66

Confiner ou traiter ? (1)

Dans le monde le confinement fait débat, et chez nous, nos « élites » crient victoire grâce à leur « stratégie » ayant conduit à un confinement « réussi ». Qui a tort, qui a raison ? On assiste à des batailles de chiffres, de statistiques, et de résultats le plus souvent difficile à comparer. Il y a des confinements plus ou moins précoces ou tardifs, plus ou moins stricts, plus ou moins respectés, d’autres mesures d’accompagnement, et surtout d’autres facteurs qui nous échappent, comme le facteur ethnique que j’avais évoqué au début sans certitude, et qui avec le recul semble de plus en plus à prendre en compte. 

Il est aussi toujours plus facile après coup de dire qu’il ne fallait pas le faire, que de prendre une décision difficile, le jour où il fallait en prendre une. Quelle décision auriez-vous pris, vous, en fonction de l’époque et des éléments dont vous disposiez ? Avait-on d’autre choix, compte tenu de la pénurie de lits de réanimation, de masques, de tests, de tout ?

Premier point : la courbe de l’épidémie.  Avec le recul, on constate que la courbe de l’épidémie, avec son ascension rapide, son plateau, sa descente à 2 pentes, une moyenne, puis une lente, sa durée, a la même allure dans tous les pays, confinés ou non. Cela permet de penser que les pays confinés n’ont pas de meilleurs résultats que les autres, les autres facteurs étant plus importants que le confinement.

Plusieurs articles tentent de le démontrer cet échec, chiffres à l’appui. Ceux qui ne sont pas d’accord rétorquent par exemple avec la Suède, non confinée, avec 448 décès par million d’habitants, et comparent avec la Norvège, qui en a 10 fois moins ou la Finlande, 7 fois moins. Oui mais alors la France, qui a aussi confiné comme ces deux derniers pays, en a à ce jour autant que la Suède qui n’a pas confiné, 442 décès par million d’habitant, et 10 fois plus que la Norvège. Ces calculs et comparaisons ont tous des défauts. Tous les pays ne décomptent pas les morts de la même manière, ne testant pas toujours tous les décès ce qui en diminue le nombre, d’autres comptabilisent à domicile ou pas, en Ehpad ou pas, etc… 

Le moyen le plus fiable pour savoir si le confinement est efficace ou non, est de suivre, à conditions égales, dans un même pays, la situation avant et après confinement, avant et après déconfinement, ce qui n’est possible qu’à postériori.

Second point : quel résultat objectif chez nous ? Toujours avec le recul, voyons la courbe des nouveaux cas journaliers, avant et après confinement (17 mars), avant et après déconfinement (11 mai) :

Nouveaux cas journaliers (courbe agrandie sur Wiki)

Si le confinement est efficace, dans une maladie contaminante les 15 premiers jours, on devrait obtenir le résultat suivant : de nouveaux malades les 15 premiers jours, car contaminés avant confinement, puis plus rien après 15 jours, la population isolée ne pouvant se contaminer. Cette situation est idéale correspond à un confinement théorique de 100%, non possible en pratique. 

Qu’est-ce que cela donne ici, avec un confinement maximum possible, comme en France ? La semaine avant confinement, 5 221 cas. Dans les 15 jours qui suivent, 37 927 cas, soit 19 000/semaine en moyenne, correspondant aux contaminations d’avant confinement qui se déclarent. Donnons-nous un peu de marge, le confinement n’étant pas de 100%, et voyons le résultat 4éme semaine : 25 185 cas ! 5 fois plus qu’avant confinement, aucune cassure de la courbe. 5éme semaine ? 18 033, comme pendant la première période, 4 fois plus qu’avant confinement. 

Alors efficace ? Cela ne se voit pas dans la période où cela devrait se voir. Ensuite, il y a baisse, mais la courbe générale est aussi celle des pays qui ne confinent pas, et qui est sans doute celle de l’évolution naturelle de la maladie. Signalons au passage que nous sommes dans des conditions de publication de chiffres stables avec peu de tests dans toute la période, ce n’est que récemment qu’on a testé plus, pouvant modifier ces chiffres journaliers à la hausse.

Troisième point : le déconfinement. Début Mai, on estimait que 6-7% de la population était immunisée. La semaine avant déconfinement, il y a eu 7 875 cas, (soit plus que la semaine avant confinement !) On déconfine, et rien ne se passe.

Quand on ouvre les portes, avec 62 millions de candidats potentiels pouvant être contaminés par 7 800 personnes contaminées, n’est-on pas dans des conditions plus défavorables qu’au moment du confinement, avec 5 221 contaminés pouvant en contaminer 67 millions ? Ouvrir ces portes n’a eu aucun effet, montrant que confiner ou déconfiner n’a pas ou peu d’effet sur l’évolution naturelle de l’épidémie. Depuis le déconfinement, aucun rebond même minime. C’est même l’inverse, nous avons une décroissance lente alors que nous devrions avoir une remontée due à la montée en puissance des tests.

Les pays qui n’ont pas confiné, les résultats de notre pays qui a confiné, semblent montrer que cette mesure n’a que peu d’effet sur le développement de l’épidémie. Même notre ministre de la Santé l’avait pourtant dit il y a 3 mois avant de faire le contraire : « c’est le confinement qui provoque la circulation du virus ».

Confiner est une mesure moyenâgeuse qui ne repose sur aucune étude scientifique. Alors qu’on exige des études scientifiques critiquables pour la Chloroquine, on fait le contraire à côté. Quand je dis moyenâgeuse, ou presque, vous trouverez ci-dessous une autorisation de sortie en période d’épidémie, la même que celle que nous avons connue il y a 2 mois. Elle a 300 ans. La méthode est bien très ancienne, rien n’aurait changé depuis ?

Autorisation de circulation en période d’épidémie

Le confinement a été un échec sur le plan médical, et une catastrophe sur le plan économique. Maintenant je le répète, je ne fais qu’un constat, négatif, mais sans juger de la décision prise, critique trop facile à postériori. Par contre je critiquerais vertement le fait de faire croire aux Français que cela a été une grande victoire qui a triomphé du virus, en occultant la très grande carence des mesures d’accompagnement gérées en dépit du bon sens et qui n’ont fait qu’aggraver les choses. Cette erreur s’est ajoutée à beaucoup trop d’autres. Résultat : un confinement « réussi », nous mettant dans le peloton de queue du classement mondial des résultats face au Covid.

Mais dans le gigantesque cafouillage politico-médical, au milieu des multiples mensonges d’Etat indignes de notre Nation et de ses valeurs, il semble qu’il y ait quand même un bon résultat, bien caché. Ces dernières semaines la maladie est 4 fois moins grave que les premières semaines. Explications au prochain numéro, avec les mêmes courbes.

Gérard Maudrux

Gérard Maudrux

66 Commentaires

  1. Je suis totalement d’accord avec vous. J’arrive aux mêmes conclusions en me focalisant sur les décès plutôt que les détections car les possibilités et politique de tests ont fortement varié depuis le début. Je développe sur https://jcbwordpresscom.wordpress.com/
    A mon avis le confinement ne modifie que très peu le déroulement normal de l’épidémie qui s’arrête quand il n’y a plus d’individus à faibles défenses.

    • Merci pour vos belles courbes. Comme vous je pense que l’épidémie restera dans l’histoire avec le bilan d’une bonne grippe saisonnière. On peu même comparer la gravité actuellement moindre (j’ai bien dit actuellement, car ce n’est pas fini, la fin peut me donner tort). En effet que donnerait l’épidémie de Covid si 50% des plus de 60 ans étaient vaccinés comme pour la grippe saisonnière ? 4 fois moins de morts ? Que donnerait une grippe saisonnière sans aucun vaccin pour les personnes à risques ? Autant de morts que le Covid ? Plus ?

  2. Veran a pré-commandé à Sanofi pour 400 millions un vaccin présumé sortir en Automne.
    Là les questions études randomisées etc pour la chloro, n’existent pas.
    On paie un vaccin dont on n’est pas sur qu’il marche et dont on ne connait pas les contre-indications.
    Tout va bien

    • Quelqu’un qui sait de quoi il parle, contrairement à beaucoup. Amicalement

    • Je suis entièrement de votre avis et suis consterné par ceux qui trouvent dans les propos qu’il a tenu des mensonges ou des contre vérités ou des contradictions ! Faute d’arguments valables on parle de l’église des raoultiens Pour dénigrer un homme qui a une autre stature que ces détracteurs !

    • Merci de cet article très documenté et parlant. CQFD.J’ai préféré travailler sur le nombre de dépistés plutôt que sur la mortalité, difficile à comparer d’un pays à l’autre, et en France au début pas d’Ehpad, à la fin Ehpad, ce qui rend la comparaison avant et après confinement difficile et discutable sur ce critère mortalité. Ceci dit le critère dépistés a aussi ses défauts, selon qu’on teste beaucoup ou pas. In fine, toutes les méthodes de calcul convergent vers le même résultat, ce qui renforce la crédibilité de ce résultat.

  3. Bonjour Dr Maudrux,

    je tiens à vous remercier pour le temps que vous prenez à rédiger ces billets ; dans la cohue médiatique c’était pour nous profanes un vrai havre de paix. Je glisse à ce remerciement une petite adresse : pourriez vous à l’occasion nous partager vos vues sur l' »affaire » médiator ?

    G.B.

    • Il faudra que je creuse un peu pour trouver des choses différentes à dire, de ce qui a déjà été dit. Pas pour tout de suite.

    • Bonjour. Désolé de ne pas avoir répondu plus tôt. J’avais regardé, puis remis à plus tard et ai failli oublier.
      De très nombreux médecins ont prescrit hors AMM, comme dans le Covid. Cela ne me gêne en rien si c’est pour le bien du patient, avec un traitement qui leur apporte ce qu’ils veulent, c’était le cas.
      Le problème, c’est qu’il y avait des effets secondaires dont la fréquence et l’importance étaient méconnue des praticiens. Apparemment ces effets étaient connus du laboratoire, qui les a cachés. Les autorités ne semblent pas non plus totalement blanches, car au courant, laissant faire trop longtemps avant de dire stop. Il semble y a voir eu, et c’est fréquent, des accords entre la tutelle et le labo, accords qui sont souvent sans rapport avec le produit en cause. Petits arrangements entre amis. Faites avancer mon dossier qui n’est pas parfait, et on s’arrangera. Faites passer tel produit limite, et j’ouvre une usine ici. Faites passer mon produit, et je maintiens les emplois dans telle ville,… C’est fréquent. Un ancien ministre médecin a fait fortune en faisant l’intermédiaire dans ce genre d’arrangements avec les labos, fortune mal placée en Suisse…

  4. Il y a un pays qui répond à des critères de conditions initiales comparables et qui a fait simultanément plusieurs stratégies: une de confinement, des confinements modérés, pas de confinement. Les données sont disponibles et flagrantes: c’est là où on a confiné qu’on a le plus de victimes. Ce pays c’est la Chine. Elle confine totalement Wuhan et presque totalement la province correspondante du Hubei dès le 22 janvier, à un moment où le nombre de victimes est très faible.
    Mais, pendant ce temps, des porteurs de virus, par milliers, vont dans les autres provinces. Les vols entre Wuhan et Chengdu, c’est 10 par jour, Wuhan et Canton, Pékin, Shanghai etc, idem. Pourtant au Sichuan (83.7millions hab.) 589 cas, 13 morts- , Guangdong (115millions) 1634 cas- 8morts, Fujian (37millions) 363 cas- 1mort, Shanxi (37millions) 198 cas- 0 morts.
    Qu’on ne dise pas que ces chiffres sont frelatés (ils le sont sûrement partiellement mais en tout cas de façon homogène) ils sont d’ailleurs en relative cohérence avec Taiwan(23 millions) 446 cas-7 morts ou la Corée du Sud (52 millions) qui n’est pas si performante avec 281 morts, le Vietnam (96millions) 349 cas, 0 morts.
    Sans confinement total, les gens il est vrai ont été très très précautionneux (beaucoup d’entreprises fermées, écoles suspendues, port du masque systématique et obligatoire). Ceci explique les chiffres globalement bas. Mais la différence entre ces chiffres, voilà ce qui est démonstratif: le confinement tue. Point.

    • Encore une fois vous tirez des conclusions de causalité ce qui est scientifiquement sans valeur.

      • Le raisonnement est rapide (comment faire autrement dans un post!) mais il n’est pas a-scientifique, pas du tout. Il ne prend pas les effets pour les causes non plus. Pour ce qui est du raisonnement scientifique en général, je n’ai pas de leçon à recevoir, pas vraiment.

        • Prouver une relation de causalité ce n’est pas facile. Il y a des règles. Renseignez vous.

    • Des amis restés à Shanghai nous ont aussi expliqué que les personnes testés positifs étaient isolées de leur propre famille , par les autorités sanitaire .

  5. Pierre Perret à très bien résumé ce que pensent beaucoup de Français, sur la gestion du covid :on peut écouter sa chanson « les confinis » sur youtube….tout est dit !

  6. Intervention de D. Raoult qui commence à tirer les leçons du festival de sottise/obscurantisme de Paris intra-muros (biotope des énarques).
    https://www.youtube.com/watch?v=VXDMTp82Rzg&feature=emb_logo

    D. Raoult doit être auditionné demain mercredi par la commission d’enquête à l’AN, mais la composition d’icelle étant ce qu’elle est, ce premier round risque d’être moins long/instructif que la future auddition au Sénat.
    https://www.lepoint.fr/politique/covid-comment-le-senat-peaufine-sa-commission-d-enquete-26-05-2020-2376954_20.php

  7. exercices intellectuels intéressants, ces analyses rétrospectives de Mr Maudrux. Cela m’inspire plus de questions que de réponses:
    1) pourquoi analyser l’épidémie mondiale de Covid-19, plutôt grave et inédite: pour rechercher des solutions ou pour désigner des coupables?
    2) analyser et comparer les chiffres (d’incidence, mortalité, létalité…) et leur évolution est difficile dans la mesure où la définition des cas est imprécise et variable dans l’espace et dans le temps (par les signes cliniques, lesquels, les signes biologiques…)
    3) pour les morts, tests RT-PCR post mortem pratiqué ou non et cause principale du décès imputée au Covid-19 ou à une comorbidité.
    La mort est-elle encore un phénomène naturel ou résulte-t-elle toujours d’une erreur médicale à rechercher?
    N’y a-t-il pas dans nos sociétés, une vague culpabilité de parquer nos vieux dans des EHPAD; travers sociologique que le virus et sa géronto-agressivité venait mettre en évidence.
    4) maintenant que l’on observe des séquelles invalidantes, il y a peut-être un devoir éthique de rediscuter, dans le respect de la volonté éclairée de chaque personne, des critères de choix entre réanimation et soins palliatifs.
    5) au point où on en est, les recherches et les choix politiques doivent se concentrer sur 2 objectifs: traitements préventifs et curatifs des formes graves des jeunes d’une part et identification et mise en oeuvre des moyens efficaces et économiquement soutenables par les pays pauvres pour freiner la propagation du virus d’autre part.
    6) les variations interindividuelles de réceptivité au SARS-CoV-2 et de susceptibilité à développer des formes graves ne sont encore que très partiellement connues; leurs composantes d’origine médicamenteuse (pharmaco-chimique et épigénétique) me semblent très insuffisamment étudiées.

  8. En augmentant la capacité des tests PCR maintenant et non pas avant ou pendant le confinement on fait apparaître des «  clusters » qui permettent de justifier du confinement et qui maintiennent la population dans la peur d une nouvelle vague .. population qui sera sauver grâce à un vaccin!! Idem pour l autorisation de mise sur le marché de tests sérologiques qui donnent de faux négatifs …. on n est pas immunisé !!!
    .. vivement un vaccin !! bref !! Mais tout ça c est du complot !! Bien sur !! Fanatiques, complotistes , gilets jaunes Etc etc .. bref ceux qui ne gobent pas ce qui est dit par les Médias et par certains .. sont tous des abrutis .. cela dit en passant les insultes fusent plus dans un sens que dans l autre !! C est ça qu on est est extrêmement motivé par ……!!??

      • « Faut vous faire soigner » c est exactement ça !.. on aurait aimé pouvoir se faire soigner durant cette crise !! Il est bien là le problème

    • Cela fait un moment que je voulais faire un billet sur l’agressivité de certains, toujours du même côté. J’ai même dans ce sens demandé il y a 2-3 semaines son opinion à un chercheur en sociologie, car l’agression n’est que d’un côté, toujours le même, la tolérance de l’autre. Phénomène peu marqué ici, mais impressionnant dans certains forums, notamment médicaux. J’ai parfois envie de dire à ces confrères : mais si votre voisin prend de la chloroquine, où est votre problème ? Il ne vous oblige pas à en faire autant, alors que vous..

      • Si je peux me permettre, vos critiques sévères ,systématiques proces en incompétence, proces en complots français ou mondiaux , accusations d’homicides que vous adressez regulierement aux responsables politiques et médicaux qui gèrent cette situation me paraissent d’une agressivité extrême .
        Cela n’a rien à voir avec l’envie personnelle ou pas de prendre la fameuse chloroquine

        • Des faits, rien que des faits. Il est vrai que la vérité est parfois choquante. J’imagine ce que vous allez penser du résultat des enquêtes parlementaires ! Ensuite nous parlions des rapports entre lecteurs et commentateurs, c’est autre chose.

        • Les critiques sont si sévères et d’une agressivité extrême envers les responsables politiques et médicaux parce que la France a INTERDIT aux médecins de traiter avec l’hydroxychloroquine et l’azythromycine en dehors de l’hôpital. Donc non, il n’est pas possible de prendre de l’HCQ ou de l’AZ si on en a « envie », alors que certains infectiologues ont observé que ce traitement marche dès les premiers symptômes pour éviter des complications.
          Les raisons de l’interdiction sont fondées sur des études qui présentent toutes autant de biais méthodologiques (y compris l’utilisation de doses mortelles d’HCQ en ce qui concerne Recovery ! ! !) que les études observationnelles en faveur du traitement Raoult.
          Donc, si nous avions un gouvernement responsable, plutôt que d’interdire purement et simplement aux médecins de donner à leurs patients le traitement Raoult, le ministre et le conseil de l’ordre pourraient émettre de simples recommandations en précisant que les données concernant le traitement de Raoult ne sont pas suffisamment solides en l’état pour en faire le traitement de référence, mais en laissant le choix aux médecins qui souhaitent utiliser ce traitement d’informer clairement leurs patients sur les risques encourus en prenant ce traitement (torsades de pointe, etc), de faire les tests préalables (ECG) pour s’assurer de l’absence de contre-indication, et de recueillir le consentement éclairé de leurs patients par écrit. Ainsi personne n’était forcé de se soigner à l’HCQ et l’AZ, seuls les convaincus du bienfait de ce traitement pouvaient le prendre, libre aux autres de se traiter seulement avec du paracétamol.
          Une telle attitude aurait mis fin à la polémique, et si d’aventure il y avait eu un surcroît d’hospitalisations dû à l’utilisation de l’ACQ+AZ, on l’aurait rapidement constaté et on aurait pu prendre les mesures en conséquence.
          Donc, oui, il y a de la violence à interdire aux patients un traitement dont certains médecins reconnus internationalement observent qu’il est efficace alors qu’aucune preuve de sa toxicité dans une utilisation dans les mêmes conditions n’est apportée.

  9. Il ne fait pas sens de comparer deux situations complètement différentes :
    Avant le confinement… Pas de masque, pas de gel hydroalcoolique et une population à qui ont dit le masque ne sert que si on est malade.
    Après le confinement … Masques et gels disponibles, population éduquée sur port du masque.
    Donc oui le confinement était nécessaire en raison des pénuries. La ville d’Allemagne qui a eu le plus grand succès de contrôle de la pandémie, Jena a été celle qui la toute première a rendu le port du masque obligatoire et a confiné. Les pays qui ont le mieux contrôlé la propagation, Taïwan, La Corée du Sud, Hong Kong, le Japon, des pays où le port du masque est culturel .(et où les masques étaient disponibles) et qui ont confiné.
    NB Le chiffre final de l’estimation de personnes contaminés au moment du confinement a été révisé à 4,4% et non 6-7% comme affirme

    • La Corée n’a pas confiné sa population justement. Ils ont diagnostiqué et isolé les malades avant de les traiter. On aurait d’ailleurs mieux fait de demander conseil aux Coréens plutôt qu’écouter que disaient les Chinois.

      • Sauf que les Coréens, ils vivent depuis 50 ans avec un fou dingue à leur frontière et qu’ils sont conditionnés à devoir résister à une guerre chimique !!!
        Contrôlez vos sources au lieu de débiter des conneries

        • En Asie on porte un masque pour un simple rhume! J ai vécu 4 ans au Japon et 2 à Shanghai avec déplacements fréquents en Corée et à Singapour .. merci de contrôler vos sources au lieu de débitez des “ âneries”

    • Estimation 20 avril : 5,7% ( https://hal-pasteur.archives-ouvertes.fr/pasteur-02548181/document ). Il y a eu beaucoup d’autres chiffres, de 4 à 7%, tous sont basés sur des calculs théoriques, aucune étude fiable sur un échantillon représentatif testé. 4,5% ou 6%, c’est pareil, et si c’est 4,5, cela renforce que ce que je suppose, car cela fait 95,5% de la population contaminable en sortie de confinement au lieu de 93 ou 94%. Pour le reste, c’est vrai qu’on a été les meilleurs, mais il n’en reste pas moins, qu’après 1 mois de confinement, on ne voit pas grand chose, alors que la courbe aurait dû s’infléchir après 15 jours, et qu’après 1 mois, 1 mois et demi la courbe s’infléchit comme partout, confinement ou pas. Même le Conseil Scientifique dit que si c’était à refaire, il n’est pas sûr qu’ils le referaient, ils en ont donc tiré les mêmes conclusions.

  10. L’épidémie se développe ou régresse en fonction des saisons. Elle frapperait très fort après l’été. Le virus se réveillera une 2 eme puis 3 eme… tant q’on n’a pas développé un vaccin ! On ne fait que lisser les difficultés avec les confinements..

  11. Que pensez-vous de la fiabilité des tests sérologiques? J’en ai passé un il y a une quinzaine de jours. Mon généraliste m’avait prévenu de la fiabilité très relative et espérait avoir des tests plus fiables dans quelques mois.
    J’avais été exposé en février et connu quelques symptômes à la mi-mars mais seulement pendant quelques jours.
    Le test sérologique me classe négatif mais donne une échelle de classement: à moins de 0,8 de détection, on est classé négatifs et à plus de 1,2 positifs. Entre 0,8 et 1,2, le résultat est « douteux ». Or, je suis classé négatif mais avec 0,95. J’ai donc encore moins de certitude après avoir passé le test…

  12. A mon avis on pourrait dire que le confinement est l’aveu et la conséquence d’un échec total. Il fallait masquer, tester et confiner de façon sélective comme cela a été fait dans d’autres pays. Il serait intéressant de savoir ce qui s’est passé au Maroc : il y avait, paraît il, des masques disponibles immédiatement et la chloroquine était disponible.

  13. C’est bien difficile de parler sur des chiffres aussi faux (l’imputabilité des décès au coronavirus étant fort douteuse) et des tests dont la fiabilité est aussi fort contestable semble-t-il. En tous cas d’accord pour penser que le confinement n’a eu pour effet que de mettre les EHPAD en vase clos d’où des microépidémies meurtrières et des décès par dépression, solitude et abandon des personnes âgées emprisonnées. Quelles erreurs les gens au pouvoir n’ont-ils pas faites ?

  14. En France, le confinement a été mis en place pour compenser le faible niveau de distanciation sociale, de dépistage et de consignes de traitement au début de cette épidémie. On peut comparer l’effet du confinement seul sur l’épidémie en comparant les données France par rapport à des pays appliquant mieux une ou plusieurs mesures.
    Ayant atteint un niveau de mise en œuvre au plus près des connaissances sur ces diffèrent aspects, nous avons procédé au déconfinement. Nous sommes maintenant dans une gestion équivalente à celle que l’Allemagne a mis en œuvre. C’est surement un axe à regarder pour valider le niveau de contrôle de l’épidémie aujourd’hui en France : comportement de l’épidémie en sortie de déconfinement en France vs Allemagne.
    Finalement, l’étude de la dynamique de l’épidémie au niveau du pays France cache de nombreuses disparité qu’il serai intéressant d’étudier : proximité de centre hospitalier, déserts médicaux, ruralité centre urbains…

  15. Aucune conclusion ne peut être tirer des données disponibles.
    C’est quoi un cas déclaré? De plus l’efficacité théorique du confinement dépends du moment ou celui-ci entre en vigueur par rapport à l’expansion de l’épidémie. Si il intervient tard on confine ensemble des malades et des bien portants ce qui augmente la transmission du virus, si il est fait suffisamment tôt on la diminue.
    De plus on n’est pas passé d’un seul coup de aucune mesure à un confinement absolu et inversement, ce qui peut expliquer qu’aucun changement brusque ne soit constaté. il semble qu’en comparant les départements l’effet du confinement soit perceptible par la date du point d’inflexion des courbes plus précoces sur les départements verts

    • Il faut se demander quel a été l’impact de la désertification médicale sur la progression du virus et sur la létalité. Si je regarde les chiffres de l’ex région Limousin : le département de la Haute Vienne a eu moins de cas et moins de mortalité que la Creuse et la Corrèze. Pourtant le département le plus peuplé et avec la plus grande densité des 3 départements. Quand on regarde mieux, l’on se rend compte qu’une grande partie des cas graves en Haute Vienne ( et notamment les foyers en EHPAD) ont eu lieu dans le nord du département qui est la partie la moins peuplée.
      Mais le nord de la Haute Vienne comme la Creuse ou la Corrèze connaissent un problème de désertification médical. Donc des symptômes identifiés trop tard, des personnes qui ont moins accès aux soins, c’est une maladie qui s’aggrave. Et un une épidémie non identifiée par les professionnels de santé qui peut s’étendre.
      Et le problème de la désertification médicale ne concerne pas que les campagnes. Certains de mes correspondants m’ont dit que des arrondissements parisiens étaient touchés.
      Il faudrait voir si ce problème a joué dans l’aggravation de l’épidémie.

  16. Bonjour
    Il aurait en effet fallu confiner les personnes à risque, « facile » vis à vis des personnes âgées, mais difficile à réaliser pour les personnes à risque. Vis à vis des employeurs, qui du coup risque de « connaitre » l’état de santé de leurs employés, cela peut entrainer une sélection au travail….
    Mais la question qu’il faut se poser c’est est-ce que le confinement a permis d’avoir moins de cas sur la même période ? Il n’a pas permis de raccourcir la durée, mais a t-il réduit la hauteur de la courbe?

  17. À posteriori je dirais que le premier confinement de 15 jours était la bonne décision. Il fallait un choc pour faire comprendre à la population la réalité du problème. On l’a bien vu à la façon dont ont été reçues les premières consignes de distenciation sociale. Ensuite sa prolongation et son application uniforme et « bas de plafond » sont beaucoup, beaucoup plus discutables.

  18. Un Gouvernement qui n’a rien prévu, pas même les masques qui en réalité ne servent à rien, a joué le jeu de l’affolement général pour avoir l’air « faire quelque chose » .Il fallait que ça se voie et soit gênant le plus possible. Les coupables initiaux LEVY et BUSYN ont été dès le départ mis à l’abri avec Delpesch le bonimenteur TV insultant le corps médical praticien. La pléthore de Laquais , Experts (en quoi), Professeurs (de quoi) au service de l’Etat grassement payés sont venus tous les soirs applaudir n’importe quoi jusqu’aux notions de « masque indispensable » et « masque inutile ». Nous avons subi une « propagande » selon le terme germanique de 1939, pour justifier des gesticulations d’incapables confortés par des experts « aux Ordres » , élite de l’ignorance et « planqués » comme les Rats dans le fromage. Cette honte a dépassé en intensité et en crise d’Etat l’affaire du Sang contaminé. Mais n’oublions pas qu’elles ont la même origine: l’enrichissement des Puissants au détriment des faibles. Ce gouvernement restera celui du déclin Moral.

    • Je suis donc d’accord avec le Conseil scientifique : c’était une erreur. Le problème, c’est que cela aurait pu être la seule, mais ils n’ont fait que des erreurs, plus qu’une, et d’autres plus graves. Cf prochain billet.

      • Ça n’était pas une erreur puisqu’il « fallait confiner »
        Aujourd’hui compte tenu de l »experiience scientifique et matérielle acquise et compte tenu de l’état économique du pays et des conséquences d’un confinement, il ne serait pas possible de reconfiner en cas de deuxième vague

      • Oui, sauf que le conseil scientifique, ne dit pas que c’était une erreur en mars, il dit que les conditions actuelles permettraient de ne pas confiner en cas de 2ème vague (masques et tests), ce qui est quand même un peu différent… Je crois bien que personne en France ne reconnaîtra jamais la moindre erreur, fut-elle évidente.

        • Si François Hollande a reconnu sa responsabilité dans la liquidation du stock de masques ce qui est tout à son honneur

      • C’etait en l’etat des choses et l’impreparation, la seule et moins mauvaise mesure pour eviter le debordement des hopitaux, les malades allongés dans les couloirs, souvent sans oxygene, le tri de ceux qui doivent mourir vite pour faire de la place…. Les francais, trop souvent incapables de discipline et contestant tout, contrairement aux japonais, coréens et chinois.

  19. Bonjour, J’ai très bien compris cet article. Toutefois, vu que nous n’avons ni médicaments, ni vaccins, est il raisonnable pour des personnes comme moi âgée de 75 ans de ne pas se confiner? Je fais souvent des bronchites, j’ai de l’asthme et je ne nuis pas à l’économie en restant chez moi, puisque je suis retraitée. Confinement ou non, le résultat ne se constate qu’à terme. Malgré le dé-confinement je ne sors que par obligation avec un masque. Alors puis-je reprendre ma vie « normale » ou attendre encore? Merci Dr Maudrux pour votre réponse.

    • Difficile de vous répondre, le hasard ne fait parfois pas bien les choses. A titre individuel, le confinement ou éviter au maximum les contacts n’est pas une mauvaise chose. 500 cas nouveaux par jour, le virus circule encore, et il y en aura pour un bon moment ainsi, le risque zéro n’est pas pour maintenant. Ceci dit il faut relativiser. 500 cas, c’est parce qu’on teste plus, beaucoup sans symptômes. 500, c’est 5 par département, soit en pratique 2 ou 3 personnes à éviter dans votre département. Vous voyez, pas de quoi paniquer, mais je ne peux rien vous affirmer, ne sachant pas si une de ces personne n’est pas votre voisin…

      • bonjour, d’accord 500 nouveaux cas par jour beaucoup sans symptômes et connaissez vous le nombre en hospitalisations et en réa par jour actuellement.
        J’ai pu lire ailleurs que les cas actuels du covid19 ne sont pas plus virulents que les autres coronavirus circulant en France depuis des années ne donnant de simples rhumes. Qu’en pensez vous?

        • Pour la première remarque, réponse dans l’épisode 2, c’est 4 fois moins qu’au début, avec mon explication. Pour la seconde, je crois qu’on s’est aussi planté sur la contagiosité, sinon cela aurait dû redémarrer, au minimum un peu, au déconfinement, 93% de la population étant contaminable au lieu de 100% il y a 4 mois. La différence est dérisoire, et il y a donc un truc. Je pense contaminable, mais résistante. Une bonne partie de la population semble peu réceptive (si R0 = 3, à moins que R0 soit entre 1 et 1,5), on est très très loin de l’immunité collective. Résistances croisées ? Le vaccin de la grippe saisonnière protège ? Je ne pense pas que ce soit tous des contaminés porteurs sains qui donnent une immunité collective, car avec 300 000 tests par semaine, on a du mal à trouver des cas, avec ou sans symptômes. 1% des testés sont positifs, le virus circule peu (mais circule). Après 4 mois, on a encore beaucoup à apprendre, et on s’aperçoit qu’après des années, on ne connait pas grand chose sur ces épidémies.

          • merci pour votre réponse Docteur.
            que pensez vous de l’analyse du Pr Raoult qui affirme que 70% des enfants et la population étaient immunisés avant le début du confinement en mars?
            Etes vous d’accord avec lui?

          • Cela peut-être une explication sur le fait qu’ils soient infiniment moins touchés que par la grippe saisonnière. Maintenant, immunisés ou résistants ? Les propos de Raoult sont un mélange d’expérience et d’intuition, ce qu’il fait qu’il a moins de chance de se tromper que nous, mais il peut se tromper. Personnellement, comme tout le monde, je ne sais pas.

      • Et tout dépend du département, car si l’on regarde les entrées à l’hôpital un peu plus de 100 par jours actuellement plus de la moitié concernent toujours l’Île de France et un peu moins Grand Est, les autres régions c’est entre 0 et 7 cas par jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Dr Maudrux ne répondra pas aux commentaires anonymes.