83

Le Covid à l’école

Rentrée scolaire ce jour, dans une ambiance d’incertitude importante. Qu’est-ce qui va se passer avec des consignes qui changent tout le temps, avec nombre de « peut-être que oui «, « peut-être que non ». Encore hier le Ministre disait au JDD qu’il n’était pas exclu d’étendre à l’avenir l’obligation de port du masque aux élèves de CM1 et CM2. Une seule certitude : on ne sait pas où on va, on va piloter au jour le jour.

Si un cas dans une classe, est-ce qu’on ferme la classe ? Est-ce qu’on ferme l’école ? Quid des parents qui travaillent si on renvoie l’enfant ? La classe ? Ils se mettent en arrêt de travail ? Comment s’organiser ? Retour au tout et n’importe quoi de l’école au déconfinement ? Qu’a-t-on réellement préparé depuis 3 mois ? Trop de questions sans réponses.

LE RISQUE :

Les enfants ne craignent rien, la famille plus, la société encore plus.

Pour ce qui est de la gravité de la maladie chez les moins de 18 ans, elle est 10 fois moins importante que la grippe saisonnière qui ne conduit à aucune mesure sanitaire. Ils présentent peu ou pas de symptômes, ce qui fait dire à certains qu’ils présentent des immunités croisées. Rappelons qu’en février-mars, nous en étions à 10 décès de grippe saisonnière chez les moins de 15 ans. Cela n’a pas été fait en France, mais en Islande, en Espagne, en Italie, en Suisse, en testant des échantillons représentatifs de la population, on constate que les enfants sont moins touchés que ne le voudraient les statistiques. Dernière étude sortie la semaine dernière en Angleterre, sur 69 500 hospitalisés dans le pays, 650 avaient moins de 19 ans. 6 sont toutefois décédés, tous avec de lourdes pathologies associées, sinon c’est zéro. 

S’ils se contaminent tous à l’école, sont porteurs, sont-ils contagieux pour leurs familles et risquent-ils d’entraîner une seconde vague ? Certains disent qu’ils sont plus contaminant, c’est faux, et sans doute le contraire. Plusieurs études semblent montrer qu’ils auraient la même charge virale que les adultes, donc seraient aussi contagieux, mais les organismes internationaux ne l’affirment pas, restent prudents : « on ne sait pas », car plusieurs constatations sur le terrain semblent montrer le contraire.

Dans le foyer de Haute Savoie, il y avait un enfant de 9 ans. Il a été en contact avec 112 élèves et professeurs, 172 personnes, et n’en a contaminé aucun. Un cas n’est pas la règle, mais dans l’autre foyer de l’Oise, à Crepy en Valois, on a constaté que les 6-11 ans diffusaient peu le virus à l’école, et que la contamination se faisait d’adultes à enfants et non d’enfants à adultes.

Conclusion logique : c’est en toussant et éternuant qu’on transmet, les enfants, avec autant de charge virale, étant peu ou pas symptomatiques, toussent et éternuent moins, donc contaminent moins. Voilà qui mettra tout le monde d’accord.

UNE SOLUTION :

Les enfants ne risquent donc rien, les parents et l’école peu si on traque et qu’on s’occupe sérieusement des cas symptomatiques. Reste la société qui peut souffrir d’une nouvelle pagaille économique si on referme des classes et des écoles, pour protéger tous ceux qui n’en ont pas besoin. Comment concilier le tout ?

On a abandonné les mesures de distanciation. Les enfants vont porter des masques (correctement et toute la journée ? à la cantine ?), mais vont se serrer et se frotter les coudes, est-ce logique ? Surtout si on continue à leur apprendre à se moucher ou éternuer dedans ! Cet abandon n’est pas une décision sanitaire réfléchie, mais comme pour les masques, parce qu’on n’est pas capable. Les Allemands eux l’ont fait.

Il y avait peut-être une solution qui pouvait concilier tous les problèmes : mettre au « télétravail » la moitié des enfants. Il y a des foyers avec un seul parent qui travaille, il y a des grands parents disponibles. Dans ces foyers, les enfants peuvent travailler un trimestre à la maison, les autres, quand les parents travaillent tous, vont à l’école. Moins de contacts, moins de contaminations, moins de risques, pas de fermeture d’écoles.

On a su le faire au second trimestre, il fallait étudier ce qui a marché et n’a pas marché, pour faire encore mieux. Un enseignant peut-il gérer une demi classe sur place et une autre à domicile ? Non, mais les programmes sont les mêmes pour tous et cela peut être fait au niveau national, ce qui mobilise peu de monde pour définir le travail à faire et le mettre à disposition. Ensuite il faut un contrôle continu, l’enseignant peut consacrer une heure par semaine pour chacun des élèves à domicile, pour vérifier par téléphone, internet ou physiquement que l’élève a travaillé et assimilé le travail. Et puis il y a la télévision : avec la redevance que l’on nous impose pour un « service public », avec toutes ces chaînes, pourquoi n’y a-t-il pas une chaîne dédiée à l’éducation, avec tous les cours, disponibles aussi en visionnage en classe. C’était une bonne occasion de mettre cela en place. On aurait pu aussi s’inspirer des pays ou régions, où les familles sont isolées et où une éducation normale fonctionne depuis des années via la télévision et internet.

Tout ceci pour 3 mois, éventuellement arrêtable à la Toussaint. Après 3 mois l’immunité collective du pays ou de la classe sera plus favorable, et d’autres choses peuvent changer, avec disparition naturelle ou par traitement de l ‘épidémie. 

Cette solution est perfectible, protège au mieux et les enfants, et les familles, et l’activité du pays, et le niveau d’éducation, et peut être arrêtée à tout moment. Au lieu de cela, on part un peu dans l’inconnu, avec des risques pour les familles, l’économie, l’éducation. « Trois scénarios de confinement sont par ailleurs prêts », a indiqué Jean-Michel Blanquer ce matin sur BFM TV. Ce propos, tenu par le Ministre de l’éducation, non le premier Ministre, celui de la santé ou une autorité sanitaire, montre bien qu’avec leur stratégie pour l’école, le pire est possible.

Gérard Maudrux

Gérard Maudrux

83 Commentaires

  1. 200 classes fermées la première semaine, 2 000 la seconde. Nous sommes bien dans le « retour au tout et n’importe quoi de l’école au déconfinement  » que j’annonçait en introduction.

  2. Hier, je crois, une tribune co-signée par l’improbable Jimmy Mohamed, Axel Khan et quatre autres « sommités » exhortait les français à « siffler la fin de la récréation » et à « éviter les réunions privées ». Comment les citoyens peuvent-ils s’unir pour dire à ces… hum, passons… que les six derniers mois ont été tout sauf une « récréation » ? Comme ce ne sont pas des hommes politiques, pas moyen de les punir lors d’élections. Alors ? Espérer que l’Ordre des Médecin leur rappelle qu’ils n’ont pas à « forcer les consciences » ?
    Désolé, mais je n’y crois pas une seconde.

  3. Le sénat travaille et enquête:
    http://videos.senat.fr/video.1742610_5f5804d7cdf13.table-ronde-sur-la-politique-de-depistage?timecode=6143724
    Confrontation instructive entre P. Froguel et B. Lina, questions incisives des sénateurs.
    Si Bruno Lina est représentatif du conseil « scientifique » on comprend mieux la catastrophe des derniers mois.

    Mardi le sénat reçoit J.F. Delfraissy, président du conseil « scientifique »
    Le Sénat reçoit le même jour le Pr D.Raoult et Y. Yasdanpanah.

  4. Ce qui est très énervant, c’est que l’on annonce tous les jours un nombre faramineux de nouveaux cas de covid, alors qu’il s’agit pour l’immense majorité de patients porteurs du virus et non pas de patients développant la maladie covid 19.
    J’ai plus de 60 ans et je me protège, mais, j’en ai ras le bol de perdre du temps tous les jours à devoir rassurer des patients complètement affolés/terrorisés par ces chiffres de soit-disant covid annoncés par les pouvoirs publics et les médias. Est-il vraiment éthique de se tromper volontairement dans le choix des mots et de terroriser toute une partie de la population.
    Question piège, pourquoi Véran et Salomon ne viennent ils pas montrer sur les plateaux de télévision, comment mettre correctement un masque et surtout quels sont les erreurs à éviter ? Ce serait pourtant une extraordinaire mesure de prévention et ne coûtant pas 1 rond !!!!!

  5. Bonjour Docteur,
    Le délire sanitaire politico-médiatique monte gentiment en pression : les départements virent en masse à l’orange ou au rouge pour un seul motif : le nombre de « cas », même si le nombre d’hospitalisés est ridiculement faible.
    On teste sans même se poser la question des faux positifs.
    On masque à tout va avec des règles dignes du père Ubu (masqués toute la journée, mais démasqués à la cafet. avec les collègues).

    Vous devriez relayer auprès de vos lecteurs les tribunes récentes qui protestent contre ce délire. Une remontée massive de protestations par ceux qui savent et qui soignent, c’est sans doute le seul signal qui peut ébranler les politiques comme les journalistes.

    2 exemples :
    http://www.francesoir.fr/opinions-tribunes-politique-monde/message-dalerte-international-de-professionnels-de-sante-aux

    https://www.leparisien.fr/societe/covid-19-nous-ne-voulons-plus-etre-gouvernes-par-la-peur-la-tribune-de-chercheurs-et-de-medecins-10-09-2020-8382387.php

    Merci !

  6. Récapitulons : Après le grand brassage de l’été, dont personne ne sait s’il ne se passe pas ainsi tous les ans, viralement parlant, nous avons un léger frémissement des décès. Mandaté par Badinguet, Fernandel Second (les dents et le talent en moins) nous apprend que les victimes sont très âgées. Dans le même temps, il nous incite à la prudence et nous culpabilise comme si nous passions notre vie à rôder dans les EHPAD. Monument de logique, ce géant intellectuel guidé par un Conseil Scientifique fulgurant multiplie les mesures susceptibles de protéger les vieillards et les personnes à risques. Plus grande sévérité dans les écoles (lieux préféré des plus de 80 ans) fermeture plus précoce des bars (ah, tous ces vieux en déambulateurs qui quittent leur EHPAD après minuit pour aller s’en jeter un derrière le bavoir !) et tests à tout va sur lesquels se précipitent des gens qui ne risquent pratiquement rien (sur ce point, les remontées commencent à être fascinantes). Ainsi, pendant que des naïfs de 25 ans apprendront qu’ils n’ont rien, et que de toute façon, ça n’aurait pas été grave, d’autres attendront un résultat significatif ou différeront une prise de sang sérieuse. Le tout couronné par un effarant gaspillage de ressources et de temps.
    J’exagère ?
    Voir la fabuleuse tribune de Toussaint et al. dans Le Parisien. Hélas, un appel de plus qui tombera dans l’oreille d’une bande de sourds.

  7. Une version plus longue avec un autre commentaire qui rappelle un peu la situation. (Je n’ai pas vérifié les données fournies, mais j’ai corrigé l’orthographe)

    Emmanuel Macron interrompt son discours en direct à cause d’une quinte de toux – Sputnik France 8 sept. 2020

    https://www.youtube.com/watch?v=GC-6cwU0d48&feature=emb_title

    Commentaire d’un internaute (YouTube) : Depuis le 11 mai y a eu en France des milliers de rassemblements en pleine air et surtout en milieux clos. Et il n’y a rien de grave dans le sens où les entrées dans les hôpitaux et en réanimations sont faibles. On est passé de 40 000 à 800 000 tests par semaine. Donc forcément y a plus de cas. (…)

    On est passé de 550 morts par jours en avril à 8 par jours le 8 septembre. Il n’y a aucune deuxième vague partout en Europe. En Suède 200 cas jours et ils on eu 5 décès hier. Ils n’ont pas confiné, massacré leur économie (En Europe le 3 septembre il y a eu 126 morts sur 500 millions d’habitants professeur Toussaint sur RFI radio) Donc faut ce calmer!

    Cette année ils on baissé le seuil épidémique pour le covid de 150 pour 100 000 habitants à un seuil de 50 pour 100 000 habitants comme ça on est en zone rouge, et ils peuvent rapidement tirer la sonnette d’alarme. Alors que les années précédentes on était à 150 pour les virus respiratoires, pour rappel en France depuis des années on a chaque jour environ 465 morts du cancer, 410 morts de maladies cardiovasculaires, 120 morts de maladies de l’appareil respiratoire et pour finir chaque mois il y a 60 000 morts environ en France tous morts confondus et 1650 par jours environ. 25 000 personnes meurent de faim dans le monde par jour. Dont environ 10 000 enfants.

    • Petite précision concernant la division par trois du « seuil d’alerte » des maladies contagieuses. On est passé de 150 MALADES à 50 porteurs (sains ou malades, peu importe.)

  8. Pris d’une quinte de toux, Emmanuel Macron contraint de changer de masque – Ouest France 8 sept. 2020

    https://www.youtube.com/watch?v=E-68ZQN1oIE

    Commentaire d’un internaute (YouTube):

    – Bon, en 1min39 on voit tout ce qu’il ne faut pas faire : toucher son masque, l’enlever en le chiffonnant le donner à quelqu’un, se retoucher le nez, tousser dans l’air puis dans sa main, donner son micro et le reprendre. Et nous on nous prend la tête pour mettre cette muselière jusque dans les chiottes. C’est moi ou on nous prend un peu pour des cons.

    Tardieu – Il doit y avoir de ça. Si je peux me permettre, Si vous ne l’étiez pas ou si vous n’étiez pas prédisposé à l’être, vous ne vous poseriez pas cette question ! J’évite de porter un jugement, parce qu’on est toujours le con de quelqu’un, dit-on. De soi-même, c’est un bon exercice !

    On devrait être plus modeste, on ne craindrait pas de se poser des questions sans se préoccuper des préjugés des uns et des autres, du conformisme qui ramollit la volonté au point de supporter une muselière.

    La question est de savoir pourquoi la population est-elle toujours aussi arriérée et soumise, et quels sont les facteurs ou les conditions qui continuent à créer cette situation.

    « J’en ai marre de cette hystérie collective ! » A Lyon, un médecin refuse les patients masqués – francetvinfo.fr 8 septembre

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/lyon/j-ai-marre-cette-hysterie-collective-lyon-medecin-refuse-patients-masques-1870790.html

    Le docteur Patrick Bellier, pneumologue et allergologue à Sainte-Foy-lès-Lyon, refuse de porter le masque, et ne reçoit en consultation que des patients qui ne le portent pas. Il fait valoir des convictions personnelles, professionnelles et scientifiques.

  9. @Roubachoff suite à votre message
    Ce qui est frappant dans cette crise plus que pour d autre c est le besoin de vouloir mettre des personnes dans des cases imperméables .
    Quand on est pour un traiter les patients parceque ce n est pas logique de ne pas le faire ou quand on est pour utiliser toutes les resources que l on a en France c’est à dire un IHU qui a été conçus pour les épidémies / pandémies parceque ça paraît logique de le faire …. on devient complotiste/ politisé /gilets jaunes / Raoultien qui ne jure que par la parole de son idole etc etc ..
    Quand on trouve étrange que des études scientifiques ,fortement discutables selon beaucoup d experts, ont la part belle dans les médias alors que d autres études n aient pas autant de publicité .. on est encore un complotiste etc etc ..
    Quand On trouve que l on en fait trop avec le confinement puis les masques en extérieur parcequ en Europe il y a des exemples de pays qui n’ont pas la même logique : Suède , Pays bas ( début août masque obligatoire presque partout, début septembre rétropédalage: plus de masques sauf dans les transports )Etc ..
    et on devient un anti masques / Illuminati’s (?)/ etc etc ..
    Bref!
    C est fatiguant !
    Suite à ces illogismes cumulés de la gestion de cette crise, et pas besoin d être médecins pour les voir , ces meme personnes,qui d ailleurs ne s exprimaient jamais sur les réseaux sociaux avant , cherchent des informations pour répondre à leurs questionnement et expriment leurs mécontentements .. car dans cette affaire on parle de personnes , de morts ,de crise économique etc etc .. ce n est pas un débat à politiser !
    On parle de vie humaine

    • Par contre pour le coup je vais être très radicale !
      je suis contre le masques pour les enfants à l école ..
      ce n est pas à nos enfants de nous protéger …c est à nous de le faire !
      Je ne sais pas dans quelle catégorie on pourra me ranger : complotiste, adepte de la théorie de la terre plate , Illuminati’s, anti gouvernement , stupide etc etc )
      moi personnellement je me qualifie de parent qui veut protéger ses enfants !
      Et cette situation du port du masque pendant des heures à l école n’est absolument pas normale pour des enfants

    • @Emma
      A politiser, non. Politique, oui, parce que ça concerne directement la « vie de la cité ». Politique au sens noble du terme. Au sens où il aurait été digne que les médecins allemands, dans l’exemple que je cite, s’opposent au pouvoir en place. Au sens où il serait bon, aujourd’hui, que l’IHU se définisse comme une force d’opposition (ce qu’il est dans les faits), sans qu’il soit besoin de défiler sous la bannière d’un parti. Politique, enfin, parce que tout ce qui concerne les personnes, les morts ou la crise économique l’est au plus haut point. Après, savoir qui décrochera la timbale en 2022, j’avoue m’en foutre un peu, en ce moment.
      D’ailleurs, cette façon de nous faire passer pour des fous ou des subversifs dès qu’on ose poser des questions est elle aussi hautement politique : songez aux dissidents internés en URSS ou au Maccarthysme.
      Cordialement.

    • De mon point de vue il ne faut pas considérer le Pr Raoult comme un leader ou un General de Gaule .
      L IHU à fait son métier : analyser le virus et trouver un traitement potentiel . En plus il a informer la population … en bonus .Après tout ce sont nos impôts .. donc nous avons légitimement droit à l information !
      Les professeurs de l IHU s expriment , les Pr Toussaint, Toubiana et Peronne ont aussi le courage de s exprimer et de prendre position publiquement en parlant de leurs expertises.
      Que fait le conseil de l ordre ?
      Que font les autres médecins ?
      Pour qui ,encore une fois ,j ai énormément de respect et de confiance ( niveau de connaissance , formation , engagement au serment d Hypocrate etc ) pour avoir vécu dans beaucoup de pays différents de part le monde.
      Leurs silence est de mon point de vue incompréhensible !
      Ou alors c est qu ils sont tous d accord avec ce qui s est passé et se passe ….

      • Sur BFM il y a 8 jours, Veran a traité Raoult de menteur car « (il) disait des choses « factuellement fausses » ( sans doute pas de seconde vague, départ de Nouvelle Zélande à étudier, fin pendant l’été,…). Travestir des faits, c’est mentir, mais monsieur Véran confond « faits » et « probabilités ». Je lui retourne le compliment, c’est lui qui dit des choses factuellement fausses, car Raoult ne parlait pas de faits, mais de probabilités, et le Covid déjoue tous les pronostics. De plus ce n’est que dans quelques mois que l’on connaîtra, à postériori, sa trajectoire réelle.

    • @emma
      hi hi woooui! mais vous avez oublié platiste dans les accusations. Si si je l’ai entendu. Les antimasques sont platistes. ET selon je ne sais plus quelle « étude » pervers polymophes si si. Personnellement, je récuse platiste me concernant. Perverse, en revanche, hmmm, peut-être…

  10. Le but de toute cette affaire est de provoquer une crise économique majeure qui va servir de prétexte pour changer de régime politique. Le piétinement réitéré de la Constitution ces derniers mois n’est qu’un avant-goût.

  11. Bonjour
    Le fait d’actualité ci-dessous m’a amené à faire un rêve :
    Et si tous les médecins, biens sûr, largement informés de l’ état réel de l’épidémie, décidaient , à l’image de ce médecin lyonnais, d’ôter leur masque.??
    Tous les imposteurs apparaîtraient au grand jour !!
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/lyon/j-ai-marre-cette-hysterie-collective-lyon-medecin-refuse-patients-masques-1870790.html

    ET SI CE REVE POUVAIT DEVENIR REALITE ?

    • « L’esprit de Munich est une maladie de la volonté chez les peuples nantis. Un état d’âme permanent chez ceux qui se sont abandonnés à la poursuite de la prospérité à tout prix, ceux pour qui le bien-être matériel est devenu le but principal de leur vie sur terre. Ces gens-là – et il y en a beaucoup dans le monde aujourd’hui – ont choisi la passivité et la reculade, afin de prolonger un peu leur train-train quotidien, afin d’éluder la difficulté aujourd’hui. Et demain, vous verrez, tout ira bien. Mais rien n’ira bien. » Alexandre Soljenitsyne

  12. Les attaques contre le professeur Raoult tournent au délire. A suivre, une affaire de censure d’une de ses vidéos sur You Tube. En attendant, le camp du Paracétamol continue à dire, comme depuis quatre mois : attendez, la catastrophe est pour bientôt. Le pire, c’est que ces gens pourront faire semblant d’avoir raison quand arrivera la banale grippe saisonnière.
    Il semble aussi que de plus en plus de médecins soient convoqués devant l’Ordre des Médecins. Le docteur Maudrux en sait-il plus long sur le sujet ? Les médecins vont-ils encore accepter longtemps un Ordre répressif au service de la vérité officielle. Un Ordre qui ne les représente pas, mais qui les musèle.
    Sinon, une nouvelle qui serait encourageante si elle venait de quelqu’un d’autre. Delfraissy semble avoir compris qu’il faut cibler la protection et ne plus entraver la vie du reste du pays.
    Juste en passant, la crise se précise et le plan de relance ne m’inspire guère confiance.

  13. La propagande de la peur empêche la réflexion et incite à se rattacher à tout ce qui est autorité. Les slogans publicitaires du covidisme, « sauvez des vies », « protégez-vous, protégez les autres », instille la culpabilité.
    Entendez bien : désormais, toute personne est légalement responsable, d’être un potentiel vecteur des virus hivernaux. Le pouvoir ne fait jamais rien par hasard.

  14. Bonsoir,
    Et si un simple spray nasal pouvait nous débarrasser du virus ?
    https://actu.fr/societe/coronavirus/imagine-par-des-chercheurs-francais-un-spray-nasal-pourrait-neutraliser-le-covid-19_35858961.html
    Cette idée astucieuse de « tromper » le virus avec des acides aminés (peptides) qui agiraient comme de fausses serrures me parait très prometteuse. Mais j’ai un doute de béotien en biologie moléculaire: pourquoi les virus choisiraient d’ouvrir les fausses serrures plutôt que les « vraies », c’est à dires celles de nos cellules ?

  15. @Emma, Tardieu, docteur Maudrux
    Merci de poser le problème de la parole « politique » des médecins (ou scientifiques) et merci à notre hôte de laisser ce débat se développer librement.
    Depuis le début, je soutiens l’IHU de Marseille, non seulement à travers la personne du professeur Raoult, mais aussi à cause de la qualité des autres intervenants et du sérieux de leur travail. Ces derniers temps, cependant, une chose me gêne. Pour échapper à la pression du gouvernement, de l’Ordre des Médecins, de la presse et d’on ne sait quoi encore, nos amis présentent la chose de la façon suivante (par exemple sur les masques) : « Il n’y a pas de raisons scientifiques au port du masque à l’extérieur, mais c’est une décision politique, et nous ne faisons pas de politique. »
    Depuis très longtemps, j’ai pris l’habitude, pour éprouver la valeur d’un raisonnement, de le pousser jusqu’à l’absurde. En règle générale, c’est très enrichissant. Alors, imaginons que demain, un gouvernement français (celui-là ou un autre) décide d’administrer une dose mortelle d’arsenic à 30% de la population. Nos médecins diront-ils : « Il n’y pas de raisons scientifiques ou médicales, mais comme c’est une décision politique, et que nous ne faisons pas de politique… »
    Stupide? Outré ? Inutilement provocateur ? Comment imaginer que des hommes et des femmes qui ont juré de sauver des vies laissent faire une telle horreur, ou pire, y participent ?
    Je reconnais mon erreur et je m’en excuse… Encore que… A partir de 1933, le régime nazi a organisé l’élimination des handicapés mentaux et physiques. Dans les institutions où on était censé les protéger, on a laissé des gens emmener des malheureux, puis les gazer. J’ose espérer que le personnel médical et administratif de ces institutions désapprouvait, mais je suppose qu’il n’entendait pas non plus « faire de la politique ».
    C’est terrible parce que l’Allemagne, à cette époque, était déjà un pays très civilisé. Pour avoir connu beaucoup de gens qui ont vécu cette séquence historique là-bas (en âge de comprendre et d’agir) je peux assurer qu’ils n’étaient pas des monstres, même s’il leur manquait sans doute une ou deux cases après tout ce qu’ils avaient traversé (ou commis).
    Bien entendu, je ne compare pas les deux situations ni les deux époques. Mais dans le refus de « faire de la politique » (au sens noble du terme) il y a en germe (j’ai bien dit en germe) l’acceptation de tout et de n’importe quoi.
    Cela dit, je comprends parfaitement que beaucoup de médecins se taisent, parce que le pouvoir, l’Ordre, la Sécu, Le Monde et une partie de leurs patients (sans doute) leur imposent une pression terrible. Mais sous cette pression, justement, je crains qu’ils finissent par craquer – et ce sont eux, la digue qui nous protège, pas les pantins des ministères.

    • La question fondamentale n’est pas sanitaire. Ce n’est pas une « guerre sanitaire ». Il n’y a qu’une alternative, deux camps. Résistance ou collaboration. Garder le silence n’est pas une troisième voie. Et bien sûr les médecins n’y échappent pas.

  16. « plainte du spilf »
    quelques questions sue les fondements de cette plainte:
    -d’avoir fait la promotion d’un traitement qui n’a pas démontré son efficacité : les citoyens attendent désormais les actions de la SPILF contre ceux qui ont fait la promotion du Remdesivir ;

    – d’avoir diffusé de fausses informations auprès du public : les citoyens attendent désormais l’intervention de la SPILF contre ceux qui, en mars 2020, ont dit que le masque ne servait à rien ;

    – d’avoir eu de graves manquements au devoir de confraternité : les citoyens attendent désormais les interventions de la SPILF contre celui qui a menacé de mort le professeur Raoult et ceux qui l’ont traité de charlatan ;

    – d’avoir réalisé des essais cliniques dont la légalité reste à démontrer : effectivement, leur illégalité reste vraiment à démontrer, le président Macron lors de sa visite à Marseille n’aurait pas perçu un problème de légalité ?

    https://irocblog.wordpress.com/2020/09/03/tentative-dintimidation-sur-didier-raoult/

    • Exactement .. les attaques viennent toujours du même camp .. il faut arrêter de tendre l autre joue .

  17. https://irocblog.wordpress.com/2020/09/03/tentative-dintimidation-sur-didier-raoult/

    extraits…

    Le président de la SPILF, le professeur Pierre TATTEVIN, (Infectiologie, CHU Rennes), était même classé par France Soir comme la 9ème personnalité à bénéficier de confortables accessoires de rémunération versés par les laboratoires. Il aurait ainsi perçu 79.956 €, dont 15.028 € de Gilead, le fameux laboratoire qui déteste l’hydroxychloroquine. France Soir nous apprend que M. Tattevin aurait noté sur sa déclaration d’intérêt n’avoir reçu que 1000 € de Gilead ! On comprend le surmenage de ce professeur, ce n’est pas facile de recompter ses compléments de rémunérations au millier d’euros près et de préparer des plaintes farfelues contre un homme de science et non d’argent.

    Les autres membres du bureau de la SPILF sont tout autant en liens d’intérêt avec les laboratoires : la Vice Présidente de la SPILF, Mme France ROBLOT, (Infectiologie, CHU Poitiers) présente, sur la base transparence santé 106 lignes d’avantages servis par les laboratoires (Gilead et principalement PFIZER SAS), le deuxième Vice Président, M. Serge ALFANDARI, (Infectiologie-Hygiène, CH Tourcoing) présente 61 lignes d’avantages (Gilead, MSD France), le Secrétaire Général, le M. Bernard CASTAN, (Infectiologie, CH Périgueux) présente 251 lignes d’avantages, (Bristol-Myers, Gilead sciences etc…), la Secrétaire Adjointe, Mme Emmanuelle VARON, (Microbiologie, CHIC, Créteil) présente 37 lignes (PFIZER SAS principalement), le Trésorier, le M. Christian RABAUD, (Infectiologie, CHU Nancy) présente 155 lignes d’avantages (dont Gilead, Janssen), le Trésorier Adjoint, M. Alexandre BLEIBTREU, (Infectiologie, HU Pitié-Salpétriere, Paris) présente 67 lignes d’avantages (dont Gilead, Eumedica etc..) et le conseiller spécial aux recommandations, M. Remy GAUZIT, (Anesthésie-Réanimation, GH Cochin, Paris) présente 49 lignes d’avantages (dont PFIZER SAS, Eumedica, MSD France…)

    Certains membres du conseil d’administration de l’association SPILF entretiennent des relations de travail fructueuses avec les laboratoires. Nous ne citerons que M. Vincent LE MOING, (Infectiologie, CHU Montpellier) qui présente 113 lignes d’avantages, (dont Gilead) et surtout M. Jean-Paul STAHL, (Infectiologie, CHU Grenoble), sixième dans le classement de France soir. Ce monsieur aurait ainsi perçu la somme de 100.358 €, dont 4.552 € d’Abbvie. Rédacteur en chef du journal Médecine et Maladies Infectieuses, M. STAHL, avec une indépendance et une liberté d’esprit hors norme, avait comparé le médicament Plaquénil au papier toilette ! L’Inde, le Portugal, l’Italie et de nombreux autres pays seront surpris d’apprendre que s’ils présentent des taux de guérison importants de leurs malades, cela a pour origine les propriétés du « papier toilette » utilisé… On voit que le niveau de M. STAHL ne se situe plus dans le domaine de la science.

  18. Covid-19 : Vingt-quatre professionnels de santé belges témoignent. – 04 septembre 2020

    https://www.youtube.com/watch?v=dt7V5lnJ–c

    Le site du collectif de soignants belges Transparence Coronavirus :
    http://www.transparence-coronavirus.be

    Quand on lit ou on écoute attentivement les déclarations de professionnels de médecine dans des interviews ou des vidéos qui dénoncent la gestion de cette épidémie et les mesures imposées par les gouvernements, on constate non sans un certain étonnement, qu’ils ne sont pas d’accord entre eux sur un ou plusieurs facteurs, test, masque, confinement, immunité, etc. ce qui nuit à leur message ou à leur crédibilité, tandis qu’en face, les porte-parole de la propagande officielle ou du déni permanent de la réalité parlent d’une seule voix, ils font preuve d’une unanimité presque sans faille sur tous les sujets évoqués plus haut.

    Ces contradictions entre professionnels de la santé ne devraient pas avoir lieu d’être. Elles révèlent de graves lacunes dans la manière d’appréhender la réalité et la perception qu’ils ont d’eux-mêmes, car apparemment, soit ils ne s’en aperçoivent pas, soit ils s’en moquent ou ils estiment que ce serait normal ou naturel de se contredire entre eux, ce qui évidemment fournit des arguments à leurs détracteurs qui s’engouffrent dans cette faille. Si nécessaire, on peut l’observer quotidiennement dans ce blog, malheureusement.

    Notre capacité de discernement n’est pas sans faille, il faut l’admettre, sinon nous n’en serions pas là et le pire nous attend.

    Leur capacité de discernement est sans doute perturbée par des considérations inconscientes qui peuvent être d’ordre psychologique ou idéologique, ou tout bonnement elle manifeste un mode de penser défectueux profondément ancré en eux et qui leur joue un mauvais tour, qui se caractérise avant tout par un manque de logique. On pourrait aussi avancer qu’ils présentent des lacunes au niveau de leurs connaissances, mais là en la matière cet argument ne tient pas, et j’explique pourquoi.

    Par exemple, comment peut-on affirmer que l’épidémie de covid-19 serait semblable à celle de la grippe saisonnière, et en même temps estimer que le port du masque était légitime au cours de la première phase de l’épidémie de covid-19 ?

    Ce n’est pas très sérieux, car cela signifie que chaque année quand survient l’épidémie de grippe il faudrait porter un masque, alors que jusqu’à présent on avait vécu avec le virus de la grippe et on s’était très bien passé d’un masque, bref, ils cautionnent le port du masque permanent, alors qu’ils y sont opposés, vous saisissez où est le problème, n’est-ce pas ?

    Je crois qu’au lieu de débattre du sexe du covid-19, je caricature, on ferait bien de commencer par s’atteler à résoudre cette question.

    La question est de savoir quelle crédibilité peuvent avoir des médecins qui se contredisent sans cesse entre eux. Excusez-moi, mais on peut leur opposer qu’ils ne savent pas de quoi ils parlent, ce n’est pas mon propos, mais cela peut très facilement être interprété de cette manière-là et leurs détracteurs ne se gênent pas pour avancer cet argument pour les décrédibiliser, ce qui est dommage ou dramatique.

    • C’est l’unanimité qui est bien plus suspecte que des désaccords. Tous ceux qui ont un minimum d’esprit scientifique ne sont jamais surs à 100%. Un discours unanime relève soit d’un comportement religieux (et encore !) soit d’autorités qui imposent des éléments de langage à leurs porte-paroles.

      • Ce n’est pas ce que vous dit Tardieu. Il parle de discernement, de logique, de bon sens, on pourrait parler aussi de conscience : si la population est responsable par son comportement de propager une épidémie, c’est donc, en poussant cette logique à son terme, que toutes les victimes de maladies transmissibles depuis le début de l’humanité ont en fait été assassinées. Un non-sens. Or c’est bien le postulat de responsabilité / culpabilité face à une épidémie qui justifie l’acceptation de mesures coercitives et la répression. La question fondamentale est-elle réellement sanitaire ? La guerre, comme on nous l’a dit, est-elle sanitaire, l’ennemi est-il un coronavirus ? Que le scientifique prenne un instant le temps de lever les yeux de son microscope, et regarde aussi ailleurs.

      • C’est ce qui fait dire qu’il est préférable de ne pas confier son destin à des scientifiques, merci de le confirmer.

        Je reformule ma question : Que valent les propos tenus par des scientifiques, professeurs ou médecins qui ont affirmé que l’épidémie de covid-19 serait semblable à celle de la grippe saisonnière, et qui en même temps ont estimé que le port du masque était légitime au cours de la première phase de l’épidémie de covid-19, alors qu’il ne le serait pas dans le cas de la grippe ou alors il faut le dire, dorénavant toute l’année durant toute votre vie vous devrez porter un masque.

        On a assisté à la même embrouille avec les tests, si bien que Véran pourrait s’en prévaloir, c’était une erreur monumentale.

        Il faut tester, tester, tester, et bien on y est, ce qui est inexcusable en sachant les risques prévisibles d’instrumentalisation ou de dérive idéologique auxquels cela allait donner lieu de la part de Macron, pour justifier la prorogation des mesures liberticides qu’ils avaient imposées précédemment, d’ailleurs on peut observer dans quel embarras se trouve le Pr Raoult qui en est le promoteur.

        La même réflexion valait qu’avec le masque. Est-ce que tous les ans l’ensemble de la population va devoir se faire dépister pour savoir si elle a attrapé le virus de la grippe ? Non, alors ce n’était pas davantage justifier avec le covid-19. Là la marge d’erreur est égale à zéro ! Et là vous ne pourrez pas me retourner cet argument, puisque c’était le Pr. Raoult qui l’avait affirmé dès le mois de janvier ou février, et jusqu’à présent les faits lui ont donné raison.

    • J’avais déjà écrit ici comment cela se passait dans les instances de décisions dans les situation d’urgence : mettez 3 médecins autour de la table, vous aurez 3 avis différents, mettez en 5 et vous aurez 5 conseils différents, et il faut prendre une seule décision. C’est effectivement une réalité. Il y a une explication : la médecine n’est pas une science exacte. Lorsque le problème est simple, il y a une seule voie, et plus il est compliqué, plus il y a de voies possibles. Chacun a sa piste avec ses arguments, tous ont raison au départ, mais un seul à l’arrivée. C’est aussi pour cela qu’il faut faire plus confiance aux gens de terrain, à l’expérience, qu’à ceux qui ne connaissent que la théorie.

      • Je vous suis. Une observation doit reposer sur les faits et non sur une théorie ou dit autrement, c’est la théorie qui doit s’adapter à la réalité et non l’inverse. Il y a des gens qui tordent le cou à la réalité pour qu’elle corresponde à tous prix à leur théorie parce qu’ils veulent toujours avoir raison.

        Quand un Indien me demande s’il doit porter un masque en observant que je n’en porte pas, je lui réponds que c’est inutile et qu’il fait ce qu’il veut, et je n’ajoute pas, portez-en quand même si cela vous rassure ou on ne sait jamais, je prends mes responsabilités, je m’assume jusqu’au bout.

        Depuis la nuit des temps les hommes ont vécu en présence de virus ou de bactéries et certains en sont morts, et aujourd’hui on vient leur dire qu’ils ne pourraient plus le supporter, que dorénavant il ne devrait plus y avoir aucun mort causé par un virus ou une bactérie, et il faudrait cautionner ce discours paranoïaque. Franchement, ce n’est pas raisonnable, j’ignore si cette attitude est ou non scientifique et je m’en moque !

    • Je suis assez d’accord avec vous, mais c’est compliqué.
      Exemple : Perronne ou Toubiana : comme la plupart ils sont plutôt contre le port du masque en extérieur, peu enthousiastes sur son port en intérieur, insistent sur l’inutilité de celui-ci sur les enfants, donc à l’école. Ils font souvent allusion aux conséquences à tout le moins contre productives de ce port, mais ils refusent tous ou presque d’entrer dans le discours politique. Et on entend des Raoult dire « ça sert à rien, mais si ça rassure les gens… » Je crois qu’hélas, il est temps que ces paroles d’autorité par leur intégrité et leur humanité, sans compter évidemment leur valeur médicale et scientifique, se fasse parole politique. Je sais bien qu’ils n’en ont pas envie, que c’est contraire à leur douceur. Mais je crois que peut-être ils n’ont plus le choix si ils veulent encore protéger les gens des maladies virales ou psychiques.
      Le masque aurait pu rassurer en mars ou avril, mais aujourd’hui, NON, il n’est pas fait pour rassurer mais pour maintenir les gens dans la peur et obéissance. Le masque ne « rassure » personne. Il terrorise, puisque nous mettons en danger ceux que nous aimons, que celui qui respire à nos côtés est dit-on mortifère. Il faut qu’ils le disent. De toutes façons, la cabale est au galop : ce sont tous des charlatans, des irresponsables, j’en passe, et des mortelles. C’est seriné sur tous les tons, ce sont eux qui sont poursuivis par le conseil de l’ordre, et les Lacombe, Delfraissy et consorts confortés à leurs postes.
      Et on se retrouve avec des rentrées des classes où des hommes en armes surveillent les enfants jusque dans certaines cours d’école comme ceci http://www.macon-infos.com/index.php?option=com_content&view=article&id=27189%3Ala-chapelle-de-guinchay-controle-du-port-du-masque-au-college-condorcet-ce-matin&catid=163&Itemid=294&lang=fr&fbclid=IwAR11dvMw45KU5jRvJsmnYDW8Ai5w9Xj7Mfj48umG3wuTfqoSvJAePw3NXKw ou ceci https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10224658070785518&set=gm.648323612729600&type=3&theater ou cela https://www.facebook.com/Nantes.Revoltee/photos/a.336512019718311/3282503361785814.
      Vous avez raison je crois, ils sont sûrs à 99,999% que la deuxième vague est une faribole, mais à cause du 0,001% ils ne sont pas péremptoires. Ils devraient, et tant pis pour le 0,001 qui est tout leur honneur. Ils ont des raisons très valables d’être sûrs, en face, il n’y a aucune réalité ni fait sérieux qui conforte la fichue deuxième vague qu’ils le clament et le répètent et le serinent.
      Ils essaient de faire la part des certitudes, et de l’inquiétude que nombre d’entre eux a peut-être éprouvée, au début de l’année, et ils ne cessent de dire vouloir rassurer les gens. Leur honnêteté et leur pondération est je crois inaudible pour l’ensemble des citoyens qui, je suis d’accord avec vous, entend des non-certitudes face à des vérités contradictoires et illogiques assénées avec un aplomb qui ne cesse de m’épater.
      J’ai vécu dans des pays de mort et de haine et de génocide, et ce qui se passe me terrifie vraiment.

  19. Il faut …TENIR,l’opinion jusqu’aux élections, mon cher Watson,ce n’est pas plus compliqué sue cela!Une épidémie qui sera six fois plus longue qu’elle aurait dû être mais avec le même nombre de « décès rapportés »…On peut craindre que les futures épidémies saisonnières ne se terminent en juin si on a,en haut lieu, la même « vision ».Mais, j’oubliais,les labos vont nous sauver!

    • C’est bien beau d’envisager de mettre les enfants avec 2 parents qui travaillent à l’école, et laisser les autres chez eux… mais cela correspond pour beaucoup de cas à laisser les enfants les plus en difficultés scolaires et sociales dans leurs familles qui sont pour beaucoup dans l’incapacité d’accompagner leurs enfants dans leur travail scolaire (et je peux vous assurer que même en ayant des compétences, le goût de le faire et des enfants faciles, ce n’est pas une mince affaire que de faire l’école à la maison, même avec ordis, imprimante, espace approprié…) en réservant l’école aux familles les moins en difficultés !
      Quelle honte ce serait !
      Heureusement que ce n’est pas la solution qui a été retenue et pourvu qu’elle ne le soit jamais !!!

  20. Je viens d’entendre un truc rigolo sur France Culture. Au moment de la peste de Justinien un commentateur à écrit que l’empereur Justinien avait lancé la peste pour pouvoir augmenter les impôts. Nihil nove sub sole…

  21. Bonjour être faudrait-il ouvrir un fil sur la plainte déposée contre le Pr Raoult.
    Hier, j’ai entendu sur Sud Radio, qui en général ,’est pas toujours politiquement correcte, un médeçin généraliste affirmer que Raoult est un délinquant (sic),qu’il devrait être puni, et il affirme également « que l’on sait depuis longtemps que l’association HCQ et Azythrominicine est dangereuse » – Que penser de tout cela ?
    Peut

    • Ce n’est pas le sujet de l’article…. De toute façon on s’en fout car il y a plainte d’1 collectif d’infectiologue contre Raoult, il vous suffit de suivre le cours de cette plainte d’1 côté et par ailleurs de participer aux débats d’idées et aux échanges de liens de ce blog.

      • Je sais bien que ce n’est pas le sujet, mais j’étais sur que ce commentaire serait lu à cet endroit. Comment sur un grand média affirmer ce qui est apparemment une contre vérité , et que personne n’a corrigé?

    • On a le droit de traiter différemment, de ne pas être d’accord, mais porter plante contre ceux qui ne font pas comme vous ne grandit pas les auteurs, ni la médecine. J’aimerais bien connaître le palmarès de ceux qui ont porté plainte, combien ont fait plus et mieux ? Bien entendu cela ne doit pas couvrir des pratiques dangereuses, et si HCQ qui a sauvé des millions de vies est dangereuse, alors des centaines de milliers de médecins devraient être poursuivis. Ce confrère qui dit que c’est dangereux ne sait pas de quoi il parle, qu’il dise que cela ne marche pas, OK, il peut le penser, d’autres penser l’inverse, mais dire que c’est dangereux, c’est de l’incompétence. Ceci ne veut pas dire non plus que c’est 100% bénin, mais que c’est pas plus dangereux que l’aspirine qui tue aussi.

      • On voit bien que Didier Raoult et l’IHU/Marseille font l’objet de mises en cause de plus en plus violentes. On l’a bien vu depuis le début sur les plateaux des chaines d’info relayant sans cesse les propos du style « ça ne marche pas » jusqu’à « c’est un charlatan » de la totalité des représentants du monde médical (à l’exception de Douste-Blazy, Perronne et des représentants de l’association « Laissons les prescrire »). Cela s’est poursuivi fin août avec la publication d’une méta-analyse cherchant à prouver que non seulement ça ne marche pas mais que ça augmente la mortalité. Mais cette méta-analyse a fait l’objet de nombreuses critiques, notamment sur les critères de sélection des études. Et maintenant voici la plainte du SPILF auprès de l’Ordre des Médecins. Ce qui est étrange c’est que cette plainte a été déposée en Juillet, et que leurs auteurs ont attendu Septembre pour informer les médias…….On a l’impression que les anti-HCQ font flèche de tout bois pour démolir DR et sa bithérapie !

  22. Le grand entretien du Professeur Perrone – Putsch Media 2 septembre 2020

    https://www.youtube.com/watch?v=mWi3rivUXzg

    Extraits.

    “Les français ont eu très peur, après ils ont eu moins peur, maintenant on leur refait peur, je n’ai jamais vu une nouvelle peur comme ça alors qu’il n’y a plus de maladie quasiment. Tout ça c’est un peu de la manipulation de masse, je trouve qu’il y a une dérive grave.”

    “Le coup des masques aujourd’hui, c’est complètement débile. Dire à tous ces gens de porter le masque toute la journée,[…] ils étouffent les pauvres… Dans les écoles c’est complètement délirant. On culpabilise tout le monde, le masque dans la rue c’est du grand délire…”

  23. bonjour,
    Comme jadis ton éloquence nous séduit
    J’adhère complètement à ce que tu écris
    PS la barbe te va bien

  24. Qu’est-ce que le Covid-19, SARS-2. Comment est-il testé ? Comment est-il mesuré ? La campagne de peur n’a aucun fondement scientifique par Prof Michel Chossudovsky – Mondialisation.ca, 02 septembre 2020

    https://www.mondialisation.ca/quest-ce-que-le-covid-19-sars-2-comment-est-il-teste-comment-est-il-mesure-la-campagne-de-peur-na-aucun-fondement-scientifique/5648899

    Extrait.

    Un test positif ne signifie pas que vous avez le virus et/ou que vous pourriez le transmettre.

    Un test négatif ne signifie pas que vous ne l’avez pas.

    Ce que veulent les gouvernements, c’est gonfler le nombre de cas positifs.

    Alors que le SRAS-CoV-2 – à savoir le virus qui serait à l’origine de la COVID-19 (classé à tort comme une maladie plutôt que comme un virus), a été isolé lors d’un test de laboratoire en janvier 2020, le test RT-PCR n’identifie/détecte pas le virus Covid-19. Ce qu’il détecte, ce sont des fragments du virus. Selon le Dr B. Stadler, immunologiste suisse de renom :

    « Ainsi, si nous faisons un test PCR corona sur une personne immunisée, ce n’est pas un virus qui est détecté, mais une petite partie brisée du génome viral. Le test est positif tant qu’il reste de minuscules fragments du virus. Même si les virus infectieux sont morts depuis longtemps, un test corona peut revenir positif, car la méthode PCR multiplie ne serait-ce qu’une infime partie du matériel génétique viral suffisamment [pour être détectée]. »

    Résumé

    – La Covid-19 est similaire à la grippe
    – L’ensemble de l’exercice de test PCR et d’établissement des données de l’infection par la Covid-19 est déficient.
    – Les chiffres sont fabriqués, tout comme les certificats de décès.
    – Les « cas confirmés » ne sont pas confirmés.
    – Le test RT-PCR n’isole pas la Covid-19.

    Ces « estimations » gonflées de Covid positif (provenant du test PCR) sont ensuite utilisées pour soutenir la campagne de peur. Le battage publicitaire sur les décès dus à la Covid-19 est basé sur des critères erronés et biaisés.

    Les gouvernements s’emploient actuellement à augmenter le nombre de tests PCR en vue de gonfler le nombre de cas dits « Covid-19 positifs ».

    Les tests RT- PCR ne prouvent rien:

    « Aujourd’hui, comme les autorités testent un plus grand nombre de personnes, il y aura forcément plus de tests RT-PCR positifs. Cela ne signifie pas que la COVID-19 revient, ni que l’épidémie se déplace par vagues. Il y a plus de gens qui sont testés, c’est tout ». (Dr. Pascal Sacré – Belgique)

    Cette procédure de collecte massive de données est là pour fournir des « estimations » (fausses) de soutien pour justifier la soi-disant deuxième vague.

    L’objectif final est de maintenir le verrouillage économique, d’imposer le port obligatoire du masque facial, de maintenir la distance sociale, y compris la fermeture des écoles, des collèges et des universités.

    La tendance est à un État policier. Tout cela est basé sur un Grand Mensonge.

    Tardieu – Si je peux me permettre d’ajouter un mot ou plutôt une question, on ne nous dit pas pourquoi. Sur quoi repose la société, tous les rapports qui existent dans la société ? Essentiellement sur un modèle ou un système économique. Stop ou encore ?

  25. Un commentaire ému d’une mère de 4 enfants qui a vécu l’enseignement à distance pendant le confinement et un peu plus et ne souhaite pas vraiment que cela se reproduise…
    La qualité de l’enseignement à distance et en présentiel ne saurait être comparée, si un adulte ne peut consacrer un temps suffisant à l’accompagnement de l’enfant, ou n’en n’a pas les capacités. Il est difficile de cumuler accompagnement scolaire et télétravail, surtout avec plusieurs enfants.
    Vous pourrez utilement regarder les séries Lumni diffusées pendant les confinement afin de « poursuivre les apprentissages scolaires à la maison ». Vous n’aurez besoin que de peu de temps pour juger du (manque de) caractère didactique de la chose….
    Nombre de grands-parents sous l’influence de médias fortement anxiogènes sont peu demandeurs de garde de petits-enfants, et donc de peu de soutien familial depuis quelques mois.
    La pathologie dévoilant de manière de plus en plus claire son caractère relativement bénin (il reste mal perçu de dire que « ce n’est qu’une grosse grippe », évidemment potentiellement grave chez une sujet fragile, mais banale chez une sujet sain), d’éventuelles fermetures de classe voire d’école me paraissent totalement injustifiées

  26. 1 heure par semaine et par élève ?

    Si un prof de français a 4 classes de 30, il a 120 élèves. Divisé par 2 = 60 élèves en télétravail à la maison. D’où 60 heures de travail consacrées individuellement à ces élèves – en plus des cours données au collège et de l’organisation du travail à distance.

    Votre solution : 100 heures par semaine et par prof. Même si c’est 1 prof « principal » pour 1 élève pour économiser le nombre d’heures, il faudra que ce prof s’informe des cours des autres collègues dans toutes les matières, ce qui est très gourmand à la fois en temps et en gestion. Sans compter qu’un prof de français n’est pas compétent pour répondre à des questions en maths ou en espagnol par exemple.

    • C’est une idée, pour les modalités pratiques, c’est discutable et il ne faut pas s’arreter là. Vous avez sans doute raison, je fais un calcul différent et 1/2H est peut-etre suffisant pour un controle. La solution est alors un QCM si pas possible par contact, si les enseignants ne peuvent dégager 4H par semaine (mon beau père, prof de fac, faisait 5H par semaines..)

  27. A quoi cela sert-il de s’informer, de réfléchir tranquillement, librement? D’où l’intérêt de ce blog notamment.

    A propos de l’immunité collective sur laquelle j’ignorais tout, j’écrivis dans ma causerie du 16 mars en me fiant à ce que j’avais lu : Quelle connerie….

    Manifestement, je n’y avais pas compris grand chose ! Vous me direz que tout avait été fait pour qu’il en soit ainsi, certes, mais ce n’était pas une excuse. L’essentiel était d’en avoir conscience et de se donner les moyens de progresser à partir des connaissances scientifiques existantes. D’y accéder, de les découvrir…

    Trois semaines plus tard, dans celle du 9 avril, après avoir lu d’autres articles apparemment plus sérieux, je rectifiais de la manière suivante : Si la totalité de la population d’un pays était testée, on s’apercevrait qu’à la longue pratiquement 100% porteraient ce virus ou un autre sans qu’ils soient forcément malades.

    Manifestement on était sur la bonne voie !

    Plus loin je précisais : Pour conclure, il n’existe pas d’immunité collective, cette formulation est incorrecte ou trompeuse. Car elle tendrait à faire croire que
    les défenses immunitaires pourraient se transmettre d’une personne à l’autre, or ce n’est pas le cas. (…) Il semble qu’il y ait eu une confusion avec le fait que c’est uniquement le virus qui est transmissible.

    Je dirais plutôt 5 mois plus tard, qu’un manque de précision dans la réponse apportée à une question aussi délicate, dont les conséquences pouvaient être graves ou incalculables sur les plans sanitaire et social pour la population, pouvait déboucher sur différentes interprétations ou induire en erreur la plupart des gens n’ayant pas suivi un cursus médical, ce qui était mon cas.

    Provenant des médias ou des autorités sanitaires, il ne s’agissait pas d’une erreur ou d’une faute d’inattention, c’était normal ou délibéré, car ils étaient animés d’intentions inavouables et nuisibles envers la population, ils n’ont cessé d’en faire la démonstration pendant 8 mois.

    Provenant de médecins ou de professeurs de médecine qui ont pour seule vocation de soulager la souffrance de leurs patients, on mettra cela sur le compte de la difficulté à trouver un discours qui soit adapté aux citoyens lambdas ou au plus grand nombre de citoyens, il serait donc ridicule de leur en vouloir

    Je crois que cette méthode, je n’ose pas dire scientifique même si je le pense, disons progressive pour rester modeste, pourrait être employée par n’importe qui pour trouver des réponses à bien des questions ou démêler des situations qui en apparence semblent inextricables.

    Ici en Inde, sur la totalité de la population on en est à un taux de mortalité inférieur à 0,005%, 63.000 morts pour 1,380 milliard d’habitants, franchement, un peu de sérieux, vous ne voudriez pas que je porte un masque, n’est-ce pas ?

    • Effectivement vous semblez ne pas avoir intégré la notion d’immunité collective ou de population qui par exemple explique que si la couverture vaccinale contre la rougeole n’est pas de 100% mais suffisamment élevée cette immunité collective sera suffisante pour bloquer la circulation du virus et protéger ainsi les non repondeurs au vaccin ou ceux qui n’ont pas été vaccinés (enfants avant 1 an, ou contre indication médicale ou autre)

  28. Je suis moins optimiste que le commentateur qui dit « qu’on va savoir pour les décès ». Le chiffre des morts annoncés par Santé publique France est très fragile: il sort des certificats de décès sortis des hôpitaux et des médecins de ville, avec une imputabilité des décès au coronavirus extrêmement douteuse pour au moins deux raisons: d’une part on ne fait plus de nécropsies, donc quand on a un mort avec test SRAS-cov2 + dans le nez ça peut être un faux+ du test (10% à 20%), un infarctus ou un cancer ou une autre pathologie quelconque et par coïncidence du virus dans le nez (innocent passager), ou un codeur de l’hôpital qui a été fortement stimulé par son directeur de coder des diagnostics de sortie qui rapportent !
    – le fait que durant la « pandémie » les chiffres des grosses maladies (cardiovasculaires, cancers, Alzheimer, AVC, pneumonie à pneumocoques, etc…) ait chuté dans les causes de morts est incroyable: il y a donc bien eu un switch et un nombre significatif de « morts liées à la covid19 » sont en fait morts d’autre chose…et on ne saura jamais combien car on n’a pas les outils épidémiologiques pour corriger ces biais en France

    • Il y a quelques mois, j’avais fait remarquer que chez les personnes âgées, il y avait une sorte « d’avance sur statistiques « . Ma tante est décédée du Covid à 97 ans, à cet âge on meurt toujours de qqchose, covid, grippe ou autre. Personnellement je ne la mettrais pas dans les covid bien que positive. Le bilan sur un ou 2 ans, sera inférieur à celui donné aujourd’hui. J’avais signalé que l’espérance de vie en Ehpad est de 3,5 ans, une bonne partie des décès d’aujourd’hui seront gommés (statistiquement !) dans les 3 ans.

      • Ma mère de 86 ans en très mauvaise santé et très affaiblie est morte le 3 avril, elle était hospitalisée depuis un mois et dans le coma depuis une semaine.

        Ma soeur cadette, qui n’est pas très futée la pauvre, m’a dit qu’elle était morte du covid-19, parce qu’elle avait été testée positive. Je n’ai rien répondu.

        Ils ont manipulé tous les facteurs, dont les tests et les cadavres. Etant vous et moi ou vos lecteurs des gens sains d’esprit ou équilibrés, on a du mal à imaginer de quoi sont capables ces monstres de cruauté, seul leur objectif idéologique compte pour eux, si on n’a pas cela à l’esprit, toutes nos analyses seront faussées et nos conclusions avec…

        D’ici un an ou un peu plus, quelles que soient les manipulations auxquelles ils se seront livrés, nous aurons la preuve que ce virus n’avait pas été plus terrible que celui de la grippe, qu’il n’y a pas eu de surmortalité comparée aux années antérieures. Je me suis déjà livré à un petit calcul, très sérieusement, et je suis arrivé aux mêmes chiffres que le Pr. Perronne.

    • On saura pour la surmortalité, c’est certain. En ce qui concerne ce qu’on a « fourré » dans ces trente mille décès, c’est une autre affaire. Et un des nombreux scandales de cette crise. Pour en savoir plus sur l’art de manipuler les gens, regardez sur You Tube la dernière vidéo décapante de Didier Raoult.
      https://www.youtube.com/watch?v=arO7ZsXZVO0

  29. le masque empêche l’immunité des gosses,une évidence,quel scandale sanitaire tout ca!!ils tentent de faire croire que tous seraient atteints du virus,alors que c’est une bonne nouvelle au contraire cad que l’immunité des gens est générale ,donc tant mieux!

  30. Toute la population rencontrera ce virus, les mesures actuelles ne sont faites que pour freiner cette contamination généralisée et protéger les hôpitaux d’un second tsunami médical. Les enfants n’y sont que très peu sensibles et donc il ne faut pas entraver la diffusion du virus à cet âge mais il faut protéger les sujets fragiles en attendant un vaccin, une mutation avec atténuation de la dangerosité du virus.
    il faut protéger les enfants de l’isolement social, de l’anxiété des adultes, et des agressions répétées par la réalisation de tests douloureux comme la RT-PCR: il ne sera pas étonnant avec les mesures proposées à ce jour en milieu scolaire de voir des enfants se faire tester plus de 3 fois cet hiver, en raison d’un cas dans l’entourage de la classe.

  31. Bravo
    le bon sens est d’encourager le télétravail. Merci à toi Denys Chayette
    de te retrouver avec ces excellents arguments.

  32. La dé sociabilisation par la télé éducation , des enfants, ados et jeunes étudiants serait catastrophique pour eux ..
    Notre jeunesse a le droit de vivre normalement ! Ce n est pas Ebola !
    Encore une fois en Suède les écoles jusqu à 15 ans sont restées ouvertes quand toute l Europe ou presque les avait fermé . les profs et les enfants ne portaient pas de masques ..par contre lavage des mains frequent .. ils n étaient pas obligés de se distancier pour apprendre ,jouer , manger le midi .. Et il n y a pas eu de catastrophe chez les jeunes et les parents .. la forte mortalité de la Suède vient d un choix de ne pas traiter .. les vieilles personnes et les personnes à risque ..Depuis mi Août toutes les écoles sont ouvertes , toujours sans masques ni distanciation sociale et on ne constate pas de tsunamis de recrudescence des morts ou d hospitalisés..

    • Sortons surtout de la peur terrible distillée dans toute la population française, nous ne voulons pas transformer notre pays en hôpital géant . Il paraît temps que les médecins cessent d’être les complices de cette dictature sanitaire, suivons l’exemple suédois , hollandais, même les chinois ont arrêté de mettre des masques !!! Il est temps que les médecins s’unissent ( j’ai vu plusieurs médecins le faire) pour rappeler que l’on peut soigner cette maladie … Autre chose , on commence à voir des personnes qui portaient le masque au travail toute la journée avec des mycoses au niveau de la bouche , je n’imagine pas ce que ces masques vont faire à la population, mais jusqu’où faut-il aller pour que les médecins réagissent pour protéger vraiment la population contre le délire de Big Pharmacie et du gouvernement!!! Les médecins sont complices des médias et de cette peur , qui casse complètement l’immunité !!! Les médecins sont des guides pour la population et là ce sont des guides très dangereux!!!

  33. Des propositions de bon sens, comme d’habitude, ce qui ne m’empêchera pas d’émettre quelques objections, par ordre croissant d’importance.
    1) N’a-t-on pas assez dé-sociabilisé les enfants ? Si les experts osaient parler, je suis sûr qu’ils auraient beaucoup à dire. Mais ils se taisent, comme tout le monde ou presque.
    2) Plus on monte dans la hiérarchie sociale, et plus le pourcentage de « deux parents qui travaillent » est élevé. On risque donc de créer, même provisoirement, une école à deux vitesses où ceux qui ont le plus besoin de contacts sociaux (les enfants des classes défavorisés, pour des raisons qu’il serait trop long d’exposer ici) seraient confinés tandis que ceux des classes supérieures vivraient normalement. Sans tomber dans le syndicalisme enseignant, c’est inquiétant.
    3) Pourquoi prendre systématiquement le problème par le mauvais bout ? (Cette critique ne s’adresse pas au docteur Maudrux, qui fait justement l’inverse.) Des statistiques américaines établissent que 94% des morts de la Covid-19, là-bas, sont très âgés ou frappés de lourdes comorbidités. Dans la presse à sensation (à savoir presque tous les titres), on s’échine à démontrer que ça ne signifie pas que la maladie a tué seulement 6% des victimes. Mais ça, on s’en fiche, parce que la vraie surmortalité, on la connaîtra au mieux à la fin de cette année, et plus sûrement sur une année glissante avril2020/avril2021. En outre, pour évaluer l’impact du virus, il faudrait avoir un profil médical bien plus précis des victimes. Ce n’est pas ici, j’imagine, qu’il faut rappeler la différence entre un cancéreux en début de chimiothérapie et un patient qui, à sa trois ou quatrième récidive, n’a plus que quelques mois à vivre. Pareillement, il y a un monde entre un diabétique équilibré, qui surveille son alimentation, se maintient en forme physique et contrôle son poids et un patient en surpoids dont la glycémie fait le yo-yo et qui souffre de complications cardiaques, rénales ou autres. Faute de disposer de ces données, évaluer l’influence du virus sur une issue mortelle, c’est jouer aux devinettes.
    En revanche, il est plus qu’établi que cette maladie, probablement partout, tuent les gens âgés et/ou malades. Alors, pourquoi ne pas faire porter l’effort de prévention sur ces cibles-là, en laissant vivre les autres, donc sans nuire à l’économie, au fonctionnement du pays ou à son avenir ? Les mesures aveugles qu’apprécie notre gouvernement étant toujours très lourdes pour peu d’efficacité, pourquoi ne pas mobiliser les médecins de ville, qui seraient à mon avis très capables de conseiller à leurs patients à risques des mesures préventives plus ou moins strictes selon les cas ? (Et inexistantes dans d’autres.) Je connais plusieurs personnes âgées et à comorbidités (par exemple, obésité plus cancer en rémission plus diabète) qui ont fait le choix de l’auto-confinement, et franchement, je ne peux pas leur donner tort. Ajoutons, mais ce post est déjà affreusement long, que la question ne se pose pas pour les résidents des EHPAD, qui sont de fait quasi confinés en permanence – ce qui donne à réfléchir sur l’efficacité de cette mesure, soit dit en passant.

    • D’accord avec les remarques. Oui il y a le problème des contacts sociaux de l’école, mais nous partons pour une période de 3 mois (on l’espère). Aujourd’hui on va voir dans certaines écoles des enfants parqués dans la cour de récré comme les colonnes de Buren, sans pouvoir bouger. Pour ce qui est de l’enseignement à 2 vitesses, la mise en place d’une chaîne d’enseignement permanente (avec replay) gommerait cela, mettre les enfants devant la télé permettrait des rattrapages pour ceux qui en ont besoin. Aujourd’hui cela se fait moyennement finances.
      Exemples vus hier : le petit fils d’un ami rentre en CP seulement pour ce jour, puis renvoyé à la semaine prochaine, apparemment pour 1 jour par semaine. Pas prévu par les parents qui travaillent. Là c’est des parents qui refusent de mettre les enfants à l’école, et font eux même leur enseignement, à leur manière, sans directives. Ailleurs classes séparées en deux, et là classes pleines. On est dans l’enseignement à 3 ou 4 vitesses.
      Pour le reste, je viens de faire un petit calcul avec les 4 000 nouveaux cas/jour d’il y a 2-3 semaines, qui se traduisent aujourd’hui par une mortalité de 0,2-0,3%. Moins que la grippe saisonnière ? Si cela se confirme dans les 10 jours avec les 5-6000 cas journaliers des 8 derniers jours, il faut arrêter tout ce cirque.

      •  » le jour d’après, quand nous (?) aurons gagné, ce ne sera pas un retour au jour d’avant « . Emmanuel Macron. 16 mars 2020.

  34. Gérard
    Rien à ajouter, à part le fait que tu pourrais prendre la place de VERAN, qui n’ose pas s’imposer sur le plan de la logique medico pragmatique comme tu l’as toujours fait dans des périodes antérieures .
    Sur le plan scolaire un télé enseignement bien organisé ce qui est possible maintenant permettrait à tous les enfants scolarisés de suivre leur programme scolaire normalement avec des enseignants toujours présents..car ce n’est pas le cas maintenant en raison du taux important de l’absentéisme enseignant.;..Mais ce serait une révolution à l’éducation nationale et les syndicats enseignants n’en veulent pas!!!!Ils préfèrent leur monopole Absento-Présentiel….
    .Bonne rentrée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Dr Maudrux ne répondra pas aux commentaires anonymes.