69

COVID-19 : Professeur Raoult, 80 cas.

Tout le monde a de plus en plus de mal à se faire une opinion avec toutes ces infos contradictoires. Il y a un moyen très simple de mettre fin à cette polémique : prendre 100 patients, les mettre sous plaquénil, contrôler la charge virale, et comparer avec 100 autres, non traités. Si cela avait été fait il y a 8 jours, on aurait dès aujourd’hui mis fin à cette polémique. On a proposé de la faire avec des médecins volontaires contaminés, c’est non. Au lieu de cela on propose de ne le faire que chez des patients « dépassés », comme si on vaccinait contre la grippe après avoir été touché, pas avant, ce qui ne marche pas, et quand l’expérimentation sera publiée, la polémique sera toujours la même. On a l’impression que cela arrange certains de ne pas prouver rapidement le pour ou le contre.  Même le Professeur Raoult demande que d’autres vérifient.

Il vient de publier une deuxième série plus importante : https://www.mediterranee-infection.com/wp-content/uploads/2020/03/COVID-IHU-2-1.pdf

Réponse immédiate de la presse citant nombre de spécialistes : « cette publication ne vaut rien, au premier motif qu’il n’y a pas de groupe témoin ». Réponse de Raoult sur twitter : « Je refuse volontairement parce que le serment d’Hippocrate me l’interdit ». Pour les non médecins, qu’est-ce que ce groupe témoin ? Vous prenez 100 patients pour la série, 50 seront traités, 50 ne seront pas traités, tirés au sort, et à leur insu. On compare les 2 groupes, ce que ne fait pas Raoult. Quand il y a risque mortel, cette méthode doit être bannie, inacceptable. Pour tester des effets secondaires, une efficacité sur des symptômes, sur la maladie s’il y a un traitement derrière en cas de besoin, oui. Avec risque mortel, non, c’est condamner à mort par tirage au sort. Pour le Professeur Raoult, la vie de ses patient est plus importante que ses publications. J’avais dit la même chose dans un autre billet sur les études commandées, en écrivant « merci pour le groupe témoin ». Ici ce sera merci Professeur Raoult. Quant aux experts et décideurs, il y a déjà bientôt 40 000 témoins sans traitement, dont 4 000 en réanimation, cela ne leur suffit pas ?

J’ai l’impression qu’il n’y a pas de traducteurs au ministère, alors la voici (google, excusez quelques défauts) pour une partie du texte. Les détracteurs diront qu’il n’en a guéri que 98%, mais combien de séjours en réanimation ont été évités ?

Traduction du résumé :

Nous avons besoin d’un traitement efficace pour guérir les patients COVID-19 et réduire la durée de portage du virus. Chez 80 patients hospitalisés recevant une combinaison d’hydroxychloroquine et d’azithromycine, nous avons noté une amélioration clinique chez tous les patients sauf un de 86 ans décédé et un patient de 74 ans toujours en unité de soins intensifs. Une chute rapide de la charge virale nasopharyngée testée par qPCR a été notée, avec 83% de négatifs au jour 7 et 93% au jour 8. Les cultures virales des échantillons respiratoires des patients étaient négatives chez 97,5% des patients au jour 5. Cela a permis aux patients de sortir rapidement des services hautement contagieux avec une durée moyenne de séjour de cinq jours. Nous pensons que d’autres équipes devraient évaluer d’urgence cette stratégie thérapeutique rentable, à la fois pour éviter la propagation de la maladie et pour traiter les patients le plus tôt possible avant que des complications respiratoires irréversibles graves ne se manifestent.

Traduction des résultats :

Au total, 80 patients avec COVID-19 confirmé ont été hospitalisés à l’Institut Hospitalier Universitaire Infection Méditerranée (N = 77) et dans une unité COVID-19 temporaire (N = 3) avec des dates d’entrée du 3 au 21 mars 2020. Tous les patients qui ont reçu un traitement par hydroxychloroquine et azithromycine (16) pendant au moins trois jours et qui ont été suivis pendant au moins six jours ont été inclus dans cette analyse. L’âge médian des patients était de 52 ans (de 18 à 88 ans) avec un sex-ratio H / F de 1,1. 57,5% de ces patients avaient au moins une affection chronique connue pour être un facteur de risque de la forme sévère de COVID-19, l’hypertension, le diabète et les maladies respiratoires chroniques étant les plus fréquents. Le temps entre le début des symptômes et l’hospitalisation était en moyenne de cinq jours, le plus long étant de 17 jours. 53,8% des patients présentaient des symptômes LRTI et 41,2% des symptômes URTI. Seuls 15% des patients étaient fébriles. Quatre patients étaient des porteurs asymptomatiques. La majorité des patients avaient un score NEWS faible (92%) et 53,8% des patients avaient un LDCT compatible avec la pneumonie. La valeur moyenne de PCR Ct était de 23,4.

Traitement combiné à l’hydroxychloroquine et à l’azithromycine (tableaux 2 et 3)

Le délai moyen entre l’apparition des symptômes et le début du traitement était de 4,9 jours et la plupart des patients ont été traités le jour de l’admission ou le lendemain (93,7%). Au total, 79/80 patients ont reçu un traitement quotidiennement pendant toute la durée de l’étude, qui a duré au maximum dix jours. Chez un patient, le traitement a dû être arrêté le jour 4 car, bien qu’il ait été bien toléré, il existait un risque potentiel d’interaction avec un autre médicament. Les événements indésirables étaient rares et mineurs.

Cours clinique (tableau 3)

La majorité (65/80, 81,3%) des patients avaient des résultats favorables et étaient sortis de notre unité au moment de la rédaction avec de faibles scores NEWS (61/65, 93,8%). Seulement 15% ont nécessité une oxygénothérapie. Trois patients ont été transférés aux soins intensifs, dont deux se sont améliorés et ont ensuite été renvoyés au service d’identification. Un patient de 74 ans était toujours aux soins intensifs au moment de la rédaction du présent rapport. Enfin, un patient de 86 ans qui n’a pas été transféré aux soins intensifs est décédé dans la salle d’identification (tableau supplémentaire 1).

Contagiosité évaluée par la valeur et la culture du PCR Ct (figures 1 et 2)

Une chute rapide de la charge virale nasopharyngée testée par qPCR a été notée, avec 83% de négatifs au jour 7 et 93% au jour 8. Le nombre de patients vraisemblablement contagieux (avec une valeur de Ct PCR <34) a régulièrement diminué au fil du temps et atteint zéro le jour 12 (figure 1). Une baisse marquée a été observée après six jours de traitement. Après dix jours, deux patients seulement étaient encore vraisemblablement contagieux avec des valeurs de Ct de 32 et 29 respectivement. La proportion de patients 2 avec une valeur Ct> 34 a significativement diminué les heures supplémentaires (R = 0,9). Cultures virales du patient

les échantillons respiratoires étaient négatifs chez 97,5% des patients au jour 5. Le nombre de patients contagieux (avec une culture positive) a diminué précocement après trois jours de traitement (figure 2). Après cinq jours de traitement, deux patients seulement étaient contagieux. Le jour 8 après le traitement, un seul de ces deux patients était contagieux et a cessé d’être contagieux le jour 9. La proportion de

La culture négative a significativement diminué les heures supplémentaires (R = 0,8).

Durée du séjour en salle d’identité

Sur les 65 patients qui sont sortis du service d’identification pendant la période d’étude, le délai moyen entre l’initiation et le congé était de 4,1 jours avec une durée moyenne de séjour de 4,6 jours.

Traduction de la discussion :

COVID-19 pose deux défis majeurs aux médecins.

Le premier est la prise en charge thérapeutique des patients. Dans ce contexte, il est nécessaire d’éviter une évolution négative de la pneumonie, qui survient généralement vers le dixième jour et peut entraîner un syndrome de détresse respiratoire aiguë, dont le pronostic, en particulier chez les personnes âgées, est toujours mauvais, quelle qu’en soit la cause. L’objectif thérapeutique principal est donc de traiter les personnes atteintes d’infections modérées ou sévères à un stade suffisamment précoce pour éviter une progression vers une affection grave et irréversible. En administrant de l’hydroxychloroquine associée à de l’azithromycine, nous avons pu observer une amélioration dans tous les cas, sauf chez un patient arrivé avec une forme avancée, âgé de plus de 86 ans et chez qui l’évolution était irréversible. Pour tous les autres patients de cette cohorte de 80 personnes, l’association d’hydroxychloroquine et d’azithromycine a entraîné une amélioration clinique qui est apparue significatif par rapport à l’évolution naturelle chez les patients avec un résultat défini, comme décrit dans la littérature. Dans une cohorte de 191 patients hospitalisés chinois, dont 95% ont reçu des antibiotiques et 21% ont reçu une association de lopinavir et de ritonavir, la durée médiane de la fièvre était de 12 jours et celle de la toux 19 jours chez les survivants, avec un taux de létalité de 28% (18). L’évolution favorable de nos patients sous hydroxychloroquine et azithromycine était associée à une diminution relativement rapide de la charge en ARN viral évaluée par PCR, qui était encore plus rapide lorsqu’elle était évaluée par culture. Ces données sont importantes à comparer avec celles de la littérature qui montre que la charge en ARN viral peut rester élevée pendant environ trois semaines chez la plupart des patients en l’absence de traitement spécifique (18; 22) avec des cas extrêmes qui durent plus d’un mois. Une étude menée sur 76 COVID-19 chinois chez des patients a montré qu’une charge élevée en ARN viral est associée à la gravité de la maladie (23). De plus, dans une étude menée sur un petit groupe de 16 patients hospitalisés chinois COVID-19, l’ARN viral a été détecté positivement dans 50% d’entre eux, après résolution des symptômes pendant une durée médiane de 2,5 jours et un maximum de huit jours (24). Par conséquent, la diminution rapide de la charge d’ARN viral est un élément suggérant l’efficacité de ce traitement. De plus, à notre connaissance, la mesure de la culture virale pendant le traitement a également été évaluée pour la première fois. La chute est spectaculaire, bien que, dans un nombre relativement restreint de cas, certaines personnes maintiennent une culture positive.

Le deuxième défi est la propagation rapide de la maladie dans la population par des individus contagieux. L’élimination du transport viral dans le réservoir humain du virus a récemment été reconnue comme une priorité (25). À cette fin, la négativation rapide des cultures d’échantillons respiratoires de patients sous traitement par hydroxychloroquine plus azithromycine montre l’efficacité de cette association. De plus, et parallèlement à cette étude, nous avons évalué in vitro l’association de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine sur les cellules infectées par le SRAS-CoV-2, et avons montré qu’il y avait une synergie considérable de ces deux produits lorsque positivité de la culture du 48 ils ont été utilisés à des doses qui imitent les concentrations susceptibles d’être obtenues chez l’homme (https://www.mediterranee-infection.com/pre-prints-ihu2/). Ainsi, en plus de son rôle thérapeutique direct, cette association peut jouer un rôle dans le contrôle de l’épidémie de maladie en limitant la durée de l’excrétion virale, qui peut durer plusieurs semaines en l’absence de traitement spécifique. Dans notre institut, qui comprend 75 chambres individuelles pour traiter des patients très contagieux, nous avons actuellement un taux de rotation de 1/3 qui nous permet de recevoir un grand nombre de ces patients contagieux avec sortie précoce.

La chloroquine et l’hydroxychloroquine sont des médicaments extrêmement bien connus qui ont déjà été prescrits à des milliards de personnes. En raison de rapports anecdotiques de complications cardiaques avec de tels médicaments chez des patients atteints d’affections sous-jacentes, il serait utile d’effectuer un ECG avant ou au tout début du traitement (26). Ce problème est résolu en hospitalisant les patients à risque avec de multiples agents pathogènes dans les unités de soins continus avec un suivi ECG permettant la détection et le traitement précoces de ces effets secondaires cardiaques rares mais possibles. L’azithromycine est le médicament qui a été le plus largement prescrit contre les infections respiratoires et une étude récente (2010) a montré qu’un Américain sur huit en ambulatoire s’est vu prescrire de l’azithromycine (27). En effet, il y a probablement eu plus d’un milliard de prescriptions d’azithromycine dans le monde depuis sa découverte. La toxicité de chacun de ces deux médicaments ne pose donc pas de problème majeur. Leur toxicité possible en combinaison a été suggérée dans quelques rapports anecdotiques mais, à notre connaissance, n’a jamais été démontrée.

En conclusion, nous confirmons l’efficacité de l’hydroxychloroquine associée à l’azithromycine

ALORS QU’EST-CE QU’ON ATTEND POUR VÉRIFIER DANS LES MÊMES CONDITIONS ?

Gérard Maudrux

Gérard Maudrux

69 Commentaires

  1. Moi pauvre boulanger à la retraite; je dit les politiques et les soit disants experts du gouvernement il ne faut rien en attendre ces gens sont comme les Banquiers,des paroles on ne signe rien comme cela aucune preuve, il est toujours facile d’ouvrir le parapluie quand tout vas bien mais quand vous êtes dans la M. il n y a plus personne. Albert E as dit  » on ne règle pas les problèmes avec ceux qui les ont crées »il vas falloir distribuer des coups de pieds aux fesses des politiques et de leurs experts…

  2. Puisque le confinement est le seul remède et puisque la peur est la meilleure méthode pour maintenir le confinement, il faut l’entretenir et les journaux télévisés sont une excellente voie d’administration, la palme revenant aux présentatrices (celle de la 3 en particulier) et il ne faut surtout pas que les « chercheurs » se mettent d’accord sur une molécule miracle; donc, merci professeur Raoult ( et en plus, ça remplace les matchs OM/Paris-Saint-Germain)

  3. Dans le cadre d’une étude en cours dans la région de Barcelone dirigée par le Dr Oriol Mitjà, chercheur et spécialiste dans les maladies infectieuses, l’hydroxychloroquine est donnée à visée prophylactique aux contactes des malades Covid+ et aussi à certaines populations à haut risque, soit au total 3000 personnes environs. A suivre.

  4. Je suis médecin généraliste et tropicaliste et j’utilise la chloroquine depuis 45 ans, notamment en prophylaxie et traitement du paludisme, jusqu’à ce qu’il devienne résistant, sans aucun problème. Ma femme prend de l’hydroxychloroquine depuis 2 ans pour un lupus et le supporte parfaitement bien. Phiippe Douste-Blazy, ancien ministre de la santé, qui est cardiologue, milite pour son utilisation contre le COvid-19 dans les indications et les conditions préconisées par Didier Raoult. Je ne comprends pas le dogmatisme des « experts » qui donnent un avis contraire.

    • Test du gouvernement L’Agence du médicament (ANSM) a averti que les médicaments actuellement testés contre le Covid-19 pouvaient entraîner des « effets indésirables graves » et ne devaient « en aucun cas » être utilisés en automédication, alors que trois décès potentiellement liés à ces traitements ont été signalés.

      « Une trentaine » d’effets indésirables graves, dont « trois décès » chez des patients atteints du coronavirus sont en cours d’investigation pour déterminer si ces événements sont en lien ou pas avec les traitements qui leur ont été administrés : le Plaquénil (hydroxychloroquine) mais aussi d’autres médicaments tels que le Kaletra (un antiretroviral associant lopinavir/ritonavir).

  5. Cher Docteur,
    Tout ce ramdam autour de et contre le Professeur Raoult est insensé, mais il n’y a pas que cette opposition qui est révoltante, il y a tout le reste, le confinement, l’absence d’équipements, le mépris des masques etc.
    Je voulais vous donner des nouvelles de Chine, car elles sont susceptibles de remonter le moral: ici à Pékin tout va bien, les magnolias et les cerisiers sont en fleurs ainsi que les premiers lilas. Comme la pollution est réduite, l’air embaume de façon admirable. Les enfants jouent en nombre dans les parcs, les pique-niques s’organisent, il flotte un air enjoué d’une douce et souriante victoire. Les nouvelles de Wuhan et du Hubei sont bonnes, les trains fonctionnent. Les marchés sont actifs et bondés, les gens aimables et diserts. Tout le monde porte un masque bien sûr, les températures sont contrôlées partout, désormais à grande vitesse!! Les masques sont accessibles dans tous les magasins, épiceries, selfs etc, pour 3,70€ environ. Les rayons de gel hydroalcoolique sont surchargés et délaissés. A ce sujet je voudrais dire que se laver les mains est sûrement vital pour les médecins, et important pour la population, mais ça va, on se les lave naturellement en rentrant chez soi, ça fait 3 ou 4 fois par jour, c’est assez. Il est manifeste que le port du masque a joué un rôle PLUS important que le gel hydroalcoolique, les Chinois ne s’y sont pas trompé. Enfin les statistiques sont désormais…plates ce qui permet de voir le bilan EN DEHORS de Wuhan. La France aime à se comparer sans précision au « cas chinois ». Mais il n’y avait aucune raison que cela signifie ‘Wuhan va se reproduire partout’. Non, pour la France, Wuhan n’est pas le modèle pertinent. Il est légitime en revanche de la comparer aux autres provinces chinoises, elles-mêmes beaucoup plus proche de Wuhan, avec des milliers de gens ayant voyagé dans tous les sens, donc beaucoup plus contaminées. Or que voyons-nous? Sichuan 83 millions d’habitants, pas de confinement, 548 contaminations et 3 morts; Guangdong 115 millions d’hab. pas de confinement 1456 contaminés et 8 morts. Pékin+Shanghaï 44 millions hab. pas de confinement strict 1075 contaminés, 13 morts!!
    A l’échelle de la France cela aurait dû donner 1500 contaminés et ~20 morts. Dans les 2606 morts actuels il y en a donc 2586 de trop! Voilà une chose à étudier! Et idem à Taiwan, Hong Kong, Corée, Japon. Et n’oubliez pas que les masques, les gels, les respirateurs, les médicaments sont en général fabriqués dans chaque province. C’est à dire que chacune a assumé plan et réponse autonome.
    Enfin je dois vous dire, imprégné des usages chinois, mon écoeurement total à l’écoute du traitement réservé en France aux gens âgés. Pas de réanimation au delà de 70 ans? Pas même d’appel aux urgences dit un employé d’Ephad pour une personne en détresse. Ici on nous a montré régulièrement la guérison de personnes très âgées? Un monsieur de 98 ans, une femme de 103 ans!! Il fallait voir le bonheur de sa famille de la récupérer guérie! Est-ce à dire que désormais c’est une chance de vieillir en Chine?
    Avec vous de tout coeur!

  6. J’ai vu mais j’arrive plus à trouver l’article qu’à New York le Dr Zelenko a soigné 700 personnes avec la méthode Raoult, seule différence il a rajouté du zync dans le traitement

  7. Depuis QUAND c’est au conseil d’État de décider de l’utilisation d’un médicament existant depuis 40 ans?

    • Sûrement que l’Etat a d’autres projets pour les citoyens….
      Ils vont revenir avec leurs vaccins!!!

    • Je pense qu’il s’agit d’une autorisation dérogatoire dans Cette indication, malgré l’absence de validation scientifique

    • Pas depuis 40 ans, mais depuis 70 ans pour la chloroquine et depuis 65 ans pour son dérivé l’hydroxychloroquine. Personnellement, j’ai commencé à utiliser et à prescrire la chloroquine en 1975.

  8. Pourriez-vous me dire ce qu’il en est de cette information médicale: le non-conformisme est considéré comme une maladie mentale.
    https://blogs.mediapart.fr/hazies-mousli/blog/041115/usa-creativite-non-conformisme-cynisme-pourront-desormais-etre-consideres-comme-maladie-mentale
    Il est très facile de faire une recherche en tapant les mots clés dans un moteur de recherche et se faire sa propre opinion.
    Si c’est le cas, le Dr Raoult, n’étant pas conforme, est un malade mentale.
    Si vraiment le non-conformisme est une maladie mentale, les gouvernements sont bien armés et nous, le bec cloué

    • Tout à fait conforme, mais le cynisme n’est pas une maladie mentale, c’est une qualité politique>. Ils donnent un exemple avec Hollande, mais un dernier n’est pas mal non plus, quand Macron regarde les français droit dans les yeux promettant pour demain des masques aux médecins dans 24 départements, et 48h pour les autres, alors qu’il savait parfaitement qu’il n’en avait pas. 15 jours après, c’est toujours la débrouille.

  9. Ce que l on sait sans groupe témoin c est le niveau de corruption des pontes du milieu médical en france, rien que le médiator, corruption massive des décideurs eux meme du milieu médical dans les agences de santé, jusqu a la corruption de senateurs pour modifier des rapports relus par Servier… on a atteins un stade ou le monde médical à maintes fois fait la démonstration que trop d instances décisionnaires sont pourries jusqu au trognon… Ils n ont rien à proposer mais refuse l espoir, magnifique ! j ecoutais sur BFM le docteur Hamon, une tuerie son interview, il explique d abord qu il a été malade avec le traitement, ensuite, il explique avoir refiler son traitement a une collègue et termine en disant aux francais qu il faut attendre les résultats des études… je me demande si ces gens se rendent compte de l invraisemblable discourt, en resumé, il dit : Nous on utilise ce que l on vous refuse !!!!… ces gens sont des assassins… ca va mal finir cette fois, mais je ne me fais aucun doute, ils vont pipoter et faire en sorte de foirer les tests avec la Chloroquine…

  10. En fait je pense qu’il y a 2 types « d’experts », ceux qui sont MEDECINS comme le professeur Raoult et qui font en plus de la recherche de TRES haut niveau et ceux qui font de la recherche et accessoirement de la médecine. Il est inadmissible que TOUS les médecins comme moi n’aient pas le droit de prescrire en leur âme et conscience le traitement préconisé par Raoult après bien sûr avoir pris les précautions nécessaires comme l’ECG par exemple.
    De plus l’étude européenne du Plaquenil va être entièrement biaisée car il doit être prescrit en cas de maladie « grave » et non sur des patients simplement dépistés. De plus cette étude européenne associe t elle le Zithromax???
    J’espère pouvoir bénéficier du traitement par Plaquenil + Zithromax si j’ai les premiers signes du Covid 19

  11. Bonjour Dr Maudrux,
    pourriez-vous préciser qui a refusé la réalisation d’une étude entre médecins volontaires ainsi que les raisons avancées ? Cela aurait pourtant permis, comme vous le dites, de mettre fin une bonne foi pour toute à cet interminable débat.

    • Il n’y a pas eu de réponse de la part du Ministre depuis bientôt 1 semaine. Pas de refus écrit, mais dans toutes nos démarches les refus ne sont jamais écrits, ils ne répondent pas, ce qui équivaut à un refus. Par contre CSMF et Ordre, qui ont reçu copie (qui ne demandait pas leur accord) de la demande ont exprimé officiellement leur désaccord sec, par écrit. Pour l’Ordre : « proposition inadaptée dans le contexte actuel », point. Suite au communiqué, de nombreux confrères contaminés on pris contact avec la caisse pour participer.Nous essayons par un autre biais.

      • Comment peut-on répondre « proposition inadaptée » sans plus étayer, alors qu’il s’agit d’une méthode au contraire largement rationnelle pour faire avancer la polémique ?
        Au vu des nouveaux résultats, ne serait-il pas possible de contacter les Prs Ader et Lina afin de comprendre pourquoi ils n’intègrent pas l’association HCQ/AZT dans l’étude Discovery, pourtant annoncée « adaptative et en temps réel » ?

        On a vraiment l’impression que personne ne veut trancher sur cette question épineuse, préférant laisser les médecins s’écharper sur des plateaux de télévision…

        • L’association y est, sous la pression de la rue menée par Raoult, car elle n’y était pas au début. Le problème, c’est quels malades : sous oxygène ou chez eux ?

          • Effectivement c’est hydroxy seule. En fait « hydroxy + soins standards », mais la mention « soins standards » est appliquée à tous, formule également utilisée pour le groupe témoin, et veut dire rien (sinon oxygène et calmants). Ils ne veulent pas se mesurer avec Raoult, alors que lui veut bien et demande qu’ils le fassent. Cela devrait quand même faire réfléchir ceux qui doutent.

  12. En résumé, pour les immenses génies qui nous gouvernent, et les non moins immenses génies qui les conseillent, ainsi que pour la grande majorité des journaleux des média mainstream, tous éminents spécialistes de maladies virales et de méthodologie scientifique,
    il est demandé à tous les patients coronavirus:
    de MOURIR dans la pureté méthodologique
    plutôt que GUERIR selon un traitement méthodologiquement incorrect…
    Hippocrate, reviens, ils ont perdu leur entendement !!!

  13. Bonjour,
    Merci pour toutes vos informations et positions franches. Je les partage en totalité car je connais bien les spécialités utilisées par le Pr Raoult pour les avoir utilisées (PLAQUENIL + AZITHROMYCINE) dans un autre cadre (sur laquelle on n’ouvrira pas de débat !!) : la Borréliose ou Maladie de LYME chronique. Certes, les doses étaient inférieures mais je n’ai eu aucun effet secondaire bien que je sois assez sensible aux médications, en général !!
    Toutefois, pourriez vous donner votre avis sur le dosage, en particulier du « PLAQUENIL » car le Pr Raoult semble préconiser 600mg par jour alors que l’étude américaine annonce 400mg ???
    Merci d’avance.

    • Je ne vous donnerai pas la posologie n’ayant aucune compétence en virologie ni en palu. Par contre il me semble avoir lu il y a 8 jours un article qui remarquait
      que certaines séries qui contredisaient Raoult avaient des doses inférieures. Ils est évident qu’en dessous d’un certain taux sanguin, il n’y a pas d’efficacité. Protocole chinois préconisé par les autorités (chloroquine) : Si poids ≥ 50 kg, 500 mg x 2 / jour pendant 7 jours ; si poids < 50 kg, 500 mg x 2 / jour au cours des deux premiers jours, 500 mg x 1 / jour du troisième au septième jour. 400mg paraît dans ces conditions un peu juste, mais vérifier correspondance posologie chloroquine et hydroxychloroquine.

  14. De la Stampa, une étude sur le profil des caractéristiques des victimes du Covid-19 : https://www.lastampa.it/cronaca/2020/03/29/news/coronavisus-ecco-le-caratteristiche-delle-vittime-1.38652664
    Les faits contestent quelque peu la terreur qu’entretiennent les journalistes, tous, et les « consultants » (médecins, dès fois il est permis d’en douter ?) sur les plateaux télés : https://www.lastampa.it/cronaca/2020/03/29/news/coronavisus-ecco-le-caratteristiche-delle-vittime-1.38652664 ce sont bien les plus faibles, les plus âgés, ceux ayant plusieurs pathologies qui sont les plus atteints, et de loin.
    Du coup, le traitement prescrit par Raoult trouve d’avantage de sens si les populations les plus exposées avaient été dépistées, donc diagnostiquées, traitées et isolées plutôt que confiner tout le monde.
    Yakafaukon certes, mais Macron et son gouvernement ne font plus de la politique, ils donnent chaque soir la météo. 1h30 hier soir de blabla Philippe/Véran, sont-ils aussi stupides qu’ils en ont l’air ?
    Drôle de guerre…

    • Chiffres donnés le 23 mars dans mon billet sur les chiffres. Les journalistes et les politiques passent aussi sous silence les 10 morts de moins de 15 ans de la grippe saisonnière cette année (épidémie assez gentille) pour insister sur 1 mort de 16 ans du Covid. Egalement série américaine à NY sur le préventif sur 500 personnes (non testées) à risques : 0 hospitalisations.

        • Mais je n’en doute pas, seulement il y a tellement (trop) d’informations en ce moment qu’on peut passer un peu vite sur certaines. Merci aussi de donner comme d’autres des infos qu’on ne retrouve pas trop dans notre presse.

  15. Certes on peut critiquer cette étude. La quantification par les ct des PCR est rudimentaire et criticable mais si on met en évidence une negativation accélérée des prélèvements c’est le principal.
    Une étude sur 80 patients dans une infection qui guérit sans symptômes graves dans 95% des cas (?) c’est peu.
    Cette étude à un niveau de preuve faible pour L’EBM mais rappelons que L’EBM c’est ce qui devrait conduire les médecins à dire à de nombreux patients : je ne peux rien faire pour vous. Pas la peine de revenir me voir…. Heureusement la plupart des médecins se comportent comme des médecins.
    Je suis comme vous, plein d’incertitudes sur ce sujet de la chloroquine mais paradoxalement cette étude imparfaite me fait plutôt pencher vers le bien fondé de la démarche de Raoult. Vous avez raison on devait déjà avoir la réponse.
    Enfin si un nouveau traitement anti VIH ou VHC annulé les charges virales de 50 patients en 5 jours on sait qu’il marche même si on n’a pas de groupe placebo.

    • Pour avoir vu de près l’aventure de Gildas dans les infections VHC je pense que ce qui est dit dans cet article, qui peut paraître complotisme, est assez vraisemblable.

  16. Il est insupportable qu’on « fasse de la science » dans une telle situation épidémique.
    Jenner, Pasteur, Simmelweiss, Yersin au secours !
    Les « plumitifs » vont réussir à tuer la raison. Raoult continuez!
    Je vais citer Pagnol qui résume bien ma pensée:
    PAGNOL « Quand vous dites une chose comme celle que vous venez de proférer, je déclare et j’affirme que vous battez de loin vos propres records de stupidité. C’est-à-dire que je vous vois très distinctement serrant contre votre cœur les bornes du couillonisme, et courant à toute vitesse pour les transporter plus loin, afin d’agrandir votre domaine. »

  17. As-t-on vérifié si les patients sous plaquenil depuis longtemps ont été victimes du coud-19 ? Ce serait une statistique utile.

    • Dans les vidéos proposées par MAB, l’ex directeur scientifique d’Airbus confirme que dans les pays utilisant largement la chloroquine comme anti paludéen, il y a très peu de morts, malgré des conditions sanitaires qui ne sont pas les nôtres.

    • Est-ce que les patients sous plaquenil depuis longtemps sont-ils victimes du COVID-19 ? Question déjà posée.

      • Question effectivement déjà posée, mais aussi déjà répondu. A priori oui, selon un lecteur (Sénégal), et le directeur scientifique d’Airbus qui dit la même chose. Je vais essayer de chercher les chiffres dans ces pays, mais il faut aussi connaître l’importance des prescriptions dans ces pays pour le palu, et l’importance de la contamination. La réponse ne pourra être formelle.

      • AU 28 MARS, CHIFFRES SÉNÉGAL : 130 DÉPISTÉS POSITIFS, 18 GUÉRIS, 0 MORTS. Chiffres fiables ? En tous cas des autorités.

    • C est une question que je me pose aussi je suis lupique depuis 2003 et sous plaquenil depuis cette date par ailleurs je suis médecin hospitalier et exposée au covid tous les jours, covid négatif à ce jour ,l interniste qui me suit m ‘ a dit qu au aucun de ses patients lupiques n étaient covid + Ce serait intéressant de voir avec les internistes le taux d infection covid chez les lupiques sous plaquenil

  18. L’ancien Directeur scientifique d’Airbus soutient Raoulthttps://www.youtube.com/watch?time_continue=7&v=Sen3HGXreEs&feature=emb_logo

    • Long, mais excellentes réflexions et surtout une journaliste qui pose des questions très indiscrètes comme :  » tous ces comités scientifiques, ce comité de recherche, est-ce que ce n’est pas une manière de diluer les responsabilités et d’échapper à la sienne ? »

  19. Il semble qu’en Russie ils ont trouvé un thérapie similaire mais à vérifier l’info: «Le Centre de recherche et de production Pharmazachita, se référant à l’expérience chinoise et française, a développé un schéma thérapeutique pour lutter contre le coronavirus qui est basé sur le médicament antipaludique Méfloquine», est-il indiqué dans le communiqué ». Source: https://fr.sputniknews.com/russie/202003281043417673-la-russie-devoile-son-medicament-pour-traiter-le-coronavirus/

      • Dans 2 mois la France a commandé 1 million de doses de Plaquénil et 100 boîtes d’Azithromycine suite à l’évaluation de l’expérimentation de Raoult effectuée dans 45 jours, l’usine qui aurait pu en fabriquer en France ayant été achetée entre temps par la Pologne. Elle vient de commander 1 milliard de masques (presse du jour), le bon de commande datant de plus d’1 mois ayant été retrouvé il y a 2 jours.Ouf.

    • Mefloquine : effets secondaires sérieux, notemment confusion mentale et agitation. L’avantage, c’est zu’on ne verra p1s la différence sur ce blog…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Dr Maudrux ne répondra pas aux commentaires anonymes.