22

Amazonie : le bal des hypocrites.

Vous savez que je n’aime pas les hypocrites, la désinformation, et que j’aime bien les chiffres et les faits précis, sur tous les sujets qui nous touchent. En ce qui concerne un drame de l’été, l’Amazonie en feu, maintenant que la fièvre est retombée, quels sont les faits, qui a tort, qui a raison. Bolsonaro est-il LE problème de la planète, ou le problème est-il ailleurs et a été utilisé à des fins politiciennes ?

Un : le tweet de la Présidence française : l’Amazonie est le poumon de la planète, représentant 20% de la production d’oxygène. Faux, les études scientifiques donnent des chiffres, certes variables, mais autour de 5% maximum. Le tout accompagné d’une photo de forêt en feu, vieille de 12 ans ! Les seules vidéos et photos que j’ai vues étaient dans des zones déjà déboisées, l’écobuage de chez nous, apparemment ils n’en ont pas trouvé d’autres non plus. Soit la communication de l’Elysée est incompétente (à quel tarif ?), soit elle nous manipule, je vous laisse choisir, car le vrai poumon de la planète, ce sont les océans qui couvrent 70% de la surface, avec le phytoplancton.

Deux : et que faisons-nous, pour ce poumon ? Nous l’asphyxions avec nos plastiques. La France, qui ne recycle pas ses plastiques, les envoie dans des pays pauvres qui n’en recycle une petite partie, rejetant l’essentiel qui finit dans les océans, est très mal placée pour donner des leçons de pneumologie planétaire. https://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/2019/04/12/sauver-la-planete-la-solution/

Trois : le Brésil, premier danger pour la planète ? Cet été, les feux du Brésil, c’est 50% de ceux de l’Amérique du sud, et bien peu comparé à ce qui se passe en Afrique ou en Indonésie. En ce qui concerne l’Amérique du Sud, en proportion la Bolivie, depuis des années, brûle beaucoup plus d’espaces forestiers que le Brésil. L’un a un gouvernement de droite, on le montre du doigt, l’autre a un gouvernement socialiste, ce serait politiquement incorrect d’en parler. Là encore je vous laisse juge de ce comportement.

Quatre : les incendies volontaires de forêts dans le monde. Ci-dessous une carte de la NASA de ces incendies, le 26 août, en pleine crise. Vu cette carte et le traitement fait à Bolsonaro, le Président du Congo et surtout de Madagascar devraient être traduits devant la Cour de justice de La Haye pour crime contre l’humanité ! Et que dire de l’Indonésie en ce moment, ce ne sont pas 10, 100, mais des milliers d’écoles qui sont fermées à cause des fumées. Il y a 3 ans, cela avait créé de incidents diplomatiques avec les pays voisins incommodés. Aucun tweet sur le sujet. Là encore tout le monde n’a pas droit au même traitement.

NASA 26 Août 2019

Cinq : quelques vérités qui dérangent concernant l’oxygène des plantes. Une plante en phase de croissance produit plus d’oxygène qu’un arbre mature qui ne croit plus, et dont le bilan carbone est neutre. « Il peut même arriver qu’une forêt émette plus de C02 qu’elle n’en absorbe », dixit non pas la communication de l’Elysée, mais l’ancien directeur du programme Amazonie au CNRS ! Remplacer une vieille forêt par une autre plantation, de l’herbe aux arbres en passant par le soja ou les palmiers, ne donne pas le bilan que l’on veut bien nous faire croire, mais le contraire.

Six : il fut un temps ou la France était couverte à 75% par des forêts. Nous avons déforesté pour cultiver afin nourrir une population croissante, à quel titre a-t-on le droit de critiquer ceux qui font la même chose ? Pire : c’est nous qui achetons toujours plus de soja au Brésil et d’huile de palme en Indonésie pour satisfaire nos besoins. Et encore pire : ces pays suppriment des forêts pour nourrir le monde, nous nous en avons supprimé pour… faire du vin ! (Mon village était entouré de forêts au Moyen Age, aujourd’hui ce sont des vignes à perte de vue).

Non le vrai problème de la planète, ce n’est pas l’Amazonie ou les voiture, qui ne sont que des conséquences, le vrai problème qui va tuer notre planète, personne n’ose l’aborder, c’est la surpopulation, tout le reste en découle. Il faut nourrir cette population, lui permettre de travailler et de se déplacer (pour se nourrir), lui permettre de se chauffer, quant aux déchets qu’elle produit, les capacités d’auto-nettoyage de la planète ont été dépassées.

Pour terminer, revenons à un indien, un vrai, qui aurait pu être d’Amazonie. Il ne portait pas qu’un tomawak et des peintures de guerre, c’était aussi un grand homme aux propos bien plus sages que ceux qu’on a entendus cet été et indignes des grands de ce monde. Je le cite :

Quand le dernier arbre aura été abattu,

quand la dernière rivière aura été empoisonnée,

quand le dernier poisson aura été péché,

alors on saura que l’argent ne se mange pas.

                                                          Géronimo.

Gérard Maudrux

Gérard Maudrux

22 Commentaires

  1. Le problème n’est pas de savoir si Bolsonaro, Trump et consorts sont des bienfaiteurs ou des fossoyeurs de l’humanité, lesquels soit par opportunisme ou pire par conviction ignorent les données scientifiques qui plaident objectivement pour un réchauffement climatique incontestable avec pour conséquence une disparition de toute forme de vie sur terre qui de paradis dans le cosmos pourrait devenir l’enfer qui règne sur vénus planète soeur qui a son origine devait ressembler à la terre et qui a vu disparaitre ses océans et dont la température ferait fondre du plomb . Venus étant 30% plus proche du soleil que la terre on pourrait penser que le soleil est le responsable de son changement climatique et pourquoi pas du notre ?
    A la question la terre se réchauffe t-elle? -donc finalité climatique ou simple aléa climatologique cyclique ? la réponse scientifique est sans appel comme l’attestent les relevés météorologiques compilés aux quatre coins de la terre depuis 1854.
    A la question l’homme est il responsable de ce réchauffement climatique ? -la réponse est là encore scientifique. Les carottes de glace prélevées au Groënland et en antarctique, renferment des bulles d’air qui permettent d’en analyser la composition depuis 800000 ans et d’en mesurer la concentration en CO2 essentiellement d’origine volcanique et spécifique puisqu’il est plus lourd que le CO2 issu du rejet de nos énergies fossiles. De fait dans l’atmosphère le CO2 d’origine volcanique représente moins de 2% du CO2 produit par nos émissions anthropiques. A titre d’exemple le CO2 rejeté par les volcans représente 500 Mls de tonnes et celui rejeté par nos émissions 30 Mds de tonnes. L’équilibre entre la production naturelle de CO2 et son absorption, était jusqu’à la révolution industrielle et le début du 20e s équilibrée à une concentration de 0.03% (c-a-d : 3 molécules de CO2 pour 10000.) Depuis le début du 20é s la teneur en CO2 s’est élevée de 40% et cette augmentation est paralléle à l’augmentation de notre consommation en gaz, pétrole et charbon. De sorte qu’aujourd’hui notre planète produit plus de CO2 qu’elle n’en peut absorber et les études scientifiques estiment qu’une teneur en CO2 de 0.06% dans l’atmosphère, soit le double, entrainerait un réchauffement incompatible avec la vie, conduisant à des cataclysmes, des migrations des populations, des guerres pour s’approprier les ressources d’eau et en finalité par l’extinction d’espèces animales et probablement de l’Homme.
    A la question : la situation est elle réversible ?- Peut être pas . car le réchauffement de la terre entraine une réaction en chaine qui s’auto alimente et s’amplifie. La couche de CO2 autour de la terre produit un effet de serre qui comme un couvercle retient les rayons solaires réfléchis par la terre. La surface blanche des calottes glaciaires en diminuant ,réfléchissent moins les rayons solaires et ces phénomènes réchauffent la mer aggravant la fonte des glaces et les rejets du CO2 , alors que pendant des millénaires la mer a été, sur des cycles longs, le principal régulateur par l’intermédiaire des micro algues qui ont transformé le CO2 en calcaire, se déposant sur les fonds marins sur plusieurs centaines de mètres d’épaisseur, visualisables dans les falaises (par expl de Douvres) suite aux soulèvements marins, et en constituant les barrières de corail, véritables coffres fort géologiques. Le permaprost gelé depuis des millénaires , fond et les micro organismes qu’il contient en se putréfiant libèrent de grandes quantités de CO2 et de méthane encore plus nocif. Les forêts, véritable poumon de la planète, qui assurent la régulations du CO2 en cycle court sont massivement déboisées et ne contribuent plus a maintenir l’équilibre. Détruire la forêt primaire pour planter du soja, du mais ou des palmiers n’est pas anodin, mais constitue un crime conte l’Humanité , même si au final le bilan CO2 est le même.
    Si la situation est irréversible que faut-il faire ?-Au pire ralentir cette lente dégradation -Au mieux l’inverser.
    La ralentir cela ne fait aucun doute quant à nos moyens et le soleil loin d’être la cause est notre meilleur allié. Depuis le 19é s , il a été démontré que capter son énergie : centrales solaires- panneau solaires et éoliennes ( le soleil produit le vent) était une des solutions . L’énergie envoyée par le soleil en 1 h sur terre pourvoit à nos besoins énergétiques pour toute une année. Cette démonstration scientifique a été faite dés 1878 ( expo universelle) et a été développée par la suite. Mais la chute du prix du charbon puis la découverte et l’extraction du pétrole encore moins cher et demandant moins d’effort pour l’extraire et le transformer a ruiné les projets imaginés. Vision de court terme motivée par le seul profit…. où l’inconscience et la cupidité des uns mettent en danger l’existence des autres. Revenir à un bilan CO2 positif est envisageable, car l’Homme a toujours su s’adapter aux pires difficultés et aujourd’hui on commercialise les premiers piéges à CO2 ( société Fermentalg-Suez) et l’innovation ne fait que commencer. Mais au delà de ces considérations la question qui se pose est celle de nos sociétés capitalistes qui ne peuvent survivre que par le toujours plus de croissance et de profit et donc par la fuite en avant aveuglement. Arrêter ce système à court terme est inimaginable car cela générerait la faillite d’un système qui n’a pas de remplaçant et serait a l’origine de la plus grande crise économique jamais encore connue avec des répercutions vitales pour l’humanité. En fait notre système socio- économico -politique doit lui aussi se réinventer.
    La surconsommation, la surpopulation qui entrainent la surproduction de déchets non recyclables est incompatible avec notre survie . Ecoutons enfin les Cassandre qui depuis 2 s nous alertent. A défaut la planète terre sera irrémédiablement condamnée.
    L’être Humain est allé sur la lune réalisant ce qui était techniquement inimaginable au début du 20e s et peut accomplir chaque fois des épreuves réputées impossibles. Nul doute que s’il en a la volonté , il se donnera les moyens financiers pour inverser la destruction inéluctable de notre paradis : la terre.

  2. Macron est un habile politicien
    Pour plaire a la gauche ecolo il tape sur le vilain bolsonaro
    Pour plaire a la droite il annonce la fin du laxisme immigrationiste
    En fait il ne fera pas grand chose et continuera une politique « correzienne » a la chirac-hollande

  3. Pourquoi payer des scientifiques pour étudier le climat puisqu’on a des commentateurs gratuits qui SAVENT (c’est à dire ont une opinion personnelle). En EBM, les opinions n’ont pas valeur de preuve mais il y a aussi des médecins qui détestent l’evidence based medicine…

  4. Remarquable article, extrêmement fouillé. Toutes mes félicitations Mr Maudrux. Je ne suis pas sûr, après moult promenades sur internet, que le carbone représente 5% des gaz atmosphériques. J’ai vu plusieurs fois 0,04%. Mais même 5% c’est ridicule. Le CO2 ne saurait provoquer un effet de serre. Par contre il va provoquer une remarquable ponction fiscale!

  5. Bonjour, merci pour vos chroniques.
    Je partage tout à fait le message général : une leçon donnée par des hypocrites : les terres gagnées sur la forêt au Brésil sont destinées aux exportations, avec des céréales pour nourrir du bétail ou pour faire des biocarburants, les pays qui achètent de ces produits (dont la France) n’ont pas à donner de leçons.
    Mais, la déforestation pose bien un problème majeur de relargage du carbone, car il faut raisonner en terme de stocks : la combustion des forêts correspond au relargage massif d’un stock de carbone (quelque soit le bilan carbone annuel de la foret à maturité) l’agriculture ou même la reforestation sur les terres brûlées ne permettent pas, loin de là de recapturer le carbone largué sur les échéances pertinentes (plus un arbre est vieux et gros, plus il y a de carbone stocké dedans).
    Le raisonnement s’applique aux autres feux de déforestation hors de l’Amazonie.
    Au total, la déforestation représenterait au moins 15% du CO2 rejeté dans l’atmosphère par l’activité humaine.
    Le fait que nous ayons déjà déforesté l’Europe, ne justifie pas que les autres le fassent sur les autres continents, au vu des enjeux. Par contre, les efforts doivent être partagés, et nous devons décarboner notre mode de vie, avant de donner des leçons (consommation de produits manufacturés, transports, etc).
    Pour une approche rationnelle de ces problèmes voir le site du think tank THE SHIFT PROJECT : https://theshiftproject.org/

    Concernant la surpopulation : c’est une des façons de poser correctement le problème.

    • Je suis entièrement d’accord avec vous d’ailleurs j’ai toujours pensée que le vrai problème était du à la surpopulation humaine la déforestation de l’Amazonie ne date pas d’hier hélas et n’est malheureusement pas la seule forêt à subir,les politiciens parlent de coloniser mars ! Sûrement quant il n’y aura plus rien a exploiter sur Terre
      Voilà malheureusement l’héritage que nous laissons à nos descendants ,c’est triste .
      Merci Dr MAUDRUX
      J’espère que d’autres personnes prendrons le temps de lire
      Cordialement

  6. La seule cause des problèmes d’environnement est en effet la surpopulation mondiale et l’obligation pour tous de se nourrir.
    Mais la planète semble commencer à se défendre.
    Appauvrissement des spermogrammes avec la pollution.

    • Très juste, il y a souvent dans le règne animal (et parfois végétal), une autorégulation naturelle en cas d’excès. Toutefois dommage d’en arriver là, ce n’est pas une preuve d’intelligence de subir au lieu de contrôler.

  7. Le président Maudrux considère apparemment le réchauffement anthropique comme démontré, alors que des centaines de scientifiques de haut niveau en doutent fortement mais… sans accès aux médias. Si le CO2 est le problème, comme toute activité humaine dégage du CO2, alors le problème c’est l’homme. C’est vous, c’est moi. Le IIIème Reich et le PCUS, avec les résultats que l’on sait, se limitèrent à n’éradiquer qu’une partie de l’humanité : les juifs pour l’un les « bourgeois » pour l’autre. Le troisième totalitarisme en gestation, l’écologisme politique, a pour ennemi la totalité de l’humanité, qu’il exhorte -dans un premier temps…- de ne pas se reproduire. Et de moins manger (de viande, dans un premier temps…) Et de moins produire de tout : décroissance et récession en plus de la famine. Que crève l’homme pourvu que vive « la planète » ! Vous êtes prévenus…

    • Je n’aime pas trop les raisonnements par l’absurde, et je ne suis pas un adepte du GIEC qui raconte ce qui arrange nos politiques. Dans l’ancien billet que je cite, je parlais de mes doutes en ce qui concerne le C02 anthropique origine de nos problèmes.
      L’atmosphère de la Terre se compose d’une multitude de gaz dont une petite partie sont des gaz à effet de serre, le principal gaz à effet de serre étant la vapeur d’eau ! Le C02 est un gaz à effet de serre assez mineur, il augmente mais la raison principale semble avoir peu de lien avec les activités humaines, mais venir surtout des cycles solaires, et le soleil a connu une période d’activité intense depuis 1950, cause non prise en compte par le GIEC. Le CO2 suit les changements de températures. Il est une conséquence et non une cause. Les océans représentent la majeure partie de la surface du globe et constituent un immense réservoir de CO2 contenant 60 fois sa quantité dans l’atmosphère. Quand il fait froid, les océans absorbent plus de CO2, et quand il fait chaud, c’est l’inverse, ils en rejettent davantage. Le taux de CO2 d’origine anthropique dans l’atmosphère serait d’environ 5 %. J’évoquais aussi comme cause de réchauffement, la dissipation vers l’extérieur de la température interne considérable de notre planète, phénomène et règle physique incontournable.
      Je ne dis pas non plus qu’il faut supprimer l’homme pour sauver la planète. Je dis que la planète a une capacité d’accueil qui n’est pas infinie. Que ferons nos enfants quand on aura épuisé les ressources naturelles qui ont mis des millions d’années pour se constituer et qu’on aura épuisé en quelques siècles ? Que mangeront-ils quand on aura pas assez de terres cultivables pour les nourrir, même en supprimant toutes les forêts ? Regardez Haiti, autrefois pays riche, devenu le plus pauvre de la planète après avoir supprimé ses forêts pour se chauffer et se nourrir ?

  8. obligatoire : 2 enfants max par femme , 3 (si par erreur ), toleré une seule fois !! au delà, MACRON taxe !! ( bien sur abolitialloc!) 2eme volet: acces à l’eau potable pour tous obligatoire pour la planete entiere

    • 3éme volet :l’Air,bientôt taxé dans les villes et nos futures généerations devront payer pour respirer pour un « air sain »

  9. 100 % en accord avec vous, mais on est bien mal parti avec le niveau de raisonnement de nos politiques, actuellement majoritaire autant que dans l’opposition, dont le seul souci est de gagner, ou ne pas perdre trop piteusement, la prochaine élection. Faire le show pour qu’on pense qu’ils agissent mais c’est seulement un spectacle, triste acteurs…

  10. Bonsoir ,Gérard
    Bien sur la démographie. j’ai été en Chine il y a 27 ans. La population était : 1M 300.000.000. Cette année elle est de 1M.394.000.000. 94.000.000 en 27 ans, étonnant non ? Vous vous souvenez de la méthode :1 enfant par couple
    et surtout pas de filles. Souvent on s’en débarrassait à la naissance. Alors on fait quoi ? Amitiés.

    • On arrête de fonctionner en pensant à une croissance sans fin de la population … en commençant par le système de retraite par répartition tél qu’aujourd’hui.

    • On fait quoi ? L’inverse d’aujourd’hui. Pas de contraintes comme en Chine, 2 par famille, c’est suffisant pour stabiliser voire baisser un peu. Au delà on taxe (il y a bien la taxe carbone..), en dessous on récompense ? Surtout éduquer, aider les pays qui ne contrôlent rien. On leur donne de quoi nourrir trop d’enfants, qui en feront d’autres qui auront encore plus faim, au lieu de dépenser plus pour réguler intelligemment.
      Regardons le Congo : 18 M hab en 1960, le double en 1990, encore plus du double en 2010 : 85 M.C’est le pays qui brûle le plus de forêts au monde, la corrélation est évidente !
      Madagascar : 6 M en 1960, 12 M en 1990, 26 M aujourd’hui, et c’est l’endroit le plus rouge sur la carte NASA, tout brûle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Dr Maudrux ne répondra pas aux commentaires anonymes.