longtemps, le total reste le même.
            Ce coefficient de neutralité dépend de votre âge et de l’espérance de vie (qui change). Je vous ai donné un chiffre rond par simplicité, qui est proche de la réalité (sans doute autour de 4,3%).
            La retraite à la carte en répartition est donc possible, sans léser personne. C’est d’ailleurs ce qui existe en Suède, le montant de votre retraite est calculé en fonction de l’âge auquel vous choisissez de partir, afin que le coût total de votre retraite soit toujours le même. Il est calculé bien sûr non sur votre espérance de vie, non connu, mais de l’espérance de vie moyenne à votre âge de départ.

          • Même si vous vous introduisez un coefficient de neutralité actuelle la retraite à la carte peut impacter négativement le reste de la collectivité.
            Certains en profiteront pour partir le plus tôt possible même avec une toute petite retraite, sans se préoccuper du lendemain. Et au bout de quelques années se retrouveront à la charge de la collectivité, par exemple au grand âge en situation de dépendance.
            En France ce n’est pas comme aux USA on soigne les gens même s’ils n’ont pas d’argent donc c’est la collectivité qui paie et en particulier ceux qui on fait le choix de travailler avec plus.
            De plus si l’on appliquait un coefficient de neutralité actuarielle il faudrait être rigoureux: ce coefficient devrait être différent pour les hommes et pour les femmes. Aujourd’hui la durée de vie en retraite des femmes dépasse de 25% celle des hommes parce que leur esperance de vie est supérieure à celle des hommes (faites un tour dans une maison de retraite …). Donc pour être actuariellement équitable, à pensions identiques entre un homme et une femme il faudrait pratiquer une décote supérieure à la pension de la femme. Serait-on prêt à le faire ?
            Ma femme était institutrice, elle est partie en retraite à 55 ans avec sa pension complète sans décote alors que moi-même je dois aller jusqu’à 64 ans pour ne pas avoir de décote. Statistiquement elle sera en retraite pendant 32 ans alors qu’elle a travaillé 37,5 années. Imaginez le coût pour la société si tout le monde faisait pareil !
            Je note d’ailleurs que personne ne s’émeut du coût faramineux que représentera la retraite des femmes dans les années 2040-2045 où les générations féminines ayant débuté leur carrière dans les années 2000 commenceront à partir en retraite avec des pensions comparables aux hommes mais pour y rester pendant 40 ans où plus. Une vraie bombe à retardement.

  8. Bertrand a signé aussi le décret du 25 novembre 2011 juste avant de quitter le gouvernement mais paraît il Hollande a fait pire
    Mais je crois que ceux qui « lancent » ont été missionnés

  9. Merci pour vos explications, notamment sur l’âge de la retraite, qui permettent d’envisager d’autres options que celles des technocrates formés dans les mêmes écoles et incapables d’accepter, de laisser, le libre choix à l’individu.
    La liberté et son corollaire : la responsabilité sont vraiment en danger et pas que dans le domaine de la retraite.
    Bonne journée à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Dr Maudrux ne répondra pas aux commentaires anonymes.