54

Déremboursement de l’homéopathie : la science a ses raisons que la raison ignore.

En préambule, je n’ai jamais prescrit ni avalé un seul granule. Je ne suis donc qu’un observateur extérieur non directement concerné, mais soucieux du bien-être de chacun et de l’économie en général.

Loin de moi l’idée de contester les arguments scientifiques qui ont prévalu à cette décision, mais cette décision de la HAS, du Ministre, du Président n’est basée que sur la théorie scientifique, elle ignore l’humain et l’économie. Grosses erreurs dont vont pâtir certains.

On oublie qu’il y a 2 choses différentes : la maladie, et les symptômes. Si l’homéopathie n‘agit pas sur le premier, est-on sûr qu’elle n’agit pas du tout sur le second ? Et que demande le patient en premier lieu ? Etre soulagé. Le comportement du cerveau, la réaction de chacun face aux symptômes, partie visible et ressentie par le patient, ne peut être une chose scientifiquement expliquée. La science n’est pas capable de nous expliquer pourquoi dans les études en double aveugle, les placebos ont une action non négligeable. Pire comme j’ai pu le constater en faisant des études phase 3, les effets secondaires du placebo sont souvent les mêmes que ceux rencontrés avec le principe actif ! Mystère inexplicable, surtout quand les patients n’ont pas pu lire de notice décrivant ces effets les plus fréquents.

Je me souviens il y a plusieurs décennies des études concernant les médicaments pour la prostate comme le Tadenan et le Permixon. Produit actif : 40-50% d’amélioration, placebo 30%. Pas si mal, pour rien ! S’il n’y a aucune raison scientifique pour que l’homéopathie ne fasse pas mieux que le placebo, il n’y a aussi aucune raison scientifique pour que l’homéopathie de fasse pas aussi bien que le placebo. Alors pourquoi se priver d’un médicament pas cher, sans effets secondaires, qui soulage déjà 1/3 des patients ? Bien entendu à condition qu’on ne leur dise pas que cela guérit aussi du cancer.

Si l’homéopathie ne faisait strictement rien, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’homéopathes. Prenons la grippe banale. Elle guérit toute seule, mais le patient vient à cause des nuisances des symptômes. Certains sont enchantés par l’Oscillococcinum et ne jurent que par ce traitement, qui marche chez eux, nous en connaissons tous. C’est moins toxique et moins coûteux que l’aspirine les antiinflammatoires ou les antibiotiques que d’autres vont prendre.

Si l’homéopathie ne « guérit » que les maladies dont l’évolution spontanée est favorable, elle le fait avec moins de risques et de coût que la pharmacopée « efficace » (sur quoi ?). En tous cas chez beaucoup, elle les écourte en agissant sur les symptômes via le subconscient de l’individu prédisposé.

En ce qui concerne les « économies » espérées, il n’en sera rien, bien au contraire. 127 millions sur 200 milliards de dépenses de santé, c’est 0,063%, sur 20 milliards de remboursements de pharmacie, c’est 0,63%. Une goutte d’eau qui va coûter 3 ou 4 gouttes d’eau. Les indemnités pour les milliers d’emplois qui vont disparaître, les cotisations sociales en moins, les impôts sur les bénéfices en moins, vont en absorber une bonne partie. Le pire est la substitution, le remplacement par des médicaments plus coûteux, avec des effets secondaires qui auront également un coût, car que vont prendre les accros à l’Oscillococcinum pour être dispo plus rapidement ? Des antibiotiques ?

Vous me direz qu’ils pourront toujours en prendre, non remboursé, mais nous avons tous connu ces patients à qui on a prescrit des médicaments non remboursés, qui reviennent (et une consultation de plus, 25 fois plus cher que le remboursé) pour exiger le remplacement par un médicament remboursé.

Le monde, la médecine deviennent un peu trop aseptisés, normalisés pour rentrer dans les cases des ordinateurs qui exerceront à notre place demain. La médecine sans une petite part de magie, de mystère devient terne. Un monde sans un peu de magie, de folie, de rêve est un monde terne. Pourquoi faire perdre leurs illusions à ceux qui en ont encore, si cela ne coûte rien à personne ?

Assassiner l’homéopathie, peut-être, il y a des arguments, mais il y a bien plus utile et plus urgent à faire ailleurs.

Gérard Maudrux

Gérard Maudrux

54 Commentaires

  1. la plus Belle Prison de l’être humain
    c’est ce qu’il croit SAVOIR
    en fin de carrière , le médecin est devenu plus performant
    et ce ,grace à  » l’enseignement » que lui a procuré le contact
    humain avec ses patients
    les Statistiques ça tue l’individu

  2. Je rajouterais que le Président a renvoyé l’ascenseur qui l’avait optimisé(Sanofi) dans son sponsoring électoral, et, secundo, que le remboursement à 15% est une hypocrisie puisque 15% d’un tube à 2 euros=0,30 euro et ,la Sécu prélevant 0,50 euro sur chaque tube, le patient se fera débiter 0,20 euro sur ses prochains remboursements de dentiste ou gynéco!Ce qui s’appelle une arnaque déguisée .

  3. Le plus simple est de demander aux animaux et bébés ce qu’ils ont pensé du »placébo » donné avant de guérir d’une mammite ou d’une otite.L’orgueil de l’Homme est à la hauteur du mépris engendré par son ignorance.

    • Bonjour, il a été démontré que l’effet placebo fonctionne aussi sur les enfants et les animaux. Cdt

  4. La retraite homéopathique : vous connaissez ?
    c’est ma future retraite et ce n’est surtout pas la retraite des nantis ci dessous :
    lisez le rapport de la Cour des Comptes sur les régimes spéciaux de retraite.
    De la SNCF à la RATP en passant par EDF.
    On part en retraite en moyenne à 55.7 ans à la RATP ou 56.9 ans à la SNCF (63 ans en moyenne pour le régime général).
    ( 67 ans pour les médecins )
    Avec, en plus, des retraites beaucoup plus élevées: 3705 euros pour la RATP ou encore 2636 euros pour la SNCF et les écarts se sont creusés depuis 10 ans.
    Sans parler des avantages en nature.
    Et en plus, ils font grève…
    Ça rend dingue.

  5. tres sage commentaire du Dr Maudrux
    Oui l’homeopathie est une methode non scientifique et pourtant tres utile au quotidien et ce ne sont pas ces quelques representants de la HAS (non independants des labos allopathiques) qui pourront enterrer cette methode qui fait ses preuves depuis 200 ans

  6. pas vous,notre polemiste si brillant n etes pas obligé d alimenter ces débats qui ne servent à rien..et l’iridologie, l auriculopuncture,,,pourquoi pas l anusodigitopuncture( je viens de l inventer, mais je suis sur que j aurai des résultats.. on a deremboursé les veinotoniques, et pourtant lorsque nous faisions 48 h de garde aux urgences, ça nous faisait du bien..et on l a fait sans polemique..remboursons ce qui est prouvé,,
    comme le rappelait le presient de l ordre canadien, un medecin qui prescrirait de l homeo serait radié au canada..continuez de vous battre et de defendre la medecine

    • Ce que vous me dites sur le Canada m’interpelle. Je suis allé voir. La polémique est la même qu’en France, peut-être un peu plus importante. Seule la province du Quebec a (pour le moment) pris cette décision interdisant la pratique par les médecins. Toutefois 8500 produits homéopathiques ont l’équivalent de l’AMM dans ce pays, ce qui l’autorise largement par les non médecins. Je crois que le remède est pire que le mal, car l’homéopathe non médecin va parfois traiter une pathologie grave sans voir qu’elle ne relève pas de l’homéopathie et passera à côté du diagnostic. Perte de chance pour le patient, alors que l’homéopathie pratiquée par un médecin, qu’elle soit un acte médical ou non pour les uns ou pour les autres, évite cela. C’est un risque non négligeable, que l’on soit pour ou contre cette pratique.

  7. mon temoignage
    j’ai 76 ans et une tres bonne santé générale
    vers mes 35 ans je pense avoir eu ce qu’on nomme actuellement un « burn out » une fourchette qui tombait sur une assiette me bloquait la machoire,un velo moteur idem etc…
    j’ai consulté 3 ou 4 fois mon medecin généraliste sans résultat sur 6 mois peut etre
    un soir je rencontre un MG et Homeopathe incidemment lors d’un repas;je lui explique etil me propose de venir le voir lorsque j’ai ces symptomes donc un mercredi soir je le consulte il me prescrit licopodium 13 CH et dés le lendemain matin je me suis senti gueri ,libéré sans plus aucun symptome!!!!!!

    • Des histoires comme cela, on en connaît tous. L’expliquer, on en est bien incapable, et ce n’est pas parce que l’on explique pas que l’on doit empêcher. Seul le résultat compte.

  8. Merci encore une fois pour ce post plein de sagesse….Evidemment que l’homépathie ne guérit pas….Mais évidemment qu’il vaut mieux se sentir soulagé par des granules que par du paracétamol…Le fond du problème est plutot selon moi la mauvaise approche thérapeutique de notre formation médicale 100% allopathique qui érige les médicaments et examens au rang de de Vérités et a abandonné l’écoute, la discussion avec nos patients…..Car nous prescrivons à gogos de l’allothérapie peux ou pas efficace la ou beaucoup de MEP passent du temps et expliquent….

    • Strictement aucun. C’est pour montrer qu’une gélule où il n’y a rien (placebo), donnée en double aveugle, peut donner presque autant de résultat qu’un produit actif et remboursé. Ici 30% d’amélioration pour les patients ayant reçu le placebo, contre 40 à 50% pour les malades ayant reçu le produit actif. Conclusion : pour la gêne causée par un organe en souffrance l’homéopathie améliorera au minimum 30% des patients gênés. Ceci dit l’effet placebo, scientifiquement inexpliqué est indéniable, son importance est variable d’une pathologie à l’autre, d’une molécule à l’autre, d’un patient à l’autre.Il peut être bien plus faible, surtout si la pathologie traitée est plus sévère.

      • Merci de votre réponse (rapide) ! Puis-je me permettre d’autres questions ou remarques ?

        1. Donc l’homéopathie est un placebo, ni plus ni moins, donc sans effet spécifique ?

        2. L’homéopathie ne soigne pas la maladie : elle ne « guérit » donc rien, mais elle atténue ses symptômes (ou leur perception par le patient) : ai-je bien compris ?

        3. 45 % de moyenne d’efficacité pour le Permixon, ça ne me semble pas « presque autant » que 30 % : c’est tout de même 50 % de + qu’un placebo, non ? Évidemment, pour le patient pour lequel ça ne fait rien…

        4. « car que vont prendre les accros à l’Oscillococcinum » : le vrai problème n’est-il pas que des personnes soient « accros » à un produit, un granule, un sirop ? Y aurait-il vraiment plus de malades de la grippe si l’Oscillococcinum n’existait pas ?

        Merci par avance.

        • Pour la première question, je ne répondrai pas, mon propos n’est pas de rentrer dans le débat des défenseurs et des opposants à l’homéopathie, je ne suis ni l’un ni l’autre, chacun a ses arguments. Pour mon propos, c’est le résultat et le patient qui comptent.
          Pour les autres questions, prenons l’exemple de la grippe et de l’oscillococcinum : oui l’homéopathie ne fait strictement rien sur le virus, mais quand vous avez la grippe, est-ce le virus qui vous pose problème ? Non. C’est la fatigue, la tête, les sinus, la gorge, la fièvre. Différents traitements vont agir, dont l’homéopathie. Comment ? Je ne sais, c’est le débat qui n’existerait pas si on le savait, mais ce n’est pas parce qu’on ne sait pas que l’on doit dire que cela ne fait rien, car cela marche chez beaucoup de patients, vous en connaissez certainement. Devenir accro à ce produit ? Moins dangereux qu’à tout autre, c’est là un des intérêts de l’homéopathie. Et puis s’il n’y a rien, pas de risque de dépendance…
          L’homéopathie a sa place dans notre système de soins, au même titre que le MG, le chirurgien ou le cardiologue. Chacun soigne ce qui relève de sa spécialité, avec ses traitement. Tous sont complémentaires. Un patient a son MG, et son homéopathe, chacun à sa place, chacun sa pathologie.
          30%, 40% ? Oui le médicament fait plus que le placebo. Heureusement, sinon il ne serait pas commercialisé ! Ce qui me gêne dans la décision, c’est qu’elle dit clairement aux patients que l’homéopathie ne fait rien, ce qui n’est pas le cas. Des millions de patients y ont recours, et s’ils continuent toujours de le faire, c’est qu’ils y trouvent un intérêt. Si on vous prescrit quelque chose qui ne vous fait rien, est-ce que vous y retournez une deuxième fois, une troisième fois ? Je ne sais pas ce qu’il y a dans ces granules, mais en tous cas il y a beaucoup de psychisme, et cela fait beaucoup, parfois tout. L’homme est un mystère, et nous reconnaissons encore pas grand chose sur le système sympathique, celui qui dirige nos organes, ceux qui nous font mal. Il n’y a pas que les médicaments qui le modifient, parfois directement, parfois indirectement.

  9. Merci pour votre analyse. En tant qu’ homeopathe exerçant depuis près depuis 36ans je suis convaincu de l efficacité des granules .La difficulté est de trouver le ou les remèdes adaptés à chaque patient et connaître ces limites. Je pourrais vous dire que personnellement depuis mes études je n ai pas touché à un antibiotiques c est vrai qu’ il faut avoir confiance au potentiel de guérison et l aider au mieux .Concernant l homéopathie le principe de similitude est retrouvé dans la vaccination mais la différence vient des doses infinitesimales et de la dynamisation des dilutions.Notre corps fonctionne avec des doses proches des basses dilutions homéopathiques de l ordre du microgrammes pour les hormones thyroidiennes par exemple. L expérience clinique homéopathique est formidable pour celui qui veux bien l observer.Cela n empêche pas d avoir recours à d autres thérapeutiques si le malade le nécessite.

      • Le nombre d’Avogadro ne concerne que la matière et non ce qui est ondulatoire et ce qui concerne tout ce qui a la taille en desoius de celle d’une cellule! Notion utilisée par la biologie maintenant (Ex.: appliquez la loi de la thermodynamique à une cellule, elle explose) Ceci sous tend un « gros mot » pour certains: « Physique quantique »: Facilité? Un aspect de la science? Ce serait curieux: Je vous conseille de prendre contact avec le Pr Marc HENRY ar exemple, excellent vulgarisateur de ces notions sans lesquelles ont finira nos jours avec le style: 1 goutte dans tous les océans de l’univers!…

    • « 30%, 40% ? Oui le médicament fait plus que le placebo. Heureusement, sinon il ne serait pas commercialisé ! »

      D’où l’interrogation que l’on peut avoir à commercialiser de l’homéopathie (ou à la rigueur la rembourser) puisqu’elle ne fait pas mieux qu’un placebo…

      • Ce n’est pas comme cela que je vois les choses, mais c’est comme cela que le voient nos dirigeants. Oubliez l’exemple du placebo, et partez des témoignages de patients.

  10. Cher Mr Maudrux
    Ce n’est pas parce que l’effet placebo existe qu’il ne faut pas s’en servir
    Mais on peut aussi et sans granulés remboursés par la collectivité savoir cela et conseiller les patients sans utiliser des pratiques magiques d’un autre temps
    Ce n’est pas élever les hommes que les maintenir des des croyances meme s’ils sont demandeurs ; sinon nous ne valons pas mieux que des gourous
    Confraternellrment
    Anne DUBOIS

  11. Oui, c’est un remarquable placebo qui, au travers de questions qui peuvent sembler saugrenues, s’adresse à la personne souffrante dans son entier et très peu aux cadre nosologique « universitaire ». Mais surtout, ce sont de médecins qui l’exercent. Pas des iridologues, ni des plantes-des-pieds thérapeutes ni des auriculo-experts auto désignés. Ces médecins sauront diagnostiquer une pathologie grave : une tuberculose, un ganglion qui persiste, une lésion suspecte de la peau…N’envoyons pas les patients chez des charlatans….

  12. Si l’on considère que l’effet placebo fait partie de notre pratique, par exemple un très bon contact avec le patient entraîne, en général, un meilleur résultat thérapeutique que dans le cas inverse, ou encore si la consultation est plus chère le traitement n’en est que meilleur (si,si), on peut s’attendre à ce que les malades s’accrochent encore plus à une homéopathie non remboursée puisque, du coup, revalorisée. Et oui, c’est ainsi : notre cerveau nous dit que si c’est cher c’est forcément bon et efficace.

  13. Quel bon sens ! Merci Monsieur Maudrux.
    Quant à l’absence de preuve scientifique …. on a bien vite enterré les travaux de cet excellent chercheur qu’était Jacques Benveniste ( et sa carrière avec !) confirmés quelques années plus tard par rien moins que Mr Montagnier, prix Nobel ( dès lors accusé de gâtisme !)
    Bien sûr que cela va coûter plus cher in fine, et favoriser les soi – disant homéopathes non médecins, ce qui pour le coup va augmenter les risques de retards de diaagnostic. Les 100 signataires de la diatribe initiale ont – ils une cervelle ?
    Dr Tardy, retraité et heureux de l’être par les temps qui courent.

    • Je suis complètement d’accord avec vous, Picot, et j’ajoute même que l’absence de prise en charge par la collectivité ne veut pas dire absence d’efficacité, c’est ce qu’il faut expliquer aux patients. Cela revient à assimiler l’homéopathie à un médicament de confort non indispensable, ce qui ne me semble pas aberrant ! De plus si l’on se penche sur les médicaments déremboursés (voire les classes entières déremboursées) depuis quelques années pour manque de preuve d’efficacité alors qu’ils rendaient service à certains (à condition de les utiliser correctement) je ne vois pas pourquoi les produits homéopathiques ne seraient pas dans l’obligation de fournir des preuves d’efficacité au même titre que tous les médicaments remboursés et échapperaient à l’évaluation de la HAS.

    • Quand j’ai commencé dans le VIH en 1985 j’ai eu l’occasion de discuter avec des membres de l’équipe parisienne clinico-biologique qui a eu l’idée de rechercher un virus dans des ganglions d’homosexuels ce qui a abouti à la découverte du LAV par Barré-Sinoussi dans le labo de Montagnier. Déjà à l’époque ils parlaient de lui avec un souverain mépris ce qui m’avait un peu surpris. J’ai compris ensuite…

  14. Je réagis à ce que dit Dominique sur les anti vaccins. Je suis le grand père d’un enfant de 7 ans qui, à 9 mois était en pleine forme et s’est retrouvé paralysé par une myelite quelques jours après le ROR. Il reste lourdement handicapé. Les médecins de l’hôpital de la timone ont dit : on ne connais pas la cause de la maladie mais on est sûr que ce n est pas dû à la vaccination (sans donner d’arguments pour soutenir cette affirmation ). Il n’y a pas eu de déclaration aux autorités de santé. Deux expertises ont eu lieu niant la relation avec le vaccin. Pourtant la notice du vaccin, très succincte il y a quelques années, à commencé à parler de coïncidences temporelles puis à mentionné la myelite, le syndrome de guilain barré…. en effets secondaires. La balance bénéfice risque est faussée en minimisant ou en ne reconnaissant pas les risques et en exagerant les bénéfices, c’est à dire en exagerant les risques de la non vaccination.

    • D’une manière générale plus un traitement est efficace, plus il aura d’effets secondaires, et inversement. Si sur 1000 malades, la maladie en tue 50 et le traitement en tue 1, quel risque faut-il prendre ? Vous avez la réponse. Maintenant il est normal que celui qui a l’accident se révolte, mais une société responsable doit prendre le risque d’en perdre 1 pour en sauver 50, et à l’inverse une société qui refuse qu’il puisse y avoir des accidents va en perdre beaucoup plus. La vie est toujours injuste pour ceux qui partent trop tôt, mais il ne faut pas toujours y voir un responsable. La fatalité, cela existe, avec toute son injustice, cela fait malheureusement partie de la vie.

      • Bonsoir Mr Maudrux et merci pour votre post sur l’homéopathie dont je partage l’essentiel des propos. Cependant quand vous évoquez le rapport de 1/50 pour exemple d’un rapport bénéfice risque qu’il faudrait accepter, je serai d’accord avec vous si on laissait le choix à ces mêmes patients de faire parti du 1 ou des 50. Or actuellement on raisonne tellement en terme de santé publique que l’on oublie les libertés individuelles. L’Etat devient omniprésent et cela devient très inquiétant. Quel est l’interêt de vacciner un nourrisson contre l’hépatite B si il ne fait pas partis de groupe à risque ? La peur qu’il oublie de le faire à son adolescence ?! Cette médecine a la logique d’une armée en campagne. On avance et l’on accepte un taux de pertes et de dégâts collatéraux parce que c’est comme cela qu’on l’a pensé dans les hautes instances et que le rapport bénéfice risque est bon dans l’absolu. De façon relative, nous devrions ainsi plus réfléchir aux propos de Staline “La mort d’un homme est une tragédie. La mort d’un million d’hommes est une statistique.” La voie vers une médecine automatisée gérée par des algorithmes n’est pas loin et je dirai même qu’elle est déjà là avec comme facteur déterminant la prise en compte désormais du coût pour la collectivité. La boîte de Pandore concernant la chasse aux économies nous fera plus avancer que tous les débats éthiques et philosophiques. Mais pas forcément dans la bonne direction. Confraternellement.

      • Merci Gérard!
        S’il est entendu que l’effet placebo existe bien, et cela quelque soit la thérapeutique utilisée, ce n’est pas d’effet placebo qu’il s’agit avec l’homéopathie: Une portée de lapins qui guérit de diarrhée aigue qui décime tous les lapins du voisinage avec un traitement homéopathique adapté, n’a aucune conscience de cela !!! La relation avec son thérapeute ne lui sert à rien dans le processus de guérison qui n’est dû qu’au choix du traitement qui convient aux symptômes de l’épidémie.

    • Sans aucune prétention je suis totalement d’accord avec le Docteur Maudrux sur tous les points. L’homéopathie ne fait aucun tort même financier à notre système de santé donc la décision actuelle est absurde. Même s’il n’y a qu’un effet placebo ces pilules ne coûtent que très peu cher.

      • Je pense même sincèrement que l’homéopathie est une source d’économie en se substituant chaque fois qu’elle le peut à la pharmacopée traditionnelle.

        • Cher Dr Maudrux,
          Ceci n’est qu’un calcul de comptable que nos chers technocrates ont voulu.De nombreux fans de l’homéopathie continueront à l’acheter sans remboursement mais une petite partie ira chercher la pharmacopée classique qui agira avec ses effets secondaires créant chez eux de réels maux que l’homéopathie ne suscitait pas et ils seront sur la bonne voie ….

  15. C’est toujours un grand plaisir de vous lire. Et plus savoureux encore: un chirurgien qui prend la défense des bienfaits du Placebo !
    Sur cette affaire, le « triomphe » des fondus de l’E.B.M. va s’avérer une victoire à la Pyrrhus. Les remboursements économisés soigneront l’ONDAM, pas les malades. Il y aura un effet déport massif et automatique du déremboursement au profit d’une allopathie bien plus chère et pas toujours anodine. Ne parlons pas des centaines de milliers de votes qui vont être perdus par LREM (ça m’arrange plutôt…). Ignorant tout des fondements théoriques de l’Homéopathie, je me garde de tout jugement sur sa pertinence. Ce faisant, je ne décourage que rarement un patient se plaignant d’un florilège de troubles fonctionnels s’ils veut « tenter » l’homéopathie. Seulement dans les cas où la structuration de son fonctionnement psychique me laisse entendre que le trouble ne battra pas en retraite devant les granules (vous l’avez compris, je suis Psychanalyste et Psychiatre). En effet, s’il y a une chance d’apaisement avec une consultation attentive, lente, longue, bien suivie et « maternante », pourquoi ne pas laisser faire ? Pour une bonne part de ces plaintes fonctionnelles, cela est efficace et simple. Pour d’autres, il faut envisager un travail psychique généralement long, difficile et avec des phases ingrates. Ce travail est pour moi !…
    Ceci dit, la sélection systématique des candidats au métier de Médecin se fait depuis longtemps sur des bases de sciences « dures ». Rien, ensuite, dans le cursus ne tente de les informer sur les particularités du « Colloque Singulier ». Résultat, nos jeunes confrères fonctionnent comme des stations-service. Classés par grand concours national, les voilà maintenant distribués dans des cases correspondant plutôt moins que plus à leurs aptitudes, leurs talents ou leurs désirs.
    « Je ne veux voir qu’une seule tête ! » Et tout ira certainement bien…

  16. Le piège du remboursement avec la CPAM qui décide de ce qui est bien ou pas. Aujourd’hui le déremboursement de l’homéopathie, hier le remboursement des anticholinesterasiques dans l’Alzheimer.
    Avoir confié cette responsabilité à notre Sécu et à ses dirigeant technocrates est l’erreur … qui assèche toute initiative. Quel progrès thérapeutique venu de France ces dernières années ? Rien qui ne me vienne à l’esprit malheureusement

  17. ttps://www.nouvelobs.com/societe/20190706.OBS15546/oui-l-homeopathie-a-une-rigueur-scientifique-incertaine-mais-si-les-patients-sont-satisfaits.html
    je suis d’accord avec vous

  18. Hypocrisie générale, on ne veut plus rembourser l’homéopathie qui coûte 3 fr 6 sous à la SS, par contre on rembourse larga manu la PrEp, qui elle à un coût dix fois au moins supérieur, pour convenances personnelles: 300 à 400 € pour le bilan biologique d’inclusion, 350€ par mois pour la « prévention », avec comme conséquences de l’absence de protection: flambée de la syphilis, des gonococcies, des diverses hépatites, et autres MST, et bientôt on remboursera la PMA pour Toutes et Tous (selon le pléonasme macronien..) et ensuite la GPA, et sans compter l’AME au coût exorbitant; …il est vrai qu’il est plus facile de taper sur l’homéopathie que sur l’h…….

  19. Tout à fait d’accord avec vous.
    Quand les politiques disent faire des économies, il faut s’attendre à des dépenses pires.

  20. Brassens; « sans le latin la messe nous emmerde, le vin du sacré calice se change en eau de boudin et ses vertus faiblissent »…Telles celles de l’homéopathie. Les scientifiques que nous sommes ne peuvent que valider sa non pris en charge en regard d’éléments scientifiques conséquents (chaque pierre apportée à l’édifice atomique en retire une au mur de l’homéopathie), les humanistes que nous sommes, sont enclins à le déplorer.

    • « Des Preuves » ? de quoi ?
      Si le débat porte sur la certitude de l’inefficacité absolue et définitive du procédé thérapeutique homéopathique, ce sont des preuves d’inefficacité qu’il faut nous présenter;
      preuves irréfutables . . . encore que la réfutation pourrait bien survenir dans quelque temps, dans le cadre d’un élargissement de notre paradigme scientifique de l’interaction physico-chimique;
      pour ce qui est de sa dimension actuelle qui conduit à ne s’intéresser qu’aux interactions inter-moléculaires ou inter-atomiques, il paraît évident d’écarter tout procédé qui ne peut garantir la présence moléculaire et la rencontre physique d’un récepteur cellulaire avec son « ligand » correspondant, comme le veut le modèle « clef-serrure »;
      mais si on veut préserver la valeur possible de tous les autres types d’intervention physico-chimique sur la cellule vivante, en pensant notamment aux procédés d’électro-thérapie, de radio-thérapie, d’acupuncture, de physio-thérapie (massages, sport, rééducation, hydro-thérapie . . . ), l’éviction de l’homéopathie du champ thérapeutique relève de l’imposture pure et simple puisque de nombreuses études in-vitro on démontré l’action de hautes « dynamisations » sur des milieux cellulaires variés (études du Pr. Doutremepuich université Bx II sur l’action de doses « décroissantes » d’aspirine sur les plaquettes sanguines), et que d’autres études par spectrographie Raman-laser ont montré la différence de réponse optique entre un millieu neutre et des solutions « dynamisées »;
      Pour les études sur milieux vivants, c’est le phénomène d’hormésis qui dérange le plus nos académiciens et autres pharmacologues du XX ième siècle puisqu’il décrit une variation non-linéaire de l’interaction entre solutions « dynamisées » et cultures cellulaires, variation qui persiste fort loin dans le spectre des dilutions infra-moléculaires des solutions-tests .
      Alors, tant qu’on n’aura pas réussi à invalider les résultats de ces expériences très pratiques, très concrètes, très réelles, on devrait éviter d’excommunier au nom de la théorie, du dogme en vigueur et en monopole . .  .
      Que diront tous ces inquisiteurs le moment venu ? les entendra-t-on seulement glapir aussi fort leur repentir ? en seront-ils seulement capables ?
      Karl Popper nous regarde ! lui qui a démontré en 1953 qu’on ne prouve jamais la validité d’une théorie, mais seulement ses limites paradigmatiques;
      IMPOSTURE ! dirait-il simplement .

  21. j’ai fait la formation en homéopathie…mais je n’en ai jamais prescrit , car trop cartésien pour cela ! Notre ami Gérard est aussi un  » célèbre  » cartésien et ,ceci étant , je suis loin d’être insensible à ses arguments . Le problème , ce sont certains homéopathes qui trompent leurs patients en leur faisant croire que toutes les maladies peuvent être traitées ainsi . Ce sont aussi souvent des « anti-vaccins  » et cela est assez lamentable.

    • je suis homéopathe et médecin généraliste .
      Je trouve votre raisonnement bon .
      Mais avec ce déremboursement , les naturopathes et médecin chinois et des non médicaux vont prescrire de l ‘homéopathie avec des consultations non 25 euros et là nous allons devant des soucis .
      Que dire des rupture en corticoides , en antihypertenseurs ! aucun commentaire de Jupiter ou de Mde Buzyn , juste des promesses !!!
      merci de votre blog toujours aussi intéressant

  22. Tout à fait d’accord avec votre analyse. Les savants de la HAS oublient parfois (souvent) que la médecine basée sur les preuves est à l’intersection de la littérature analysée en fonction du niveau de preuve, de l’expérience du praticien et des souhaits du patient.

    • Ils se sont basés sur la vérité scientifique, mais ont fait une grosse erreur scientifique. L’effet placebo est indéniable, mais ne peut être ni expliqué, ni quantifiable, variable d’une maladie à l’autre et d’un individu à l’autre. Ce n’est pas parce qu’on ne peut l’expliquer qu’il faut considérer qu’il n’existe pas.

      • et pourtant, elle tourne . . .
        L’honorable GalileoGalilei a connu pareille persécution « scientifique »par les « savants » inquisiteurs et autres caciques de l’institution ecclésiastique au XVI ième siècle;
        Ceux de la HAS ont-ils démontré par des études adaptées l’inefficacité radicale et définitive du procédé thérapeutique dilué-dynamisé ?
        Jacques Benveniste nous a laissé un témoignage posthume très détaillé sur les vices de procédure qui ont pavé le chemin de son excommunication avant fermeture de l’unité 200 de l’INSERM, unité d’immunologie qu’il dirigeait et dont les travaux sur le PAF-Aceter avaient été internationalement reconnus et validés . . . jusqu’à cette goutte de l’infinitésimal qui a fait déborder le vase de l’intolérance académique à toute découverte qui arrive avant le son de ses cloches;
        Hors de l’académie et du dogme paradigmatique en vigueur (interaction corpusculaire . . . sinon rien), point de salut !
        Heureusement que l’univers s’est autorisé à « fonctionner » avant que ces messieurs n’aient su trouver quelques « explications » . . . toujours provisoires, de saut théorique en saut paradigmatique . . .
        Souvenons-nous toujours, lorsque une « haute autorité » quelconque se dresse en travers de la route d’un penseur sincère ou d’un chercheur honnête, de cette réplique du prince de Rohan:
        Au Louis XVI ième du nom qui lui demandait « qui t’a fait prince ? » , il rétorqua : « qui t’a fait Roi ? »
        La légitimité d’une initiative courageuse n’attend jamais la médaille qu’on tarde toujours à lui reconnaître .
        Espérons seulement qu nous n’aurons pas encore trois siècle à attendre l’amende honorable de l’académie et de ses pontes comme ce fut le cas pour Galilée . . .
        enfin, silence ! on soigne quand-même et d’abord …

    • C’est d’autant surprenant que le patient devient référent de tout, qu’on lui demande son avis sur tout et bientôt même sur la présentation du médicament.
      Le probléme des politiques c’est qu’à un moment, ils défendent leurs propres convictions ou celles de leur entourage et alors ils s’entourent de tout ce qu’ils peuvent pour arriver à leurs fins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Dr Maudrux ne répondra pas aux commentaires anonymes.