113

Covid-19, la pagaille administrée

Quelle nouvelle annonce aujourd’hui ? Hier c’était les chiffres : 123 morts supplémentaires en 24 heures contre 50 la veille, et 403 nouvelles hospitalisations contre 247 la veille. Chiffres trompeurs, affichés sans commentaires. Pourquoi trompeurs ? Parce qu’on ne dit pas en même temps, pour rassurer, qu’un établissement de l’Essonne n’avait pas déclaré depuis des mois, ajoutant hier aux statistiques 237 admissions et 76 décès, qui ne sont pas du jour ! Les chiffres journaliers, passent donc à 47 contre 50 la veille, et 166 nouvelles admissions contre 247 la veille. Il faudrait mettre un peu d’ordre et d’explications dans ces chiffres, ce n’est pas la première fois.

Avant hier, c’était l’école : on ne ferme plus si un cas. Le Conseil Scientifique découvre après 6 mois, et seulement après la rentrée des classes que les enfants contaminent peu. Ils auraient pu le dire avant, et tout ceci était connu de toute personne suivant l’affaire sauf eux, voir mon billet sur l’école, ce revirement face aux 2 000 fermetures de classes en 15 jours était prévu. On n’a rien anticipé, on continue au jour le jour.

Ces derniers jours, c’était les tests : la grande pagaille, 3 heures de queue pour faire des tests dont on a le résultat après 8 jours, soit après le délai de quarantaine ramené à 7 jours quelques jours plus tôt. Les tests, c’est pour les symptomatiques et leurs contacts, afin de lutter efficacement (on commence à douter) contre l’épidémie. A les généraliser, gratuitement à nombre de personnes qui vont se faire tester sans prescription, simplement « pour voir », avec les anxieux qui y vont plusieurs fois, et sans s’organiser en amont, on a paralysé le dépistage utile, le rendant inefficace. Ce n’est pas la quantité des tests qui compte, c’est la qualité.

Avec ces tests massifs sans indications, on ne sait plus où on en est en ce qui concerne l’évolution de l’épidémie. Les cas positifs augmentent de manière inquiétante car gonflés par les 15 à 25% de faux positifs et surtout par tous les porteurs sains. A tester 50 fois plus qu’au début, il est normal qu’on ait 50 fois plus de positifs, ce qui ne veut pas dire qu’on a 50 fois plus de vrais malades. Pour ne pas semer la panique, ne faudrait-il pas ne plus donner ces chiffres dont on ne sait plus ce qu’ils signifient réellement, et ne donner que les chiffres d’hospitalisations, voire de symptomatiques, c’est à dire de vrais malades pour éliminer les porteurs sains et faux positifs, qui n’étaient pas comptabilisés avant et qui le sont maintenant.

Le premier but de ces tests massifs, est de faire croire à la population qu’on s’occupe d’eux et qu’on va tous les tester, mais le résultat est inverse, le « tester-isoler » est asphyxié. On ne dit pas non plus qu’à 1 million par semaine, il faut 68 semaines pour tester tout le monde, soit beaucoup plus d’un an ! Enfin tester n’est pas traiter.

Pour détourner la pagaille actuelle sur les tests, on en annonce de nouveaux, plus rapides, plus simples, mais on ne dit pas que cela ne réglera aucun problème. Moins fiables, la plupart sont en première intention et orientent vers la prescription d’un test PCR pour confirmer la positivité (tests antigéniques, réservés aux non symptomatiques), ou réservés aux symptomatiques (tests salivaires). Alors pour résoudre les embouteillages, deux tests au lieu d’un ? A suivre. Des files prioritaires ? Qui sait que ce dispositif existait depuis plus de 3 mois quand les brigades Covid demandent des tests pour les cas contacts, mais que les autorités ont été incapables de le mettre en place.

Les masques ? On ne sait plus où les mettre quand les mettre, tant les autorités changent d’avis. Au début, les Salomon, Véran and Co expliquaient que c’était inutile. On a tout bloqué, réquisitionné, confisqué. Les maires ou préfets qui l’imposaient ont été sanctionnés, car il fallait respecter les consignes des hautes autorités politico-médicales. Tout le monde s’en est mêlé, y compris le Conseil d’Etat devenu Conseil Médical spécialiste en épidémiologie. Voilà maintenant que ces hautes autorités font le contraire en laissant carte blanche aux préfets et maires, devenus d’un coup de crayon plus compétents que toutes ces hautes autorités en matière épidémiologique. On est passé de l’hypercentralisation administrée au démerdez vous localement. Drôle de méthode de gouvernement.

Pagaille également dans les traitements. On a tout bloqué en attendant l’étude officielle Discovery, puis on oublie d’en donner les résultats. L’un parle de traitement en ambulatoire, on lui répond hôpital. En ville, le médecin n’existe plus, mis à l’écart à tous les niveaux. A l’hôpital, on s’est trompé depuis le premier jour : oxygéner, ventiler les patients qui manquent d’oxygène, sans voir que les poumons n’étant plus vascularisés, l’oxygène ne circule pas. Pas d’aspirine, pourtant antiinflammatoire et anticoagulant. Même chose pour les corticoïdes interdits. Tout ce qui était interdit au début est maintenant le plus largement autorisé. Si l’hôpital a évolué, la médecine de ville est toujours bâillonnée, alors que comme à l’hôpital, il faudrait peut-être faire le contraire de ce qui était préconisé le premier jour.

Un gouvernement conseillé des hautes autorités scientifiques ? Non, par des girouettes aux ordres. Quand il n’y avait pas de masques, ils ont dit que cela ne servait à rien. Quand on a commencé à en avoir, avec beaucoup de mal, ils ont dit que c’était indispensable. Même chose avec les tests, ils ont attendu que le gouvernement leur donne le feu vert pour dire que c’était utile, voire indispensable. Le gouvernement avait besoin de réduire le délai de quarantaine pour des raisons d’organisation, voilà que quelques jours plus tard, le Conseil donne le feu vert. Même chose pour l’école, le gouvernement a fait un mauvais choix, il demande au Conseil de voler à son secours afin de changer de stratégie sans perdre la face. Chaque fois la raison est médicale, mais chaque fois cette évidence médicale n’apparaît qu’après un besoin de justification du gouvernement. Conclusion : le Conseil scientifique n’est pas là pour conseiller le gouvernement, mais pour apporter une justification médicale à ses choix. Heureusement que la médecine évolue, malheureusement ici uniquement dans le sens du vent, pas de la science.

J’arrête là, bien qu’il y ait encore beaucoup à dire sur chaque sujet et sur d’autres. « Gouverner, c’est prévoir » disait Adolphe Thiers, cité par Emile Girardin qui ajoutait : « Gouverner, c’est prévoir ; et ne rien prévoir, c’est courir à sa perte »

Gérard Maudrux

Gérard Maudrux

113 Commentaires

  1. Analyse et comparaison ‘Pandémie Covid 19’ par Pr. Jarlier
    https://infogram.com/graphiques-covid_new-1hd12ymxl5gx2km
    On remarque (graphe 12) la « performance » française qui culmine à 19% de létalité apparente en mai (trés défavorable à la gestion parisienne des Oints du seigneur)
    On remarque aussi le rétablissement TRES rapide des derniéres semaines (on passe de 16% debut aout à 6% fin septembre)
    Faut-il voir dans ce rétablissement quasi miraculeux la vrai raison de la folie des tests financés à bourse ouverte par la Sécu? (la folie des tests fait augmenter le dénominateur et donc baisser la létalité apparente)

    Décidement, le remarquable travail du Pr Jarlier favorise le complotisme presque autant qu’une panne de téléviseur ou de radio.

  2. Bonjour à tous
    j’apprends que l’institut Pasteur, en fouillant dans ses placards de molecules existantes, a découvert une ancienne molécule, tenue secrète, mais qui a été utilisée depuis des années pour soigner on ne sait trop quoi, mais qui n’est pas chère, a peu d’effets secondaires, et est efficace IN VITRO sur ce virus. C’est drôle, j’ai l’impression d’avoir déjà entendu ça il y a quelques mois….

    • Effectivement HCQ marchait très bien in vitro, ce qui n’est contesté par personne. La différence, c’est que c’est Raoult qui l’a mise en avant, pas Pasteur. Attendons la suite sur l’efficacité in vivo dûment randomisée.

      • « in vivo dûment randomisée » ?, j’imagine que c’est du second degré car je me souviens de votre billet sur « Saint Random »….

      • c’était bien le but de mon propos que de faire remarquer cela. Et évidemment, les journaleux (car peut-on encore les appeler des journalistes) perlent d’un remède « miracle »

    • Le médicament ciblé par les chercheurs de Pasteur Lille, produit par « un petit laboratoire européen », existe pour d’autres usages. « Nous avons prouvé que son principe actif peut tuer le virus à une concentration trente fois inférieure à celle qui est basiquement proposée… » Peu ou pas d’effets secondaires, ni d’interaction médicamenteuse à craindre et une réelle facilité de prise, affirme Benoît Déprez. « Ni piqûre, ni besoin de l’aide d’un personnel soignant. »
      « Pris aux premiers symptômes de la maladie, ce médicament réduit la charge virale du porteur de la maladie, évite la contagion. Pris plus tard, il contrecarre ses formes graves. Son action est bien celle d’un anti-viral et non celle d’un anti-inflammatoire. »
      Le reste est tenu secret. « Nous ne pouvons donner son nom. Les stocks sont limités et nous avons besoin de réserves pour l’essai clinique. Nous souhaitons également éviter toute frénésie. Si cela fonctionne, sa production sera augmentée dans la sérénité et non sur la base d’une demande sauvage. » En cas de réussite, l’accès à ce traitement contre le coronavirus est prévu pour « début 2021 ».

    • On pouvait trouver dans la presse cette curieuse phraséologie, ci-dessous , dont je déduits (a) que l’ HCQ c’était pas si nul que cela (b) mais de mystérieux modèles complexes, c’est à dire qu’on est tous trop nuls pour qu’on nous explique, l’ont fait reculer face à cette non-moins mystérieuse molécule. Il est urgent , après avoir perdu 8 mois pour l’ HCQ, d’en perdre encore pas mal pour tester in vivo , les petits malins demandant juste un budget de 5 millions d’€ pour cela.
      https://www.20minutes.fr/lille/2873043-20200929-coronavirus-lille-institut-pasteur-estime-avoir-trouve-medicament-efficace-contre-covid-19?xtor=RSS-176
      « Une seule molécule a montré son efficience jusqu’au bout. Et ce n’est pas l’hydroxychloroquine. « Cette molécule est effectivement ressortie positive lors des premiers criblages, mais elle n’a pas résisté sur des modèles plus complexes, ce qui montre les limites de son efficacité clinique », poursuit-il. Quel est donc ce médicament miracle? Pour l’instant, son nom reste secret. « On veut éviter le marché parallèle et la maîtrise des stocks car c’est un médicament qui existe sur un petit marché actuellement ».
      Un test sur environ 2.000 molécules
      D’après les chercheurs, « le recul sur ce produit est suffisant pour savoir qu’il peut se montrer efficace avec la posologie normale administrée, aussi bien chez l’enfant que chez l’adulte. Et les alertes concernant les effets secondaires sont rares ».
      La stratégie de Pasteur, en collaboration avec les laboratoires d’Apteeus, spécialisés dans le repositionnement des médicaments, semble donc avoir payé. Ce projet de recherche consistait à tester environ 2.000 molécules pour trouver celles qui pourraient éventuellement servir de traitement, en attendant un éventuel vaccin.

      • La démarche est bonne, mais si in fine c’est 1/2 000, la pêche n’est pas terrible. Espérons que c’est la première, mais pas la seule.

  3. Bonsoir
    Et que penser de cette déclaration dans le JDD du 27 septembre
    Patrick Bouet, président de l’Ordre des médecins :
    La deuxième vague arrive plus vite que nous le redoutions. Cela suscite à la fois de l’inquiétude et de l’impatience. Mercredi, Olivier Véran a choisi un langage de vérité mais il n’est pas encore allé assez loin. Il n’a pas dit que, si rien ne change, dans trois à quatre semaines, la France va devoir affronter, pendant plusieurs longs mois d’automne et d’hiver, une épidémie généralisée sur tout son territoire, sans base arrière dans laquelle puiser des renforts humains, avec un système de santé incapable de répondre à toutes les sollicitations.
    On a peu entendu l’orde des médecins lorsque en mars le conseil aux malades du virus COVID était : restez chez vous avec un peu de doliprane et attendez de vous étouffer pour appeler les urgences (ou le 15 ou le SAMU …)

    • Que pensez de cette déclaration ?
      – Réponse A : Patrick Bouet, un nom à ajouter à la liste des responsables irresponsables (penser à écrire plus petit pour garder de la place) ;
      – Réponse B : Il est très très inquiet pour nous (mieux vaut prévenir que soigner, euh pardon guérir) ;
      – Réponse C : en réalité il travaille pour le Nouvel Ordre (des médecins) Mondial, à l’insu de son plein gré (ou pas, restons prudent) ;
      – Réponse D : sa belle-mère a survécu au confinement du printemps (sans commentaire).
      Vous avez toujours vos 3 jokers : le vote du Parlement, l’appel à un ami …de Jean-François Delfraissy et le 75-25 (enlever les réponses A, C et D)

      • Il n’a pas été brillant dans cette affaire. Refus dès les premières semaines d’une étude nationale en ambulatoire chez les confrères touchés, qui se voulait comparative HCQ ou rien. Pour lui c’était Doliprane et rien d’autre. Ensuite il a fait taire ceux qui voulaient communiquer les résultats de leur pratique. Atteinte à la liberté de prescription des médecins, c’est à dire à la liberté d’exercer : ce n’est pas un problème. Maintenant il commence à bouger, alertant sur la seconde vague, alors que personne n’en sait rien sur ce qui va se passer demain. Peut être que la solution à ses craintes, c’est traiter, et ça c’est le rôle des médecins.

        • Merci Docteur,
          N’étant ni médecin, ni conseiller des puissants, mais simple citoyen, je n’osais me prononcer.
          En revanche j’ai une longue pratique de la lecture/compréhension des statistiques, depuis leur « fabrication » jusqu’à leur interprétation et là j’avoue que parler de pagaille, le mot est faible ! mais miracle des chiffres : ils produisent une sidération d’autant plus bluffante auprès du grand public, qu’ils sont plus obscurs !
          construction des indicateurs ? séries temporelles ? ah vivent les discontinuités ! fausse précision des %, comparabilité internationale ? et comment décompte-t-on les cas « morts du covid » et morts avec covid ?
          Enfin, quid de la grippe saisonnière 2019-2020, disparue des radars ?
          Comment peut-on penser par soi-même ?

  4. cette tribune devait initialement paraître dans le Journal du Dimanche (JDD) ce 27 septembre 2020. Acceptée le samedi matin par le journaliste en charge de la rubrique « Tribune/Opinions », elle devait paraître intégralement sur le site Internet du journal et faire l’objet d’un article dans la version papier du lendemain. Le journaliste nous disait s’en féliciter car cela allait permettre un débat contradictoire avec d’autres opinions très alarmistes exprimées ce jour dans ce journal. A 16h, ce journaliste nous a pourtant prévenu que sa rédaction en chef interdisait la publication. Certitude de détenir soi-même la vérité ? Couardise ? Volonté de ne pas déplaire au gouvernement ? Nous ignorons les raisons de cette censure que personne n’a jugé utile (ou tout simplement courtois) de nous expliquer.
    https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/270920/il-est-urgent-de-changer-de-strategie-sanitaire-face-la-covid-19?userid=04075d3c-2632-42bb-a623-5d536219af5c

  5. Alors que la France pense fermeture des bars et restaurants ,masques en intérieurs et extérieurs , re confinement fin Décembre , etc .. pendant ce temps là en Suède Anders Tegnel ( Mr Covid) pense à autoriser les rassemblements de plus de 500 personnes alors que jusqu à présent c était 50 !.. Et toujours pas de masques !
    Ni en intérieur ni en extérieur !
    Écoles, restaurants, bars, musée etc etc toujours ouverts ..
    Bon baisers de Suède !

    • Et comme répondu à Mr Chamouard .En Chine la vie et l économie a repris comme avant d après mes contacts restés en Chine ..sans masques.
      Ils n’ont pas eu 72% de leur population qui « rêveraient » d un reconfinement .. n ayant pas le même système social que nous : assurance chômage etc etc ..ni les subventions d état !
      Bref !

    • Idem pour la Hollande qui n impose plus les masques depuis début septembre , ni à l extérieur ni à l intérieur sauf transport .. et les pays nordiques qui se demandent si ils n auraient pas du faire comme la Suède !! Et j ai des contacts aussi dans ces pays : Norvège ,Finlande , Hollande et Denmark …

      • Ah bon, ?
        Pourtant, les autres pays scandinaves qui ont confiné ont eu nettement moins de morts par habitant que la Suède.
        Par ailleurs je me demande si la vie normale en Suède n’est pas une vie confinée. Ca a l’air d’être moins convivial que l’Espagne ou l’Angleterre
        Je note aussi que selon les hollandais, le masque ne fonctionne que dans les transports ?

        • J’attends avec impatience votre comparaison et explication entre la mortalité entre l’Ile de France et PACA 2 régions qui ont confiné identiquement, non?

    • Les autres pays nordiques ont eu moins de morts mais leurs grandes ville ont une densité de population inférieure pour la plupart à Stockholm où l on a eu malheureusement la majorité des décès.. et ces pays ont aussi maintenant un nombre de positifs qui ne cesse de croître ce qui semble ne plus être le cas en Suède .De plus pour il faut arrêter avec les stéréotypes sur les pays nordiques comme la Suède .. Question convivialité ..ce n est qu un argument suggestif !
      La Suède de par son histoire ( famille Bernadotte ) est lié plus à la France que tous les autres pays nordiques .. et on y trouve certaines similarités .. sauf pour ce qui est de la gestion de cette crise !

    • Plusieurs indicateurs, y compris à Marseille, semblent montrer qu’on pourrait être sur le sommet de la seconde vague. Toutefois il ne faut pas juger sur si peu de jours, et tout est possible.

      • Un point est sûr : on finit de subir les conséquences du grand brassage estival, et pour le moment, il n’y a effectivement pas de quoi s’affoler. D’ailleurs, face à la maladie, faut-il jamais s’affoler ? Eh bien, malgré la litanie des médias et de la presse de caniveau, la réponse est « non ». Parce que ça ne sert à rien, sinon à aggraver les choses.
        L’affaire du confinement avant Noël est à mourir de rire. Deux prix Nobel d’économie, peut-être pompettes après un bon repas, pondent une tribune idiote que Le Monde s’empresse de publier. Aussitôt, c’est le buzz. Jusqu’à Olivier Véran qui se fend d’une réponse, alors qu’il dédaigne les médecins et les scientifiques qui ne pensent pas comme lui.
        Je lance un concours : trouver la proposition la plus farfelue qui puisse avoir les honneurs du Monde. Par exemple : porter le masque sur les yeux pour ne plus pouvoir lire des âneries pareilles.

        • C’est sûr que voir des idiots partout devient lassant à force. C’est donc qu’il y en a aussi dans le tas qui doivent être pompette.

    • Voici un tableau montrant l’évolution des réanimations pour les régions de France entre le 1er et le 26 Sept:
      https://covidminute.com/wp-content/uploads/2020/09/new-1.png
      On voit d’abord qu’il y a une grande disparité entre les régions ensuite qu’il ne s’agit pas de progressions exponentielles comme on l’entend souvent sur les médias, mais de progressions modérées et régulières, assez fortes pour l’Ile de France, PACA et Hauts de France. Espérons que ces courbes vont atteindre bientôt un plateau comme vous l’indiquez.

  6. Les personnes qui interviennent sur ce site et d’autres, en s’opposant aux doctrines officielles, ont forcément toutes de fortes personnalités. Soyons conscients que ceci favorise les heurts entre nous et tâchons de ne pas les prolonger. Il est normal que nous ne tombions pas d’accord sur tout.

    • Ce qui n’est pas normal, c’est de valider le propos d’un intervenant, et écrire que cet intervenant a dit l’exact contraire, mais c’est peut-être que le propos prêtait à confusion ou a été mal entendu ; c’est de lui reprocher des propos qu’il n’a pas même évoqués, mais c’est peut-être de l’inattention ou de l’emballement ; et c’est de lui suggérer d’aller voir ailleurs, mais c’est peut-être juste un coup de fatigue ou une maladresse.
      Avoir des désaccords est normal, mais restons corrects.

      • On se calme. « valider le propos d’un intervenant, et écrire que cet intervenant a dit l’exact contraire ». Je ne comprends rien au problème qui (semble) parti une remarque sur France Soir. Comme vous le dites, « peut-être que le propos prêtait à confusion ou a été mal entendu » (je ne sais pas lequel, mais cela ne m’intéresse pas). Je me suis toujours opposé à une censure, sauf 3 fois pour des propos insultants. Je me refuse à valider l’un ou l’autre quand deux personnes ne sont pas d’accord, sinon c’est prendre parti et tomber dans la pensée unique, la mienne. Je préfère le débat, c’est quasiment toujours le cas ici, sauf de rares exceptions, ce qui est normal, certains peuvent s’enflammer.
        Je vais vous donner un truc, ce que je fais moi. Quand je ne suis pas d’accord, je m’exprime et donne mon avis. Si on me répond, en principe je ne répond pas, car chacun a donné son avis, on s’arrête là, et les lecteurs prennent ce qu’ils veulent. Si on répond à une réponse, cela devient sans fin, inintéressant, polluant la lecture des débats. Et si exceptionnellement cela mérite une réponse, ce qui est possible, je reste uniquement factuel, dans le débat d’idées, sinon on sort du débat collectif pour tomber dans le pugilat verbal entre deux personnes, hors sujet et n’intéressant personne.
        Ne me répondez pas et passons à autre chose, sinon cela va lasser les autres. Cordialement.
        Pour info pour tous, je ne valide pas les commentaires, ils sont en ligne directement. Je peux en retirer un, mais si je vais sur le site, et je ne suis pas sur mon ordi toute la journée. Un commentaire à censurer peut ainsi rester quelques heures, entre deux consultations de ma part. Seul le premier commentaire m’est soumis à validation, après c’est automatique sans possibilité de contrôle de ma part, sauf à postériori.

  7. Non seulement nos politiciens et administrateurs sont incapables de gérer correctement des données et indicateurs mais en plus ils ont un problème avec la gestion des risques. Une personne raisonnable ne doit pas se focaliser sur un risque unique mais sur l’ensemble des risques et de leurs éventuelles contreparties bénéfiques. A quoi cela peut il servir de réduire un risque si ce faisant on en augmente un autre ? Et est il raisonnable de refuser de prendre un risque qui génère des effets bénéfiques faisant plus que le compenser ? La notion de risque est compliquée pour le commun des mortels et abordée le plus souvent plus sous l’angle émotionnel que sous l’angle rationnel. Il est regrettable que ceux qui devraient être des élites éclairées ne fassent pas plus d’efforts pédagogiques sur ce point plutôt que de jouer systématiquement sur l’émotionnel et l’irrationnel.
    https://jcbwordpresscom.wordpress.com/2020/09/26/covid-19-eloge-du-risque/

  8. Bonjour Dr Maudrux , vous et les lecteurs peuvent-ils m’éclairer sur l’interrogation suivante (je vais évoquer des chiffres/ordres de grandeurs , de mémoire, qui sont donc peut-être à corriger) :
    – au coeur de la crise en avril , on était proche de la catastrophe car il y avait moins de 5000 lits de réa en France.
    – le Pouvoir a annoncé qu’ils faisaient monter ce chiffre trop bas (bien plus bas qu’en Allemagne en tout cas) à toute vapeur, pour atteindre sous quelques semaines près de 14000 .
    Alors comment se fait-il qu’avec un nombre de malades graves certes un peu supérieur à juillet , mais infiniment plus bas qu’en avril, on nous explique que les lits de réa (même si on cape à 50% pour le seul Covid) sont proches de la saturation ?

    • Bonne question. Il y a toujours 5-6 000 lits de réanimation. Ce sont des lits dans des services ad hoc, équipés en matériel(respirateurs, pompes à seringues) et en personnel spécialisé. Cela n’a pas dû bouger. Par contre on peut rapidement transformer des unités d’hospitalisation en « réanimation Covid », à condition d’avoir le matériel : respirateurs récupérés dans les blocs et salles de réveil (pas toujours adapté), cela a même été fait chez les vétérinaires au plus fort de la crise. A l’époque on nous avait parlé de 10 000 respirateurs commandés et livrable mai-juin, ce qui peut faire passer les lits d’accueil de 5 à 10 000. Mais autant que je me souvienne, et plus personne ne parle de ces respirateurs, leurs qualités et fonctions semblaient être un loupé de plus. Il y a différents appareils allant du respirateur d’assistance (vous respirez vous-même et il vous fournit un débit d’oxygène d’appoint), et respirateur qui respire à votre place quand vous n’avez plus vos fonctions vitales, avec de multiple réglage : volume injecté, fréquence, pression, taux d’oxygène,…
      Donc oui notre capacité opérationnelle est la même qu’en mars, mais la mobilisable très rapidement doit bien être du double. Je suppose que les chiffres qu’on nous donne aujourd’hui, comme « lits de réa occupés à 60% », concerne le 5 000, vite extensibles en cas de besoin, car les 10 ou 12 000 sont des appoints provisoire, pas à comptabiliser comme vrais lits de réa.
      Je suppose aussi qu’en corrigeant les erreurs de réanimation du début, en ne ventilant plus en force des poumons non vascularisés, ce qui ne change rien au manque d’oxygène, mais en traitant la cause vasculaire et inflammatoire, le besoin de ventilation est moindre.

    • France Soir est un journal sans journaliste (les 4 derniers ont été licenciés en octobre 2019), une coquille vide, dont la société mère est spécialisée dans le contenu, les services financiers et le courtage en ligne. Dans le système de propagande en régime « démocratique », il s’agit d’un contre-feu, pour contrôler une antithèse à la version officielle.

      • Personnellement je ne regarde pas l’emballage, mais le contenu. Ils ont été à l’origine de nombre d’articles plus que remarquables sur le Covid, complets, documentés, clairs, illustrés. Dans l’affaire The Lancet, ils ont été les premiers voir les seuls à avoir creusé et tout trouvé sur l’origine des auteurs, comme personne ne l’a fait.
        Rien que dans le titre : « les chiffres finiront par dire la vérité » est une phrase pleine de bon sens et de sagesse. Des faits, rien que des faits, et vous n’êtes pas d’accord ? Alors attendons, vous verrez que demain les chiffres me donneront raison. J’ai tenu ce discours pendant plus de 20 ans sur les retraites et dans ma caisse. Les chiffres m’ont toujours donné raison, même si c’est plus tard, à postériori, mais ce n’est pas grave, il n’y a que la vérité qui compte.

        • La « vérité » est ailleurs. Vous êtes focalisé sur l’aspect sanitaire. Le problème n’est pas que France Soir ait raison (je suis du même avis que vous sur ce point), ni l’exactitude des faits (pareil). Le but est ailleurs et il est double : alimenter des débats qui divisent la population (pro/anti HCQ, masques, vaccins…) tout en éludant la vraie question (libertés vs totalitarisme). Encore une fois le problème de fond n’est pas sanitaire, le sanitaire est prétexte. Quand les gens se réveilleront (quand « les chiffres vous auront donné raison »), ce sera le signe qu’il est déjà trop tard.

          • Un peu pervers votre raisonnement !
            Selon vous donner des informations contraires aux informations officielles c’est alimenter le débat pour diviser la population ! donc il faudrait se taire et accepter n’importe quoi ?
            Je ne suis pas d’accord. Le sanitaire n’est certes qu’un élément parmi d’autres, mais cela ne justifie pas de ne pas le traiter !

          • Les débats anti/pro HCQ ont saturé l’espace public, par contre quasi rien sur la liberté de prescrire. CQFD.
            Aussi je ne dis pas qu’il ne faille pas traiter l’aspect sanitaire, tout a d’ailleurs été démontré, avec quel résultat, ne voyez-vous pas le passage en force de l’autorité ? je dis qu’il est, à la fois un prétexte pour mener vers une société totalitaire, et un écran de fumée.

          • Oui, la perversité est au centre des techniques de propagande et de manipulation des foules, qui étaient le sujet de mon intervention.

          • C’est vrai qu’il y a des manques, personne par exemple ne pointe du doigt le manque d’information sur le nombre d’amplification du test PCR qui conditionne le nombre de faux positifs qui peut monter jusqu’à 90%, et que donc on peut ajuster en fonction du nombre de positifs requis.
            Personne non plus ne pose de question sur les raisons réelles des hospitalisations actuelles. Un hospitalisé pour jambe cassée rentre dans un protocole covid s’il est positif même sans aucun symptôme, et avec l’incertitude dont je parle ci-dessus. Est-il comptabilisé comme hospitalisé covid ?

        • Pour le dire autrement, déjà aujourd’hui, des enfants enrhumés doivent produire un test négatif pour être acceptés à l’école, des entreprises conditionnent le retour de leurs employés au résultat des tests, des clubs sportifs mettent en place avec des fournisseurs de technologies et des laboratoires la sécurisation des données de résultat aux tests pour autoriser le public à entrer au stade. Quand demain vous aurez besoin d’un passeport santé numérique de vaccination pour faire, en gros tout ce qui est interdit aujourd’hui sans masque, sans test négatif (ça commence), à quoi cela vous servira t-il que les chiffres vous aient donné raison, à quoi cela vous servira t-il d’avoir démontré que HCQ soit efficace ?

          • Mon propos n’était que la défense de la qualité des articles de France Soir, je n’ai abordé aucun autre sujet.

          • Sipo, répéter en boucle que la crise est politique ne sert pas plus que tout le reste. Oui, elle est politique (les récents développements le démontrent) mais elle est aussi sanitaire. Si cet aspect ne vous intéresse pas, pourquoi fréquenter un site comme celui-ci ?
            Votre erreur, et elle est de taille, consiste à croire qu’il s’agit d’un débat pour ou contre l’HCQ, le confinement ou le masque. La vraie question, c’est « quelle prise en charge pour la médecine de demain » ? Et là, on retombe sur une thématique totalitaire. J’espère que le docteur Maudrux ne le prendra pas mal, mais un gros pourcentage de ses jeunes collègues n’ont plus aucune notion de ce qu’est une relation thérapeutique, avec tous les bienfaits qu’elle représente pour le patient. Car ce Big Brother dont vous parlez, en pointillés, il sera aussi et peut-être même avant tout sanitaire.
            Sinon, pour le combat idéologique (sous ma plume, ce n’est pas péjoratif), allez-vous colleter avec les commissaires politiques qui reviennent à la mode partout, de l’extrême droite à l’extrême gauche. Et évitez, s’il vous plaît, de descendre en flammes un article de France Soir qui témoigne d’un travail colossal. Avez-vous trouvé quelque chose à redire ? Si non, qu’importe qui l’a écrit et dans quelles circonstances ? Abonnez-vous au Monde, vous verrez ce qu’est le crétinisme pratiqué comme un art.
            Cordialement et en vous souhaitant un bon dimanche.

          • Il n’y a pas de raison que je le prenne mal. J’ai souvent exprimé ici mon inquiétude face à la tendance de la médecine aujourd’hui. De mon temps on interrogeait, on examinait, et on traitait parfois après des examens complémentaires si nécessaire. Aujourd’hui on fait des examens et on traite le résultat des examens. Le Covid et les tests en est un bel exemple. Si vous avez des inquiétudes, une suspicion, on ne vous dit pas allez voir votre médecin, on vous dit allez vous tester. Ensuite vous allez voir votre médecins pour qu’il traite le résultat de ce test. Il y a 30 ans on vous aurait dit : vous avez des problèmes ? Allez voir votre médecin, c’est lui qui décidera s’il faut tester ou non, traiter ou non. Le résultat des pratiques actuelles est visible ? La pagaille.

          • Eh bien ! Vous reprenez à votre compte le sens mon propos tout en disant qu’il est une erreur (?!). Vous me reprochez de descendre « votre » article en flamme, où ça ? Vous m’attribuez des propos idéologiques, lesquels ?
            Vous ne voulez-vous plus que j’intervienne librement sur ce blog ?

  9. UNE QUESTION : nous n’ entendons plus parler du tout de la situation en chine ……….
    Qu’ en est il ,???

    • Pas beaucoup d’infos ces dernières semaines, comme s’il n’y avait plus rien ou presque. Chaque fois qu’ils ont 3 cas dans une ville, ils confinent au maximum localement. Ce sont les seules infos.
      Officiellement 85 322 cas et 4 634 décès, soit quasi rien depuis mars-avril si ces chiffres sont bons.

    • D après mes contacts restés en Chine .. la vie a repris comme avant depuis un moment .. plus de masques depuis longtemps !!
      Leur économie a bien repris !
      Bref !

    • En même temps ils auraient fait un sondage ils n auraient pas eu 72% de la population qui rêverait d être à nouveau confiné .. tous les pays ne peuvent pas permettre à leur population le luxe d être payer à rester chez eux !

  10. Bonjour,
    Il me semble avoir vu quelque part que la CQ avait été utilisée pour traiter la grippe dans les années 1900.
    Avez vous des informations à ce sujet?

    • « Serait-ce pour faire croire que grâce à ces restrictions la situation s’améliore. » : j’y crois en effet au 1 er degré

  11. Brusque aggravation de l’épidémie ! Suite à la découverte de sept nouveaux clusters, particulièrement inquiétants, le gouvernement « serre la vis » comme l’écrivent des journaux dont le crétinisme n’est plus à démontrer. Dans les sept lieux en question, une mutation du virus a provoqué une véritable catastrophe : pas un candidat macroniste au second tour, et un « sortant » sorti. Selon Mme Lacombe, un vaccin devrait être bientôt trouver, mais le Pr Khan doute de son efficacité si on n’éradique pas d’abord la « raoultite chronique », un mal insidieux qui fait des ravages dans la population. Le Conseil Scientifique s’interroge, et nous tiendra au courant dès qu’il se sera répondu. Nathan Pfeiffer-Smadja, lui, promet une méta-analyse prouvant que les électeurs sont infectés par un agent pathogène venu de Russie (ou de Chine, il ne sait pas encore très bien).
    Face à cette menace, le Président et son Premier ministre envisagent de suspendre les élections jusqu’à nouvel ordre. Dans les milieux autorisés, on parle de 2027 voire 2032.
    Dormez en paix, citoyens.

    • Plus de précision, sur le site de la compagnie chargée de la collecte des données de santé, travaillant avec le fournisseur de technologie et l’Etat français https://www.openhealth.fr/media/22
      Ils sont prévoyants puisqu’en date du 19 avril 2020, ils précisent : (extrait) « Au-delà de la sortie de crise, le passeport immunologique sécurisé permettra de mieux anticiper l’avenir et d’être armé pour gérer une nouvelle vague ou une réapparition saisonnière de l’épidémie. C’est aussi le socle d’un futur carnet digital sécurisé de vaccination. »
      Rappel : Macron parlait déjà de deuxième vague dans son discours du 13 mars.

      • Cela permettrait-il de mieux comprendre l’intérêt du théâtre médiatico-politico-scientifique pour la deuxième vague et les tests de masse ? Le traçage/surveillance/contrôle numérique des populations (et la 5G qui va avec) est bien plus efficace pour lutter contre le virus que HCQ. Et alors « sauver mémé » est juste une idée à mettre dans les têtes et COVID-19, le nom de code de l’opération qui nous mène tout droit au « jour d’après ». Pour s’autoriser à penser que nos élites ne sont pas qu’incompétentes, faut-il commencer à raisonner soi-même avec cynisme ?

  12. La critique est facile, l’art est difficile
    Gouverner, ça n’est pas prévoir, c’est essayer de prévoir ce qui est très different
    Les députés des années 20 ont décidé la ligne maginot
    De gaulle n’avait pas prévu mai 68
    Un expert de Marseille avait prévu une petite grippette, la fin de l’épidémie en mai,et un effet spectaculaire de la chloroquine
    Tous les gouvernements ont été critiqués lors cette épidémie, sauf en Suède malgré le nombre de morts et en Coree du Nord
    Je suppose que critiquer apaise,cela conforte l’idée que les catastrophes sont évitables et qu’on aurait fait soit même beaucoup mieux si on avait été au pouvoir
    J’avoue avoir une admiration pour le civisme suédois,

    • – ligne Maginot: on avait pas prévu que les blindés allemands franchiraient les Ardennes, à un endroit non fortifié
      – de Gaulle: OK pour 68, mais il avait essayé de prévoir en Juin 40 que la guerre n’était pas perdue
      – Raoult: il n’est pas le seul à s’être trompé dans certaines déclarations, en revanche il a essayé de prévoir une prise en charge la plus efficace possible dès le début de l’épidémie, en faisant appel notamment aux labos vétérinaires pour les produits nécessaires aux tests,
      – Suède: est-ce que les autorités avaient prévu qu’ils pourraient gérer l’épidémie sans confinement en faisant confiance au sens civique des suédois, qui se sont en effet auto-confinés et ont effet fait preuve d’un sens civique remarquable ?
      Personne n’est parfait et la critique n’est pas seulement faite pour apaiser mais elle est nécessaire pour identifier les failles d’une politique et mener les actions correctives indispensables.

      • S’enfermer dans son habitation, ce qu’on appelle donc le « confinement », est la meilleure façon d’attraper une infection respiratoire. J’espère que tous les médecins savent cette chose élémentaire, sinon, ça craint…

        • Je confirme. Parti en vacances, sur les routes, hôtels, campagne, plus de signe d’asthme.
          De retour au domicile, le mucosités repartent.

      • Raoult ne s’est pas trompé, c’est tout simplement un de ces mandarins à l’optimisme chevillé au corps qui fonctionne à l’espoir. J’en ai connu un ou deux, ce sont des gens extraordinaires. (Prothèse du genoux de mon père. Son chirurgien lui promet qu’il sortira en marchant trois jours après l’opération. Au bout de trois mois de rééducation, mobilité retrouvée pour mon cher papa. Le toubib avait raison : s’il avait su la vérité, il ne se serait jamais fait opérer.) La différence, c’est que Raoult, pendant qu’il « fanfaronnait », se préparait (avec tout son IHU derrière) dès février à affronter une épidémie. Les autres fanfaronnaient pour de bon, et en mars, ils n’avaient ni masques, ni tests ni traitements ni idées. Un jour, il faudra que la vérité soit établi. D’autant plus que ces gens sont en train de créer de toutes pièces une deuxième vague psychotique.

    • Le civisme suédois vient du fait que leur gouvernement et surtout leurs médias et leurs scientifiques respectent la population : ils n ont pas essayer de manipuler l opinion , ils relatent les faits sur la Covid19 , ils ne critiquent pas les autres pays ; ils ont proposé des solutions qui semblaient faisable sur le long terme; ils reconnaissent leurs erreurs et essaient de s améliorer etc etc .. le problème en France ne vient pas forcément de la population !!

    • Ce genre de propos commence à m’agacer sérieusement.
      Il faut arrêter de chercher des excuses au gouvernement ! Il ne s’agit pas de prévoir, il ne s’agit pas d’erreurs commises sur un nouvel évènement, d’hésitations normales, il s’agit de décisions prises volontairement en toute connaissance de cause.
      Le passage sans aucune justification de la chloroquine, médicament utilisé en masse depuis 70 ans en ventre libre, en substance vénéneuse c’est volontaire.
      L’interdiction faite aux médecins de prescrire cette chloroquine, c’est volontaire.
      L’interdiction faite aux médecins de prescrire l’azithromycine après que le docteur Erbstein ait informé avoir obtenu des résultats spectaculaires, c’est volontaire.
      L’obligation de ne prescrire que du paracétamol c’est volontaire.
      Le dénigrement du protocole Raoult qui a largement fait les preuves de son efficacité, c’est volontaire.
      La mise à l’écart de tous les médecins même les plus illustres qui ne vont pas dans le sens voulu, au profit de ceux qui sont liés aux laboratoires pharmaceutiques, c’est volontaire.
      Le blocage de tout achat et vente des masques et autres équipements médicaux en mars avril, alors que les professionnels de santé en manquaient, c’est volontaire.
      Le passage quasi systématique en cas covid de malades qui ont d’autres pathologies, c’est volontaire.
      La multiplication des tests PCR sans donner le nombre de cycles d’amplification qui s’il est trop élevé peut donner 90% de faux positifs c’est volontaire.
      L’utilisation du résultat de ces tests à la place des hospitalisations pour calculer le taux d’incidence, c’est volontaire.
      Il faut arrêter de faire l’autruche. Le gouvernement a tout fait pour que cela se passe mal.
      La seule question est : pourquoi ?

      • Dans la vie, je vois 3 catégories de personnes : il y a les insoumis qui gueulent, racontent n’importe quoi par ignorance voulant le beurre et l’argent (gratuit) du beurre ; il y a les insoumis qui se renseignent, réfléchissent et veulent que l’on fasse les choses comme il faut ; et il y a les soumis.

  13. Le problème est que tout le monde constate que ceux qui dirigent sont des incompétents.
    Ca serait l’office du tourisme de Trifoullis ça ne serait pas grave, là c’est la santé

  14. « L’épidémie était d’une gravité très ordinaire, c’est en toute connaissance de cause que le gouvernement l’a présentée comme une pandémie effroyable et qu’il a pris toutes dispositions pour empêcher les entreprises de travailler. »
    Une analyse intéressante de la « pagaille » covid 19 publiée par Bernard Beauzamy:
    http://scmsa.eu/archives/lettre91.pdf

    • Cette annonce sur le Remdesivir a de quoi surprendre: la HAS était sur le point de donner un avis favorable pour son remboursement (rappel: ce traitement est vendu 2000 euros) alors que GILEAD a retiré sa demande de remboursement ! Cette annonce indique aussi qu’il y encore beaucoup d’incertitudes sur l’efficacité et la tolérance de cette molécule (en particulier pas d’impact sur la charge virale), mais que l’on attend les résultats d’une étude américaine sur la mortalité à 28 jours….Par ailleurs je crois que dans Discovery, le « bras » Remdesivir (le seul encore actif) n’a pas été arrêté, si c’est pas mieux ou pire qu’un placebo, quel intérêt ?
      Cher Dr Maudrux pouvez-vous nous éclairer sur cet imbroglio ?

      • Le Remdesivir a obtenu une AMM conditionnelle de l’Agence Européenne du médicament le 3 juillet. Les 8 et 22 juillet, la commission de la transparence de la HAS a étudié le dossier, émettant un avis favorable bien que constatant un « service médical rendu faible » (notamment aucun effet sur la mortalité), limitant son indication qu’à quelques situations (uniquement patients nécessitant une faible oxygénation). La HAS a invité Gilead à une audition contradictoire prévue devant la commission, avec demande de compléments.
        Gilead a retiré sa demande de remboursement la veille de la réunion, la HAS précise que par ailleurs ils n’ont pas transmis les données qui auraient permis à la commission économique et de santé publique (CEESP) d’« évaluer son efficience dans l’indication revendiquée », regrettant également « l’absence de démonstration de son impact sur la charge virale ».
        Yazdan Yazdanpanah (membre de la commission, acteur Discovery, Hop Bichat) a dit devant le Sénat le 15 septembre qu’ « il y a eu quatre essais cliniques internationaux sur le remdesivir, aucun ne nous montre vraiment que ce traitement est efficace ».
        Gilead a estimé que les conditions proposées pour le remboursement, en attendant plus d’études pour l’élargir, étaient trop restrictives et qu’il n’était donc pas intéressant à commercialiser dans ces conditions.

        • OK merci pour ces rappels et la position de Gilead qui préfère abandonner cette piste pour des raisons purement économiques, ce qui peut à la limite se comprendre. Mais ce qui est inadmissible c’est leur refus de communiquer à la HAS leurs données pour évaluation. Je me demande si c’est vraiment « fin de partie » pour le Remdesivir, quand on voit qu’aux Etats-Unis il est toujours soutenu par la FDA.

          • C’est sans doute difficile de faire la différence entre Pas efficace et Peu efficace

  15. Ah Messieurs, qu’il est plaisant et réconfortant de vous lire. Votre lucidité collective est un remède contre le désespoir. Non, tous les humains ne sont pas des abrutis, enfin pas tous encore en tout cas;
    A vous lire, M. Maudrux en premier bien entendu.

  16. Gonfler artificiellement le nombre de morts, ne pas préconiser le masque quand il est nécessaire, laisser mourir nos aînés dans les Ephad, entretenir la peur et obliger au port du masque alors que l épidémie est finie etc etc, ne croyez pas que C est la pagaille, cela fait partie de quelque-chose de voulu et d organisé pour que la population apeurée se jette sur le 1er vaccin qui sera disponible et en redemandé encore….

  17. Je serai curieux de savoir si CASTEIX et Prudhomme ont pris un traitement ? type hexachlororoquine ?…..pour faire partie des statistiques !

  18. Alors, complot ou pagaille ? Sans vouloir trancher, même si j’ai ma petite idée, disons que des complotistes si nuls ont peu de chance d’aller bien loin.
    Un exemple ? Pour samedi, Santé Publique France annonce près de 200 morts. Tout compte fait, il y en a une trentaine, les autres étant le rattrapage pour tout l’été d’un seul hôpital. Dimanche, badaboum, c’est le drame ! La même institution annonce 312 morts. Hum.. euh… non, c’est 12, on s’est trompé sur les centaines…
    Complotisme ou pure ânerie ? Comme pour expier la catastrophe du mois de mars, Véran et Cie se lancent dans une politique de tests à tout va. Un mois et quelque après, c’est l’explosion, le débordement et tout ce qui s’ensuit. (Nous avons tous des remontées hallucinantes.) Devant les labos, dans les files d’attente, on voit une majorité de jeunes gens bien droits et minces comme des lianes. Que fichent-ils là ?
    Complotisme ou pagaille ?
    En plus d’un coût faramineux, la testomania provoque des retards dans le rendu des résultats, conduit à des tests réalisés à la chaîne (et donc entachés de faux positifs ou négatifs) et, avec la logique délirante des cas contacts, génère un bordel (qu’on me pardonne le terme) comme on n’en a jamais vu.
    Pagaille ou complotisme ?
    S’avisant que les règles appliquées aux écoles conduiraient à des fermetures quasi totales (ce qu’un enfant de six ans aurait pu anticiper), nos génies chamboulent toutes les consignes quinze jours après les avoir données.
    On pourrait continuer, mais j’ai piscine.
    Bonne journée à tous.

    • La question à laquelle vous répondez doit se poser différemment : la situation actuelle est-elle le fruit d’un complot, c’est-à-dire d’une volonté intelligente, ou est-elle le fruit de l’incompétence ? Le terme « pagaille » prêtera à confusion, car on l’emploie usuellement pour qualifier un état résultant d’un manque d’intelligence, toutefois rien n’empêche de penser qu’une pagaille soit volontairement encouragée, ou qu’elle prenne sens comme forme mineure d’un schéma plus global, ce qui nous ramène à l’intentionnalité, au complot. Vos exemples, comme vous le dites, ne tranchent rien, ils peuvent s’expliquer autant par l’une que par l’autre des deux hypothèses. La piste qui favorise l’hypothèse de l’intelligence, c’est ce qui nous est désigné comme les « théories du complot ». Le « complotisme » est une création sémantique, un néologisme à connotation négative désignant les personnes montrant de l’intérêt pour cette approche. Aussi, la situation actuelle n’est pas caractérisée que par la « pagaille », il y a aussi l’accumulation de mesures liberticides et répressives impactant à la fois les sphères sanitaire, économique et personnelle, la nature de la communication officielle qui, si on veut l’analyser, pose par ailleurs la question de la croyance en l’efficacité de la propagande y compris sur soi-même, ou encore la globalisation de ces phénomènes à différents pays au-delà de leurs particularités respectives.
      Entre intelligence et incompétence, rien n’est démontrable, les faits sont interprétables, c’est une question d’opinion.

  19. Soit les masques sont plus ou moins efficaces selon leur(s) matière(s) constitutive(s) et/ou leur mode de fabrication, alors que les versions Septembre 2020 du sras cov 2 chinois de Novembre sont nanoscopiques, soit ils sont plutôt performants et dans ce cas vous inspirez une partie de l’air carboné que vous venez juste d’expirer , ce qui très vite nuit à vos poumons

    Vrai ou faux ?

  20. Désolé, mais le terme de « pagaille » est impropre. La pagaille c’est brownien, ça part dans tous les sens.

    Or ce que nous vivons est au contraire parfaitement… orienté. Dans un seul sens, et ce manière continue, obstinée depuis janvier.

    Celui de terroriser la population et de maintenir la fiction couillonavirale (le « pourquoi » demeurant bien entendu la vraie question).

    Au bout de 8 mois de covidémence, et alors que tout continue et même empire… il n’est plus possible d’invoquer la « pagaille », les « erreurs », les « on ne savait pas », « pas assez de données », etc.

    Je sais qu’il est très difficile de franchir ces derniers « mètres » : mais la « pagaille » est en réalité un plan, organisé, cohérent, continu dans sa mise en oeuvre. Et j’ajoute : global (tout l’Occident, à quelques exceptions près).

  21. A propos de la pagaille administrée, on peut considérer les conséquences pratiques (hors économie):
    A la date de dimanche 20 septembre, selon https://www.worldometers.info/coronavirus/
    1)
    – Dans le monde on déplore 962 000 décès pour 7.8 milliards d’habitants soit 110 décès par millions d’hab
    – En France nous avons 31274 décés pour 65.3 millions d’hab soit 480 décès par millions d’habitants.
    Relativement à un terrien lambda les Français ont donc 480/110 = 4.4 fois plus de risque de décès.

    2)
    Toutefois l’épidémie ne frappe pas tous les pays de la même façon ni à la même date, il est plus raisonnable de considérer également le ratio des décès relativement aux personnes malades du covid 19.
    Dans le monde on déplore 962 000 décès pour 310 millions de malades : soit un taux de 3.1% de décès .
    En France on déplore 31274 décès pour 442194 « cas confirmés » soit un taux de 7.1% de décès.
    On constate donc que si la France était dans la moyenne mondiale, nous aurions à déplorer 442194 * 3.1% = 13713 décès seulement et non pas 31274. Soit tout de même 17561 décès en moins.

    3)
    Le gouvernement favorise (actuellement) des test fort nombreux, parfois peu pertinents, souvent inexacts (faux positif).
    Notons que ceci a aussi pour effet d’augmenter le dénominateur (442194) du ratio décès/malades, si bien que cela fait baisser le taux 31274/442194 = 7.1% (il valait autour de 13% en mai) .
    Ainsi, sur ce point particulier des tests, la désorganisation/maladresse /incompétence apparente du gouvernement possède au moins un résultat positif pour le même gouvernement: il atténue le coté très défavorable de la comparaison Monde (3.1%) versus France (7.1%).

  22. Cher Docteur 20 / 20 pour preuve nos textes sans cohérence, écrits à la va-vite, dans une langue approximative: l’époque des grands juristes est derrière nous: le droit ancien est coutumier et se rigidifie tardivement: au XIX° siècle TROPLONG commente magistralement L’excés de droit de tue le droit CARBONIER : la chirurgie juridique s impose face à l anarchie de la pensée car c est bien un problème de fond et non de forme !!!!! Nos anciens Mai^tres avaient le goût de l’excellence juridique ! Période révolue ????? vous avez posé le diagnostic Quid de la thérapie ! R GAUTHIER COLLESSON Docteur en droit Ingénieur Economiste

    • Je n’ai pas encore posé le diagnostic. C’est un billet amusant qui me trotte dans la tête depuis quelques mois, il faut que je m’y mette.

  23. Juste une question à ceux qui pourraient avoir la réponse. Un patient rentre à l’hôpital pour une opération qui n’a rien à voir avec le covid, mais il est testé positif. Est-ce qu’il rentre dans les statistiques comme hospitalisé (pour) covid ? retirer le pour est bien pratique.

    • Et je rajouterai : est il vrai que les hôpitaux qui soignent des patients déclarés Covid ( malade « de » ou « « avec ») touchent des primes ? :1500€ par patient (?) ..
      Par avance merci pour vos informations

  24. Cet article est tellement clair sur cette pagaille gesticulatoire.
    Pauvre de nous on va encore déguster car le gouvernement ne voudra pas se déjuger de toutes les erreurs commises. Que faire sinon rester bien calme et ne pas relayer la peur.

  25. Consternant, même bilan que celui de Christian Peronne !

    Et pour nous rassurer, n’oublions pas que dans tous les domaines, économiques, politique étrangère nous avons les mêmes méthodes de gouvernement !

  26. Comme on ne peut croire que cette pagaille ne soit pas organisée, il reste à s’interroger, comme Jean-François Toussaint, sur les objectifs politiques poursuivis.

    • Je suis persuadé qu’il n’y a aucune démarche volontariste… Cela demanderait de l’intelligence. Et là, il n’y en a pas sinon il n’y aurait pas de pagaille…

      • Vous juxtaposer deux postulats contradictoires :
        1) Pas de pagaille organisée sans intelligence
        2) Il n’y aurait pas de pagaille s’il y avait de l’intelligence

  27. Bravo pour cette excellent article
    Malheureusement les erreurs se poursuivent:
    Un élément à charge en plus sur la pénurie de masque: organisée?https://m.youtube.com/watch?feature=emb_title&v=7D-
    Le médecins généralistes sont toujours autant disqualifiés puisque les patients positifs vont toujours A l’hôpital et non chez eux
    Enfin je suis surprise de la désinformation des médecins : mes ex confrères dermato ( puisque je suis retraitée) n’avaient pas eu vent des possibilités du Stromectol … L’article du jama sur les critères décisionnels à ete qualifie sur un autre forum D' »article de merde » par un défenseur de saint random
    Bref rien n’est fait pour faire avancer les choses sauf à terroriser le bon peuple et en particulier les 4 éme age

  28. La machine médico-administrative est devenue totalement folle. Un emballement qui mène à une anarchie totale dans le dispositif, mais qui sert de paravent à des mesures politiques coercitives de plus en plus drastiques. Qui peut prévoir jusqu’où ira ce délire ?

    • En tout cas, Emmanuel Macron, et tous les gouvernements des pays adoptant les mêmes politiques, semblent le savoir. Rappel d’un extrait de son discours du 16 mars 2020 : « le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour au jour d’avant ».

    • Ce délire indigne et consternant ne peut s’interrompre sans violence probablement, et ne met-il pas en valeur la déliquescence de notre société post moderne, mortellement engluée dans son individualisme arrogant et galopant, comme dans sa course technologique incontrôlable.
      Gouverner demande de valoriser et promouvoir de vraies valeurs qui élèvent l’humanité, et non celles qui en font une voyoucratie.

  29. But des tests massifs :
    1) Constituer le fichier génétique de la population ;
    2) Alimenter la propagande de la peur par des chiffres de contamination ;
    3) Transférer des fonds publics dans des comptes privées.

  30. Dans l’administration il y a un mot pour décrire cela, la « gesticulation ».
    La gesticulation comme son nom l’indique consiste à gesticuler pour faire croire que l’on traite un problème mais en réalité on ne fait rien. Je le tiens d’un haut-fonctionnaire trésorier payeur général (TPG). Edgard Faure disait en parlant de l’administration il n’y a pas de problème que l’absence de solution finisse par résoudre.

  31. Merci M. Maudrux pour ce billet.
    Il serait légitime de se poser la question si dans « ce pouvoir », c’est à dire ce gouvernement et tous les conseillers, il y en un, une de lucide et qui comprenne la situation ?? et  » l’opposition  » est totalement transparente…

    Mais depuis 8 mois, toutes les erreurs ont été commises, confirmées et validées, il est donc probable que situation (regrettable) perdure!

  32. Merci,
    C’est un constat que j’ai fait depuis le début de cette crise dite sanitaire mais qui se révèle au fil des jours n’être que le faux nez d’une réelle crise économique
    Un conseil dit « scientifique » qui n’est là que pour avaliser les décisions prises par le système politique et qui n’a de conseil que le nom.
    Ce gouvernement n’existe que par la peur et la psychose et les choses vont perdurer encore pendant un an …. ensuite il y aura les présidentielles …

    • C’est ici:
      https://www.youtube.com/watch?v=9j_hWIJ-Kps&feature=emb_logo
      Toutefois, une bouffée qui dure depuis 8 mois (c’est long), peut aussi s’interpréter comme du pâté d’alouette:
      – un cheval incompétence et une haridelle de suffisance (qualités usuelles des énarques)
      – une demi alouette de gens qui causent/pérorent dans le poste ( ‘perroristes’ de la TV)
      -une demi alouette d’écologie bobo (limiter l’expansion économique et ‘sauver la planète’)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Dr Maudrux ne répondra pas aux commentaires anonymes.