32

Covid-19 : interpréter les chiffres

Beaucoup s’interrogent sur la gravité, la morbidité, la mortalité, la contagiosité de la maladie, ayant du mal à interpréter les chiffres. Si on en prend certains, on peut être très optimiste, si on en prend d’autres, on peut être très pessimiste, et pourtant tous les chiffres sont justes.

Tout d’abord, les deux extrêmes. La Chine, 3 500 morts du Covid, pour une population de 1 400 millions. La France, 8 100 morts l’an dernier pour la grippe saisonnière pour 66 millions d’habitants. Le Covid tuerait 50 fois moins que la banale grippe ? Même si ce n’est pas fini et qu’on double le score final chinois, nous sommes très loin du compte. Si en plus on tient compte que pour le Covid la population n’est pas vaccinée, et que pour la grippe la population à risque est relativement vaccinée, le Covid devient une épidémie bénigne (en comparaison, car elle tue quand même).

A l’inverse, dernier décompte italien :

9 172 cas, dont les 1 085 sortis de la maladie, 622 étiquetés guéris et 463 morts. On pourrait en conclure que sur les 1 085 premiers, il y a 42% de décès et 58 % de guéris. En appliquant ce pourcentage à tous, c’est effroyable, mais soyons optimistes c’est moins qu’Ebola qui dépasse largement 50%. Ces chiffres sont justes, le calcul est juste, mais le raisonnement ne l’est pas car il ignore certains facteurs. Le plus important est que les décès sont assez rapides comparés à la durée de la maladie avant d’en décider la guérison. Je n’ai pas trouvé de critères précis concernant la date de guérison.

Pour rendre cette version moins sévère, il faut prendre en compte les cas graves. Dernier chiffre en France (12 mars), 61 morts, 2 876 infectés dont 129 cas graves encore hospitalisés. Empiriquement, pour arriver à un taux de mortalité de 2,5%, 10 à 12% de ces cas graves vont probablement décéder, soit 12 de plus et résultat final à 73. Là, dans la présentation, on peut tomber dans le verre à moitié plein ou à moitié vide : 88 à 90 % des cas graves vont s’en sortir, présentation plus rassurante.

Ensuite, les comparaisons d’un pays à l’autre, en ce qui concerne les cas diagnostiqués. Ils peuvent varier du simple au double, selon l’importance du dépistage. Le pays qui dépiste tout le monde sera artificiellement beaucoup plus touché par l’épidémie que celui qui comme en France ne dépiste que les malades. Seul un dépistage de masse peut donner une idée de l’importance de la contamination dans un pays. En France, on peut faire une extrapolation intéressante, qui approche peut-être de la réalité : une population a été dépistée systématiquement, malades ou non, ce sont les députés. Sur 577, il y a à ce jour (12 mars), 10 détectés positifs. En extrapolant, si on avait fait un test sur les 66 millions de français, nous trouverions 1, 144 millions de malades, ou plutôt de positifs, les porteurs sains étant légion vu la contagiosité et la « gravité » probable de la maladie. Alors pour la France, 73 morts sur 2816 dépistés ou sur 1,144 millions d’infectés ? Ce chiffre n’est pas utopique, car le raisonnement est bon. La mortalité passe de 2,5% à 6 pour 100 000, et là on est dans une épidémie bénigne.

Passons maintenant aux chiffres de mortalité par tranche d’âge. Là les chiffres concordent. Cela touche plus les anciens, mais n’épargne pas les plus jeunes, sauf les enfants, sans aucun décès. Respectivement 14,8% chez les plus de 80 ans, 8% pour les 70-79 ans, 3,6% pour les 60-69 ans, 1,3% pour les 50-59 ans, 0,4% pour les 40-49 ans,….

Hier notre Président nous a dit qu’il fermait les écoles car les enfants contaminaient plus que les adultes, je n’ai rien lu dans ce sens, au contraire, les plus grosses statistiques chinoises parlent de 1% d’enfants chez les contaminés (et zéro mort). De plus où vont aller préférentiellement les enfants quand les parents travaillent ? Chez les grands-parents. Alors envoyer les « vecteurs » chez les plus fragiles… Si ce sont des vecteurs comme l’affirment les autorités et ne le montrent aucune statistique, il vaut mieux les laisser à l’école car ils ne craignent rien comme le montrent toutes les statistiques, plutôt que de les envoyer contaminer les anciens. La mesure est peut-être nécessaire, mais la justification est une erreur.

Quid des facteurs de risques ? On nous dit pour nous rassurer si on n’a pas d’antécédents, qu’une pathologie préexistante est un gros facteur de mortalité. Cela n’est pour moi pas si évident à l’analyse des chiffres. Voici la première grosse statistique concernant la comorbidité :

On y apprend que chez les décédés, 10,5% avaient une pathologie cardiovasculaire, 7,5% un diabète, 6,3% une pathologie respiratoire chronique, 6% une hypertension, 5,6% un cancer, … Maintenant comme 80 % des morts ont plus de 60 ans, quelle est la proportion de ces pathologies ? S’il y a 10,5% de pathologies cardiovasculaires dans ces tranches d’âge, le Covid touche tout le monde à égalité, pathologie préexistante ou non ! Je suis très sceptique quant à ces affirmations de facteurs de risques si on ne met pas en parallèle les deux. En tous cas, cela minimise fortement cette affirmation, et nous rend plus égaux devant le Covid.

Vous trouverez ci-joint cet intéressant article statistique chinois, le plus important à ce jour. https://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/wp-content/uploads/2020/03/COVID-19-chine.pdf

Autre chiffre intéressant, les études de l’université de Baltimore, comparant les statistiques de l’évolution des cas dans différents pays (France, Italie, Allemagne, Suisse, UK, EU, Japon). les courbes Italienne et Française sont strictement superposables depuis le premier cas, avec un décalage de 9 jours. Il y avait le 12 mars 12 462 contaminés et 827 décès en Italie, nous devrions atteindre ces chiffres le 21 mars. A suivre. Une petite nuance toutefois : 31% de plus de 65 ans en Italie, contre 27,6% en France, donc chiffres probablement un peu mieux.

Dernier critère : la contagiosité. Comment l’évaluer face à un ennemi invisible, dont on ne connaît pas les supports, les moyens de transmission, la durée de vie sur un support inerte ou vivant, ce qui n’empêche pas de fermer les frontières, le virus étant c’est bien connu sensible aux frontières politiques, véritables barrières. Certains planchent (New England Journal of Medicine) sur cette contagiosité, avec un « taux de reproduction de base ». L’indice serait situé à 2,2 (entre 1,5 et 5,5 selon les études), pour 1,2-1,4 pour la grippe saisonnière, 3 pour le Srass, 1 à 2 pour Ebola, et 12 à 18 pour la rougeole ou la gastro-entérite. Ces résultats me laissent sceptique. Maintenant est-ce que ces études tiennent compte des comportements culturels ? Les latins s’embrassent et se touchent, par contre les chinois ne s’embrassent pas, ne se touchent pas : ils se saluent par une courbette à distance. Cela doit nous faire réfléchir sur l’importance vantée du lavage de mains, totalement sans objet chez eux avec pourtant la même courbe exponentielle que nous du début de l’épidémie. Par contre tous portent des masques et on constate une décrue spectaculaire de cette épidémie. A méditer

Voilà, je suppose que vous ne serez guère plus avancés (mais mieux informés) après ces précisions. Rassurez-vous, moi non plus.

Gérard Maudrux

Gérard Maudrux

32 Commentaires

  1. Bonjour Dr Maudrux,

    Je suis Kossi Balao, le Directeur du Forum de Reportage sur la Crise Sanitaire Mondiale du Centre international pour les journalistes (ICFJ) basé à Washington.

    Un forum qui rassemble plus de 1000 journalistes francophones et que nous avons lancé pour offrir aux journalistes du monde entier les ressources dont ils ont besoin pour une couverture qualitative de la pandémie.

    Le 1er octobre, j’organise dans le cadre de ce forum un webinaire qui porte sur comment interpréter les chiffres de la pandémie et j’aimerai vous inviter pour partager vos connaissances avec les journalistes de notre forum.

    Vous serait-il possible de me laisser une adresse sur laquelle vous contacter ou me contacter via l’adresse kbalao@icfj.org ?

    Sincères salutations,
    Kossi

  2. POURQUOI les Allemands qui ont de nombreux cas positifs prouvés ont ils peu de morts alors qu’ils sont vieux et voyagent beacoup?
    POURQUOI les suédois qui sont vieux,,qui voyagent beaucoup et qui ne confinent toujours pas ont ils toujours aussi peu de cas positifs et de décès

  3. Je pense que comme toujours dans la nature qui tend toujours vers un équilibre ,nous devons trouver un équilibre par rapport à ce virus qui dépendra 1= des caractéristiques du virus (contagiosité ,immunogènicité qualitative,quantitative,mutation…)
    2 =de notre capacité à contrecarrer sa contagiosité(degré et temps de confinement,port de masques,tests pour affuter le confinement)
    -capacité:
    . fonction de notre réactivité
    qui est elle même fonction de nos habitudes culturelles,
    de notre capacité à être conscient (à ne pas faire le déni) des différents facteurs de la propagation du virus et ses impacts
    3 de notre capacité à soigner et prendre en charge les individus atteints
    4 de l’équilibre immunitaire de la population ,naturel et vaccinal à venir
    Nous atteindrons un équilibre différent selon la touche que nous mettrons sur ces différents facteurs
    Nous percevons déjà actuellement la gestion selon les pays de ses différents facteurs qui ne sont pas si nouveaux il faut bien le dire!!
    Notre intelligence et conscience humaine doivent jouer des coudes pour déjouer au mieux ce fin virus qui profite de toutes les situations pour se multiplier et c’est sa force ( il a aussi sûrement un tendon d’achille à rechercher…)
    Nous oublions qu’il faut toujours se battre pour survivre!Ce virus est là pour nous le redire!
    à bientôt les repos des guerriers, j’espère…!( guerre brutale ,aigue ou plus chronique selon)
    Ce résumé n’apportera pas grand chose sinon d’appeler à se battre de lamanière la plus fine possible

  4. Bonjour
    J’ai une petite question dont je n,ai pas trouvé de réponse. Est-il possible d’avoir deux infections virales respiratoire au meme temps
    Merci

    • Réponse délicate n’étant pas spécialiste. Mais répondons avec logique : pour les bactéries, en général, quand il y en a 2, il y en a une qui prend le dessus, et donc une infection. Ceci à condition qu’elles soient sur le même site. Pour le virus, je pense que oui. Si vous avez le virus de la grippe banale, vous êtes pas immunisé conte le Covid, les anticorps que vous allez développer ne sont pas les mêmes, pour moi deux infections virales peuvent cohabiter.

  5. Bonjour, j’ai attrapé un virus l’été dernier, j’ai eu exactement les mêmes symptômes que ceux du coronavirus, à savoir une gène dans la gorge pendant une journée, lendemain fièvre, frissons, toux sèche avec brûlure au niveau des poumons et grosse fatigue. Cela a duré environ 5 jours mais j’ai été très fatiguée pendant au moins 3 semaines. Je précise que j’étais au festival de jazz à Marciac et qui j’y ai croisé énormément de touristes et notamment beaucoup d’asiatiques, ma soeur qui habite à côté et qui est bénévole dans ce festival a été malade elle aussi. Alors j’ai plusieurs questions. Tout d’abord ce virus est-il vraiment nouveau comme on nous le répète à longueur de journée ? Je suis consciente que cela peut être un autre virus mais dans ce cas il existerait des virus autres que nos virus hivernaux communs, avec les mêmes symptômes, mais différents puisqu’on était en plein été ? Pourquoi on ne nous parle plus des autres maladies qui tuent en France chaque hiver des milliers de personnes ? Pour finir par une note d’humour je précise que me sachant malade je suis restée confinée chez moi et que j’ai tout fait pour ne contaminer personne, je ne prétends donc pas être le patient zéro de cette épidémie !! J’ai écouté le Pr Raoult et ses messages rassurants, je vous lis et je me demande ce qu’il se passe dans ce pays !! J’espère avoir des réponses rapides, merci d’avance !

  6. Docteur, comment se fait-il qu’il semble que le virus semble se propager plus vite dans les zones les plus polluées ? Est ce que des polluants atmosphèriques seraient à même d’agir comme catalyseur sur le virus pour augmenter sa contagiosité ? Quand on regarde les cartes c’est flagrant.

    • Je suis très sceptique quant à la propagation du virus dans ces zones. Prenez la carte de France des cas, c’est l’Est. La cause ? Pas la pollution, mais une réunion évangélique où 1 000 personnes se sont contaminées. 2 jours après, ces 1 000 avaient eu un contact avec 2 000 autres, etc. C’est comme toute grippe la densité de personnes, non immunisées, et les contacts. Par contre en ce qui concerne les décès, à voir. Pourquoi les enfants n’ont pas de formes graves et 0 décès ? Parce que leur poumons, cible du Covid, sont plus sains ? Si oui, les zones à forte pollution, les fumeurs auront plus de décès. Aujourd’hui on nous parle des cardiaques, mais combien dans ces cardiaques étaient fumeurs ? Les fumeurs sont évoqués, mais pas recherchés dans les stats des 2 000 premiers morts de Chine, ou d’Italie (publié ce jour)

  7. Vous dites
    « Alors pour la France, 73 morts sur 2816 dépistés ou sur 1,144 millions d’infectés ? Ce chiffre n’est pas utopique, car le raisonnement est bon. La mortalité passe de 2,5% à 6 pour 100 000, et là on est dans une épidémie bénigne »
    N’y a t il pas une coquille dans le dernier ratio?

    • 10 députés touchés (ils sont sans doute une vingtaine maintenant) sur 577, cela fait 1,7%. 1,7% de 67 millions d’habitants, cela fait 1,14 millions de touchés (probables si dépistés systématiquement comme les députés), avec 73 décès, soit 73 divisé par 1,14 M = 0,00006 (selon ma calculette), soit encore 6 pour 100 000.

      • Bonjour Monsieur, en tant que chirurgien j’ai procédé à la même analyse bibliographique sur le covid19. Nous assistons à un véritable suicide collectif. La folie gagne les blocs opératoires aussi bien hospitaliers que privés. Paralysie des consultations, des blocs, redéploiements aberrants du personnel soignant…Carcino laissée en attente…Je suis très inquiète pour la suite. Aucune voix ne s’élève…

        • Je n’ai pas bien compris votre vision du suicide collectif .. que repondez-vous aux services d’accueil urgence / pneumo / rea qui ont leur lits tous occupés ?

          Qui doivent en libérer un pour le carcinome ?

  8. Bonjour Gérard,
    On fait dire ce qu’on veut démontrer en manipulant et tordant les résultats statistiques.
    Continue ton blog , il est réconfortant en ces temps de lavage de cerveau.
    Sissi

  9. D’abord se féliciter que vous ayez encore la parole !
    Ensuite 100% des décès imputés ayant été testés positifs, c’est quand même le meilleur point de départ pour suivre l’évolution et peut-être même extrapoler le portage mais avec une marge d’erreur à apprécier (50 %.?)…..

  10. Ignorantus, ignoranta, ignorantum… dans quelques mois chacun de nous en saura un peu plus sur le Covid-19. Pour l’instant il faut essayer de démêler le vrai du faux.
    Une remarque : beaucoup d’adultes accompagnent leurs enfants à l’école (ceci en parallèle avec les poignées de porte).
    Portez vous bien.

  11. Attention: les chinois ne se serrent pas les mains mais ils utilisent comme nous les poignées de portes. L’intérêt du lavage des mains est donc le même.

  12. Bonjour Gérard MAUDRUX.
    Bravo pour votre travaiL
    Il ne faut pas oublier, lors de l’interprétation de ces chiffres, de penser au taux de mortalité dans une population donnée. Par exemple, ce taux est de 11 pour mille en Italie, de 9 pour mille en France et de 7 pour mille en Chine environ, toutes causes confondues.
    Pour quelles raisons multiples ?
    J’ai regardé un peu les chiffres de la pandémie grippale AH1N1 de 2009 – 2010. Il y eut 25 millions de cas confirmés (bingo pour Big Pharma !) et moins de 20 000 décès sur toute la planète, qui compte environ 58 millions de morts par an.
    J’ai comme l’impression que Cov2 est assez doué pour le business.
    Très confraternellement.
    Agnès GOUINGUENET.
    https://blogs.mediapart.fr/agnes-gouinguenet/blog/130320/coronavirus-sars-cov2-et-canicule-aout-2003-en-france

        • Bonjour
          Je pense qu’il faut attendre 8 jours avant de se prononcer, d’autant plus que je ne crois pas aux miracles. Ce qui m’étonne, c’est la mortalité en Italie : 1 300 sur 18 000 touchés, soit 3 fois plus qu’ailleurs. Mutation ? Ceci dit s’ils dépistent moins cela explique, mais dépister moins que nous, c’est difficile ! J’ai vu qu’aux USA, il y a des stands de dépistage dans les parkings de supermarchés, pour ceux qui en ont juste envie.Quant à la Chine, les seuls touchés des dernières 24 heures viennent de l’étranger !

  13. Bonjour,
    Hormis la fin de votre article, tout semble révéler une incompétence généralisée des statisticiens, qu’ils soient institutionnels du secteur médical, conseillers scientifiques ou organismes privés et médias…
    De par ma formation scientifique et mathématique, je suis effaré par l’absence de cohérence et de rigueur dans ces calculs ne relevant même pas de la pure statistique professionnelle! Obstinés à vouloir tirer des conclusions de données extrêmement incomplètes, partielles et subjectives!
    Ce qui m’interpelle le plus, c’est la fin de votre article, avec le dernier graphique de Baltimore, où la courbe françaisecoïncide exactement avec celle de l’Italie!!! D’autant plus étonnant quand on nous dit que le système sanitaire italien est dans les choux depuis des décennies, gangrainé par les mafias de toutes sortes!
    Alors… les données exploitées par Baltimore sont-elles fiables, ou relèvent-elles aussi d’interprétations aussi « hasardeuses » que les nôtres?

    • Bien sûr il faut attendre.
      Je pense que « le miracle allemand » est peut-être lié au caractère plus scientifique et moins hyper-émotif des hiérarques allemands, en particulier de Madame MERKEL.
      Il n’est pas certain que tous les décès italiens étiquetés Cov2 soient vraiment directement dus à Cov2. D’après ce que j’ai lu (où donc est le « secret médical » parfois ?), le professeur français de 60 ans, premier « mort français en France », est DCD d’une embolie pulmonaire massive létale. Ce n’est pas vraiment infectieux comme cause de décès. Triste complication d’une immobilisation prolongée ? Mais nous n’avons pas eu accès au dossier, forcément.
      Pour l’instant, en Europe, les pays les plus touchés par les cas mortels sont « méditerranéens » (Italie, Espagne, et à un moindre degré France).

      Une autre donnée m’a fait réfléchir. Pourquoi les enfants ne font-ils pas de formes graves ? Sont-ils protégés par une de leurs vaccinations obligatoires (réaction croisée favorable), alors que les gens plus âgés ont perdu leurs anticorps protecteurs (pas de rappel vaccinal) ?

  14. Moi je n’y comprends rien non plus mais je trouve vos calculs très intéressants parce qu’ils sortent enfin des sentiers battus qu’on nous ressasse chaque jour comme étant des vérités définitives ; il est d’ailleurs assez amusant de voir beaucoup de nos confrères , souvent professeurs , se planter devant des questions basiques de journalistes , qui bien que très ignorants sur le sujet , savent dégainer plus vite que leur ombre … Mais est-il possible de dire dans le poste que pour l’instant on ignore à peu près tout de cette épidémie depuis son origine jusqu’à son futur ; les précautions prônées par le gouvernement paraissent logiques au milieu de notre ignorance sans que l’on puisse être certain qu’elles soient les meilleures possibles … Et pour l’école je suis assez de votre avis!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Dr Maudrux ne répondra pas aux commentaires anonymes.