74

PARIS-MARSEILLE 1-0 : erreurs d’arbitrage

A propos des mesures de restriction dues au Covid, Marseille crie au scandale et à l’inégalité de traitement avec Paris. Qu’en est-il réellement ? Encore une fois, comme pour le Lancetgate, notre Ministre est parti au quart de tour, sans réfléchir, sans regarder les faits, visant particulièrement Marseille, et on peut se demander pour quelle raison si elle n’est pas justifiée épidémiologiquement.

Quand le Ministre a pris sa décision de durcir les conditions à Marseille, sans aucune concertation et sans prévenir localement, j’avais écrit ici qu’il n’y avait pas d’urgence en raison d’indicateurs semblant montrer que la situation à Marseille s’orientait vers la décrue, permettant d’attendre quelques jours pour voir si cela se confirmait.

Pour comprendre le problème qui met en colère les marseillais, une courbe suffit, l’erreur et l’inégalité de traitement sautent aux yeux :

Pour information, le taux d’incidence est le premier indicateur observé par les autorités pour déterminer si oui ou non un département doit être placé en zone rouge. Avec les taux de positivité, de reproduction et d’occupation des lits de réanimation, c’est un des quatre indicateurs épidémiologiques surveillés par les autorités pour suivre l’évolution de l’épidémie. Il indique le nombre de personnes testées positives, rapporté à la population pour 100.000 habitants. 10/100 000 est le seuil de vigilance, 50 le seuil d’alerte. 

Au vu de cette courbe, le problème à Paris est bien plus gênant qu’à Marseille : taux plus élevé, et en ascension, alors qu’à Marseille il est moins élevé et en décrue. Alors pourquoi cette décision si sa motivation n’est pas justifiée épidémiologiquement ? Qu’est-ce qu’il y a à Marseille qui irrite à ce point le Ministre, pour vouloir faire croire que la situation y est pire qu’ailleurs ?

A propos de ces courbes, un article très documenté de France Soir (comme toujours) semblant montrer qu’elles sont trafiquées. Je ne sais s’il faut tomber dans le complotisme, vrai ou faux, ou évoquer un changement de mode de calcul (pas la première fois).

Autre arbitrage surprenant : les restaurants ! D’après le Ministre, il semble évident que c’est dans les restaurants (et les piscines) que l’on attrape le plus le Covid. Pour les piscines, un maire interviewé il y a 3 jours, disait qu’en 8 jours, il a reçu 4 ordres et contre-ordres : fermer, ouvrir, fermer, ouvrir,… Pour les restaurants, voyons, toujours source officielle, où on attrape le plus le Covid (désolé pour le Le, virus est masculin, bactérie féminin, et on dis encore le virus, le coronavirus, et l’Académie est tout aussi bonne en médecine que nos élus).

Sur 2 328 clusters recensés au 14 septembre, fermés et actifs, 50 sont nés dans des restaurants. Là encore, les chiffres se passent de commentaires.

Enfin, encore un petit arbitrage inégalitaire du Ministère de la Santé : on ne fournira plus de masques aux professionnels de santé libéraux, qui devront constituer 3 semaines de stock. Question : est-ce que les infirmières et les médecins dans les hôpitaux seront obligés d’acheter leurs masques pour se protéger et protéger leurs patients du Covid ? On est toujours dans le même esprit : l’hôpital, rien que l’hôpital, toujours l’hôpital. Notre général qui fait la guerre au Covid a une stratégie surprenante : la première ligne non armée, la seconde armée. L’explication est très simple : comptez le nombre de polytechniciens, école militaire, au ministère de la santé, chez le premier ministre et à l’Elysée, et comparez avec le nombre d’énarques. Le rapport doit être inférieur à 1%, alors ne vous étonnez pas que l’on perde toutes les guerres.

Pour terminer, la dernière fois je n’ai pu m’empêcher de glisser une petite vidéo sur le Ministre et le port de la ceinture, cette fois c’est un article. L’accumulation des gaffes commence à devenir sérieuse.  Le Ministre qui interdit les traitements pour le Covid, a fait un courrier le 30 novembre 2012 à MST pour demander de financer un essai clinique sur l’efficacité des antibiotiques pour l’autisme ( !! ). Cette lettre est sortie par les confrères qui sont poursuivis au pénal pour… prescriptions jugées dangereuses d’anti-infectieux contre l’autisme. Voici l’article.

Gérard Maudrux

Gérard Maudrux

74 Commentaires

  1. Pas de majuscule à « ministre », svp. Ce n’est pas un nom propre. N’entretenons pas leur Vanité !

    • Je ne sais jamais s’il faut en mettre un ou non comme à Président (qui n’est pas un nom propre non plus). Je dois en mettre une fois sur 2. JE vais essayer de retenir la leçon. Merci.

  2. @ A Villard, JE et Bertrand L, tout d’abord merci pour ces infos toutes fraiches. France Soir qui creuse toujours loin avec des spécialistes plus compétents que nous arrive aux mêmes conclusions que Raoult, début d’efficacité de HCQ, avec arrêt prématuré dénaturant le résultat final rendant l’ensemble discutable pour les uns et les autres, on est toujours dans la confusion et le doute organisé. Ils ne comprennent pas plus que nous ces couleurs, avec un indice de 1 à 7 ou 8 ou de 8 ou 7 à 1. Apparemment courbes données sans légende.
    En réfléchissant logiquement, avec le groupe témoin et les 2 catégorie cas modérés et graves, plus c’est vert, moins il y a de troubles, plus c’est rouge, plus c’est grave. Donc 7 = décès, 1 sans doute guéris. Premier constat : L+R+Interféron = danger, 2 fois plus de morts que dans le groupe témoin. HCQ : rien sur la mortalité et sévérité des troubles dans les cas modérés, mais amélioration des cas les plus légers, par contre forte diminution de la mortalité dans les affections sévères à 15 ou 28 jours par rapport au groupe témoin, alors que les autres bras font le contraire. Pas très logique ne ce qui concerne les indications de HCQ, mais est-ce ce résultat qui fait que l’on ne publie pas ? Il y a certainement une raison. Il faudra bien qu’ils publient un jour, cela commence à fuiter et c’est sans doute pas fini. J’avais écrit il y a quelques temps qu’ils devaient essayer de triturer les chiffres dans tous les sens pour arriver à un résultat qui leur convienne, et ils ne semblent pas y arriver. Ceci dit, que vaut une étude de ce type avec un bras de 150 HCQ, face à 3 000 en observationnel ?
    PS : Vu le résultat contraire à ce qu’on à dit de HCQ jusqu’à ce jour en milieu hospitalier, et bien que cette info soit reprise par nombre de spécialistes, personnellement je n’exclus pas un fake.

    • Suite au tweet de Raoult, il y a une cascade de tweets qui comme dab varient entre les injures et les ovations. Mais une discussion, qui me semble intéressante, concerne, en plus de l’OR (Odd Ratio) les valeurs de la probabilité p indiquées dans le tableau. Pour HCQ la tendance était favorable puisque:
      p=0,742 à J15 => probabilité de 74,2 % que le résultat soit du au hasard
      p=0,395 à J29 => probabilité de 39,5 % que le résultat soit du au hasard
      Ce n’était pas encore significatif mais Il n’y avait donc aucune raison objective pour arrêter le bras HCQ !

      • j’ai trouvé quelques arguments (rapportés sur tweeter, mais sans en donner l’auteur) justifiant l’arrêt du bras HCQ :
         » – l’OR correspond à une amélioration sur l’échelle de 7 points (pas seulement sur la mortalité)
        – l’analyse principale devait inclure au moins 600 sujets en ciblant un OR > 1,5
        – il était convenu de stopper un bras si une analyse intermédiaire montrait qu’il y avait peu de chance pour que l’OR soit > 1,25
        – à J15 (choisi pour l’analyse principale) l’OR était < 1
        – à J29 (analyse intermédiaire) OR =1,2, inférieur à 1,25 "
        Il manquait donc 0,05 point à J29 (on avait atteint 96% de la limite) pour que le bras HCQ soit continué !
        Il y a beaucoup de choses à éclaircir !

        • à noter que dans une situation similaire, le bras Remdesivir de Discovery avait été poursuivi pour éviter toute perte de chance ! (dixit le Pr Lina devant la Commission du Sénat)

      • Oui, j’ai aussi entendu Raoult sur cette affaire Discovery. Malheureusement je doute qu’il y ait beaucoup de journalistes qui suivent ses conseils pour aller enquêter sur les détails des essais qui ont eu lieu, notamment pour l’HCQ et le Remdesivir. Pour l’instant je n’ai vu que France-Soir rebondir sur le tweet de Raoult montrant ce graphique qui devra bien un être expliqué un jour par les responsables de Discovery, qui pour l’instant ne sont pas trop loquaces….

    • Si c’est vrai (cela doit l’être puisque ce sont les chiffres de Discovery), c’est énorme. Cela ne m’étonne pas, c’est le comportement de nos autorités politiques et médicales depuis le début. Si on peut critiquer parfois celui de Raoult, son objectif, c’est soigner, alors que celui des autres, c’est ne pas soigner.

      • Je viens de voir ce tableau dans une présentation de Nathan Peiffer-Smadja, mise dans un tweet du 3/10:
        https://twitter.com/nathanpsmad/status/1312449571155451904/photo/1
        Pour rappel Nathan Peiffer-Smadja est l’un des co-auteurs d’une méta-analyse faite contre l’HCQ. A-t-il bien lu ce tableau qui indique un Odd Ratio=1.2 pour HCQ à J29 ? C’était le seul traitement qui obtenait un score supérieur à 1 pour OR. Dans le texte du tableau on lit qu’un traitement est favorable lorsque OR est > 1. (mais quid des p-value ?) Alors comme je ne suis pas expert en statistiques/proba des essais cliniques, je me demande ce qu’il faut vraiment en penser ?

        • ps: pour voir le tableau il faut aller le chercher dans le thread du tweet de Nathan PS, en sixième position

        • Ils sont 2 à donner un résultat contraire sur le même tableau et les mêmes chiffres. S’il faut un score > 1 je suis, mais que veulent dire les couleurs ?

          • Je me demande aussi à à quoi correspondent ces couleurs codées de 1 à 7. On peut voir qu’entre J15 et J29 les zones vertes augmentent et que les zones rouges diminuent. Il s’agit peut-être d’un niveau de sévérité de la maladie (par rapport à charge virale par ex) ?

          • Vert (1) = pas grave
            Rouge foncé (7) = décès
            C’est la seule possibilité. Sinon, les formes légères de la maladie auraient tué beaucoup plus que les formes graves. (Voir légendes : « moderate disease » « severe disease ». ) Ce qui rend le tableau incompréhensible, c’est qu’on l’ait entouré de rouge sur un plan vertical (qui ne compare rien à rien) et non sur un plan horizontal, qui est la bonne façon de lire le tableau. Celui qui a cerclé de rouge est soit un crétin soit un malhonnête. En l’état, ce tableau veut bien dire que l’HCQ (même seule et administrée en dépit du bon sens) avait les meilleurs résultats au moment où… on l’a arrêté. Je me doutais du coup depuis le mois de mai, quand les résultats n’ont pas été publiés.
            Maintenant, il y aura toujours des gens (Décodeurs du Monde, experts de plateau TV) pour dire que ce n’est pas significatif et bla-bla-bla. La grande leçon de cette affaire « Covid », c’est que la science, aujourd’hui, est un gigantesque foutoir.

  3. Pour mémoire lire
    Prescrire : différents articles pour non abonnés
    &
    Le naufrage des « essais » cliniques ou comment un virus a pu compromettre la rigueur des essais cliniques et compromettre la réponse à l’urgence de Tremoliere à la demande de recos Vidal
    A priori aucun conflit d’intérêt

  4. Je rebondis sur la « lettre klaxon » adressée au Pr. Raoult par un infectiologue. Mais on pourrait évoquer aussi le « philosophe » qui traite le médecin marseillais de « fou » ou l’écologiste qui lui intimait de « fermer sa gueule ». Hier, dans l’Express, j’ai vu un article qui parlait des « réassuristes vendeurs d’espoir ». Comme s’il convenait d’inquiéter et de vendre de l’angoisse. Si on ajoute médecins et soignants, dont certains déraillent de plus en plus, allant jusqu’à insulter les malades qui les forcent à travailler (en caricaturant un peu) je pense, comme Raoult, qu’il est temps de ramener un peu de calme. Si nous sommes parfois un rien vifs et volontiers mordants, le torrents d’injures que le camp du Paracétamol déverse sur nous finit par donner des sueurs froides.
    L’ennui, c’est que la Covid-19, avec la bénédiction du gouvernement et des médias, est une fête jubilatoire pour les autistes, les bipolaires, les anxieux, les névrosés, les refoulés et les angoissés de tout poil. Je n’ai rien contre ces gens – des malades pour la plupart – mais ils vivent un moment merveilleux (et je pèse mes mots) parce qu’il ne sont enfin plus anormaux sous prétexte qu’ils ont peur du monde et des autres, ce qui les a conduits peu à peu à les détester. Désormais, craindre l’autre, c’est être responsable et prudent. Et le dénoncer, bientôt, deviendra une preuve de civisme.
    Sur les pages Facebook de quelques (anciens) amis, j’ai vu se libérer des pulsions terrifiantes. Par exemple, l’envie assumée de gifler les gens dépourvus de masque (à l’époque où la muselière n’était pas encore obligatoire) – oui, vous avez bien lu, détruire symboliquement le visage de l’autre, parce qu’il n’est pas « conforme ». En réalité, l’expression d’une haine ancienne mais contenue grâce aux conventions sociales qui volent aujourd’hui en éclats.
    Que dire du médecin qui a fait une crise de démence sur un plateau télé face au pourtant calme et pondéré JF Toussaint ? S’il y a aujourd’hui deux France, c’est incontestable, jusqu’à quand le conflit restera-t-il larvé ? A ce titre, ce qui se passe à Marseille (de la légitime défense, y compris la possible création d’un Conseil Scientifique) est d’une importance capitale.
    Seule bonne nouvelle depuis le week-end, une interview de Raoult où il donne sur la réanimation des précisions qu’on aimerait voir sortir de la bouche des réanimateurs et des urgentistes, plutôt que leurs éternelles plaintes (justifiées, mais qu’ils n’adressent pas aux vrais responsables).
    Bref, l’hiver qui s’annonce risque d’être éprouvant, parce que toutes les maladies saisonnières amplifieront la psychose.

  5. Faisant volte-face par rapport à son point presse de samedi, le Dr Conley a alors confirmé que D Trump avait bien eu besoin d’une mise sous oxygène vendredi, pendant environ une heure, à la Maison Blanche, un épisode jugé suffisamment inquiétant pour décider de l’hospitaliser le soir même. Le médecin a aussi annoncé un autre épisode de baisse de la saturation en oxygène survenu samedi matin.Ils lui ont administré un troisième traitement, la dexaméthasone, corticoïde efficace contre les formes graves du Covid-19, en plus de l’antiviral remdesivir et du cocktail expérimental de la société Regeneron, qu’il a reçus dès vendredi.

    • Ainsi, Trump a reçu un traitement de cheval, les mauvaises langues n’ont pas manqué d’observer que l’hydroxychloroquine n’était pas la liste des traitements donnés mais ils « oublient » que l’HCQ n’est plus efficace pour les cas sévères, pour pour Trump ça n’aurait servi à rien….
      En tout cas pour la société Regeneron (dont le CEO milliardaire est un grand copain de Trump), c’est une bonne faire: le cours en bourse a bondi de 10% !

    • Je lis dans le lien :
      J’ai pu obtenir par la bande le nom de deux médecins parisiens acceptant de prescrire de l’azithromycine, mais aucun pour délivrer de l’hydroxychloroquine.

      Mais si on va voir un médecin avant un voyage en Afrique, il ne peut pas non plus prescrire de l’hydroxychloroquine contre le paludisme ?

      • Ils sont des milliers en France à le faire pour AZI (ou autre macrolide pour certains). HCQ, il craignent et ne savent plus, par contre totalement autorisé pour séjour en afrique ou pour lupus et polyarthrite.

  6. Il y a les Marseillais et il y a les autres. Le covidisme est devenu en quelque mois la nouvelle religion dont les louanges « sauver des vies, protégez les autres » imprègnent le coeur de ses plus fervents adeptes. Mais pas de miséricorde pour qui n’a pas reçu la foi : https://www.20minutes.fr/societe/2876763-20201004-coronavirus-salarie-licencie-faute-grave-etre-alle-travailler-apres-test?xtor=RSS-176
    Après le masque, le test, après le test, l’injection.

    • Cette histoire illustre parfaitement ce qui se passe quand les pervers narcissiques prennent le pouvoir dans une société humaine. Des injonctions paradoxales constantes, des accusations permanentes pour les moindres prétextes. Ils préconisent le Rivotril à des malades en détresse respiratoire mais accusent un salarié un peu enrhumé d’avoir voulu tuer ses collègues. Une projection de leur propre chaos intérieur sur la victime, caractéristique de la perversion narcissique.

      • Et la lettre ouverte de Gilles Roche à Didier Raoult: « Tu tu tu tu tu… » cas d’école de la relation klaxon décrite par Jacques Salomé. Oh! Comme ce covidisme fait sortir du bois les tableaux psy les plus gratinés…

        • Toujours le même dialogue de sourds. Que valent les résultats de 3 000 cas traités contre 2×100 randomisés ? Surtout toujours la scandaleuse omission volontaire HCQ à l’hôpital ou dès premiers symptômes. Il reproche à Raoult de « ne s’être intéressé qu’à la charge virale », et alors qu’il critiques tous les autres résultats, il ne semble pas contester cette diminution de charge virale. Or mon bon sens me dit que si moins de charge virale = moins de contagion et moins de formes graves si moins d’agression virale.

  7. Je voudrais faire part ici d’un avis de naissance :
    Wonner, Perronne, Henrion-Caude, Bugeaud(docteur en droit), Guillaume (médecin), Montée par Azalbert (le patron de France soir)
    Que du beau monde, pour un joli nom : association bon sens.org
    https://bonsens.info/

  8. Bonjour Docteur,
    J’ai une question médicale : comment faire pour distinguer les symptômes initiaux de grippe hivernale qui va arriver, de ceux du COVID ? Ne pas répondre Test (résultat trop long à recevoir, RV trop tardif…)
    Question annexe quid de l’épidémie saisonnière de grippe pour l’hiver 2019-2020 dont on a peu entendu parler ? La grippe a-t-elle disparu, grâce à la vaccination ?? a-t-elle donné lieu à des décès intégrés aux morts COVID ?

    (sur COVID j’ai écrit un commentaire plus bas argumentant ma position personnelle)

    • Bonne question, cela va être le problème dans 2-3 mois. A part des maux de tête importants, la perte de goût, qui ne sont pas constants, Covid courant et grippe saisonnière ont les mêmes symptômes, les grippes vont venir encombrer le circuit de dépistage pour faire la différence. Ce n’est pas pour rien qu’ils ont commandé 30% de vaccins contre la grippe en plus, et qu’il va falloir le faire tôt.

      • Merci
        Que pensez-vous du nombre de testés positifs passés de 12140 vendredi 3 (site officiel ministère) à 16972 samedi 4 (linternaute) soit presque 5000 de plus ?? Cas, que le site linternaute qualifie de cas confirmés. Une augmentation de 40 % !?
        Avant d’annoncer de nouvelles mesures restricitves ??

        • Les variations journalières suite aux transmissions des différents organismes collecteurs qui ne sont pas toujours quotidiennes ou avec retard est trop importante pour juger sur un seul jour. Il y a peu on avait la plus forte baisse journalière (4080) et maintenant la plus forte hausse. Il faut faire une moyenne sur 7 jours. Ce soir et demain, chiffres plus bas, les labos sont fermés le dimanche, et forte hausse mardi.La meilleure courbe est celle qui donne chaque jour, la moyenne des 7 derniers.

  9. Le changement constant des indicateurs: apparition d’hospitalisation sur 7 jours, d’entrée en réa sur 7 jours…permet de ne pas pouvoir comparer les statistiques, sauf en allant chercher les chiffres plus loin.
    Avez vous remarqué que le nombre de patients en réanimation est en fait le nombre de patient en réanimation ET SOINS INTENSIFS?
    Était-ce le cas au printemps?

  10. COVID est un acronyme choisi par l’OMS pour cette nouvelle maladie. « Co » qui se réfère à Corona (famille à laquelle appartient le nouveau virus) « vi » se réfère à virus, et « d » à desease qui signifie « maladie ». Conformément aux règles d’accord du français l’Académie française a donc accordé le genre de cet acronyme avec le mot « maladie » et non avec le mot virus. En outre COVID est bien le nom de la maladie et non du virus (qui est Sars-Cov2). Mais on a tellement pris l’habitude de dire  » le » Covid qu’il nous est aujourd’hui difficile de faire l’accord correct et dire « la » Covid. Mais ce n’est pas l’Académie qui s’est trompée.

    • Dans ces conditions, il fallait la nommer COVIM (M pour maladie), COVID est anglais et disease est neutre. Là c’est une erreur de l’Académie : soit on reprend l’anglais et on va jusqu’au bout, virus et corona dominant face au neutre, soit on traduit en français et on passe au féminin. Ceci dit l’Académie reste fidèle à la complexification de la lange française. Au fait, OMS est-il masculin ou féminin ? L’organisation et santé étant féminins, on devrait dire la OMS.

      • En reprenant nombre d’acronymes anglo-saxons (la NASA, la CIA, le FBI,…) la règle semble toujours la même. Je m’incline.

    • « La peste » est une maladie (donc féminin) mais « le choléra » est aussi une maladie, et pourtant au masculin comme bien d’autres, zona etc.

  11. Trump est déclaré positif le 1er octobre, qui est aussi le jour de la fête nationale en Chine, Mmmm… Chine 1 USA 0, ça aussi c’est une drôle de coincidence, un Marseille / Paris à plus grande échelle?
    Nous vivons des temps plus qu’instables… dangereux. Cela fait quelques temps que la Chine finance les néocons, voici le résultat?

  12. Question sérieuse: est-il possible de se faire vacciner avec vaccin russe sputnik V en France, est-ce interdit, y-a-t-il des intermédiaires pour ce faire, commande, livraison, etc?
    Si jamais vaccination devient obligatoire en Europe, sputnik V pourra-t-il être considéré comme alternative autorisée en France. Il est encore tôt, mais y-a-t-il déjà eu des reflexions de gens sérieux à ce sujet?

    • S’il n’a pas la fameuse AMM, non commercialisable en France. Reste la commande internet, mais si c’est sur Ebay ou ailleurs, la présence d’escrocs est possible. Commande en pharmacie russe seul possible, ou auprès d’amis en russie, cela ne pose pas de problème.

    • J’attend qu’une agence de voyage propose une visite des musées de St Petersbourg, avec vaccination « obligatoire » Sputnik à l’arrivée en territoire russe. Y-a un bon plan commercial à creuser 🙂

  13. très bien documenté, CQFD avec leurs propres chiffres mouvants, merci Dr. Maudrux
    exactement comme HC interdite après lancet qui se révèle être une arnaque incontestable… et interdiction HC toujours pas levée; sans être complotiste, quoi en conclure d’autre? C’est bien la preuve que le but c’est de diminuer le bétail.
    De même, Trump traité remdesivir, dans ce cas il est déjà mort, c’est un deuxième JFK. Il a refusé d’attaquer l’Iran, alors gilead le chou-chou néocon du state dept. fait son boulot.
    Oui, oui, c’est ça, complotiste…

    •  » A reçu, à titre de précaution, une seule dose de 8 grammes du cocktail d’anticorps polyclonaux de Regeneron. Il a terminé la perfusion sans incident. En plus des anticorps polyclonaux, le Président a pris du zinc, de la vitamine D, de la famotidine, de la mélatonine et une aspirine quotidienne », a déclaré le médecin de la Maison-Blanche Sean P. Conley dans un mémo vendredi après-midi. »

      « Le président ne prend notamment pas d’hydroxychloroquine, bien qu’il en ait pris pendant deux semaines en mai après une exposition supposée au virus, car apparemment, selon un médecin de Fox News, le président était infecté depuis au moins une semaine (6 à 7 jours) et dans ce cas là, le traitement Raoult n’est plus utile, car il doit être administré au tout début. »
      Donc pas, semble t-il de remdesivir.

      • En France ,c’est doliprane..!!!! Pas question d’utiliser quoique ce soit pour faire baisser la charge virale!!! Un tt comme celui la n’est certainement pas spécialement bon marché .
        Pourquoi n’y a t’il pas ou si peu d’études  » randomisées et double aveugle  » sur ivermectine et charge virale? Un produit connu , donne larga Manu ds des « clusters » de gale , peu couteux( c’est peut être la le pb) qui a une efficacité in vitro et A montré son efficacité ds plusieurs etudes ( Argentine , Bangladesh) pour lequel en France il n’y a que des cas rapportés mais très vite supprimés . Pourquoi cette omerta ou aurais je loupe une marche? A l’heure où les contaminations augmentent , A l’entrée de l’hiver , ne serait ce pas intelligent d’essayer de faire baisser cette charge virale ( contamination et gravité de la maladie) . Une étude ds les regles de l’art serait salutaire ( pourquoi ce silence assourdissant?) et je ne parle même pas du reste qui n’est pas semble t’il politiquement correct

        • Medincell à Montpellier débute son essai sur volontaires sains d’injection préventive d’Ivermectine à libération prolongée pour le (la) Covid. AMM prévue fin 2021. Il y a donc en France des autorités qui n’ignorent pas l’intérêt de l’Ivermectine. https://www.trialsitenews.com/france-based-medincell-initiates-ivermectin-clinical-trial-targeting-covid-19-with-prophylactic-strategy/?fbclid=IwAR1QyHxPcHbEJ8QQONGLav5GayvzU0sr9QAJXhC0xJDK6-5Vhl7FgGQHzFQ

          • Merci pour cet article.
            Extrait :
            – plusieurs modes d’action potentiels sont suggérés par la communauté scientifique, notamment celui décrit par Zahir Amoura et Jean-Pierre Changeux³, qui expliquerait également la protection des fumeurs, l’ivermectine ayant le même effet que la nicotine sur le récepteur nicotinique, sans risque de dépendance.
            – plusieurs études, observationnelles ou cliniques, ont abouti à la publication de données favorables concernant l’efficacité prophylactique potentielle de l’ivermectine. Par exemple, une étude de l’Université de Zagazig sur les cas de contact au sein des familles dans lesquels un cas de Covid-19 a été détecté⁴. Les résultats préliminaires récemment publiés montrent que 7,4% des 203 participants qui ont reçu deux doses d’ivermectine à 72 heures d’intervalle pour la prévention ont présenté des symptômes d’infection par Covid-19 dans les deux semaines. Ils étaient 58,4% à présenter de tels symptômes parmi les 102 sujets du groupe témoin non traité.
            – les résultats d’études parrainées par plusieurs instituts prestigieux et les études cliniques en cours – plus de 50⁵ – visent à prouver dans les mois à venir l’efficacité de l’ivermectine en tant que traitement curatif ou prophylactique contre Covid-19.
            L’ivermectine est également déjà utilisée dans plusieurs pays pour traiter des patients avec l’approbation des autorités sanitaires telles que le Pérou, la Bolivie ou l’Australie, où l’ivermectine peut être prescrite en association avec d’autres médicaments.

            Une chose me chagrine : une étude avec demande d’AMM à la clé pour un traitement préventif à renouveler tous les mois, le plus souvent pour rien si pas contaminé ! Si c’est actif en préventif, c’est que ça l’est en prise immédiate, alors pourquoi ne pas faire d’étude en curatif ? L’explication est pour moi simple : à cause de notre système à la c.. Dépenser pour un complément d’AMM pour une molécule ancienne du domaine public qui ne vaut pas grand chose, est une erreur sur le plan financier, c’est à perte pour celui qui investit, cela n’intéresse donc personne. Par contre créer une nouvelle molécule (à action prolongée) dit nouvelle AMM et nouveau tarif rentable. Coût : des milliers de morts.

  14. Bonjour
    Je me permets un petit commentaire à propos du genre de « covid »
    il s’agit d’un acronyme formé à partir de « COrona VIrus Desease ». L’acronyme prend le genre du mot principal qui a contribué à sa constitution, qui en l’occurrence est féminin.
    bien amicalement

    • Merci, mais même avec ces explications, je n’y arrive pas. Et puis le mot principal est-il virus ou maladie qui est vaste ?

    • Pour week-end qui veut dire « Fin de semaine » dit-on LA week-end ?
      Si vous tenez au féminin pour COVID disons plutôt la maladie provoquée par le virus corona ou la maladie du virus corona.
      De toute manière Desease en anglais est neutre donc le français ne trahit pas le genre du mot en anglais.
      En outre pour LE wifi pas de féminin bien qu’en anglais ce soit Wire Fidelity mot à mot : fidélité du fil
      The cat and the ship sont féminins en anglais : nous disons pourtant bien le chat et le bateau ??

    • Bon, dans le même temps, avant de discuter plus avant du sexe des anges,
      il serait bon d’utiliser la bonne orthographe, en l’occurrence : « disease ».
      my two cents…:-))

    • Le laser, le radar… En matière d’acronyme, c’est l’usage qui l’emporte. Alors cessons cette cuistrerie.

      • Sur LA COVID j’insiste car je ne partage pas l’avis du secrétaire perpétuel de l’Académie Française
        Un petit résumé à lire : https://www.franceculture.fr/sciences-du-langage/doit-dire-le-ou-la-covid-19
        En fait l’Académie Française, ne s’est pas prononcée, ne s’est pas réunie depuis le 17 mars et seul le secrétaire perpétuel a tranché.
        La question n’est pas celle du genre de « maladie » indiscutablement féminin, mais celle du D qui ne nous parle pas de « maladie ». (sauf si bien sûr on est tous bilingues !)
        Si on veut approfondir on peut se demander pourquoi l’acronyme n’est pas traduit. Sa construction, COVID qui agglutine CO, VI et D ne correspond à rien en français. On a bien traduit AIDS, HIV il me semble en SIDA, et VIH.
        Et il me semble aussi que nous disons l’ Organisation Mondiale de la Santé (féminin) et non la World Health Organisation (ou Organization US English). Tout comme sont traduits ONU (UNO), Cour Internationale de Justice (International Justice Court) Union Européenne (= European Union) FMI (= IMF International Monetary Fund ) BRI (Banque des Règlements Internationaux = BIS Bank for International Settlements) BIT (Bureau International du Travail = ILO International Labor Organisation) etc
        La question est celle du franglais, globish ou ce que vous voudrez qui se traduit par charabia.
        Souhaitons que le virus et la maladie disparaissent pour que nous puissions discuter du sexe des anges !

  15. Un autre délire dont nous allons devoir débattre : 18 euros pour tout passage aux urgences non suivi d’hospitalisation. Si j’ai bien compris, un ouvrier du bâtiment qui s’enfonce un clou dans un doigt, qui se le fait enlever puis poser un pansement stérile, ce n’est pas une urgence ? On pourrait citer des dizaines d’exemples de ce genre.
    Qu’il aille chez son médecin généraliste ? Oui, oui ! Sauf qu’en région parisienne, un RV chez le généraliste, c’est entre une et trois semaines…
    Qu’on me comprenne, le problème, ce ne sont pas les 18 euros (encore que ça puise être un somme pour certains) mais cette tendance délirante à culpabiliser les malades à cause d’une situation dont ils ne sont pas responsables (si la médecine de ville est débordée, on sait pourquoi et à cause de qui).
    En 2018, déjà, un député avait déposé un projet de loi allant dans ce sens. Il se serait agi, pour les hôpitaux, de renvoyer les patients « légers » vers les généralistes… qui n’auraient pas su qu’en faire. En particulier la nuit et les week-end.
    Devinez le nom de ce député ? Olivier Véran, bien entendu, le Rantanplan de la médecine.

    • Et pourtant vous avez raison, ça n’est ni fake ni joke, en bon français ! Une information : le DG de L’ARS PACA a fourni les faux chiffres qui ont amené Véran à ce pré-confinement . Commande ou pas ?

    • J’ajouterais, sans leur jeter la pierre, que beaucoup de médecins de ville, généralistes ou non (par exemple, ophtalmologistes) dirigent eux-mêmes les cas délicats vers les urgences. Trop souvent, ils n’ont plus les équipements requis, pas d’assistante ou d’assistant, un emploi du temps surchargé… et l’angoisse, s’ils font une erreur (ou si on pense qu’ils en ont fait une), de se retrouver seuls face à des plaintes plus ou moins justifiées.
      Dans mon enfance, pas si lointaine, le généraliste avait du matériel, il était joignable en permanence, et il se chargeait de bien des soins d’urgence. (J’ai encore souvenir d’un traumatisme crânien d’anthologie…) Qui a dévalorisé ces professionnels de santé ? Qui leur cherche en permanence des noises ? Qui les a PRIS pour des cons (désolé, il n’y a pas d’autres mots) pendant la crise de la Covid-19 ? Qui a persisté en se passant d’eux pour réguler une campagne de tests qui tourne au cauchemar ? (Certains labos envisagent de détruire les prélèvements de plus de quinze jours. Oui, vous avez bien lu, quinze jours. De quoi penser à la blague de Coluche : « L’avortement est autorisé en URSS, mais il y a dix mois d’attente. »)
      Et maintenant, cette farce sur les urgences ?

  16. Je vois 271 clusters dans des événements publics ou privés. Peut-on avoir la un tableau avec les différents types d’événements quelque part sur le web ?

  17. J’ai l’impression que vous avez un faible pour Mr Raoult
    Ça doit être sa moustache
    J’avais cru comprendre que la décision de Marseille avait été prise en raison de la saturation des réanimations des hôpitaux de Marseille qui commencaient à déborder

    • Pardonnez moi mais avec tout le respect que je vous dois je tenais a vous dire que je ne vois aucun rapport avec le professeur Raoult dans l analyse du docteur Maudrux. Cette confusion ne viendrait il pas de votre esprit qui peut être manque de liberté ???

        • Je suppose que la réponse est pour David. J’ajouterai en ce qui concerne la réa, on est prévenu 10-15 jours avant sur les flux, en suivant celui des diagnostics. Quand on voit que les diagnostiqués baissent, on sait que les entrées en réa vont baisser dans 10-15 jours, même si cela va continuer d’augmenter un peu entre temps en fonction des diagnostiqués d’il y a 10-15 jours. Tout cela est plus ou moins prévisible, donc gérable et les chiffres actuels n’excusent en rien les mesures, car on sait où on va.

  18. Bravo pour ce nouveau billet démonstratif et toujours bien documenté comme les billets précédents. En effet pour mener une guerre il faut de bons généraux et aussi une bonne organisation passant par une logistique dont les méthodes et les techniques sont bien connues de nos militaires. A ce sujet pourquoi les services de santé de l’armée sont si peu intervenus ? A ma connaissance c’était uniquement après l’épisode COVID survenu après une escale du porte-avions Charles de Gaulle ? On mis un général pour coordonner les travaux sur Notre Dame de Paris, alors pourquoi pas un médecin général inspecteur pour gérer la crise du COVID ?

  19. « Nous sommes en guerre » nous avait dit Emmanuel d’une voie profonde et inspirée. Êtes-vous vraiment sûr qu’il fallait entendre: « … contre le SARS-Cov-2 » ?

    • De toute façon, on n’est pas en guerre contre un virus. Et quand on est en guerre, on ne gagne pas en se plaquant et en cédant tout à l’ennemi. Une des rares erreurs de raisonnement de Raoult, c’est de faire référence à juin 1940. Face à la Covid-19, nous en sommes au 30 septembre 1938, date des Accords de Munich.

      • je pense au contraire que la référence à Juin 1940 est très pertinente: il suffit par exemple de penser à la ligne Maginot pour le confinement ou à l’Etat Major de l’époque (Gamelin etc..) pour le Conseil Scientifique…..

        • La ligne Maginot, en juin 1940 ? Elle est submergée, et c’est bien pour ça que les populations fuient pendant que l’armée allemande avance vers Paris. L’Etat Major, lui, il est en route pour Vichy, comme tout le gouvernement. Donc, je persiste et signe : aujourd’hui, nos élites sont capitulardes face au virus. On est bien dans l’esprit de Munich : rester à l’abri et ne prendre aucun risque. La Débâcle est encore à venir, si le prochain pic épidémique fait cinq ou dix fois plus de victimes. Ce que je ne souhaite pas, bien entendu.

          • Je pense que la Débâcle a déja eu lieu avec plus de 30000 morts, un confinement total de 3 mois qui a mis par terre l’économie française, et le chaos des décisions scientifiques et politiques. J’espère qu’il ne faudra pas attendre 4ans (ref. au Débarquement de Juin 44) pour voir le jour de notre « Libération » !

      • Raoult n’utilise la référence à juin 40 que pour montrer comment la peur fait plus de victimes que le danger: il fait expréssement mention des victimes de l’exode consécutif à la débâcle de l’armée: plus de 100 000 tués sur les 8 millions de personnes parties sur les routes, uniquement par peur et tout ça pour revenir entre fin août et octobre! Tous morts pour rien, et des milliers d’enfants disparus.
        On pourrait au même chapitre des évènements de foule absurdes mettre l’évacuation de Fukushima qui a fait plus de victimes que le Tsunami (environ 1200 dans la préfecture) et monstrueusement plus que les radiations (0 à 1 « victime » ambigüe, au bout de 8 ans, un ouvrier de la centrale). Les méfaits du « principe de précaution » n’ont pas fini de s’étendre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Dr Maudrux ne répondra pas aux commentaires anonymes.