36

Santé : pour 6 milliards t’as une charrue, pas un carrosse.

Notre Ministre vient de mettre sur la table 6 milliards pour le personnel non médical dans les hôpitaux. N’est-on pas une fois de plus en train de mettre la charrue avant les bœufs ? Pour les soignants, à 300 millions, cela fait un vélo chacun.

La crise du Covid a mis en évidence les carences monstrueuses de notre système de santé, masquées par la méthode Coué, répétant sans cesse chaque fois qu’un problème se pose, que nous avons le meilleur système au monde. Carences essentiellement dans son organisation. On a vu, et les seuls surpris semblent nos dirigeants.

Alors pour régler ces problèmes latents, une fois de plus, on a la solution : l’argent. Certains croient qu’on peut tout acheter et que l’argent va masquer tous nos défauts.

Chez nous cette crise a été traitée dans une grande panique, dans la désorganisation et inefficacité totales, avec ordres et contre ordres. L’Allemagne l’a abordé plus tranquillement, et le résultat est sans appel. Pourtant l’Allemagne ne disposait pas de plus d’argent. Les dépenses de santé en Allemagne et en France sont strictement équivalentes : 11,3 et 11,25% du PIB.

Rappelez-vous la grève des urgences il y a juste un an. Elle est partie du service des urgences de Saint Antoine, le service le mieux doté de France en personnel médical, non médical, locaux et moyens. L’argent ne faisait pas partie des revendications initiales, même s’il est venu ensuite sur le devant avec l’extension du mouvement dans toute la France. « La politique de fermeture de lits que mène l’AP-HP surcharge les urgences de patients » a-t-on entendu de la bouche de la représentante CGT dès les premières déclarations. Ce sont d’abord des conditions de travail qui ont déclenché le mouvement, avec la sécurité en premier lieu, j’y reviendrai.

Quand j’ai commencé à opérer, au bloc, toutes les infirmières étaient « aux soins ». Lorsque je suis parti, depuis 10 ans, dans chaque bloc, une infirmière était consacrée à plein temps à la paperasse, coller, décoller des étiquettes, noter, compter, vérifier,… En 40 ans, dans les hôpitaux, le personnel par nombre de lits a doublé, mais le nombre d’infirmières, toujours par lits est toujours le même. L’augmentation s’est faite uniquement sur le personnel administratif. Quand j’ai commencé médecine, le CHU avait un seul directeur général, quand j’ai terminé, il y avait 17 directeurs de différentes branches administratives.

Certes le personnel médical (qui réclame autant) et non médical est parmi les plus mal payé des pays équivalents à la France et il faudra une rallonge, mais ce n’est pas le premier problème à mettre sur la table. Aujourd’hui, chaque fois qu’il y a un problème, nos dirigeants sortent le carnet de chèque pour calmer la situation, mais après rien ne se passe.

Et si on proposait d’abord d’améliorer les conditions de travail, ce qui passe par une refonte de l’organisation, du fonctionnement. Quand on est mal dans sa peau, quand on travaille dans de mauvaises conditions, quand on est soignant et qu’on ne peut plus soigner, étouffé par les tâches administratives, gagner plus ne change en rien la situation et le mal-être. Quand on est harcelé par les patients, leurs familles, par ces français mal élevés à qui tout est dû, qui n’ont que des droits et aucun devoir, l’argent ne change rien. Désolé d’évoquer ce problème de cette manière, mais c’est ce point précis qui a déclenché le mouvement de l’an dernier, cela fait partie d’un tout, tout est à revoir, et tout ne s’achète pas.

L’organisation de la santé en France repose maintenant sur les ARS, Agences Régionales de Santé, crées par la loi HPST de 2010, remplaçant entre autres les ARH, Agences Régionales d’Hospitalisation. Quand vous aurez vu l’organigramme de l’ARS de l’EST ci-jointe, et que vous apprenez que sur Paris-Ile de France ils sont 4 000, vous comprendrez mieux le vrai malaise des soignants. Il en est ainsi dans les ARS, les hôpitaux, les ministères. Au passage, si la directrice dans l’Est est médecin, c’est bon pour la vitrine, mais qui décide réellement ? La directrice adjointe est ENA, comme le directeur à Paris.

Tout comme la Covid étouffe les patients, l’administration étouffe les soignants. Comme la France, ils souffrent de la suradministration, mal bien français qui ne fait que s’aggraver à chaque problème qu’il engendre, et si vous supprimez cette suradministration, vous dégagez des fonds pour les soignants, mais surtout vous améliorez leurs conditions de travail, leur bien-être, leur motivation, leur passion. Non tout ceci ne s’achète pas, cela se donne.

Gérard Maudrux

Gérard Maudrux

36 Commentaires

  1. Bonsoir
    J’ai écrit un blog sur Média part il y a un un mois pour dénoncer la main mise des technocrates sur l’hôpital, je disais exactement ce que dit Maudrux car j’ai 70 ans et le phénomène a débuté il y a 40 ans. tant qu’on n’aura pas réduit le nombre de cadres hospitaliers l’ hôpital ne survivra pas .J’aimerais connaitre le « connard » qui a lancé ce système.
    A bientôt
    J’ai promis une révélation sur le traitement du diabète mais j’avoue que je crains pour ma vie tant l’industrie pharmaceutique serait impactée, je le dis ; « on peut guérir du diabète avec deux vaccins » mais je n’en dirai pas plus pour l’instant. Comme par hasard celui-ci n’est plus disponible comme la chloroquine……………A bientôt.

  2. 4 000 personnes à l’ARS Ile-de-France ? D’où sortez-vous ce chiffre ? Bien sûr, il est bien plus simple de mettre un lien vers l’ARS Grand-Est et de balancer une intox sur l’ARS Ile-de-France…

  3. @Gérard Maudrux
    Globalement d’accord, mais attention toutefois aux comparaisons qui ne veulent rien dire. Le PIB de l’Allemagne est 50% supérieur au nôtre. Dans ce contexte, les pourcentages ne signifient rien.
    En revanche, l’écart d’efficacité ne vient pas que de là. Il y a vingt ans, le système de santé allemand était déjà très en avance sur le nôtre. Financé d’une façon particulière (Etat + privé + religions), il n’a pas subi la cure d’austérité dont nos hôpitaux, entre autres, ont souffert. Résultat, face à la crise, il y avait les masques, les tests, les lits et les équipements nécessaires. Sans parler d’Ehpad de bien plus haute technicité et de résidences autonomie pas plus « contaminantes » que n’importe quelle autre structure d’habitation. En résumé, l’Allemagne ne s’est pas infligée la médecine amère qu’elle est la première à promouvoir pour les autres membres de l’UE. Une réalité qui mérite réflexion…

    • Vous avez raison, le PIB est supérieur, et donc les dépenses à % égal, sont supérieures, et ce n’est donc pas le bon indicateur à mettre en avant, même si PIB élevé veut dire niveau de vie plus élevé et dépenses plus élevées à prestations égales. L’efficacité se trouve ailleurs. Exemple, source OCDE : 8,2 lits/1000ha en Allemagne, pour 6 en France. 6,02 lits aigus, pour 3,09 en France. Rémunération des infirmières, +13% du salaire moyen, contre -5% en France. Hôpitaux, personnel administratif = 24,2% en Allemagne, 35,2% en France.Plus généralement, un actif sur 5 est dans la fonction pub-blique en France, contre 1 sur 9 en Allemagne, toute la différence d’efficacité se trouve là.

  4. Rassurez vous . Tout arrive , un jour à la tête d’une pauvre France appauvrie et exangue viendra un roi qui par ses qualités persônelles réunira tout le peuple et transformera tout. IL fera l’unanimité et ceci grâce à l’aide de DIEU !

  5. LA FRANCE ET EN DECONFITURE NOS POLITIQUES TOUS DES ENFOIRER VIVENENT LA REVOLUTION ET LABOLITION DE TOUS PRIVILEGES MAFIEUX

    • Tout à fait d’accord avec l’analyse du Dr Maudrux. J’ai ecrit dans ce sens au ministre Véran mais à ce niveau, leur analyse de la situation n’est plus médicale mais technocratique et dictée par l’audimat. Merci au Dr Maudrux.

  6. Oui il y a trop d’administration et trop d’administratif. Oui il y a trop de directeurs souvent arrogants et incompétents (ça va souvent de paire). Mais il y a aussi des chefs de service qui ont peu à faire du bien public. Les deux font un cocktail désastreux.

    • Cela semble parfaitement correspondre au film « Hippocrate » que j’ai regardé sur France 4, dimanche dernier… Non ?

  7. il faut supprimer l’ARS,l’Ordre crée par Petain est dans les mains d’un corrompues menaces c’est une chose, la loi une autre,voir les décisions débiles et mise en danger d’autrui pour non soins, mise en danger de la vie d’autrui, les pointes pleuvent contre des médecins, pour le COVID ,inouï,et les médecins ont accepté, depuis plus de 20 ans sans bouger,d’être étouffés par les technocrates qui règnent,et Big Pharma qui fait régner la corruption parmi eux, voir tout les chefs de service ,qui touchent direct des émoluments énormes des OMS et Gilead ou autres labos, les chiffres et nom sont telechargeables,et l’Inserm pourrie qui bosse pour Bill Gates et labos,et par Big Data,il y en a qui sont terrorisés ,vu hier mon rhumatologue,un ancien, qui a refusé de me toucher, je lui dis dit c’est il ya des mois qu’il fallait prendre des précautions ,et que je trouvais son attitude protectrice a son égard ,et pas au mien scandaleuse! le Corps médical est malade de se croire en dehors de tout, et au dessus de tout, depuis la privatisation de le SECU cad depuis plus de 30 ans , il a laisse faire, alors il aurait dû réagir et voir que les médecins de terrain ,pas les hors sol, sont menacés et trainés dans la boue par les com’s gigantesques de ces Labos ,qui ont corrompus tout les sphères de la société Raoult lui même le dit il a jamais vu ca et Perrone aussi!.

  8. Je suis entièrement en accord avec vous . Retraitée à présent depuis 8 ans alors que j’étais à la fois attachée en obstétrique à l’AP-HP et libérale en Médecine Générale dans le 92 , j’ai vu se dégrader progressivement l’état de nos Hôpitaux,au point qu’un de mes Patrons n’en pouvant plus du carcan administratif qui ne lui permettait plus d’exercer son métier d’accoucheur correctement a devancé l’appel de la retraite de 2ans ! il est loin le temps du début de mes études où les choses malgré beaucoup moins de technologie, qui nous aide cependant beaucoup actuellement, semblaient plus agréables malgré la densité de travail !
    Dr Evelyne Leprince

  9. Quatre mille administratifs dans cette ARS ?? C’est de la folie pure. Et combien sont payés tous ces braves gens sachant, par exemple, qu’un aide soignant à l’AP-HP a un salaire qui tourne autour de 1500 euros. C’est beaucoup plus dur que de travailler dans un bureau. Comme l’a démontré un sociologue Américain, dont j’ai oublié le nom : plus vous êtes utile aux autres et moins vous êtes rémunéré. Imaginons par ailleurs qu’il n’y ait que 1000 personnes dans cet ARS (I have a dream) : une sacrée économie. Combien d’infirmières, par exemple, pourrait on engager? On demande à l’ARS de nous calculer tout ça? Je plaisante, mais c’est un calcul que l’on pourrait faire et publier : je suis sûr que beaucoup de gens tomberaient par terre. Est il vrai par ailleurs, je n’ai pas vérifié, qu’ii y a plus de salariés à la SS que de soignants en tenant compte de toutes les professions? Comment se fait il aussi, ce que vous faites remarquer, qu’il y ait autant de monde dans cette ARS qui s’occupe des salaires alors que nous constatons, depuis quelques mois que les fiches de paye à l’AP-HP, du moins dans certains hôpitaux, arrivent avec 3 semaines de retard environ? C’est un signe supplémentaire : plus il y a d’administration et plus il y a une paralysie générale. Et par dessus le marché nous la finançons.

  10. Bonjour cher Gérard MAUDRUX.
    On a quand même l’impression que le couple médecin MACRON a couvé un canard avec Emmanuel. Serait-il sous l’influence de « Bri-Bri la banque » ?
    Ne pas sous-estimer la grande influence de la psychologie dans les décisions humaines.
    Le dieu veau d’or (petit, petit, sans majuscule) est adoré comme un sauveur; dommage de ne point percevoir les richesses intérieures; dommage de ne s’occuper que des apparences, si souvent trompeuses.
    Ceci étant, il y a des médecins orduriers obsédés d’argent (de tout genre); j’en ai rencontré. Heureusement, ce sont des exceptions, mais bon.
    Nous sommes de la même génération et la Médecine que l’on nous a apprise était somme toute assez oblative; il fallait bosser 24h sur 24 pour gagner sa vie correctement. J’ai parfois entendu mon généraliste de père se lever à 3h du matin pour aller voir un patient qui le tracassait, ce qui l’empêchait de dormir. « Gratis pro deo ».

    • Cela me rappelle cette célèbre phrase de Hollande : « Cela ne coûtera rien, c’est l’Etat qui paye ». Pour ceux qui n’ont pas encore compris (ils sont encore beaucoup), l’Etat c’est nous. L’argent ne tombe pas du ciel, ce que l’Etat distribue, il le prend chez nous (surtout chez nos enfants, avec notre bénédiction).

    • De Giscard à Macron pas de changement: destruction massive du système de soins avec la «  Collaboration » d’une même famille de sexe féminin, Veil et sa belle fille Busyn. Les fossoyeurs d’Etat que rien ne gêne ni ne fait rougir.

      • Bon ras le bol on demande aux cliniques d avoir des résultats comptables et pas aux hôpitaux
        Qd on compare le salaire des Ide allemandes et françaises on trouve une différence mais elles travaillent 40h
        Ras le bol mettons sur la table les vraies questions à régler !! Et puis stop a cette hypocrisie

  11. Cet organigramme de l’ARS de l’Est m’écoeure, tant le personnel est nombreux. Ont-ils mieux géré la crise sanitaire pour autant ? NON.
    Que d’argent distribué pour peu d’efficacité ! Honteux !

    • Peut-être manque-t-il de l’organisation informatique, des machines pour remplacer tous ces « administratifs »? Je reviens de faire un IRM du genou dans un grand hôpital de Pékin. Après une1ère consultation dans un hôpital spécialisé, où l’IRM est moins cher d’ailleurs mais la liste d’attente longue (4 semaines). Le médecin nous donne rdv pour 15 jours plus tard en conseillant d’aller faire l’IRM ailleurs. On va dans un grand hôpital à 5 mns de la maison; même carte personnelle d’enregistrement, des machines partout pour prendre rdv soi-même. Rdv confirmé 6 jours plus tard; on paye à une machine, 67€. Au sous-sol, quatre IRM récents dont deux de 3 Tesla. 8-10 personnes max à se répartir entre les machines. Résultat le lendemain, à une autre imprimante-interface: on scanne le sac dédié radio avec code barre imprimé, on attend 3 mns la lente impression des images et le rapport médical. Terminé. A part le médecin et le manipulateur, on n’a vu personne.
      Ce système n’empêche pas les cas particuliers. On peut s’insérer entre deux rdv chez le médecin consultant, se faire confirmer très vite l’urgence (relative) à avoir un examen plus approfondi, le médecin inscrit lui-même le rdv dans son ordinateur, sur son quota hors-rdv extérieurs, et le tout est immédiatement transmis au système. On va payer la consultation (13€ pour un expert, 18€ pour un professeur), toujours à une des très nombreuses machines, par smartphone en scannant un code, retour à la consultation. Peu d’attente, très efficace sans être borné car, malgré les automatisations forcenées, les marges de gestion de l’ensemble sont confiées, sur jugement humain, au médecin lui même

    • Désolé ce commentaire devait être général et non en « réponse » à votre commentaire; erreur de click!

  12. Ouvrir le lien sur l’organigramme d’une seule région apporte plus qu’un discours
    Comment demander à des administratifs de réduire des postes administratifs ?
    J’ai peu d’espoir malheureusement

    • Ce qui m’a le plus frappé dans ce genre d’organigramme que l’on retrouve dans toutes les administrations, c’est le nombre de personnes consacrées à la gestion et la paye des employés, ré^partis sur plusieurs services. Cherchez et comptez.

  13. La France souffre d’une hypertrophie de personnel administratif tout le monde le sait. L’hôpital et la sécu en sont de parfaits exemples. En Allemagne il y a 24% de personnel administratif alors qu’ en France il y en a 35%!!! Votre lien démonstratif avec l’ARS du Grand Est est parlante. Les économies à faire sont, dans tous les domaines, au niveau des normes et du personnel administratif mais aucun gouvernement ne veut s’y attaquer.

    • Nous sommes un pays gangrené par des rats affamés qui se précipitent sur les restes. Le pire est à venir. La notion d’Etat est désuète. On ne peut même plus parler d’Etat de Droit, la Magistrature est « aux Ordres ». La faillite est totale dans ce Neo libéralisme où tout est vendu aux copains pour Un Euro.

    • Si la sécu est sur-administrée avec 5% de frais de fonctionnement, que dire des mutuelles qui ont besoin de 15%.

      • J’en connais qui dépassent allègrement les 35%. Financement des syndicats, des politiques, des administrateurs,… Pas de contrôle des autorités (Igas, Cour des Comptes) tout comme pour les syndicats. La Loi prévoit une publication des comptes, chaque années le Ministre les en dispense, pour que les affiliés ne sachent pas. Maintenant si vous vous ne déclarerez pas, le fisc, l’Urssaf et la justice veillent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Dr Maudrux ne répondra pas aux commentaires anonymes.