16

RETRAITES : DE MAL EN PIS

A côté du Gloubi-boulga ou de la ratatouille des âges de départ, pivot, taux plein,.. voici venu le moonwalk de la génération à partir de laquelle on démarre le nouveau régime. Comment faire marche arrière en faisant marche avant ou inversement, on ne sait plus dans quel sens vont les choses.

Les nouvelles propositions mettent en évidence non pas l’immense talent de ceux qui prétendent améliorer nos retraites, mais leur immense incompétence en matière de retraite. Du grand n’importe quoi, ils ne savent pas comment fonctionne un régime par répartition !

VERS LA CESSATION DE PAIEMENT

Le passage d’un régime à un autre doit se faire pour tous, au même moment. Il ne peut y avoir de décalage, on ne peut pas laisser les anciens dans un régime, et mettre les nouveaux arrivants, à partir d’une génération x, dans un nouveau régime. Je vais vous expliquer pourquoi.

Cela revient, c’est ce que font les dernières propositions, à faire cohabiter les 2 systèmes pendant plusieurs années, 10 ou 15 ans. Les caisses actuelles vont continuer à s’occuper des cotisants et des retraités à partir de la génération x, et les plus jeunes vont passer dans le régime universel.

Maintenant expliquez-moi comment les caisses actuelles, qui vont donc prolonger un peu plus longtemps que prévu, vont faire pour payer les retraites sans l’arrivée de nouveaux cotisants qui seront dans le régime universel ? En répartition, ce sont les cotisants de l’année qui financent les retraites de l’année, il n’y a pas d’autre source de financement. Si vous supprimez les nouveaux cotisants, les caisses seront très rapidement en cessation de paiement ! Si elles ont des réserves, elles vont s’épuiser très rapidement.

Ceux qui ont fait des projections, ce que n’ont pas fait ceux qui proposent cette réforme, savent que globalement toutes les futures retraites vont baisser, plus ou moins selon les branches professionnelles. Avec le moonwalk, ce sont les retraites de tous ceux qui ne seront pas concernés par l’universel qui vont faire un plongeon. Plongeon dans le vide car pas de projection. Un audit indépendant devient plus que jamais nécessaire face aux promesses de plus en plus délirantes et non chiffrées.

LA GRANDE FARCE

Outre ce problème technique qui ne semble pas gêner nos décideurs, se posera aussi un problème constitutionnel. Comment cet éminent Conseil pourat-il accepter que des Français soient traités différemment dans un système dit universel ?  De belles contorsions juridiques en vue. A travail égal, à revenu égal, celui qui sera lésé par rapport à l’autre devrait pouvoir se plaindre du non respect des points constitutionnels inspirés de la déclaration des droits de l’homme.

Enfin tous ceci est en train de virer dans une vaste farce. De plus en plus de dérogations, de bonifications sont proposées. On a dit que la retraite des enseignants sera sanctuarisée, les électriciens-gaziers auraient déjà obtenu des concessions, on vient d’affirmer aux salariés de la RATP qu’ils ne toucheraient pas moins, voire plus, on n’entend pas les aiguilleurs du ciel, il doit y avoir des raisons,… Résultat ? Au train où vont les choses, le régime universel va supprimer 42 régimes différents, mais comportera 42 catégories différentes d’affiliés.

Pour les coûts, n’en parlons pas. Déjà pour les premières mesures il y a quelques années concernant les régimes spéciaux, la Cour des Comptes avait fait un bilan après 10 ans, pour constater que les avantages donnés en échange de leur acceptation, avaient coûtés plus cher que les économies escomptées. Aujourd’hui, alors qu’on en est qu’au début, la commission des affaires sociales annonce pour ces concessions, des milliards qu’elle n’arrive pas à comptabiliser.

Encore une fois je dis dommage, car le tout appliqué à un régime de base universel, et uniquement de base, à côté de régimes professionnels autonomes, aurait été une fantastique réforme. La retraite de millions de citoyens mérite mieux qu’une grande farce.

Gérard Maudrux

Gérard Maudrux

16 Commentaires

  1. Un petit mot de plus, cher Gérard M. (sur la mise en place fractionnée dans le temps de la « Réforme »): nos chers gouvernants actuels ont sans doute fait un peu de Latin et se sont souvenus du fameux combat des Horaces contre les Curiaces. Parier sur la désolidarisation des aînés vis à vis des plus jeunes montre bien l’incompréhension de ces « Politiques » actuels vis à vis de ce qu’est un régime de protection-vieillesse par répartition. D’ailleurs, dans la gestion de la crise à la SNCF / RATP, la logique était la même! Seulement, ce qui était possible dans la Rome romaine ne l’est plus dans une Constitution Démocratique (enfin, plus ou moins « démocratique »).
    Ceci dit, je ne partage pas tout à fait votre point de vue sur l’opposition entre répartition et capitalisation. En Capi, si vous aviez misé sur le mauvais placement, il ne vous reste plus qu’à pleurer, tout seul. En Répartition, si le pays boit la tasse, tout le monde est appauvri. C’est mieux, car on se sent moins seul: le dénuement est « UNIVERSEL »!

  2. Pour ce qui me concerne, j’ai mon compte.
    On veut me tuer ? JE M’ARRÊTE DE SOIGNER.
    Indéfiniment.
    Et en plus, je veux être HONORÉ. Pas exploité.
    Stop aux forfaits indignes, aux paniers de soins, aux nomenclatures absconses, aux syndicats collabos.
    UNION DE LUTTE DE TOUS LES SOIGNANTS EN SANTÉ.

  3. Cela relance la priorité des libéraux et entrepreneurs de prendre les rennes et être acteur de la constitution de leur propre fonds de retraite privé (exit les contrats Madelin et autres contrats tunnels) en optimisant au mieux leurs structures de rémunération et capitalisant sur du financier, de l’immobilier, de l’investissement non côté dans des entreprises. Bref en avant la retraite par capitalisation.

  4. Dans sa lettre aux syndicats le Président de la CARMF aurait du les inciter à proposer cette solution simple : puisque comme vous le démontrez la réduction des cotisations (passage de 36 à 28 %) ne permettra plus de payer les pensions des retraités, il suffirait d’augmenter le prix de la consultation à 34, 35 ou 36 € (les actuaires le calculeront) ainsi le montant des cotisations perçues restera identique et les retraites payées.

  5. Faire de la politique consiste très souvent à dénier le bon sens et le pragmatisme ;les propos de Gérard nous le montrent avec leur clarté habituelle.
    Je me joindrai aux autres commentaires pour m’étonner du fait que l’on entende absolument pas les médecins alors qu’on s’apprête à piller leur réserves et
    Qu’a ma connaissance aucune dérogation n’a été proposée ; la carmf et les syndicats devraient au moins par respect pour leur cotisants et leur mandants leur rendre compte de leur position vis-à-vis de la gigantesque machine inégalitaire et spoliatrice qui se met en place.
    Une question une AG extraordinaire de la CARMF pourrait elle fair voter la redistribution des réserves aux cotisants au pro rata de leur participation ?

    • Même les petits rats de l’Opéra on obtenu quelque chose. Médecins et auxiliaires médicaux sont sont qui vont déguster le plus et qui obtiendront le moins, sans doute moins utiles à la société pour nos élites ? Cette réforme, c’est de plus en plus n’importe quoi, elle restera dans les annales comme une des pires décision des cents dernières années, s’ils persistent. Amitiés.

  6. Lettre du Président de la Carmf aux Présidents de syndicats.
    https://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/wp-content/uploads/2019/12/lettre-syndicats-.pdf
    J’ajouterai que la création de 2 catégories de cotisants, l’une avec 36% de cotisations, l’autre 28% serait une inégalité devant les charges à soumettre au Conseil d’Etat et au Conseil Constitutionnel. D’une réforme qui aurait pu recueillir une grande majorité de citoyens (alignement des régimes spéciaux), on arrive à une réforme où la totalité des citoyens ont de grandes raisons de se plaindre. Brillants nos énarques.

  7. Avocats et pilotes ont eu gain de cause …les uns gardent leurs réserves , on n’en touchera pas aux retraites complémentaires Des seconds qui
    Lèvent leur préavis de grève ..
    Les médecins ne menacent pas , ne déposent pas de préavis de grève .. en font pour d’autre motifs en faisant attention de ne pas trop gêner .. se contenteront de ne rien obtenir .. ils se battent si
    Peu .. On parle de tout sauf d’eux ..Si on faisait comme les pilotes et les avocats , menace d’arrêt total , on obtiendrait peut être la
    Même chose , gérer les retraites complémentaires , et garder les réserves .. mais il faudrait vouloir se battre ..

  8. Merci pour votre analyse pertinente , mais il faut aller le dire ou il faut . Et vite car malheusement je ne sens pas eaucoup la mobilisation de tous nos syndicats . On n’entends rien de Nous à la TV CE QUI EST MALHEUREUX pour nous . JP GAMONDES

  9. Durant des décennies les excédents de « caisses de retraites » ont été épongées par les gouvernements successifs. Qui se souciait d’avenir en dépensant ces cotisations? Que n’a t on entendu comme âneries concernant les fonds de pension? Aujourd’hui, il est à craindre que, sous couvert de solidarité, on cherche surtout à proroger un peu de ces excédents alors qu’en toute justice il reviendrait à l’Etat de couvrir les déficits.

  10. Excellente synthese comme dab.. Une « reforme » confiée à des incompétents malhonnetes et « en meme temps » pour des citoyens ignorants(avec des circonstances attenuantes du fait de l opacité des systemes entretenue depuis plus de 50 ans)… mais drolement inquiets…
    Attention au retour de baton electoral :2022 ne sera pas 2017!!

  11. Bonjour
    Je partage complètement votre analyse et je suis très inquiet pour l avenir d autant plus que je ne sens pas une forte mobilisation des adhérents de mon syndicat le bloc
    Ce sont des enfants gâtés inconscients
    J irai sans illusions à la prochaine réunion ou plutôt mascarade syndicale le 7 janvier
    Leur dire ma colère
    Les autres syndicats devraient suivre
    Seule un arrêt total d activité peut les faire reculer
    Ajoutes aux 3 millions d indépendants dans le même cas que nous j y crois
    Merci de maudrux

  12. Plus ça va , plus c’est n’importe quoi
    Une seule réponse à Macron comme les commerçants à Colbert quand il leur demandait ceux ce qu’il pouvait faire pour eux : rien , surtout ne faites rien !

  13. Gerard est vraiment le questionneur qui gêne un énarque lambda, lauréat de la dernière école communiste de france. Il suffit de diviser le montant des réserves par le Nb d’allocataires pour avoir la durée de survie de la Carmf. Et après ? Nul ne sait!

  14. Ces arguments basiques n’en sont pas car un énarque ne va pas manger son chapeau pour si peu.

Répondre à jean-luc LANASPRE Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Dr Maudrux ne répondra pas aux commentaires anonymes.