212

Chloroquine : le plus grand scandale sanitaire (français) du siècle ?

Le verdict de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament vient de tomber : pas d’ATU (Autorisation Temporaire d’Utilisation) pour l’hydroxychloroquine, en réponse au Pr Raoult qui en avait fait la demande. Fin du débat ? Pas sûr, au contraire. Va-t-il déboucher sur le plus grand scandale sanitaire que la France ait connu ? 

« A ce jour, les données disponibles, très hétérogènes et inégales, ne permettent pas de présager d’un bénéfice de l’hydroxychloroquine, seule ou en association, pour le traitement ou la prévention de la maladie Covid-19 », argumente l’ANSM. De quelles données dispose-t-elle ? J’ai l’impression que ce ne sont pas les mêmes que tout le monde (hormis celles diffusées par la presse française qui n’aura pas été neutre dans cette affaire). 

Cela fait un moment que je voulais faire une synthèse de toutes les publications contradictoires sur HCQ depuis 8 mois, afin de voir quelle tendance on pouvait en tirer en les additionnant, le doute étant semé de toutes parts. En m’y attelant, je constate que d’autres l’ont fait, je vais donc m’en inspirer. 

PHASE PRÉCOCE : ZÉRO ÉTUDE MONTRANT L’INEFFICACITÉ

Tout d’abord un petit rappel : Il y a 2 phases dans la maladie : la phase de développement du virus, avant la constitution des défenses naturelles, sur laquelle peuvent agir les virucides, en tuant ou freinant le virus, puis la phase des effets secondaires, inflammatoires, respiratoires et vasculaires, qui font la gravité de la maladie, et sur lesquelles les virucides n’ont aucun effet.

Première constatation, et non des moindres : combien d’études démontrent l’inefficacité de HCQ en phase précoce et uniquement précoce ? En France ? Zéro. Ailleurs, idem à ma connaissance. Qui peut m’en donner ? Or c’est dans cette indication que l’ATU a été demandée, sur quelle base l’ANSM a-t-elle pu se prononcer en l’absence de ces publications ? 

En France, 3 études ont été faites en phase précoce, et toutes trois sont à l’opposé des déclarations de l’ANSM : celle de l’IHU de Marseille, bientôt 9 000 cas, celle interdite de 800 cas des médecins libéraux (« laissez les prescrire »), et Hycovid d’Angers. Les deux premières sont critiquées par des puristes où la méthode prime sur le résultat, ignorant l’observation de soignants de terrain au profit de statisticiens. Et pourtant 9 000 cas, mortalité de 0,5%, à comparer au groupe placebo de 1 million de contaminés avec une mortalité de 3,4% (bien abaissée grâce aux larges tests, passant de 20% à 3,4%, alors qu’elle a toujours été stable à Marseille sur la même période). Vu le nombre dans chaque cohorte, la qualité des groupes doit être statistiquement homogène selon la loi des grands nombres, plus fiable que le tirage au sort.

En ce qui concerne Hycovid, ce devait être une étude portant sur 1 300 cas, randomisée en double aveugle, conduite par le CHU d’Angers avec 36 autres établissements. Critères : efficacité jugée sur le nombre de passages en réanimation, chez des sujets à risques, présentant au moins une comorbidité (obésité, HTA, Diabète, besoin d’oxygène). But affiché de l’étude : mettre fin à la polémique. Raté pour ce premier objectif, vu la suite des évènements : seulement 250 cas inclus, du fait de l’arrêt prématuré de l’étude, dont les raisons ne sont pas claires : ni accident, ni inefficacité. Certains évoquent l’affaire du Lancetgate et l’attitude de l’OMS, mais le Lancet date du 22 mai, (rétracté le 5 juin), le dernier patient inclus du 21 mai, et l’OMS a repris le 3 juin et continué jusqu’au 4 juillet. Fausses explications. La baisse de l’épidémie et la difficulté de recruter (on dit que les patients venaient pour HCQ, mais refusaient le tirage au sort) est plus crédible, mais il y a aussi l’attitude de l’ANSM qui a eu une grande influence pour fermer l’étude le 9 juin.

Ceci étant dit, les résultats, promis pour fin juin, début juillet, ont été mis en ligne sous pression le 19 octobre : réduction de 50% de la mortalité à 28 jours. Conclusion : « statistiquement non significatif lié à la taille restreinte de la cohorte de patients » ! Je vous laisse juges de cette conclusion faite pour rester dans le politiquement correct. Par ailleurs 0 décès ou intubation dans le groupe HCQ + AZI, certes ce groupe de 10 patients est trop faible, mais quand il y a 3 décès sur 11 patients dans le groupe placebo correspondant, cela pose quand même question aux médecins, pas aux statisticiens !

Ainsi sur notre territoire, 3 études et seulement 3 études en phase précoce, qui vont toutes trois dans le même sens d’une efficacité certaine, et aucune étude ne prouvant le contraire, alors que les détracteurs sont nombreux, mais impuissants à prouver ce qu’ils avancent par autre chose que des paroles. On peut y ajouter une quatrième, avec des fuites, (non vérifiables pour le moment, mais non contredites),  concernant Discovery qui montrent également les mêmes résultats, tous aussi tronqués par un arrêt prématuré inexpliqué.

Qu’en est-il, pour les autres publications mondiales ? J’ai trouvé deux méta analyses, l’une portant sur 147 études, l’autre sur 118, que j’ai retenu, car plus claire. Les conclusions pour la partie précoce, avec 19 publications, sont sans appel : « Le traitement précoce est le plus efficace, avec 100% des études rapportant un effet positif et une réduction estimée de 63% de l’effet mesuré (décès, hospitalisation, etc.) à l’aide d’une méta-analyse à effets aléatoires, RR 0,37 [0,30-0,47] ». Moyenne des études : 63% d’effets positifs et zéro étude avec effets négatifs.

Et un petit graphique de l’école de médecine de Yale pour terminer :

Maintenant les autres études, plus ou moins précoces :

ETUDES A CHARGE

Déjà en avril je m’étonnais d’un certain parti pris des autorités et de la presse « On tergiverse sur la qualité despublications au lieu de savoir s’il faut traiter ou non. Il y a eu une première publication favorable en février sur 100cas, dans 10 centres (Wuhan, Jingzhou, Guangzhou, Pékin, Shangai, Chongqing, Ningbo). Réponse de nos experts : pasrandomisé. Ensuite ils nous sortent une étude sans effet, randomisée début mars de luniversité de Zhejiang, 15 traités,15 placebo, excusez du peu, nombre non significatif. Rebelote en Chine fin mars, 62 patients, cette fois randomisée (2 x31, mais ils nont plus beaucoup de patients à traiter). Après 5 jours, 80% améliorés chez les traités, 55% chez les nontraités. Réponse des détracteurs : ce nest pas une publication, mais une prépublication, qui par ailleurs ne correspondpas à la déclaration préalable obligatoire ! »

Ensuite, c’est le grand n’importe quoi : cette étude, vantée par notre ministre auprès des parlementaires, où l’on administrait HCQ aux cas les plus graves chez des grabataires, telle une extrême onction, pour démontrer l’inefficacité. Et puis Mehra et The Lancet, vaste escroquerie intellectuelle, tout autant vantée par le Ministre, l’ANSM, l’OMS, conduisant à l’arrêt de nombre d’études. Il y avait pourtant une phrase dans cette étude qui aurait dû les interpeller, indépendamment du reste : « Nevertheless, a cause-and-effect relationship between drug therapy and survival should not be inferred. These data do not apply to the use of any treatment regimen used in the ambulatory, out-of-hospital setting. » En clair : ces constatations ne s’appliquent pas aux patients traités en ambulatoire, en dehors de l’hôpital. Le Lancet s’est rétracté, avec excuses, pas nos responsables. 

La presse française et nos responsables, ministres et ANSM en tête n’ont porté d’attention qu’à ces études, se gardant bien de nous informer sur la centaine d’autres études plus sérieuses.

ETUDES FAVORABLES

Que dire de l’étude brésilienne d’avril, 636 patients, 412 traités, 224 non, 3 fois plus d’hospitalisés dans le second groupe. Que dire de cette étude multicentrique italienne, 3451 patients dans 33 centres, 76,3% ont reçu HCQ, réduction de moitié de la mortalité. En juin c’est la Fondation Henri Ford qui possède de nombreux hôpitaux, et qui a traité dans 6 deses hôpitaux à Detroit 2541 patient avec HCQ+AZI, le taux de décès est diminué de 71%, aucun effet secondaire. Toujours en juin, c’est une autre étude, dans 8 hôpitaux de New York, 6493 patients dont 3708 hospitalisés, avec encore division par 2 du nombre de décès, toujours sans effets secondaires. Là c’est en Arabie Saoudite, 7892 patients positifs confirmés par PCR dans 238  établissements en ambulatoire : 1 critère : l’hospitalisation dans les 28 jours. Résultat : moitié moins dans le groupe HCQ. Encore aux Pays-Bas, 1064 patients dans 14 hôpitaux, avec réduction de 53% d’admissions en soins intensifs. En Italie, autre étude multicentrique, 3451 patients dans 33 centres, 76% avec HCQ, le reste sans, taux de mortalité divisé par 2. Belgique, 8075 patients hospitalisés, 4542 avec HCQ, 3533 sans, mortalité premier groupe 17,7%, dans le second 27,1%, soit 70% de plus. Toutes ces études multicentriques (il y en a d’autres), sont une garantie contre la manipulation d’une seule équipe.

Une des dernière étude chinoise d’août, 2882 patients hospitalisés et graves, 278 sous HCQ, dont 48 état critique. Mortalité 3 fois supérieure dans le groupe sans. Et en Espagne, première étude sur 1645 hospitalisés : « nous constatons que le risque de décès était significativement plus faible pour les patients traités par azithromycine, prednisone et, en particulier hydroxychloroquine.», et seconde étude sur 502 patients (dont 85% avec pneumonie) conclut à « une réduction du fardeau de la pression hospitalière avec moins de patients graves ». 0 décès. Et pour terminer, cerise sur le gâteau, une publication du 20 août du seul hôpital de l’île de La Réunion (France) sur164 hospitalisés pour Covid : « Malgré le profil de risque des patients atteints de pneumonie hypoxémique sévère, le taux de mortalité était de 0%, Cela peut être dû au pack de soins utilisé dans notre hôpital (hospitalisation précoce, traitement par HCQ / AZT et / ou corticostéroïdes, assistance respiratoire non invasive, etc.). »

SYNTHESE

Qu’en est-il de la synthèse des méta analyses, sur plus de 100 publications et qui excluent les publications douteuses ?  Elles confirment toutes l’efficacité significative à tous les stades, moins que dans la phase précoce. Les auteurs trouvent que les résultats, toutes études confondues sont mitigés, mais ils signalent quand même que 68% montrent des effets positifs. Ils constatent également que : « les études négatives entrent principalement dans les catégories suivantes : elles montrent des preuves de confusion non ajustée significative, y compris la confusion par indication ; l’utilisation est extrêmement tardive ; ou ils utilisent une dose trop élevée. » Nous l’avons constaté depuis des mois dans les seules études publiées en France, avec les cas les plus graves volontairement mis dans le groupe HCQ, moyennes d’âges plus jeunes, surdosages, prescriptions « in extremis »,…

ETUDES RANDOMISÉES

En ce qui concerne les seules études randomisées, les résultats sont superposables aux non randomisées, avec une constatation amusante des auteurs, dont la logique humaine ne plaira pas aux défenseurs de la randomisation : 87,5% des études prospectives rapportent des effets positifs, contre 69,8% des études rétrospectives. Les auteurs seraient ils influencé par leurs convictions dans leurs études rétrospectives ? « Même avec le petit nombre d’ECR à ce jour, il existe une forte indication d’efficacité. En excluant le traitement tardif, 100% des ECR à ce jour rapportent des résultats positifs ». Les auteurs en concluent que si ces études randomisées sont très précieuses et minimisent les biais potentiels, elles ne sont ni nécessaires ni suffisantes, et constatent que des études observationnelles bien conçues ne surestiment pas systématiquement l’ampleur des effets du traitement par rapport aux études randomisées. En clair : tous les médecins qui ne randomisent pas ne sont pas des menteurs.

ETUDES PROPHYLACTIQUES

.

Ils ont également analysé des études sur la prophylaxie, avec 74% de positives. La logique voudrait que les résultats soient les mêmes qu’en phase précoce, mais les auteurs signalent que les séries négatives se retrouve chez les porteurs de maladies auto-immunes (traitées au long terme par HCQ), pathologies qui ne font pas forcément bon ménage avec le Covid.

Tous les détails, la méthodologie et les sources sur https://hcqmeta.com  Pour les détails voir surtout en annexes 1)Méthodes et résultats, et 2)Analyses avec exclusions. Voir également d’autres méta analyses : https://c19study.com(149 études), https://hcqtrial.com (80 études), Sans oublier les méta analyses de l’IHU de Marseille. Quand on élimine les études discutables, trafiquées, non relues par d’autres, toutes concordent pour démontrer l’efficacité de HCQ en phase précoce, mais aussi plus tardive, et ont les mêmes chiffres. Il y en a d’autres, mais plus elles sont réduites, plus elles peuvent être tendancieuses. En France, nos élites ne retiennent que quelques études manipulées.

Par ailleurs, je n’ai pas creusé sur un point bien signalé par l’IHU de Marseille : la diminution de la charge virale, également étudié dans quelques articles étrangers. Qui dit moins de virus dit moins contaminant et moins longtemps, donc moins d’extension de l’épidémie.

Autre point, la France est un pays extraordinaire, cela semble être un des rares où, selon les autorités, la molécule d’HCQ a muté. C’est une chose classique chez les virus, qui peuvent devenir plus ou moins virulents, mais une première concernant une molécule médicamenteuse. Inoffensive pendant 70 ans, voilà qu’elle est devenue dangereuse, perturbant le facteur bénéfice/risque à l’origine de la décision de l’ANSM.

CONCLUSION

Au vu des études françaises et mondiales, il est indéniable que l’Hydroxychloroquine a un effet sur le/la COVID-19. Plus la prescription est précoce, plus elle est efficace, passant de 100% à 60-70% d’effets positifs. De manière surprenante, il n’y aurait, qu’en France que cela ne marche pas.

Concernant ces effets positifs, les plus mesurables et indiscutables sont l’hospitalisation et le décès, réduits de 50% dans toutes le méta analyses. Le problème de la France est l’accès à l’hospitalisation, en voilà une solution facile et peu coûteuse, que les autorités se comportant comme les singes de la mythologie bouddhiste, ne veulent ni voir, ni entendre, ni discuter, attitude qui va coûter cher en vies et PIB.

Dans ce contexte, la dernière décision de l’ANSM n’a rien de médicale, il faut en chercher ailleurs les raisons. Il semble également que comme beaucoup, elle ne lise que la presse grand public qui se précipite sur les articles à charge et ignore les autres. Les auteurs de l’analyse, que j’ai largement utilisée, ont constaté qu’il n’y avait pas qu’en France qu’existait ce problème. Ainsi ils font remarquer que le New York Times, n’a jamais publié que des articles montrant l’inefficacité, aucun ne montrant le contraire. Il faut sans doute chercher l’explication dans les sponsors du journal. Partout il y a plus d’article montrant l’efficacité (discutée) du Remdesivir, que de HCQ, alors qu’il n’y a qu’une étude qui le dit pour le premier, et plus de 100 pour le second…

HCQ n’est peut-être pas la panacée, elle n’a pas 100% d’effets positifs comme certains traitements indiscutables, et même si elle ne soulage que 30% des patients au lieu de 60% comme le montrent les études, en l’absence d’autres traitements, c’est toujours ça de gagné, et au moins 10 000 vies. Sans compter l’effet placebo, comme dans tout médicament, qui peut tranquilliser l’esprit et soulager, rassurer nombre de concitoyens (voir mon article), car dans cette affaire, n’oublions pas qu’il n’y a pas que le Covid, il y a aussi des patients, et des concitoyens inquiets d’une absence ou d’un refus de traitement.

Pratiquement tous les pays au monde, soit conseillent HCQ (comparez leur mortalité/hab avec la nôtre, c’est 10 fois moins), soit sont neutres, mais dans tous les cas laissent les médecins faire leur métier. Le malheur, c’est que chez nous, ce sont les politiques et les hauts fonctionnaires qui soignent, pas les médecins. Le titre de l’article d’un médecin américain publié dans Covexit m’interpelle : « Chose truth and chose life ». Pourquoi ? Parce que nous sommes à l’opposé : « choisissez le mensonge et choisissez la mort. »

 

Gérard Maudrux

Gérard Maudrux

212 Commentaires

  1. L’étude Hycovid porte sur des patients hospitalisés (à 3-4 près) – donc c’est n’est pas le protocole Raoult. La moitié environ ont reçu un antibiotique (azythro ou autre) mais il n’y a pas de résultats séparés.
    Source : un pré-printemps que je n’arrive pas à retrouver

    • Etudes chez les primates. Pour d’autres pathologies, on sait que ce n’est pas toujours reproductible (homme/primate). La première étude signale bien également que « les grandes études randomisées n’ont pas mis en évidence de bénéfices de HCQ sur la mortalité hospitalière et la durée d’hospitalisation ». On tourne en rond, quand l’un dit ambulatoire et l’autre répond hôpital. Pourquoi avoir fait cette étude chez le primate et non chez l’homme ? Sortez nous de l’ambulatoire chez l’homme, pas chez le singe, les rares séries (une douzaine, cf hqmeta ) qui le font concordent dans le même sens.

  2. Je viens d’en avoir connaissance par un ami. Merci pour cet article remarquablement clair. Je ne connais strictement rien en médecine (ma spécialité, c’est le transport) mais je constate la même déformation des faits, le même refus d’étudier sérieusement et dépassionnément les choses, et la même prédominance du traitement à distance avec l’ordinateur remplaçant le travail sur le terrain. J’ai 72 ans, et donc cela m’avait amusé de voir une jeune journaliste médicale trentenaire, Margaux de Frouville, tancer le professeur Raoult lors d’une émission sur BFM TV le 3 juin 2020; ce dernier l’avait d’ailleurs remarquablement remise à sa place., Quand tant de vies sont malheureusement en jeu, y compris économiques, cette question devrait être abordée avec plus de pragmatisme et moins de certitudes.

  3. J’ai déjà commenté ce post mais en ayant oublié de mentionner qu’une méta-analyse a pour ambition d’être exhaustive sur les études à prendre en compte. Donc choisir uniquement les études qui vont dans le sens de ce que vous voulez démontrer (ou « du complot ») n’est pas une preuve scientifique.

    Par ailleurs, parmi les milliers d’études faites sur le covid vous en avez trouvé quelques unes qui allaient dans votre sens (souvent biaisées de partout, cf. études Raoult & co), ça s’appelle le hasard en statistique.

    Une autre étude que vous n’auriez, de tourte façon, pas sélectionné dans votre méta-analyse
    https://www.apmnews.com/story.php?objet=358915

    Bonne journée

    • Ce n’est pas ma méta-analyse, mais les méta-analyse internationales les plus fournies (222 études pour l’un). Tout y est, même Recovery, Solidarité, Discovery (préliminaires),… Par contre, la votre, ne peut y être, car datée du 10/11 ! Seriez vous tendancieux ? D’ailleurs je n’y vois que des hospitalisés, 20% de soins intensifs sous HCQ ! Pouvez vous me fournir une seule étude, en ambulatoire, qui démontre que cela ne marche pas ?

      • L’étude ORCHID citée ici est vraiment mal présentée dans l’article apmnews notamment la phrase : « L’absence d’effet était observée dans tous les sous-groupes de patients étudiés. » est malhonnête. Si vous lisez l’article publiée ici https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2772922 , vous trouverez en annexe (Supplement 3) eFigure de l’avant-dernière page que le sous-groupe le moins sévère en baseline : 5 Hospitalized, no O2, frôle la significativité avec un avantage clair OR ordinal de 1.69 (ce qui correspond à une réduction du risque de 40%). Comme par hasard, plus le traitement est pris tôt, plus il semble fonctionner, à chaque fois.
        Mais il est très probable que pour des patients hospitalisés, 5 jours de traitements soient très insuffisants. L’article de Bo Yu et al (et celui Soo Hong et al) conseillaient de prendre HCQ à faible dose jusqu’à la guérison pour éviter le rebond de cytokines à l’arrêt du traitement, et initier le traitement le plus tôt possible pour avoir un effet immunomodulateur plus marqué.

        • Plusieurs études consacrées uniquement à la phase précoce montrent bien que plus c’est pris tôt, plus c’est efficace. Malheureusement on nous abreuve d’études chez des hospitalisés pour alimenter la polémique, détournant de la bonne indication. Il faudrait ne s’intéresser qu’aux non hospitalisés, et la méta-analyse de hcqmeta sur les seules études en ambulatoire, ne trouve aucune étude défavorable. Toutefois, travaillant avec des biologistes, ce n’est pas HCQ qu’il faudrait donner le pus tôt possible, mais AZI, car HCQ est trop immunomodulatrice et donc contreproductive en tout début d’infection, il faut le donner après quelques jours. Sur ces études précoces, il faudrait comparer celles avec et sans AZI pour confirmer.

          • Je continue à penser qu’il faut commencer à prendre l’HCQ dès les premiers symtpômes. L’idée qu’elle réduirait l’immunité adaptative est une fausse idée, en fait c’est même l’inverse d’après des études chez l’homme en prophylaxie comme Mitja PPE https://twitter.com/joex92_/status/1327230568828985345
            Voir aussi l’étude de Soo Hong qui montre que la bonne fenêtre d’initiation du traitement est: avant le 5e jour de symptômes (qui confirme Boulware et Mitja) https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32757497/
            L’HCQ permet d’empêcher l’emballement des cytokines, mais est trop faible pour les diminuer une fois qu’elles sont à un niveau élevé.
            Par analogie aux études sur la colchicine positives: traitement donné le plus tôt possible (ambulatoire) et sur une longue durée (21 jours ou jusqu’à guérison dans GRECCO-19).
            Tout traitement qui module l’immunité (au lieu de la supprimer comme les cortico) doit suivre ce type de protocole: faible dose, commencé tôt et prolongé le plus longtemps possible, jusqu’à guérison.

  4. bonjour
    eu egard a toutes ces conclusions, l ‘ etude Lancet biaisée, et dautres en faveur, comment ne peut on pas porter plainte contre nos instances gouvernementales pour mise en danger de la vis d autrui et refus de soins ?? Possibilité d un référé pour agir en urgence ? Commission d enquete ?

  5. Merci pour votre précieuse contribution à plus de vérité sur ce qui se joue dans cette crise actuelle.

  6. Merci Dr. Maudrux pour cette analyse très fouillée qui fait avancer le débat sur l’efficacité de l’hydroxychloroquine. Le site C19study.com continue dans leur MAJ quasi quotodienne de confirmer l’intérêt de l’hydroxychloroquine.
    Ma seule question d’ordre pratique est la suivante : en dehors de se déplacer à l’IHU de Marseille où se procurer le plaquenil de façon fiable ? Merci

    • Je n’ai malheureusement pas la réponse si personne ne prescrit dans votre coin, et j’ai toujours mis en garde sur la commande de médicaments sur internet. Par contre la prescription d’AZI ou de macrolides vous sera plus facilement accordée par votre médecin, j’ai toujours pensé que c’était aussi efficace sinon plus.

  7. Chers amis,
    Je vous invite à regarder cette conférence scientifique qui a été donnée hier à Marseille, et à la regarder jusqu’au bout (36 minutes au total).
    C’est d’un très bon niveau et super-intéressant.
    Plusieurs conférenciers abordent des aspects complémentaires, depuis l’origine de la chloroquine jusqu’à ses indications dans différentes maladies, en passant par la biologie moléculaire.

    https://youtu.be/NIAosseY4fg

    Puisque la situation est grave et urgente, au lieu de compter les morts, pourquoi ne pas laisser sa chance au traitement de l’IHU de Marseille, puisqu’il n’y en a pas d’autre pour le moment, et pourquoi ne pas laisser les médecins traitants le prescrire ?
    On pourrait alors faire une étude comparative sur un grand nombre de patients, entre ceux qui ont reçu le traitement et ceux qui ne l’ont pas reçu.

    • Oui cette video de l’IHU est très intéressante et je suis d’accord avec vous sur le constat. Je rêve peut-être mais je me demande si cette nouvelle épidémie avec les réanimations bientôt saturées ne vont pas mettre en demeure Macron, Castex, Veran, le Conseil Scientifique, ’ANSM et autres autorités sanitaires et politiques de se tourner enfin vers les médecins de ville, jusque là honteusement ignorés, en les suppliant: « On vous donne maintenant carte blanche pour éviter à vos malades COVID d’être hospitalisés/réanimés, avec des médicaments AMM ou hors AMM, peu importe, c’est vous qui êtes les mieux placés pour soigner ! »

  8. Bonsoir Docteur,
    Je suis d’accord avec vous, j’ai lu de très prêt tous les essais « randomisés » et il y a tellement à dire : tant de RCTs « non concluantes » présentées à tort comme « négatives » par manque de puissance stat, ou pire, mauvaise interprétation et erreurs de calculs!! voire Abd ElSalam ou Skipper par ex, très positives en réalité si on sait lire les chiffres …
    Pour moi il est évident que l’HCQ seule a un effet positif modeste autour de 20%-30%. C’est sûrement mieux avec du Zinc, la synergie avec l’HCQ a un effet antiviral d’après une RCT Pakistanaise assez convaincante ( n=500, p=0.001 à J7 , source https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.07.30.20165365v2 ). De même il existe des essais randomisés (Iran, Chine) sur la combinaison HCQ+bromhexine qui semble apporté un grand plus et s’explique par l’aspect antiviral de la bromhexine sur une autre voie (TMPRSS2) complémentaire à HCQ (ACE2). Par contre sans Zinc ni bromhexine, il est probable que l’HCQ n’agisse pas comme antiviral mais plutôt d’un point de vue immunomodulateur et en améliorant significativement l’immunité adaptative et la vitesse de séroconversion.
    Au début je pensais comme vous que l’HCQ ne fonctionnait qu’en phase précoce de la maladie (phase où exactement 0 étude sur 20 ne montre un effet négatif!!) J’avais fait un premier thread twitter en Septembre en ce sens ici : https://twitter.com/joex92_/status/1308011493653446656
    Puis récemment je me suis, tout comme vous, rendu compte que même sur des patients hospitalisés avec de faibles doses prolongées : 400mg/j sur au moins sur 9j, de préférence jusqu’à guérison pour éviter le rebond de cytokines décrites par Bo Yu en Avril déjà… et en combinaison avec des glucostéroides sûrement, tjr d’après Bo Yu https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.04.27.20073379v1 stéroides quasi absent du groupe HCQ de Recovery… Une méta-analyse de tous les essais randomisés sur cette posologie est significative, avec une réduction du risque autour de 23%. Je viens de faire un autre texte sur twitter à ce sujet: https://twitter.com/joex92_/status/1323702642133082113
    Tout ça est très résumé… il y a vraiment de quoi écrire un gros livre au sujet de ce scandale.
    Voir aussi ce graphe très parlant et fait par un statisticien professionnel qui résume les résultats de tous les essais randomisés en ambulatoire (forcément avec des doses plus faibles que Recovery et Solidarity):
    https://twitter.com/AbdenurFlavio/status/1314367765894045696

    • Malheureusement tout a fait d’accord. Quasiment toutes les études convergent. Celles qui ne le font pas ont la plupart des biais : trop tard, doses trop élevées, pas de tests,… mais surtout peu en ambulatoire, là où il n’y a pas de contestation possible sur l’état des malades (oxygène ou pas, entubé ou pas,…) rendant la manipulation plus difficile. J’ai récemment constaté, comme vous, qu’alors qu’on pouvait penser que HCQ ne pouvait marcher à l’hôpital, ce n’est pas le cas, il y a aussi amélioration dans les études non manipulées. Quid de Discovery ? Pourquoi on le cache ?

  9. C’est vraiment pénible d’entendre sur tous les médias: « pas de traitement pour la COVID, le seul espoir qui reste est le vaccin ». C’est le même sermon répété par tous les experts de santé sur les chaines d’infos: médecins-hospitaliers, réanimateurs, virologues, épidémiologistes, pharmaciens, et même les médecins de ville ! Pourtant il n’y a pas que D.Raoult à promouvoir sa bithérapie, on trouve par exemple sur le blog de JD. Michel un rappel des différents traitements préventifs et curatifs en début de maladie:
    Prophylaxie
    Zinc (50 mg à 100 mg par jour)
    Quercétine (500 mg à 1000 mg par jour)
    Bromhexine (25 mg à 50 mg par jour)
    Vitamines C (1000 mg) et D (2000 u / j)
    Traitement précoce
    Zinc (75 mg à 150 mg par jour)
    Quercétine (500 mg à 1500 mg par jour)
    Bromhexine (50 mg à 75 mg par jour)
    Vitamines C (1000 mg) et D (5000 u / j)
    Aspirine (162 mg à 325 mg par jour)
    Prescription uniquement
    Hydroxychloroquine (400 mg par jour)
    Vitamine D à forte dose (jusqu’à 100 000 UI)
    Azithromycine (jusqu’à 500 mg par jour)
    Prednisone (60 mg à 80 mg par jour)
    Héparine LMW (posologie habituelle)
    pour plus de détails, et avec beaucoup de références semblables à celle de votre billet:
    https://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/11/03/sur-le-traitement-du-covid-19-310357.html
    Je me demande si ces indications ne vont pas être à nouveau mises en avant quand les réanimations seront saturées et que Macron, Castex, Veran, le Conseil Scientifique et l’ANSM se tourneront enfin vers les médecins de ville en les suppliant: « On vous donne maintenant carte blanche pour éviter à vos malades COVID d’être hospitalisés, avec des médicaments AMM ou hors AMM, peu importe, c’est vous qui êtes les mieux placés ! »

  10. Un article très intéressant! Ne pourrait-on pas tirer de conclusions des échantillons de patient sous hq en raison d’un Lupus ou d’une polyarthrite rhumatoïde etc…? Une de mes amies a eu le covid en mars et renvoyée chez elle on lui a expliqué que son mari sous traitement de HQ ne risquait rien!!

    • Dans la méta-analyse que je cite avec lien, il y a des études sur le sujet. Ces résultats sont mitigés : alors que logiquement ils devraient être au pire les mêmes qu’en traitement précoce, ce n’est pas le cas (74% d’études positives chez les patients déjà sous HCQ pour 100% traités en phase précoce). Explication logique avancée : la pathologie préexistante majore le risque par rapport à un sujet sain. J’ajouterai que ces ces patients sous HCQ avant ne sont pas systématiquement traités, les autres ont peut-être AZI en plus ?

  11. Bonjour,
    je vous remercie pour cette analyse qui m’a éclairée. Il semble que ce soit le plus grand scandale de notre époque.
    J’ai cependant trouvé sur le blog d’un de vos confrère les analyses contre l’HQC de Laurent Vercoustre https://blog.laurentvercoustre.lequotidiendumedecin.fr/2020/08/28/hydroxychloroquine-fin-de-partie/
    « Il y a d’abord l’essai Recovery qui a étudié l’efficacité de l’HCQ sur deux critères bien spécifiques. Ce sont ceux qui nous intéressent en priorité, à savoir la mortalité et la sortie de l’hôpital à 28 jours. Résultats : aucune différence entre les traitements standard (25 % de mortalité / 62,8 % de sortie) et le traitement par HCQ (26,8 % de mortalité / 60,3 % de sortie). Étant donné les fausses informations qui ont circulé à propos de Recovery, rappelons que les médecins n’ont pas donné une dose toxique d’HCQ et que les patients de l’étude étaient dans un état modéré à sévère et qu’ils ont reçu le traitement entre 5 et 14 jours après le début des symptômes.
    Il y a ensuite 2 essais américains réalisés selon le gold standard de la recherche clinique : randomisés, avec un groupe placebo, et en double aveugle.
    Le premier publié dans Annals of Internal Medicine, a pour objectif d’étudier les différences entre le groupe placebo et le groupe HCQ sur les effets secondaires, la persistance des symptômes, l’hospitalisation et le décès. Tous les patients étaient non hospitalisés Résultats : hormis les effets secondaires (maux d’estomac, nausées, douleurs abdominales) qui augmentent de façon significative avec la prise d’HCQ (43 % contre 22 %), aucune différence notable n’est décelable entre le groupe placebo et l’HCQ sur les autres paramètres.
    Le second publié dans le New England Journal of Medicine, cherche à tester l’HCQ comme prophylaxie post-exposition chez des soignants. Mené aux États-Unis et au Canada, cet essai qui a été conduit, encore une fois, en respectant les standards de la recherche clinique de qualité, ne permet pas de conclure en faveur de l’HCQ. L’HCQ n’a pas réduit le risque d’infection (14,3 % d’infections dans le groupe placebo contre 11,8 % dans le groupe HCQ). La diminution des infections dans le groupe HCQ n’est pas significative.
    Le 22 juillet dernier, une publications parus dans Nature, l’une des plus prestigieuses revues scientifiques au monde, vient asséner un coup fatal à l’hypothèse de l’HCQ.[1] les chercheurs ont évalué l’activité antivirale de l’HCQ in vitro ainsi que chez des macaques infectés par le SARS-CoV-2. Sans surprise l’HCQ a confirmé son activité antivirale in vitro sur des cellules rénales. Mais les chercheurs français ont montré que ni la chloroquine ni l’HCQ n’inhibent la réplication du SARS-CoV-2 au sein des cellules pulmonaires humaines. Celles-ci disposent en effet d’une protéase cellulaire du nom de TMPRSS2 qui facilite la réplication du virus. »

    , je ne suis pas médecin, quelles sont les arguments que l’on peut opposer à ces études de manière plus approfondie car vous parlez surtout de celle du Lancet dont les auteurs se sont rétractés?
    Il est important d’avoir tous les éléments en main pour pouvoir juger.
    Bien cordialement
    F.SUPLISSON

    • Il faut que je fasses un jour un papier, avec exemples à l’appui, que (presque) toutes ces publications, pour ou contre ont des gros défauts, connus de leurs auteurs et des journaux. C’est la conclusion à laquelle j’arrive en creusant un peu. Randomisée ou non, retrospective ou observationnelle. Même les méta-analyses qui font croire que sur plusieurs études, vous lissez les erreurs ne garantissent rien, il suffit de ne prendre que les études qui arrangent. Vous me parlez d’une revue des plus prestigieuses, aucun garantie, The Lancet était aussi dans cette catégorie. Regardez l’étude sur les vétérans, utilisée par l’agence du médicament pour refuser l’ATU à Raoult, comme une des 2 citées montrant des effets contraires de HCQ. Les auteurs écrivent noir sur blanc avoir donné HCQ aux cas les plus graves, normal que la mortalité y soit supérieure. Et l’autre étude, 30 cas traités, 3O non, me laisse perplexe dans certain propos. J’ai montré hier les tableaux et chiffres à une statisticienne de la CPAM. Première réaction : « 30 Cas ? La première chose qu’on apprend en cours, c’est qu’on ne peut pas faire de statistique sur de si petite séries » et plus tard : « de toutes manières, on peut toujours faire dire ce qu’on veut aux chiffres ». A l’inverse, les défenseurs sortent partout Zelenko, pour prouver l’efficacité. Autant que je me souvienne, dans sa série, il y a inclu « des malades à risques », on ne sait même pas s’ils ont eu le Covid.
      Pour faire simple et mieux comprendre, concernant les études comme Recovery, toutes ces études « a charge », HCQ est testé chez des patients hospitalisés, sous oxygène, alors que l’indication c’est en ambulatoire, dès les premiers symptômes, pas pour traiter les effets vasculo-respiratoires. Nous ne parlons pas de la même chose, c’est là qu’est la plus grosse manipulation. Les détails de l’étude, de la publication, c’est secondaire.

      • Finalement est-ce que le meilleur moyen pour sortir de ces incertitudes incessantes (études, contre-études, méta-analyses, contre-méta etc…) ne serait-il pas de collecter les résultats obtenus par les médecins de ville français ayant soigné avec succès la COVID, en phase précoce, de leurs patients (qu’ils connaissent bien par définition) avec autre chose que du Doliprane: HCQ, AZIT, Ivermectine etc.. ? mais j’ai l’impression qu’une omerta de grande ampleur (crainte de l’Ordre, auto-cernsure …) empêcherait toute action de ce type.

      • Vous êtes sérieux ?
        Vous parlez de la qualité des études sachant que celles de Raoult sont probablement les pires avec en plus des problèmes méthodologiques majeures, la fiabilité des données, etc, la charge virale comme critère d’efficacité (et non la mortalité).

        C’est bien de découvrir que 30 patients c’est pas beaucoup en statistique. Vous faites quand même des articles où vous nous expliquez faire des revue de littérature et votre Dieu Raoult qui fait des études à 20 patients :-).
        Avoir des bases scientifiques me semble le minimum pour faire ce genre de travail, car oui, vous n’êtes pas statisticien, ni épidemiologiste, ni méthodologiste. Ce sont des métiers à part entière même si en tant que médecin vous pensez pouvoir tout faire.

        • Je n’ai pas souvenir d’avoir commenté les premières séries de Raoult, qui par ailleurs n’est pas mon Dieu. J’ai toujours mis AZI avant HCQ, et quand j’en ai eu besoin, ce-n’est pas HCQ que j’ai pris, mais IVER (+ AZI). Je suis donc un peu plus neutre pour essayer de démêler la part des choses. Je ne suis pas statisticiens, mais je me renseigne directement auprès de spécialistes (qui plus est de la CPAM), et quand ils me disent qu’ils peuvent faire dire tout ce qu’ils veulent au chiffres, j’ai le droit de le penser. Pour avoir été hospitalier et sollicité pour travailler sur des études, je sais comment cela se passe souvent, pas joli joli, et quand on voit le sérieux des arbitres (Lancet Mehra), pas poli non plus. Vous vous en contentez de leurs vérités, pas moi, même si je ne suis pas sûr de la trouver.

          • Alors pourquoi essayer de faire des « méta-analyses » défendant HCQ si vous n’êtes partisans de ce traitement ?
            Par ailleurs, sans faire offense à mes amis statisticiens de CPAM, leur travail consiste plus à gérer des flux comptables ou de remboursements. Aucune donnée clinique n’est traitée par les CPAM. Contactez plutôt des labos de recherche clinique si vous voulez des infos sur la gestion d’un essai et notamment l’analyse statistique, la prise en compte des biais, etc.
            Vous dites ne pas faire confiance aux données, donc que dire des données montrant une efficacité de HCQ ?

            Un résultat statistique est l’application d’une méthode à une donnée brute. Si on explique d’où viennent les données, quelle méthode a été utilisée, que la méthode est utilisée à bon escient et que l’interprétation qui en est faite est correcte, je ne vois pas où est le problème. Par contre si les données initiales sont mauvaises (caractéristiques des individus pas réparties aléatoirement dans les groupes), que la méthode stat utilisée est mauvaise, que le design de l’étude est mauvais (mauvais critère d’efficacité, pas de groupe contrôle) et que l’interprétation qui en est faite est mauvaise, là, on peut dire qu’on fait dire aux données n’importe quoi.

    • Bonjour
      Je vois une explication simple à ce dénis gouvernemental.
      Raoult à testé et soigné a un stade précoce quand tous disaient (les mêmes qui n’arrivaient pas a aprovisionner en masques) que c’était impossible, pas de tests, de masque, de volonté, etc.
      Insupportable de mettre ainsi en difficulté les certitudes de nos énarques omniscients et leurs conseillés (corrompus, incompétents, aveugles) rayer les mentions inutiles.
      Morale : qui veut faire quelque chose trouve un moyen (Raoult), qui ne le veut/peut pas trouve une excuse (les autres).
      Et le rebsamen a finalement eubson autorisation de mise sur le marché, surprenante coincidence n’est il pas ?

      Petite note, je ne suis pas médecin, mais dans les années 80, j’ai suivi le training pour devenir stewart, avec un volet sur les maladies tropicales.
      Prescription standard : nivaquine depuis une semaine avant le départ jusqu’à une semiane après le retour la la nivaquine, c’est de la chrloroquine.

    • Une chose est sure, si on veut me prescrire du rebsamen, je changerai de médecin.

      M. Veran, neurologue, a, en devenant ministre, attrapé un bouquet de maladies courantes dans les arcanes du pouvoir.
      Le supermentite ( propension à mentir sans vergogne)
      La melonite (propension à savoir mieux que tout le monde)
      Sans doute ua contact de tous nos énarques, Ui kes attrapent à l’ENNA ( Ecolle de la Nouvelle Noblesse Arrogante)

  12. Comme toujours très intéressant.
    Je me suis amusé à faire une extrapolation en temps réel du nombre de morts en plus ou en moins en fonction des statistiques de chaque pays et l’IHU. Le résultat est sans appel.
    https://cutt.ly/Covid_19_FR

    • Mon cher confrère
      Votre étude devrait être diffusée à tous les généralistes qui sont en première ligne et plus largement a
      notre confrère le dr Véran qui agit de façon autoritaire sans aucun respect pour l’éthique médicale
      En 40 ans de pratique c’est la première fois que j’assiste à autant de mensonges
      Merci pour votre etude

    • Mon cher confrère
      Votre étude devrait être diffusée à tous les généralistes qui sont en première ligne et plus largement a
      notre confrère le dr Véran qui agit de façon autoritaire sans aucun respect pour l’éthique médicale
      En 40 ans de pratique c’est la première fois que j’assiste à autant de mensonges
      Merci pour votre etude

    • Ah ah !!
      C’est fou de faire ça. En deux secondes, une fois qu’on a vu les données de létalité utilisées, on a compris. C’est une blague et les lecteurs de ce blogs s’extasient…

      • Interdit d’avoir sa propre réflexion, bonne ou mauvaise ? Vous qui encensez The Lancet et d’autres, êtes vous plus sûr de savoir ? Ici on émet des idées, parfois bonnes, parfois mauvaise, et c’est en réfléchissant à tout qu’on avance.

        • Vous mettez « Joli travail » comme commentaire sur des données qui sont par définition fausses. Il n’est pas ici question de bonne ou mauvaise réflexion. Je ne comprends pas votre message.
          Quand on ne pense pas comme le gourou, on se fait traiter d’adorateur du Lancet ici :-). C’est marrant. En tout cas Raoult n’a pas besoin d’essayer de publier dans The Lancet, il a ses revues d’auto-promotion :-). C’est plus facile, les copains sont dans les comités de publication…

  13. Le journal Futura-Sciences ne fait ni science ni journal. Tous ces soi-disant articles sur la chloroquine son volontairement biaisés. C’est-à-dire qu’ils sont malhonnêtes, malveillants et dangereux. Il s’agit simplement d’un magazine de communication qui se vend au plus offrant sans état d’âme. Depuis le déclenchement de la crise du covid19, cette feuille de choux fait la lèche à quelques médecins douteux proches de l’étude Discovery et reconnus militants radicaux anti-chloroquine. Lorsque ceux-ci en commerciaux de Gilead faisaient la promotion du remdesivir, Futura-Sciences faisait la publicité du remdesivir aussi. Lorsque face à l’inéluctabilité de la découverte de la supercherie du remdesivir ils ont pris leurs distances vis-à-vis de ce poison, Futura-Sciences a fait pareil. Lorsqu’on sait que ces médecins douteux ne sont que des toutous d’officines controversées comme l’OMS, on peut dire que Futura-Sciences qui se raccroche à eux se trouve dans la position de toutou des toutous !
    Rien d’étonnant, puisque personne ne lit leur feuille de choux que les journaleux de Futura se promènent anonymement partout où se dit la vérité sur la chloroquine et ses dérivés, pour essayer de polluer le débat en répandant leur fiel sur du miel !

  14. Dr Maudrux merci ! Vous précisez vraiment un des points les plus importants de cette « crise sanitaire » occidentale, en l’occurrence pourquoi persiste-t-on à ne pas traiter précocement les malades :
    [ Symptômes – consultation médecin traitant – test/diagnostic – traitement ] ?
    Pour moi c’est incompréhensible ! Et je dois dire que j’en ai ressenti comme une honte vis à vis de mon métier de médecin. Oui la prise en charge de la Covid-19 telle que nous la vivons actuellement me rend honteux d’être médecin, après bientôt 37 années d’exercice libéral au service des patients.
    HCQ, AZITH, Zinc, Ivermectine, Doxycycline, ??? Où est le problème, dans cette situation de relative urgence ? C’est une tragique déception ! Confraternellement.
    Dr Fabien GYSELS dermatologue libéral.

  15. La méta-analyse de Fiolet & coll. , publiée en août dans la revue CMI « Clinical Microbiology and Infection », visait à démontrer l’inefficacité de l’HCQ et les risques de mortalité de la bithérapie HCQ/AZIT. Elle avait déja été mise en cause par D.Raoult, et vient de l’être à nouveau par un groupe de médecins français qui ont adressé une lettre à la revue CMI :
    http://www.francesoir.fr/opinions-entretiens/apres-relecture-methodique-de-letude-fiolet-lhydroxychloroquine-est-efficace#disqus_thread
    Les auteurs ont repris l’évaluation des risques relatifs des études retenues dans la méta-analyse de Fiolet et montrent au contraire que les résultats sont en faveur de l’HCQ.
    La méta-analyse de Fiolet avait fait largement le buzz à la fin de l’été dans la plupart des médias, est-ce qu’il en sera de même pour cette mise en cause ? On peut malheureusement en douter…
    A suivre…..

  16. Je ne suis pas médecin et n’ais aucune connaissance particulière dans le domaine médical. Je suis un patient landa. .Pour m’informer (ou essayer) je me suis efforcé de lire ce forum jusqu’au bout. J’en ressors assez surpris. Je découvre une profession médicale en plein désarroi, en pleine bataille d’études et contre études, et en interprétations contradictoires des résultats. C’est plus prés des invectives politiques que du débat d’idée serein autour de recherche d’un traitement potentiel. Je ne pense pas que nos dirigeants (que je ne prétends pas défendre) soient les êtres malfaisants que certains veulent décrire. Ils sont désemparés devant une situation qu’ils ne dominent et qu’ils ne comprennent pas. Comme chacun d’entre nous et comme VOUS le corps médical. Donc un peu plus d’humilité, de tolérance, de compréhension et de solidarité entre TOUS les membres de votre profession ferait le plus grand bien au patient landa qui essaie comme il peut d’éviter d’être « covidé ». Le spectacle donné par le corps médical aujourd’hui(une certaine partie heureusement) ne renforce pas, loin de là, la confiance que doit avoir le malade vis à vis de son soignant. Cela aussi risque d’être une évolution durable de cette crise sanitaire.

    • Vous avez raison en théorie, mais en pratique, c’est moins évident. 2 camps, 2 approches opposées, et pouvez vous imposer à une moitié de médecins (peu importe la moitié ici) d’appliquer un traitement qu’ils considèrent comme mauvais voire dangereux, au nom de l’unité ? Un politique le peut peut-être, un médecin non. C’est le premier problème.
      Vous pensez que nos dirigeants ne sont pas trop mal, ils vous proposent Doliprane, suivez les, c’est votre droit, personne ne doit vous imposer sa propre conviction. D’autres (médecins, patients) pensent qu’il faut essayer de faire mieux, pourquoi leur imposer le point de vue des premiers ? Que chacun prenne ses responsabilités, sans les imposer aux autres, et les deux camps s’entendront à merveille, et le meilleur gagnera, le second s’inclinera.

      • Je suis médecin Suisse à la retraite, mais aussi française et je suis la grottesque histoire de la toxicité de l’hydroxychloroquine avec un effarement grandissant.
        Il ne manquait plus que ça que les médecins soient discrédité aux yeux des patients par la polémique en cours alors que dans l’incrédulité (fort compréhensible) nos gouvernants sont des criminels.
        Le haut comité scientifique compte une grande majorité de personnes 1)qui ne sont pas médecins 2)avec de flagrants conflits d’intérêts avec les laboratoires pharmaceutiques. Ils ont dès le départ décapité la solution à trop bon marché. Ils tenaient tant à ce qu’il n’y ait pas de traitement qu’ils ont lancé des études pour les cas graves et à fortes doses. Ce n’était pas la peine de démontrer que chez des patients amoindris l’HCQ à fortes doses est toxique ! Je suis désolée si des patients lisent ceci, mais puisqu’ils cherchent la vérité eh bien qu’ils le sachent. Discovery est une étude voulue et menée par les autorités qui a achevé les patients graves.
        La seule molécule utile et sans toxicité est interdite et ne reçoit pas d’ATU alors que le remdésivir qui s’est démontré inefficace et est très connu pour sa toxicité rénale à reçu une ATU et son utilisation est encouragée !
        Mais battez-vous donc !
        Vous avez maintenant toutes les preuves, lancez des initiatives, des alertes, faites un tapage monstre, vous n’avez pas le droit de laisser continuer ce massacre. Moi je ne sais pas comment on fait. Et je suis hors circuit désormais.
        Je vous en supplie, ce n’est plus tolérable !

    • « La bataille d’études et contre étude », la désunion du corps médical, c’est le spectacle médiatique. Ces mêmes médias qui ont pris soin de cacher le vrai combat. Quel est-il ? Le Docteur a raison : « Que chacun prenne ses responsabilités, sans les imposer aux autres, » Le vrai combat est celui de la liberté de prescrire, et le patient est tout aussi légitime à le mener que le médecin. La guerre contre la liberté de prescrire, c’est bien le gouvernement qui l’a déclenchée, une guerre contre les médecins et contre les patients.

  17. Cher Confrère,Bonjour, et merci pour cet article
    Comme les discussions vont bon train y compris dans mon entourage,
    vous serait il possible de m’adresser la bibliographie de votre article, je me sentirais plus solide dans mon argumentation.
    En vous remerciant
    Dr Didier Signorelli

    • Cliquez sur chaque zone orange, et vous serez orienté directement sur l’article en question, vous aurez donc les méta analyses et chaque article cité, j’ai mis tous les liens que chacun puisse vérifier. Si vous avez des problème d’anglais, copiez-collez le titre, saisissez le sur Google, et au lieu de l’ouvrir directement, cliquez juste au dessus sur « traduire l’article ». Cela marche sur presque tous.

  18. Je suis Monsieur tout le monde et ne fait pas partie du corps médical.
    Je constate simplement que l’on interdit l’HCQ qui a guéri 13.000 personnes dans l’IHU de Marseille. Ma question est donc claire : doit-on attendre que les laboratoires, quels qu’ils soient, nous pondent un traitement, voire un vaccin, pour empêcher une mortalité galopante ou, au contraire, suivre le »protocole » du Pr Raoult, sommité mondialement reconnue dans le domaine de la virologie depuis plus de trente ans ?
    Nous ne sommes plus dans un pays démocratique mais bien dans une dictature !

      • Merci infiniment pour votre méta analyse qui nous donne enfin un grand espoir que le traitement par HCQ soit reconnu. BRAVO !
        Qu’est-ce qu’on fait ? On réagit ! On fait un battage monstre avec la vérité auprès de tous les collègues. On dénonce les conflits d’intérêt. Sur internet vous avez la composition du haut conseil scientifique et pour chaque membre vous pouvez accéder au détail des conflits d’intérêt.
        OMS ? Ces dernières années, l’OMS a multiplié les collaborations avec des organisations non étatiques : elle est actuellement en partenariat avec près de 80 groupes (ONG, industrie pharmaceutique et fondations caritatives telles que la Fondation Bill-et-Melinda-Gates et la GAVI Alliance).
        Voyez vous mêmes ce qui convient.
        Cette fois ils ont poussé le bouchon trop loin en donnant l’ATU au remdesivir inefficace et toxique et pas à l’hydroxychloroquine. Ils cherchent à gagner du temps pour étouffer la vérité ou bien ils nous testent pour voir jusqu’où on peut nous faire avaler des couleuvres.
        Assez, ne leur donnez plus de répit. Foncez, c’est urgent.
        Il en va de la crédibilité et de l’honneur de toute la classe médicale. On bafoue l’honneur avec lequel nous sommes fidèles au serment d’Hypocrate et met en doute notre capacité de jugement de même qu’on nie aux patients le droit à un choix éclairé de leur traitement.
        Obtenez un consensus de collègues significatif et tous ensemble médiatisez l’information.

      • On défère Gilead et l’ANMS devant le parquet, mais indépendamment de Raoult. Il est préférable de multiplier les actions

    • « Je constate simplement que l’on interdit l’HCQ qui a guéri 13.000 personnes dans l’IHU de Marseille. »

      J’ai du mal à savoir quel est le lectorat de ce blog, mais si ça fait un peu peur. Attention BREAKING NEWS : des centaines de milliers de français ont guéris du covid-19, que ce soit à Marseille ou ailleurs, sans aucun traitement !
      Juste à Marseille on les comptait et on a dit que c’était grâce à Raoult :-).
      C’est fou de ne pas comprendre cela.

      • Oui, il y a beaucoup, beaucoup de patients qui guérissent sans traitement. Le problème est qu’il semble que la mortalité ne soit pas la même chez ceux qui sont traités et chez ceux qui ne le sont pas, et qu’on refuse de vérifier la chose, ni même d’en parler. Au delà des décès, toutes les publications en ambulatoire dans le monde, je précise bien en ambulatoire, montrent une diminution aussi du passage à l’hôpital, sans aucune exception.

  19. S’informer scientifiquement en lisant Futura science revient à s’informer sur la géopolitique en lisant Gloser ou Gala. Que des articles rédigés par des stagiaires reprenant sans critique tout ce qu’on leur met sous les yeux, et le tout dans la bien pensante scientifique du moment. Perso , quand je vois une référence à Futura science, je passe

    • Confirmation sur Futura. Tout faux. Mais ils peuvent publier des articles neutres, comme n’importe quel média. Là manifestement ce n’est pas le cas, de la science on est passé à la propagande…

      – Comment pourrait se terminer l’épidémie de coronavirus ? futura-sciences 27 octobre 2020.

      Extraits.

      « Cette pandémie est une crise sanitaire comme on n’en voit qu’une par siècle et ses effets seront ressentis pour les décennies à venir », affirme son directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus. Va-t-on devoir s’habituer à porter un masque éternellement, à ne plus jamais embrasser nos proches et à rayer définitivement voyages et concerts de notre vocabulaire ? Peut-être pas heureusement mais un retour à la « vie d’avant » est sans doute à exclure avant longtemps.

      Hypothèse no 1 : le virus disparaît naturellement.

      – Bref, il semble bien trop tard pour envisager cette hypothèse d’endiguement au niveau mondial. (Pas de bol !)

      Hypothèse no 2 : l’immunité de groupe.

      – Un scénario là encore peu probable donc. (Pas de bol non plus !)

      Hypothèse no 3 : un vaccin met fin à l’épidémie.

      – Théoriquement, un vaccin efficace peut en effet procurer une immunité suffisante pour arrêter la circulation du virus. (Eurêka !)

      Hypothèse no 4 : le virus devient endémique comme le rhume.

      – Pour l’instant, rien ne suggère un affaiblissement de la gravité de la Covid-19. (Pas de bol décidément !)

      Hypothèse no 5 : le virus végète à l’état latent.

      « Une fois qu’un pathogène a émergé, il est pratiquement impossible de l’éradiquer complètement », avertit Nükhet Varlik. futura-sciences 27 octobre 2020. (C’est définitif, à désespérer !)

      No comment !

  20. M-Laure
    Merci de cet article. Important de s’appuyer sur votre travail scientifique pour agir… mais comment s’organiser entre médecins convaincus pour agir dans la réalité actuelle ?

  21. Dans un article bien postérieur au retrait de l’étude frauduleuse, l’OMS y faisait toujours référence. J’ignore si ça a été corrigé depuis, mais ça valait son pesant de cacahuètes.

  22. Je ne peux pas juger vos compétences médicales mais il est clair que vous n’êtes pas biostatisticien ni épidémiologiste. Vous ne comprenez pas grand chose à ces deux disciplines et c’est dommage que vous ayez succombé au complotisme de Raoult, Perrone, Toussaint et consorts. Votre article n’est fait que d’approximations sans argumentaires, vous donnez juste votre point de vue.
    Juste quelques exemples :
    -quand vous comparez la mortalité à Marseille et dans le reste de la France vous comparez des choux et des carottes. A Marseille, on a testé très massivement (beaucoup d’asymptomatiques) et vous rapportez le nombre de décès au nombre de testés. Dans le reste de la France, les tests étaient effectués en réa voire pour les patients hospitalisés, donc le nombre de décès est rapporté au nombre de personnes en réa. Comment voulez-vous comparer ?
    -Pour l’étude Hycovid, vous osez écrire « réduction de 50% de la mortalité à 28 jours ». Je suis allé voir l’article, il faut quand même beaucoup de mauvais foi intellectuelle !
    -quand vous parlez des pays dans lesquels on utilise de l’HCQ, ce sont juste des pays dans lesquels on peut l’utiliser, mais vous n’avez aucune donnée sur l’utilisation réelle. Par ailleurs, vu les pays concernés (Malaisie, Indonésie, Turquie, etc) et malgré le respect que j’ai pour ces pays, vous pensez vraiment que le système de santé, l’accès au soin, les tests, le décompte des morts (en sachant si c’est lié au virus ou pas) est le même que dans les pays occidentaux. Par ailleurs, ce sont des pays qui ont des populations très jeunes, donc forcément peu de mortalité. Même si Mr Raoult préconise « les données brutes sans ajustement », il faudrait quand faire un minimum attention, c’est quand même grossier. Même si ça ne gêne pas Mr Raoult d’inclure des patients qui n’ont pas le covid dans ces études. A quoi ça sert ?

    Pour finir, un vrai travail vient d’être publier, désolé…
    https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-covid-19-morts-si-prescription-hydroxychloroquine-avait-ete-generalisee-80151/

    • Pour Marseille et la France, j’ai bien signalé (et le fais régulièrement), que la mortalité diminuait avec la multiplication des tests (passant de 20 à 3%). Cela continuera, nous sommes d’accord. Pour Hycovid, désolé, il y a des chiffres qui sont là. Pour les autres articles, que faites vous de ces grosses études multicentriques ? Tous incompétents ? Enfin pour ce dernier article brandi précipitamment comme l’a été celui de Mehra, il me laisse perplexe. Je l’ai honnêtement signalé il y a 3 heures, avec comme commentaire : « 63 essais étaient potentiellement éligibles. Nous avons inclus 14 essais non publiés (1 308 patients) et 14 publications/prépublications (9 011 patients). Les résultats pour HCQ sont dominés par Recovery et Solidarity, deux essais très pragmatiques, qui utilisaient des doses relativement élevées…. » Aucune info, aucune liste des études analysées, contrairement à ce que j’ai fait.

      • Juste un petit détail : c’est le taux de létalité qui diminue selon le nombre de tests positifs. Le taux de mortalité, lui ne bouge pas. La différence n’est pas anecdotique, parce que c’est en appliquant le taux de létalité à l’ensemble de la population qu’on obtient les estimations faramineuses d’un Fergusson. Entre 3,4% et 0,05 pour cent, l’écart est énorme. D’où la mystification de Véran face à Martine Wonner. (L’astuce étant de ne pas suffisamment minorer le taux de létalité quand on multiplie par cinquante ou cent le nombre de positifs.)

    • « Vous n’avez aucune donnée sur l’utilisation réelle. » de l’hydroxychloroquine, dans d’autres pays dite-vous. Vraiment ? Par dizaines de millions de comprimés, la preuve.

      En Inde où je vis depuis 1996.

      – Sur les 10,84 crores (1 crore = 10 millions ) de comprimés de 200 mg de HCQ produits dans le pays, le gouvernement a attribué 9 720 000 comprimés au Maharashtra, le plus élevé du pays. Ceci est suivi par l’Uttar Pradesh, qui a reçu 8 940 000 comprimés de la drogue. Delhi a reçu 6 480 000 comprimés, tandis que le Tamil Nadu a reçu 7 230 000 comprimés, selon la réponse.

      Le ministère de la Santé a en outre informé la Chambre haute que l’Inde avait exporté de l’hydroxychloroquine dans plus de 140 pays à ce jour.

      https://scroll.in/latest/973845/coronavirus-no-data-on-using-patterns-of-hydroxychloroquine-on-healthcare-workers-says-centre

      Vous en voulez encore ?

      Le 29 mai, l’ICMR a écrit à l’OMS pour s’opposer à la suspension de l’essai et à l’avis de l’OMS, car la dose prescrite aux agents de santé indiens représentait 25% de la quantité administrée dans l’essai. La lettre ajoutait que des «études indiennes» avaient trouvé des preuves de l’efficacité du HCQ dans le traitement du COVID-19.

      https://science.thewire.in/health/covid-19-india-health-ministry-hydroxychloroquine-recommendation-illegal/

      J’ai gardé le meilleur pour la fin. Dis-moi avec qui tu collabores… et je te dirais qui tu es. Cela ne s’invente pas.

      Forum économique mondial (https://fr.weforum.org)

      Découvrez la situation actuelle du coronavirus COVID-19 et ses effets sur la santé mondiale, l’économie et plus encore.

      Pour plus d’informations sur l’Organisation mondiale de la santé, cliquez ici.

      En collaboration avec Futura

      Question à une roupie : Les intentions du FEM (ou du FMI, de la Banque mondiale, etc.) sont-elles compatibles avec le bien-être et la santé de la population ? Qui ignore encore la réponse ?

      • « Dis-moi dans quel revue tu publies, je te dirai quel scientifique tu es ».
        https://osf.io/preprints/metaarxiv/64u3s/

        Le nombre de comprimés fabriqués, c’est vrai que c’est belle preuve scientifique, digne de l’IHU en tout cas.
        Bref, de toute façon, le gourou hypnotise ses adeptes et il n’aime pas trop le débat…

    • L’Allemagne utilise le protocole « raoult »…c’est pas l’Indonésie hein..Un amie a Berlin en a fait l’experience.

      • « Un amie a Berlin en a fait l’experience. » Qu’elle belle preuve scientifique, Raoult n’aurait pas fait mieux, ou alors si, il aurait demandé à ses amis qui possèdent les revus dans lesquelles ils publient de demander à leur amis qui vivent à Berlin. Ah ah !

        En tout cas, c’est beau la science à l’IHU :
        https://osf.io/preprints/metaarxiv/64u3s/

  23. https://venezuelainfos.wordpress.com/2020/10/25/le-president-maduro-annonce-la-creation-dun-medicament-qui-detruit-le-covid-19-a-100/
    Ce pays subi le blocus des USA et de ceux qui les suivent (La France)et malgré tout les chercheurs vénézuelliens arrivent à trouver un médicament qui détruit le covid et proposent de le fabriquer pour le monde entier donc France et Usa aussi.Est-ce de la dictature ou de l’humanité?Zéro commentaire de la part de nos médias aux ordres.
    Raoult devrait rentrer en contact avec le Vénézuela

  24. Nouvelle « méta-analyse » montrant que HCQ dans le Covid « augmente la mortalité de 2 à 20 % (quelle fourchette précise et significative !) : https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-covid-19-morts-si-prescription-hydroxychloroquine-avait-ete-generalisee-80151/ .
    Je traduis : « 63 essais étaient potentiellement éligibles. Nous avons inclus 14 essais non publiés (1 308 patients) et 14 publications/prépublications (9 011 patients). Les résultats pour HCQ sont dominés par Recovery et Solidarity, deux essais très pragmatiques, qui utilisaient des doses relativement élevées…. » Je vous laisses juges de la manipulation. Aucune info, aucune liste des études analysées, contrairement à ce que j’ai fait. A comparer.

    • On avait claqué la porte au nez des « pieds nickelés » du « LancetGate » et voilà que d’autres reviennent par la fenêtre ? Ils ne manquent pas d’air !
      au passage: pas un seul essai ne reprend la bithérapie HCQ/AZIT de Raoult/IHU !
      Je parie que les chaines d’infos vont préférer parler de cette méta-analyse plutôt que de votre synthèse pourtant bien plus objective……

      • Dans un article bien postérieur au retrait de l’étude frauduleuse, l’OMS y faisait toujours référence. J’ignore si ça a été corrigé depuis, mais ça valait son pesant de cacahuètes.

    • Pour avoir les détails, peut être faudrait-il lire la publication derrière l’article de vulgarisation cité… https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.09.16.20194571v2.full.pdf

      C’est fou de vouloir faire de la science comme de la poésie, heureusement la démarche scientifique cadre les études, sinon on s’injecterait du débouche-canalisation dans les veines (puisqu’aucune étude n’a démontré l’inefficacité) comme le voulait un certain.

      • Au cas où vous n’auriez pas remarqué, l’extrait cité vient de l’article original. Par contre il est plus complet que la première version vue, avec tous les détails.

  25. Pourquoi l’IHU ne se retourne pas vers l’ivermectine si il ne peuvent plus avoir du plaquenil ?
    J’espère qu’ils ont eu l’idée mais qu’il ne la dévoile pas (pas AMM sur le covid ).

    • Je ne comprend pas cette politique qui nie toute solution meme incomplète qui pourraient diminuer contamination et gravité de la maladie et donc éviter l’engorgement des hopitaux

  26. >> Va-t-il déboucher sur le plus grand scandale sanitaire que la France ait connu ?
    \mode citoyen désabusé on\
    Peut-être. A condition que la vérité éclate au grand jour et que les mass media relayent l’information et diffusent la vérité. Et si cela arrivait, la conclusion serait la même que pour le sang contaminé par le HIV : « responsables mais pas coupables ».
    \mode citoyen désabusé off\

    • Cette fois c’est un scandale international. Plus évident, mais plus difficile a mettre devant la justice les coupables.

  27. Il y a deux types de coronavirus, ceux qui apparaissent et disparaissent sans qu’on sache pourquoi, et il y a ceux qui reviennent chaque année à l’automne-hiver, dixit le Pr Raoult. Apparemment le covid-19 se comporterait comme le virus de la grippe saisonnière.

    De plus il mute et on ne peut pas prévoir si la version qui va apparaître la prochaine fois sera plus ou moins virulente et mortelle que la précédente.

    Ce que personne n’a encore relevé, semble-t-il, tous les jours je lis les articles disponibles sur le Net, jusqu’à présent avec la grippe, tous les ans une fois la période épidémique terminée (12 eme semaine en général), les autorités sanitaires remettaient le compteur à zéro, sauf qu’avec le covid-19 elles continuent le comptage histoire d’arriver à un chiffre monstrueux qui fasse peur à la population et cautionne les mesures totalitaires imposées par Macron.

    Effectivement il ne s’agit pas d’une « seconde vague », mais d’une nouvelle période épidémique saisonnière n’ayant rien à voir avec la précédente. Si le gouvernement lie les deux, c’est intentionnel, c’est pour amplifier l’impression trompeuse que ce coronavirus serait particulièrement dangereux et mortel, car les Pieds nickelés du Conseil scientifique de Macron savent reconnaître aussi bien que le Pr. Raoult un virus saisonnier d’un virus qui ne l’est pas.

    Donc la manipulation des consciences continue délibérément. S’ils sont corrompus et acquis à l’idéologie qu’incarne Macron, il n’empêche qu’ils ont acquis des connaissances scientifiques. Leur intention de nuire à la population est conscient.

    Lu dans un article.

    Plus les âges deviennent élevés, plus les décès sont concentrés en hiver et au printemps.

    De plus.

    La forte amplitude des décès d’une année sur l’autre, 43 000 entre 2003 et 2004. Le même phénomène se reproduira entre 2014 et 2015, respectivement 559 293 et 594 000 décès. Il n’y aurait donc rien d’extraordinaire à ce qu’on soit dans le même scénario en 2020… (Les chiffres varient d’une source à l’autre sans rien changer au fond.)

    Ce qu’il faut savoir aussi, c’est que d’ici 2050, si le taux de progression des décès annuels se maintenait au même rythme, le nombre de décès annuels toutes causes confondues devrait avoisiner 770 000 en France. (Insee) On en tremble déjà !

    • Pour ma part, je dis depuis le mois d’avril que la Covid-19 s’est substituée à la grippe. Cette idée, figurez-vous, m’est venue quand les ravis de la crèche du Conseil Scientifique se sont réjouis qu’il « n’y ait pas eu de grippe en 2020 ». Pour une raison encore inconnue, il semble que ce coronavirus ait pris la dominante sur ses concurrents, d’où son retour en force au milieu de l’automne, période classique de la renaissance des maladies infectieuses. Histoire d’enfoncer le clou, notons que la grippe aussi tue majoritairement des personnes très âgées ou très malades. Dernier point intéressant : on ignore à peu près tout sur la circulation des autres virus pendant l’été. Je souhaite bon courage au chercheur qui proposerait de tester des dizaine de millions de personnes juste pour voir…

  28. Une hypothese de cofacteur bactérien expliquant les formes sévères du covid avait été évoquée en mai (bactérie prévotella ?).
    Le docteur Ballanger de l’hopital d’Aulnay s’exprime ici et démontre que lui et beaucoup de ses collègues soignent avec efficacité avec de simples antibiotiques. Cela confirmerait le sentiment du docteur Maudrux comme quoi le traitement c’est AZT + HCQ te non pas le contraire. Une fois de plus le conseil de l’ordre rappelle à l’ordre, c’est le cas de le dire, ces médeçins déviants qui osent soigner. Quelles sont vos analyses ?
    https://www.youtube.com/watch?v=Iqd-rpiTeRA&feature=emb_logo

  29. Merci pour votre article. Et les commentaires sont tout aussi support à réflexion.
    Plusieurs questions se posent alors inévitablement (à mon avis)
    => Qui va porter plainte (vous, un collectif de médecins, le citoyen lambda) ? et sur quelles bases ?
    => Il semble que de très nombreux médecins soient effectivement très dubitatifs (c’est le moins qu’on puisse dire) sur la situation actuelle.
    Si c’est le cas pourquoi ne voit-on pas une réelle action émerger (plutôt que ce qui semble n’être qu’un soutien plutôt mollasson aux Toussaint, Peronne, et autres personnalités ayant un discours différent, comme vous même).
    => Enfin, comme un intervenant précédent, si ce délire est effectivement collectif dans le monde occidental, et pas qu’en France, On en revient à la question fondamentale : « que savent (ou croient savoir) ces gens sur ce virus, et qu’ils ne nous disent pas. » C’est effectivement la question que beaucoup de français moyens se posent, sans être complotiste: comment croire que ces élites puissent fragiliser les économies et l’équilibre social de leurs pays respectifs simplement pour les bénefs de l’industrie pharmaceutique et/ou pour masquer les faillites de leur systèmes de santé ?

    • On peut éliminer de la réflexion les bénéfices de l’industrie pharmaceutique, l’argent n’étant qu’un but pour le corrompu, tandis que pour le corrupteur il est un moyen.

    • Nouveau confinement en vue. Quelqu’un peut me dire à quoi ça sert, puisque l’âge médian des décès reste de 84 ans, soit en majorité des gens qui sont déjà confinés en Ehpad ou qui ne doivent guère avoir envie de sortir, par les temps qui courent ? En Italie, où ont lieu les mêmes aberrations, ça passe de plus en plus mal. Qu’en sera-t-il en France ?
      Avec les tests transgéniques, le délire s’accentue. On dépistera des gens pour les isoler… dans un pays qui sera déjà confiné, et sans avoir de traitement à leur proposer.
      Avant-dernière chose à noter : le grotesque couvre-feu aura mis moins de quinze jours à démontrer son inefficacité. Dans ce pays, on bat des records sans arrêt.
      Vidéos de Raoult et de Parola un peu tristes. On devine qu’ils ne s’attendaient pas à ce qui leur tombe sur la tête. Cependant, on aimerait sentir chez eux un peu plus d’indignation à l’idée qu’on les empêche de soigner des gens. A suivre, quoi qu’il en soit.

  30. En attendant, comme les mesures passoires (masque à l’extérieur, couvre-feu) s’enchaînent avec une remarquable inefficacité, les déments qui nous gouvernent vont en ajouter une couche, qui ne servira strictement à rien. Tout ça parce qu’ils refusent de prendre en compte deux réalités :
    1) Rien n’arrête aisément un virus. Quand son taux de mortalité (0,05%) est aussi bas, il n’y a pas de quoi en faire un drame. Le nombre de « cas » (un abus de langage) est une fiction due à une crise de testo-manie aigue.
    2) Tous les pays riches, qui ont une forte population de gens trop âgés ou trop malades pour vivre, sont confrontés au même problème. Si certains s’en tirent mieux que d’autres (Allemagne) il y a une raison : des maisons de retraites (autonomie + médicalisées) mieux conçues et plus performantes et un système hospitalier bien dimensionné. Alors, par pitié, protégez ces populations, et fichez la paix aux autres !

  31. Merci cher Confrère, j’ai retrouvé dans votre texte la rigueur d’analyse qui marquait déjà vos interventions lorsque vous dirigiez notre caisse de retraite. Et une fois de plus je trouve que cela fait vraiment du bien de vous lire. Merci encore d’avoir repris votre plume. Elle a du poids, beaucoup de poids et va sûrement commencer à faire bouger les lignes. Bien confraternellement. Chirurgien orthopédiste.

  32. Le covid19 montre où les restrictions budgétaires du néolibéralisme ont fait beaucoup de morts par million d’habitants, et comment une querelle de spécialiste coûte la vie à 20000 personnes (Brésil 743, France 516, Allemagne 120).
    https://ig.ft.com/coronavirus-chart/?areas=usa&areas=fra&areas=deu&areas=bra&areas=irl&areas=gbr&areasRegional=usny&areasRegional=usca&areasRegional=usfl&areasRegional=ustx&byDate=0&cumulative=1&logScale=0&perMillion=1&values=deaths
    Effectivement l’Allemagne montre que le Covid19 se soigne (quand on a 3 fois plus de lits et de personnel).

    • L’ennui, c’est que c’est l’Allemagne, grande adepte du « faites ce que je dis, pas ce que je fais » qui pousse au massacre des services publics, y compris la santé. Tout ça par terreur de l’inflation, un dogme qui ferait rire s’il n’était pas si triste. Savez-vous ce qui me désespère ? Depuis que dure ce cirque, pas un seul journaliste détenteur de la vérité et pourfendeurs de « fausses nouvelles » n’a eu l’idée d’aller voir comment ça se passe là-bas et de faire un article de fond sur le sujet.

    • L’espérance de vie comparées des pays européens montre que la France est meilleure que l’Allemagne sur ce plan, ce qui semblerait indiquer que le facteur clé n’est, entre autres, pas le nombre de lits de réanimation, ni le nombre de médecins, ni leur rémunération. Par ailleurs le/la COVID19 ne devrait pas fondamentalement changer cette espérance de vie en 2020 malgré ces différences de covidécès d’un pays à l’autre, qui portent sur la marge de la mortalité. Rappelons qu’il meurt en moyenne en France 1600 personnes tous les jours de l’années et non pas seulement pendant quelques semaines d’épidémie. La vie est donc une maladie beaucoup plus mortelle que n’importe quelle autre puisqu’elle tue chaque année presqu’une personne sur 100. J’espère que cette constatation ne conduira pas nos gouvernants à nous confiner 365 jours par an 24h/24h.

      • Ce serait quoi, alors, le facteur clé ?
        En réalité, le nombre de lits a son importance, mais il faut surtout chercher la différence dans la conception et la qualité des maisons de retraite (terme générique qui recouvre les résidences autonomie et les Ehpad). Comment s’en étonner puisque les personnes âgées sont (avec les grands malades) presque les seules à craindre vraiment le virus. Chez nous, les résidences autonomie sont des Cités-U pour vieux (gros risques de transmission des agents pathogènes) et les Ehpad ne sont pas (du tout) assez médicalisés. Pour le reste, je suis d’accord avec vous. Notons que nos dirigeants s’affolent parce que nous entrons dans la période hivernale, typiquement marquée par des maladies infectieuses (et très bizarrement, cette année, parce que nous sommes passés en deux ou trois semaines, sans transition, de très grosses chaleurs à des températures plus basses que la norme.)
        La litanie des chiffres ne signifie rien si on ne peut pas comparer avec les années précédentes. Le docteur Maudrux sait-il où on peut se procurer ce genre de statistiques – par exemple, maladies infectieuses sur octobre/novembre/décembre et sur les 10 ou 20 dernières années ?
        Il devient capital de collecter un maximum d’informations. Pas pour les quelques mois à venir – la bataille est perdue – mais pour après, quand il s’agira d’envoyer devant les tribunaux les responsables de la catastrophe actuelle et future. J’ai de plus en plus de remontées d’histoires terribles et poignantes – des drames non pas causés par le virus, mais par le confinement et les autres mesures absurdes prises par le pouvoir.
        Pour vous répondre : oui, si on les laisse faire, Véran et le Conseil Scientifique confineront tous les hivers, parce que la flambée des maladies infectieuses est un grand classique, tout comme la « tension » des hôpitaux, dont un Patrice Pelloux, par exemple, parle tous les ans.

  33. A tout hasard. J’ignore ce qui se passe exactement à ce niveau en France. (A publier ou non)

    Je confirme que le Plaquenil est disponible en ligne.

    Le courriel que j’ai reçu.

    ezshopremedieshere.com
    onlinepharmed.com

    Plaquenil 200 mg x 30 pilules, livraison comprise : 70.49 $

    Mar 27/10/2020 09:10
    Dear jctardieu@outlook.fr,

    Merci pour la coopération avec notre entreprise. Vous pouvez choisir l’adresse de votre choix. (donc en France je l’avais précisé – Tardieu)
    Nous proposons 1 mode d’expédition pour le moment: le service de messagerie avec traçabilité prend entre 14 et 21 jours. Cela coûte 30 USD.
    En raison de la situation actuelle avec COVID-19, la livraison de votre commande sera retardée avec une forte probabilité

    Merci d’avoir contacté notre équipe d’assistance. Nous sommes toujours heureux de vous fournir notre aide rapide. Si vous avez des questions, veuillez contacter le service clientèle à tout moment à support@order-cs.com ou par téléphone: +44203608 1340, +1 877 888 9761.

    Customer Support
    Emilia Heisenberg

    https://ezshopremedieshere.com/order-plaquenil-online-fr.html

    Package Example
    Votre commande sera emballée de façon sûre et sécurisée et envoyée sous 24 heures. Voici exactement ce à quoi votre colis va ressembler (photos d’un véritable article envoyé). Il a la taille et l’air d’une lettre privée classique (9.4×4.3×0.3 pouces ou 24x11x0.7cm) et ne dévoile pas son contenu.

    • Intéressant, mais je me suis toujours méfié des médocs vendus sur internet, je suis de la vielle école: pour moi un médicament ne peut s’acheter que dans une pharmacie…….

    • un ami a retrouvé l’adresse IP en Pologne concernant ce site qui lui est anglais…difficile de faire confiance. Il faudrait au moins pouvoir analyser un comprimé…faut des potes dans des labos;-))

    • Il est hautement souhaitable de cesser de détruire notre économie via une panique largement injustifiée (une panique organisée?)
      Malheureusement, on n’en prend pas le chemin.
      Heureusement, votre article a du succès, une première interview, plusieurs reprises dans différents journaux : tant mieux!

  34. Nous n’apprenons rien de Monsieur RAOULT qui a consacré sa vie à sa profession sans ambition démesurée sinon celle d’apporter à l’humanité souffrante. ce dont nous sommes témoins en revanche; parce que nous avons été proches de ses travaux depuis 35 ans, c’est l’ignoble comportement de ceux qui « bavent » sur lui. Sa méthode est la meilleure mais ne rapporte rien aux labos voraces et sans scrupule. Quant aux « médecins » intervenants sur les médias mainstreams, il faudrait les suspendre au regard de l’article R4322-62
    1/ […] des rapports de bonne confraternité. Il leur est interdit de calomnier un confrère, de médire sur lui ou de se faire l’écho de propos capables de lui nuire. Il est de bonne confraternité de prendre la défense […]
    2/ Ils agissent contre l’intérêt des patients (ce qui foule le « Serment d’Hippocrate »).
    On s’interroge: comment en est on arriver là? La banalité des critiques soutenue par des politiques sans conscience et incultes aggrave la défiance de tous sans aucune raison, aucun discernement… Grave

    • Ce qui arrive à Raoult montre que sa vision du monde est bien trop idéaliste. Il existe de véritables méchants, pour ne pas dire pire, et eux, rien ne les arrête. Mais insistons sur un point : les véritables coupables, ce sont les chefs de l’opposition à Macron (soit des gens qui représentent 75% du pays) et qui se taisent en comptant sur un petit calcul minable. Car eux sont formés au débat politique, et, je le rappelle, protégés par leur statut de parlementaire ou de chef de parti. Sans eux, rien n’est possible, sauf à en venir à des émeutes que je n’appelle pas de mes voeux, mais que je redoute.

      • Là vous faites de la politique et monsieur Maudrux est tolérant, plus que Le Grand Soir… Il faut dire qu’on ne peut pas aborder ce sujet sans mordre sur la politique. Pour se détendre un peu, avec une muselière, on ne risque de faire du mal à personne ! Sauf à soi-même…

        J’ai récupéré une adresse personnelle du Pr. Raoult dans une publication. Je lui ai écrit (notamment) qu’ils n’hésiteraient pas à le broyer, que ses relations politiques ne lui seraient d’aucun secours, donc il n’avait aucun intérêt à les ménager, et que passer à l’offensive était la meilleure défense dans ce cas-là. Il a le soutien populaire et il n’en profite pas. C’est un tort, s’il le perdait, il serait foutu. Macron est en guerre, il faut lui opposer une tactique guerrière. Je ne plaisante pas. Face à un abus de pouvoir, quand il persiste, que reste-t-il à défaut de se résigner, sinon passer à l’action pour l’affronter, c’est comme cela que se déclenchent des révolutions.

        Son père était médecin militaire, il a dû lui raconter qu’ils existaient de « véritables méchants » dans la société, non ?

  35. Bonjour et merci !
    la voix de collègues connus pour leur probité , dénonçant le mensonge et la malveillance porte plus loin que celle d’un modeste médecin

  36. Vous voulez une preuve que l’azithromycine fonctionne très bien sur la covid et que mettre de L’HCQ potentialise l’effet du macrolide ?
    Regardez cette vidéo filmée par un journal télévisé Guyanne soir le 1/07/2020 et là vous vous demandez pourquoi le Pr RAOULT n’a pas plus insister sur l’efficacité de l’azithromycine dès le débuts des signes cliniques ? Mystère ?
    https://www.youtube.com/watch?v=Y2ABYlK7n4o

    • Merci. Pour tout le monde, vous pouvez y aller, c’est 2 minutes. Déjà au début, j’écrivais « et si le protocole, c’était AZI + HCQ, et non HCQ + AZI », ce que confirme Raoult. J’ai fait aussi un billet uniquement consacré à la synergie (le 20 mai).

    • Merci pour cette video intéressante.
      Raoult confirme deux points importants:
      – l’AZIT seule est plus efficace que l’HCQ seule contre le virus.
      – l’association AZIT+HCQ montre une synergie considérable. (sous-entendu: avec une efficacité supérieure à celle obtenue avec AZIT/seule ou HCQ/seule)
      A propos de cette synergie, le biochimiste J.Fantini avait publié un article à ce sujet. On peut retenir la conclusion:
      « AZIT et HCQ ont des effets antiviraux synergiques sur l’infection par le SRAS-CoV-2, ce qui justifie l’utilisation de cette bithérapie pour la pandémie de COVID-19. Dans cette bithérapie, la molécule AZIT est dirigée contre le virus, tandis que l’autre (HCXQ) est dirigée contre les cofacteurs de fixation cellulaire. »
      https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0924857920301837#!

  37. Merci de cette synthèse qui doit être versée au dossier « a charges » de nos responsables qu’il faudra bien condamner un jour s’il y a une justice !
    Un être classé fragile (>80 ans) mais toujours vivant !

  38. Quand l’interdiction de se soigner est devenue le droit à la santé, on est réellement passé sous un régime totalitaire. Quelle alternative : Résignation ou insurrection ?

    Il y a un truc que je ne comprends pas.

    En cas d’angoisse compréhensible à titre individuel ou de pénurie au niveau des établissements hospitaliers, il n’est pas interdit semble-t-il de s’approvisionner en hydroxychloroquine et Azithromycine dans un autre pays par voie postal, aérienne ou via Internet. Existe-t-il un décret interdisant son importation en France ?

    Après rechercher avec Google, il apparaît que la vente en ligne subit la même censure criminelle. Je n’ai trouvé qu’un portail, mais c’est à vérifier. (https://theralpha.com/autres/plaquenil)

    Sinon il faut utiliser les substituts que vous aviez déjà cités.

    Ici en Inde, par curiosité je me suis présenté à la pharmacie située en face de l’un des plus grands centres hospitaliers et universitaires du sud de l’Inde, Jipmer, et on a refusé de me vendre de hydroxychloroquine, alors que l’Inde représente 70% de la production mondiale. Sur le Net j’ai constaté qu’une douzaine d’entreprises en fabriquaient, je n’ai pas été plus loin dans ma recherche.

    Tous mes confrères médecins touchés par le COVID-19 ont pris de la chloroquine » – 24 oct. 2020
    https://www.youtube.com/watch?v=pPlZ8PIykYI

      • A titre prophylactique, il y a de cela 5 ou 6 mois, le ministère indien de la Santé a prescrit l’hydroxychloroquine à tous les fonctionnaires en contact avec le public, en Inde il y a environ 23 millions de fonctionnaires, et apparemment il n’y a pas eu une hécatombe de décès dans cette catégorie de la population, bien au contraire.

        Pour la petite histoire sur l’Ivermectine également prescrit en usage vétérinaire. Ayant récupéré récemment un chiot croisé berger allemand et rottweiller, je me suis dit que ce je pourrais lui prescrire dans le cadre de la prévention de la filaire du chien, observant qu’il bouffait tout et n’importe quoi dans le jardin, quand sur la page Wikipédia je tombe sur l’information suivante : Des réactions létales à l’ivermectine ont été constatées dans les races suivantes (la liste en contient 17), dont celle de mon chien. Si je n’avais pas lu cet article, j’aurais pu tuer mon chien ! Depuis 25 ans, tous mes chiens vaccinés ou non sont tous morts prématurément.

  39. Merci beaucoup pour cette excellente synthèse, avec laquelle je suis entièrement d’accord. Le refus d’ATU pour l’hydroxychloroquine et l’agrément simultané du remdesivir est un véritable scandale sanitaire, surtout pendant cette 2ème vague qui risque d’être encore plus difficile que la première.
    Jusqu’à quand va-t-on compter les morts sans rien faire pour soigner au début de la maladie ?
    Pendant 45 années de prescription de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine pour le paludisme et les maladies auto-immunes, je n’ai pas rencontré le moindre problème.
    En plus de l’efficacité de la bithérapie de l’IHU de Marseille à la phase virale du début de la maladie, et à son efficacité démontrée sur la charge virale, donc sur la propagation du virus, on peut penser que l’hydroxychloroquine a aussi une efficacité sur les complications de la phase inflammatoire par son rôle démontré d’immuno-modulateur, le seul immuno-modulateur qui ne déprime pas l’immunité contre les infections.

  40. Et bien entendu, Facebook participe à ce complot mondial qui vise à faire mourir des millions d’innocents pour gagner beaucoup d’argent

      • Certaines personnes croient qu’un conformise poussé à l’extrême devient une délicieuse forme d’anticonformisme. Du coup, elles se sentent plus intelligents que les autres. Cependant, vous aurez remarqué que les messages de cet intervenant dépassent rarement deux lignes et qu’il ne répond jamais à ses contradicteurs…

  41. Merci pour ce gros travail. Le plus important pour moi est la révélation du parti pris injustifiable de l’ASNM et de nos ministres de la santé. A rapprocher de la perquisition qui a été lancée le lendemain de la dernière intervention télévisée d’E MAcron sur la gestion du Covid.
    Merci de veiller encore, notamment vs les tests et les vaccins miracles.
    Merci de revenir sur le risque des vaccins antigripaux proposés par la SS.

  42. l’IHU traite moins ? probablement parce que son traitement ne marche pas… ou alors il marche trop et le ministère met un frein à la livraison par sanofi des médicaments.

    À l’IHU, ils commencent à trier ceux qu’ils soignent parce que le ministère empêche la livraison de médicaments. Je serais complotiste, je dirais qu’ils cherchent à ce que des gens meurent. Je pense que la cours d’assises est la réponse minimale, en écartant d’entré le « responsable mais pas coupables ». (qui a déjà été bien éculé).
    vidéo de didier Raoult du 26 décembre. (avec une image sur les décrets gnagnagna qu’il faut ignorer)
    https://www.youtube.com/embed/zp_QgTEPPG0

    • A l’attention de Monsieur le Dr MAUDRUX
      Depuis 7 mois, presque quotidiennement, je publie sur quelques adresses mails et sur Facebook un test d’hypothèses statistiques comparant la létalité à Marseille (d’abord AP-HM&IHU puis désormais IHU) versus la létalité Nationale de la COVID-19. Je constate que la probabilité que l’écart entre celles-ci soit du au hasard est moins de 1 chance sur 1 Million (risque Bêta<0.000001). Il faut donc expliquer cet écart par autre chose que le hasard seul et on peut donc dire que la létalité à l'IHU est très significativement inférieure à celle constatée au plan National. Si cela peut vous intéresser je peux vous envoyer un fichier pdf d'une seule page par mail. Cordialement et Félicitations pour votre étude. Jack Servier

  43. Cher Dr Maudrux,
    Encore une synthèse aussi magistrale que pathétique. J’espère que l’ IHU M , ou l’ opposition politique, trouvera une réplique à la hauteur de ce scandale qui me semble avoir des accents de plus en plus criminels.
    Je vous propose, souhaitant bien sûr recevoir remarques et critiques de vous et de tous, une autre facette de cette pénible affaire : le Protocole du Pr Raoult aurait bien été identifié très tôt par le Gouvernement français comme efficace, mais écarté car, entre autres considérations, il aurait été TROP ONEREUX pour les finances officielles.
    Je propose pour lancer la réflexion une estimation chiffrée qui ne demande qu’à être peaufinée (je ne suis pas médecin) :
    a) Raout a bien dit de traiter tous les testés +, y compris les asymptomatiques, car il peut se développer des lésions cachées.
    b) Pour sécuriser au maximum, vu les propos terrorisants tenus par les instances officielles, il fait passer à chacun 2 ECG, et procède à un dosage de potassium (15€ ?).
    c) Donc pour faire cela à très grande échelle il faut déléguer à la médecine de ville, d’où au moins 1 visite chez le généraliste (20€ ?), 2 chez le cardiologue (50€ ?), 2 ECG (2x 15 € ?)
    d) La posologie standard du protocole Raoult me semble être 600mg de Plaquénil sur 10 jours soit une boite à 5,2 €. Pour l’AZT grosso modo une boite aussi à 8,5 €
    TOTAL environ 180€, le tout remboursé à 70%, donc sortie de cash pour les fiances publiques environ 125 €.
    Avec Raoult, comme sans Raoult, certains n’échappent pas à la réanimation à l’hôpital, mais celle-ci est déjà budgétée en couts fixes (matériel, personnel) . Le seul impact « variable » seraient les consommables : je crois avoir trouvé 140€ par jour. Et les malades resteraient en moyenne 19 jours en réa.
    Dans l’ AP standard , disons 4,2 % ( ?) des Covid + terminent en réa. Avec le protocole Raoult seulement 2,9 % ( ?) . Ainsi donc, coût supplémentaire pour les Finances pour 100 personnes Covid + :
    Dans l’ AP standard : 100 X 4,2% x 140 x 19 = 11 172 €
    Avec protocole Raoult en médecine de ville : (100 x 2,9 % x 140 x 19) + 100 x 125 = 7714 + 12 500= 20 214 €
    Certes dans le 2 ème cas l’épidémie serait comme dans votre groupe des Early HCQ Use, restée une gripette , mais dans le premier cas on a moins de retraites à verser et on a maîtrisé son « risque pénal » (so far…)

    • Allô ! Allô ! Il y a quelqu’un au bout du fil ?
      Un jour de réa ça coûte au moins 3500€/j sans compter les médicaments et examens secondaires ! Avec intubation et Cie ça passe facilement à 5000€ de base ! Comment vous pouvez comparer des médicaments pas chers à des traitements réa de millions d’euros ! Et les tentatives de suicides sont aussi extrêmement coûteuses ! Alors il vallait beaucoup mieux dépenser un peu ou beaucoup au début et plus rien après ! Je rappelle qu’il faut ajouter les milliards d’euros empreuntés qui ont plombé le pays et la santé pour les 50ans à venir, uniquement pour sauver 39 vieux qui sont déjà morts pour beaucoup d’eux ou dans les 2ans à venir max ! !

      • Oui cher ZORRO , il y a quelqu’un au bout du fil qui comprend que vous n’avez lu qu’en diagonale ou si vous avez tout lu vous n’avez pas bien compris le raisonnement et le principe du calcul présenté. C’est de la COMPTABILITE ANALYTIQUE et BUDGETAIRE. Il semble vous avoir échappé ce bout de phrase essentiel : « budgétée en COUTS FIXES (matériel, personnel) . Le seul impact (en coût) « variable » seraient les consommables » et « coût SUPPLEMENTAIRE pour les Finances » . Les 3000€ pour un jour de réa : (a) c’est une moyenne qui inclut bien sûr les cas extrêmes à 5000€ ; (b) c’est en majeure partie un coût fixe , aux consommables près dont j’ ai trouvé une estimation (moyenne..;) à 140€ par jour.
        Autrement dit que vous utilisiez ou pas le « lit de réa » , l’amortissement du matos et le personnel pour le servir en cas de besoin est déjà dans le budget de l’ Etat à hauteur de 3000-140€ =2860€ . Pour me faire bien comprendre , c’est comme quand vous vous offre une belle voiture en leasing : ce sera par exemple 400 € par mois, que vous l’utilisiez ou pas. Si vous l’utilisez un peu , ça passera à 540€ , le 140 ici étant cette fois le « consommable » essence. Alors que 100€ de médecine de ville « en plus » remboursés à 70 % , c’est 70€ qui AUGMENTENT les dépenses de l’ Etat.
        Cela étant (voyez mes contributions dans d’autres articles du Dr BAUDRUX) je suis très en faveur du protocole Raoult , et j’ai fourni cette réflexion pour montrer ce qu’a pu être un élément de décision gouvernementale anti-Raoult au début de la pandémie . Je suis bien d’accord avec vous que cela relève de la très courte vue (apprise à l’ ENA) , et qu’une vision globale , à moyen terme…mais nécessitant du courage politique (plutôt que s’abriter derrière un Comité Scientifique germanopratin) aboutit à un bilan y compris financier infiniment meilleur : pas de confinement, moins de faillites et de chômage, moins de morts directs et indirects , moins de rescapés avec séquelles graves, etc

  44. Merci ,docteur, pour le courage dont vous faites vous aussi preuve.
    Mais qu’attendent donc tous les médecins non conformistes et non inféodés à Bigpharma tel que vous pour, oubliant les éventuelles susceptibilités de chacun, déposer plainte contre ce lamentable mortigène gouvernement comme aux Pays-Bas

      • C’était peu probable que l’ANSM accepte la demande de RTU pour l’HCQ, car depuis le début les autorités sanitaires ont tout fait pour discréditer la bithérapie de Raoult. Mais quand on voit que ce refus est quasiment simultané avec la mise à disposition gratuite du Remdesivir ça devient énorme ! On a vraiment franchi une nouvelle étape dans ce scandale, la prochaine étant le blocage probable des livraisons d’HCQ à la pharmacie de l’IHU !

  45. Merci pour cette étude très fouillée de ce problème, cependant une fois n’est pas coutume je veux me faire l’avocat du diable en relevant un point qui me chagrine. Vous écrivez: « celle de l’IHU de Marseille, bientôt 9 000 cas », il se trouve que le site de l’IHU a été assez profondément modifiée au sujet du Covid19 depuis plusieurs semaines (https://www.mediterranee-infection.com/covid-19/), il sépare maintenant la période en 3 phases :1- la première vague, 2-l’accalmie de l’été et 3-la vague actuelle (du 1er Septembre jusqu’au 23 octobre). Il se trouve que sur les 3 périodes l’IHU n’a effectivement traité « que » 5650 personnes (encore loin des 9000 mais ce n’est pas le principal souci), pendant les 2 premières période l’IHU traitait environ 50% des cas positifs détectés entre APHM et IHU, mais au cours de la période actuelle, en moins de 2 mois, le nombre de cas positifs dépasse désormais sa 1ère vague avec 7257 positifs mais l’IHU sans explication ne traite plus que 17% des cas positifs ce qui rend son influence plus faible. Fait important on voit que comme sur le reste de la France le taux d’hospitalisation (APHM+IHU) a chuté par rapport à la 1ère vague seulement 406, soit 5,6% contre 23%, mais le taux de décés des hospitalisés a bondi à 16,5% contre 10% en 1ère vague montrant une dégradation des performances sur Marseille, qui se rapproche désormais des mauvais chiffre France entière de la 1ère vague (19% de décès des hospitalisés au 15 juin).
    Il a souvent été reproché au professeur Raoult de traiter des patients qui auraient guéri ailleurs sans traitement, malheureusement les chiffres au niveau français semblent donner raison à ses détracteurs si l’on compare les performances APHM/IHU donné par l’IHU et la France entière (où désormais on teste comme à Marseille) sur la fameuse période courante (1/9 au 23/10) :
    France entière (sources John Hopkins et ministère de la Santé) 766 000 cas positifs, 38 960 hospitalisations soit 5% des cas et 3235 décés soit 0,5% des cas et 8% des hospitalisations
    à comparer avec :APHM+IHU : 7257 cas positifs, 406 hospitalisations soit 5,6% et 67 décès 0,9% des cas et 16,5% des hospitalisations.
    Tout cela fait que l’on peut regretter qu’une véritable étude comparative n’ait pas été conduite à son terme en France par la faute de la mauvaise volonté des pouvoirs publics, comme vous le démontrez largement dans votre billet.

    • Merci pour ces précisions, mais difficiles à interpréter, car APHM, ambulatoire ou hospitalisé ? et additionner APHM et IHU, c’est additionner avec et sans HCQ ? Personnellement il y a bien longtemps que je n’ai pas regardé leurs publications : on sait ce qu’ils font et ce qu’ils trouvent, je n’ai pas mis de lien comme pour les autres, car ce n’est pas une nouveauté. J’ai vu passer un article en cherchant les autres où ils signalaient 8 400 ou 8 600 au total, donc pour moi il en est à bientôt 10 000 au total. Le but n’était pas de détailler et analyser l’IHU, mais de voir ailleurs, si on trouve les mêmes résultats, et la tendance générale : efficace ou inefficace ?

    • Merci et félicitations pour cette étude remarquablement documentée et dont je partage entièrement les conclusions . Ancien PU PH d’immunologie et ancien Directeur d’Unité de recherche INSERM je crois savoir lire et comprendre les publications et , comme vous , je n’en ai trouvé aucune démontrant l’inefficacité de l’HCQ lorsqu’elle est administrée correctement . Par contre je suis ahuri de constater les piteux efforts que font ses détracteurs pour essayer de montrer son inefficacité .Il est navrant de constater que des collègues avalent ces inepties .Sont ils mal voyants ou malveillants ?

      • Notre ministre a défendu publiquement 2 études : celle de Mehra, celle des vétérans américains où les auteurs disaient administrer HCQ aux cas les plus désespérés pour montrer que cela ne marchait pas (en milieu hospitalier toujours. A ce sujet, Véran sait-il ce qu’est l’hôpital et la médecine de ville ?). L’ANSM, elle, a poussé toutes les études HCQ à stopper, montrant qu’elle ne savait pas lire ces études. Maintenant elle dit qu’elle s’appuie sur des études, lesquelles, et sait-elle lire ? Ahuri comme vous.

    • J espère pour eux qu’il n’y aura pas de séquelles graves sur les patients soignés au remdesivir sinon ca sera passage par la case prison

      • Dans Discovery, 2 patients sous Remdesivir passés en dialyse, connu pour ses effets toxiques rénaux et hépatiques. Une seule étude semble montrer une légère efficacité, financée par le laboratoire.

    • Sauf que les cas positifs ne sont pas des cas malades alors que Raoult ne traite que les malades ! Vu la polémique sur le refus de donner le CT des tests PCR, le chiffre des positifs est largement surdimensionné par rapport au nombre de malades. A noter que Raoult est le seul à annoncer un calibrage des tests et qu’il se limite à un CT de 35 au dessus duquel il n’y a plus aucun virus de vivant.

  46. Bonjour, moi je m’inquiète de certains vaccins qui font des morts en Corée du Sud et a Singapour …https://www.telegraph.co.uk/news/2020/10/26/singapore-halts-use-flu-vaccines-48-die-south-korea/ La Corée du Sud aurait repris ces vaccinations malgré 25 morts et Singapour préfère arrêter pour l’instant ..Un des vaccins mis en cause est un vaccin français .. »VaxigripTetra est fabriqué par Sanofi et distribué localement par Sanofi Aventis » ». J’ai droit à un vaccin par la sécu, étant diabètique et a risque mais vu la situation je préfère laisser tomber. Certains médecins alertent en disant que cette année il ne faut pas croiser le corona et la vaccination, si on a été en contact avec le corona, ce que j’ignores ..Ayant 2 fois a Lyon, comment savoir si j’ai été en contact ? Je vous remercies si vous pouviez m’en dire plus sur ce fameux « croisement » de virus ..J’attendrais l’an prochain..Merci

  47. je vous ai tellement regretté, cher Confrère, comme Président de notre Caisse de retraite sur laquelle ils ont fait main basse sous prétexte de la Covid19 alors que le Conseil d’Etat l’avait préservée de la Retraite pour tous. Mais vous êtes aussi courageux sur ce Blog où vous pourfendez la bêtise et la cupidité de nos élites. Le refus de laisser les soignants atteints de Covid faire une étude CARMF HCC/ placébo est un vrai scandale. J’espère que le collectif qui a porté plainte pour nos confrères disparus lit votre Blog et utilise vos arguments à l’appui de sa plainte.

  48. Merci beaucoup pour cette synthèse.
    Parmi les essais français je ne parviens pas à trouver les résultats obtenus pour COVIDOC, un essai randomisé mené par le CHU de Montpellier et qui devait appliquer la bithérapie HCQ/AZIT sur 150 patients. Cet essai a été lancé en Avril, et semble avoir été stoppé en Mai en raison du recul de l’épidémie comme indiqué ici:
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Covidoc#Difficult%C3%A9s
    Sur le site du CHU de Montpellier j’ai retrouvé l’annonce du démarrage de l’essai :
    https://www.chu-montpellier.fr/fr/professionnels/journalistes-media/actualites/coronavirus-les-equipes-de-recherche-du-chu-de-montpellier-pleinement-mobilisees-3992
    J’ai également trouvé cette interview du Pr Reynes indiquant que l’ANSM lui avait demandé le 25 mai de stopper tous les essais avec HCQ, quelques jours après la publication de l’article du Lancet.
    https://www.midilibre.fr/2020/05/27/professeur-jacques-reynes-on-naura-pas-de-reponse-sur-linteret-de-lhydroxychloroquine,8905173.php
    Avez-vous d’autres sources donnant plus de détails sur les résultats obtenus pour l’essai COVIDOC ?

    • Vous avez donné la réponse, les autorités et l’ANSM ont fortement incité l’arrêt de toutes les études sous HCQ. Même chose pour Hycovid, même si le dernier patient est antérieur au Lancet, ils ont aussi eu des difficultés à recruter jusqu’à l’arrêt officiel début juin. Difficultés de recruter, prescriptions dans une ambiance délétère, la décision est logique. Il serait intéressant de savoir quels résultats pour les patients inclus. Covidoc, Hycovid, Discovery, les résultats sont connus depuis longtemps, la non publication ouvre la porte à toutes les suspicions.

  49. Merci pour votre excellent article.
    Les français ne sont pas soignés du COVID-19 avec le traitement qui fonctionne.C’est une honte depuis le début de l’épidémie.Je ne peux pas dire comme j’ai envie de crier, voire de hurler face à ce qui se passe actuellement en France.Mais cela ne servirait à rien. ll faut aller en justice et mettre tous ces escrocs,ces menteurs,ces criminels devant leurs actes odieux et les punir à bon escient.

  50. Vous dites en conclusion « Plus la prescription est précoce, plus elle est efficace, passant de 100% à 60-70% d’effets positifs.  » Je suppose que vous vouliez dire l’inverse.
    Au sujet du classement de l’HDC en substance vénéneuse, cet article donne quelques éclaircissements:
    http://www.francesoir.fr/politique-france/le-classement-de
    lhydroxychloroquine-sur-la-liste-ii-des-substances-veneneuses#disqus_thread

    • Le lien ne marche pas.
      Le titre est: « Le classement de l’hydroxychloroquine sur la liste II des substances vénéneuses empêche sa vente libre. Trois ministres ont-ils tout dit? »

    • 100% des études en phase précoce montrent une amélioration, 60 à 70% des études en phase plus tardive ont également des effets positifs

      • C’est bien ce que j’avais cru comprendre.
         » En clair : tous les médecins qui ne randomisent pas ne sont pas des menteurs. »
        Raoult va même plus loin dans le rapport qu’il a remis à la commission d’enquête parlementaire: (p 13)
        « En réalité, les essais randomisés introduisent tout de suite un biais,qui est un biais de recrutement,et des praticiens et des patients. Beaucoup de patients refusent les essais,y compris non randomisés,et, encore bien plus,les essais randomisés,et beaucoup de praticiens se refusent à pratiquer des essais randomisés. Ceci amène à avoir un biais,de mon point de vue, beaucoup plus important avec les essais randomisés qu’avec les études observationnelles »
        Et il cite la société Cochrane library, spécialisée dans les revues systématiques, qui s’est penchée sur le sujet.

        • Pour ce qui est de la valeur de la randomisation, je cite souvent le cancer de prostate, j’en ai traité plusieurs centaines. Vous en avez, qui en 2 ans, quels que soit le traitement, échappent. Je n’ai jamais fait de statistiques, mais disons 10%. Maintenant essayons un nouveau traitement, 200 patients, randomisé, 100 avec TTT, 100 sans TTT. Il va y avoir 2 patients, quoi que vous fassiez, qui vont plomber la cohorte où ils tombent. Le hasard du tirage au sort, s’ils tombent les 2 dans la même cohorte (1 chance sur 2), cette cohorte va avoir une mortalité très supérieure, et zéro morts de l’autre à 2 ans, liée non au traitement, mais au tirage au sort. La randomisation n’apporte aucune garantie de résultats non biaisés. Le grand nombre est très supérieur.

  51. En France, l’hydroxychloroquine est classée substance vénéneuse sous toutes ses formes depuis l’arrêté du 13 janvier 2020 signé par le Directeur Général de la Santé Jérôme Salomon. Le 8 octobre 2019 l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) demande un avis à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) qui rend son avis en date le 12 novembre 201922. Il rejoint l’avis de l’ANSM et porte l’hydroxychloroquine sur la liste II des substances vénéneuses (médicaments comprenant des substances toxiques)23.
    22 Roger Genet, « AVIS de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation,de l’environnement et du travail » [archive], sur http://www.anses.fr
    23 ↑ « Arrêté du 13 janvier 2020 portant classement sur les listes des substances vénéneuses » [archive], sur Légifrance, 15 janvier 2020.

  52. Merci Dr Maudrux pour vos blogs toujours très pertinents.
    J’avoue que je ne comprends plus rien à cette opposition toujours plus importante à la prescription de l’HCQ dès le DEBUT de l’atteinte par le Covid 19. Il est à mon avis incontestable que les études OBSERSATIONELLE et même pour certaines randomisées montrent un avantage certain au protocole de Didier Raoult. Pourquoi l’OMS, la France, les USA et un certain nombre d’autres pays refusent d’appliquer ce protocole. Les Bigpharmas sont elles aussi influentes? alors que les pays qui utilisent ce protocole ont de meilleurs résultats au niveau de l’hospitalisation et des décès que ceux qui ne l’utilisent pas??? Aura t on une réponse un jour?
    Merci de répondre à ces questions si vous le pouvez
    Bien confraternellement

    • Plus qu’une influence de la « bigpharma », c’est peut-être tout simplement des élites qui refusent de reconnaître leur erreurs, quel qu’en soit le prix. Leur erreur initiale, excusable, est due à leur incompétence en la matière, mais après, il est impossible pour eux de s’être trompés.

      • Je veux bien accepter vos arguments mais cela est au niveau international. Qui sont ces « élites »? De plus si ils sont incompétents il faut les virer. C’est grave; il s’agit de la vie de milliers de personnes dans le monde entier. Et je répète ma question: aura t on une réponse un jour et connaitra t on les noms des incompétents? Je commence sérieusement à en douter

      • humm . . . si vraiment ils s’étaient trompés ils minimiseraient les conséquence en regardant ailleurs pendant que Raoult soignerait a l’hydroxychloroquine .
        là non ils interdisent et menace ceux qui s’en servent !
        cette affaire est plus importante et concerne un domaine beaucoup plus vaste qu’une épidémie !
        tant que vous ne l’admettrez pas tout ce que vous pourrez faire sera comme pisser dans un violon !

        • justement, ils persistent dans leur connerie (« errare humanum est perseverare diabolicum »).
          c’est un drame bien français d’avoir des dirigeants et des experts incapables de se remettre en cause… (syndrome Gamelin).

  53. Merci beaucoup pour cette synthèse.
    Parmi les essais français je ne parviens pas à trouver les résultats obtenus pour COVIDOC, un essai randomisé mené par le CHU de Montpellier et qui devait appliquer la bithérapie HCQ/AZIT sur 150 patients. Cet essai a été lancé en Avril, et semble avoir été stoppé en Mai en raison du recul de l’épidémie comme indiqué ici:
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Covidoc#Difficult%C3%A9s
    Sur le site du CHU de Montpellier j’ai retrouvé l’annonce du démarrage de l’essai :
    https://www.chu-montpellier.fr/fr/professionnels/journalistes-media/actualites/coronavirus-les-equipes-de-recherche-du-chu-de-montpellier-pleinement-mobilisees-3992
    J’ai également trouvé cette interview du Pr Reynes indiquant que l’ANSM lui avait demandé le 25 mai de stopper tous les essais avec HCQ, quelques jours après la publication de l’article du Lancet.
    Avez-vous d’autres sources donnant plus de détails sur les résultats obtenus pour l’essai COVIDOC ?

  54. demande faites par le Pr Raoult et le Pr Braqui,et ils vont sans doute aller en justice contre cela.

  55. Merci beaucoup pour cette synthèse.
    Parmi les essais français je ne parviens pas à trouver les résultats obtenus pour COVIDOC, un essai randomisé mené par le CHU de Montpellier et qui devait appliquer la bithérapie HCQ/AZIT sur 150 patients. Cet essai a été lancé en Avril, et semble avoir été stoppé en Mai en raison du recul de l’épidémie comme indiqué ici:
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Covidoc#Difficult%C3%A9s
    Sur le site du CHU de Montpellier j’ai retrouvé l’annonce du démarrage de l’essai mais pas d’autres infos sur les résultats obtenus:
    https://www.chu-montpellier.fr/fr/professionnels/journalistes-media/actualites/coronavirus-les-equipes-de-recherche-du-chu-de-montpellier-pleinement-mobilisees-3992
    Avez-vous d’autres sources donnant plus de détails sur les résultats obtenus pour l’essai COVIDOC ?

  56. J’habite la région lilloise. Comment peut-on trouver un médecin prêt à prescrire l’hydroxichloroquine ?
    Merci.

  57. Merci pour ce travail bibliographique
    ça conforte les impressions « terrain » et donne du courage pour continuer à garder son sang-froid .

  58. Avez-vous eu connaissance de cette déclaration rédigée et signée par 35 épidémiologistes des maladies infectieuses et scientifiques spécialisés en santé publique, le 4 octobre 2020 à Barrington, aux Etats-Unis ?

    https://gbdeclaration.org/la-declaration-de-great-barrington/

    Dans un récent entretien à Cnews ou Sud-Radio je ne sais plus, le Pr. Toussaint a déclaré qu’il n’existait aucun traitement à l’issue de toutes les études effectuées sur les effets de l’hydroxychloroquine, lâchant Raoult et Perronne et leurs collègues qui prétendent (A juste titre) que cette molécule a prouvé son efficacité (Ce n’est pas la seule.). De son côté Raoult n’a pas signé l’adresse parue dans Marianne, lâchant Perronne et Toussaint. Croyaient-ils s’en tirer individuellement ? Quelle cruelle illusion !

    A ce petit jeu, Macron les éliminera ou les neutralisera les uns après les autres, c’est déjà ce à quoi on est en train d’assister. Cela vaut pour chacun d’entre nous.

    Compte tenu de ces derniers développements, si malgré tout on peut encore les soutenir non sans émettre certaines réserves, il faut qu’ils sachent qu’on ne se compromettrait pas à leur côté pour les sauver, car on y laisserait aussi notre peau et notre dignité, et franchement on n’y tient pas du tout.

    • D’accord avec vous, il y a une certaine déception. Notons quand même que ces professeurs et médecins n’étaient pas taillés pour affronter le pouvoir. Regardez la sincère sidération de Raoult face à ce qui lui arrive. Jusqu’au bout, il a cru que Macron, parce qu’il lui faisait des grâces, ne le jetterait pas aux chiens. Perronne est très sympathique, mais trop tendre pour un tueur froid comme Véran. Quant à Toussaint (je l’apprécie beaucoup aussi) il n’a pas assuré ses arrières en martelant qu’un rebond hivernal n’aurait rien à voir avec une « deuxième vague ». Du coup, il est coincé.
      Mais ce sont des soignants et des professeurs à la merci de toutes sortes de prédateurs, comme les institutions sanitaires ou l’Ordre des Médecins. Il faut comprendre qu’ils partaient perdants, et qu’ils ont quand même magnifiquement combattu.
      En revanche, la honte soit sur les opposants politiques du Macronisme (quoi qu’on pense des uns ou des autres, la question n’est pas là). Alors qu’eux sont protégés par leur statut de chefs de partis ou de parlementaires, ils se taisent, comptant sur un petit calcul minable. « Macron se cramera quoi qu’il arrive, et on tirera les marrons du feu. S’il y a une hécatombe, on l’accusera de laxisme, et s’il n’y en a pas, on lui reprochera d’avoir dévasté le pays. Alors, pourquoi se mouiller ? »
      Pour ne pas abandonner le peuple, peut-être ? Pour prendre le pouvoir sur autre chose qu’un Titanic en train de couler? Pour pouvoir se regarder en face dans un miroir ?
      L’histoire dira ce qu’il en sera. Qu’on se souvienne d’Obama (je ne le vénère pas), un obscur sénateur qui s’était distingué en étant un des seuls, parmi les Démocrates, à ne pas donner dans l’Union Sacrée avec G.W. Bush…

  59. Une autre info qui vient parfaire le « dispositif ».

    Facebook a purement et simplement supprimé un groupe de soutien à Didier Raoult… qui avait pas loin d’un demi million de membres !

    https://www.lefigaro.fr/flash-actu/le-groupe-facebook-didier-raoult-vs-coronavirus-desactive-20201025

    Contre la molécule et les hommes qui la soutiennent… Les gouvernements, autorités médicales, revues médicales, GAFA… mènent une guerre 360° et planétaire…

    • je comprends mieux maintenant, toutes ces restrictions sur nos libertés qui montent crescendo. le gouvernement a dû s ‘apercevoir que l’ordonnance déposée sur les fake news dès son arrivée au pouvoir, n’avait pas eu l’effet escompté.

    • ce type Arnaud chiche ne comprend pas qu’il ne s’agit pas d’une histoire sanitaire. a moins qu’il n’espère obtenir plus de moyens pour son, les hôpitaux !
      http://aredam.net/affaire-samuel-paty-le-revenant-de-la-naphtaline.html
      c’est une guerre et tout ces crétins qui ne pense qu’a en tirer partis en jouant les Hérault seront broyer par cette machine infernale !
      tout ce que nous pouvons faire c’est tenter d’être le grain de sable qui retardera la machine en attendant qu’un élément inattendu se produise et nous permettre de mettre cette machine infernale a terre !

  60. Bravo docteur !

    Deux infos.
    Grèce. Nombre de morts par million d’habitant très faible. 55.
    Soit dix fois moins que la France…

    On peut dire « ce sont les olives et l’ouzo » ou encore plaisanter sur le système de santé grec hyper moderne et le « pognon de dingue » qu’ils dépensent dans des milliers de lits de réanimation… Il me semble plus rationnel de penser que l’HCQ distribuée comme des smarties, dès la fin mars, a été le facteur clé.

    https://greekcitytimes.com/2020/03/29/24-million-doses-of-chloroquine-donated-to-greek-hospitals/

    Idem en Croatie (107 morts/million).
    https://www.amcham.hr/en/sandoz-donates-hydroxychloroquine-to-infectious-diseases-clinic-dr-fran-mihaljevic-n594

    Enfin, votre titre est malheureusement réducteur. Et c’est pour cela que c’est beaucoup plus grave. Il ne s’agit pas d’un problème franco-français… Mais d’un scandale qui affecte en gros tous les pays occidentaux.

    C’est une guerre sans merci contre cette molécule, depuis le début. Et qui ne cesse pas.

    Voilà ce qui est le plus effrayant.

    • Tout faux. L’équivalent du conseil scientifique en Grèce ne recommande pas l’HCQ, sans l’interdire, le système hospitalier grec est terriblement atteint par les coupes budgétaires dûes à la crise, bien plus qu’en France,etc… De l’avis général en Grèce, les excellents résultats sont dûs essentiellem 2 facteurs : le premier et le plus important, l’extrême sentiment de lutte collective de l’ensemble de la population, qui a suivi de façon stricte les reco nationales (contrairement à la France, où les réseaux sociaux et les blogs ont joué un rôle délétère), même quand ils n’étaient pas d’accord. L’autre élément essentiel est la faible densité démographique associée à une habitude de vie en plein air.
      De retour de 4 mois en Grèce, effaré de ce que je retrouve dans mon malheureux pays…

  61. A ce stade de l’instrumentalisation de l’épidémie de SARS-Cov-2 de mars-avril 2020, terminée en France depuis mai, chaque Français en âge de comprendre doit savoir qu’il ne s’agit nullement d’une crise sanitaire mais d’une crise politique majeure et particulièrement grave. Le premier objectif est de détruire profondément l’économie. Le deuxième, permis par le premier, est de détruire les institutions politiques telles que nous les connaissons. On doit admettre, en conservant son sang-froid, qu’il s’agit du début de la troisième guerre mondiale.

    • Tout à fait d’accord avec vous.
      La crise économique que certains dirigeants occidentaux organisent dans leurs pays va se traduire (et c’est déjà le cas) par une explosion des dettes publiques qui conduira à la mise sous tutelle de ces pays, à l’exemple de la Grèce il y a 7 ans. Avec démantèlement-privatisation des services publics, pauvreté généralisée, bradage du patrimoine national…
      et Macron est un spécialiste du bradage -Alstom, aéroport de Toulouse, …

  62. Bonjour, Merci pour cette synthèse que j’avais aussi faite dans mon coin à partir des même sources. J’ai aussi du mal à comprendre que dans le contexte actuel on se passe d’un traitement aussi sûr, même dans le doute.
    Mais s’ils ne lisent pas toutes les études ou s’ils ne regardent que les conclusions comme pour le Lancet, à l’instar du journaliste de base ou du pékin moyen, ce n’est pas étonnant. Le conseil scientifique a prouvé son incompétence avec brio à l’occasion de l’affaire du Lancet. Il est incompréhensible qu’il n’ait pas été totalement renouvelé suite à cela…
    Par contre, il me semble avoir vu passer une mise en garde que je ne retrouve pas mettant fortement en doute la publication de Zelenko . Quelqu’un a t’il vu la même chose?
    Bien cordialement

    • Je ne l’ai pas cité comme étude, bien que très médiatisé partout. J’ai le souvenir d’avoir critiqué son étude dès le début, vu la « cohorte », « traitée », avec selon mon souvenir des patients à risque traités sans diagnostic, mélangés à tout, prophylactique et thérapeutique. Pas sérieux. Je n’ai lu que le titre de son article que j’ai vu passer et qui m’a plu, utilisé pour cette raison, mais pas l’article, car il est pour moi classé.

    • Il y a cet article de libération dont les arguments sont valables :
      https://www.liberation.fr/checknews/2020/04/03/plus-de-600-patients-new-yorkais-ont-ils-ete-gueris-du-covid-19-en-mars-grace-a-l-hydroxychloroquine_1784084
      J’avais également vu que Harvey Risch a été critiqué pour avoir fait référence à Zelenko alors qu’à l’évidence il ne s’agit pas d’une étude mais d’un témoignage de médecin, comme d’ailleurs on a pu en lire beaucoup ici même dans des commentaires.

  63. « Vous avez dit des choses d’une gravité totale, a-t-il commencé. Quand vous considérez que ce n’est rien d’autre qu’une grosse grippe qui ne fait finalement que moins de 1% de mortalité, nous sommes 70 millions de Français, si nous devions atteindre une immunité collective de 60, 70, 80% (…) nous aurions donc 40 millions de victimes de ce coronavirus et finalement 1% de ces 40 millions devrait mourir, vous l’acceptez madame la députée ? Réfléchissez vous êtes médecin, vous n’avez pas le droit de vous tromper quand vous dites cela, c’est encore plus grave. »
    Déclaration d’Olivier Véran à l’Assemblée, pour répondre à une intervention de Martine Wonner. Il a un QI de porte-manteau ou il se fout de nous ? Non seulement il s’emmêle les pinceaux entre taux de létalité et taux de mortalité, mais où va-t-il chercher ses « 1% » ? Ce n’est ni le taux de létalité (actuellement de 3,4%, comme vous le dîtes) ni celui de mortalité (autour de 0,05% – je dis bien 0,05 et non 0,5, beaucoup de gens se trompent).
    1% de quarante millions, selon notre génie, ça fait 400 000 morts. 0,05 , ça fait 20 000, soit l’ordre de grandeur d’une grippe dure, comme le dit Martine Wonner.
    S’il connaissait ses chiffres, Véran aurait dû multiplier ses quarante millions par 3,4%, obtenant un nombre de morts de… 1 360 000. A mon avis, le stagiaire qui lui a rédigé sa fiche a dû trouver que ça faisait beaucoup, même pour foutre la trouille aux gens.
    Pour rappel, nous sommes 70 000 000, il y a à ce jour 33 000 morts (en arrondissant) ce qui donne bien un taux de mortalité de 0,05 (un peu moins, même). Vous imaginez le niveau en maths, dans le ministère du petit Olivier ?
    En réalité, pour une maladie infectieuse, le taux de létalité ne veux pas dire grand-chose, surtout quand on commence par ne pas dépister puis qu’on dépiste massivement. Au bout du compte, seul le taux de mortalité compte. J’espère avoir démontré que Véran dans son intervention, appelle taux de mortalité ce qui est en fait un taux de létalité, en lui donnant pour valeur un chiffre qui ne correspond à rien.
    Sinon, formidable article, mais qui fait froid dans le dos. Cette affaire de virus aura des répercussions sociales, économiques, financières et juridiques pendant des années.

    • D’abord,merci et bravo , Mr Roubachoff, pour cette remise en ordre des chiffres de Véran, qui nous ont bien fait rire. Après, Dr Maudrux, votre travail de synthèse sur les évaluations des résultats du protocole Raoult sont à mettre en perspective avec les répartitions des investissements publicitaires et partenariats, et ce dans le monde entier . Il semble que ce soit une clé de lecture possible de cette propagande mondiale autour du Covid et de ses traitements.

    • Ce n’est pas lui qui prend le chiffre de 1% mais elle… il ne fait que reprendre son exemple avec le taux qu’elle annonce! Donc demandez lui à elle ou elle va chercher ses 1%

  64. Merci encore et toujours pour vos articles docteur. Malheureusement tant que le peuple continuera de gober la désinformation……..Jamais je n ais de ma vie été aussi déçu et ai perdu tant espoir du genre humain.

      • L’exemple que je donne modestement dans mon post est tout de même énorme. Un ministre, à l’Assemblée Nationale, qui répond n’importe quoi à une députée. Mais où sont les Décodeurs et autres redresseurs de torts bidons ?
        Dans le même ordre d’idées, Véran a accusé Raoult d’avoir prédit que la « deuxième vague viendrait de Nouvelle-Zélande ». Encore une fiche lue trop vite. Le professeur suggérait de regarder ce qui se passait là-bas en hiver, alors que nous étions en été… Là encore, Silence des nouveaux détenteurs de la vérité.
        C’est toute la gravité de la situation. Quoi qu’on dise ou qu’on fasse, ça ne change rien. Ceux qui ont un peu d’expérience en psychiatrie reconnaîtront les symptômes d’une bouffée délirante. Mais comment est-ce possible au niveau d’un continent ?
        Comme le dit assez justement Erdogan, qui a part ça n’est pas ma tasse de thé, nous avons chez nous quelqu’un qui aurait tout intérêt à consulter. Mais en Belgique ? En Allemagne, malgré des résultats excellents ? On en revient à la question fondamentale : que savent (ou croient savoir) ces gens sur ce virus, et qu’ils ne nous disent pas ?

    • Nous aspirons à accorder notre confiance au « genre humain », terme général, c’est-à-dire une construction abstraite raisonnée, alors que la confiance est un sentiment qui se crée entre les individus.

    • Monsieur, vous parlez de désinformation. Le problème, c’est qu’on laisse tout le monde publier sur tout, comme ici avec un médecin certes urologue mais pas infectiologue. Vous savez, avec tout un tas d’arguments, de chiffres et de graphiques, je peux aussi vous pondre un article en faisant dire aux chiffres ce qui m’arrange. Je donne mon titre, médecin spécialisé en je ne sais quoi et hop, le tour est joué. Et si on laissait les vrais pros débattre ? Les infectiologues sont très majoritairement d’accord entre eux, et le professeur Raoult est isolé. Si maintenant vous avez besoin de trouver du réconfort sur ce type de blog, là oui vous êtes face à la désinformation. Vous êtes certainement pro dans un domaine : accepteriez vous qu’un amateur vienne vous contredire ? Moi non. Mr Gérard Maudrux ne connaît pas plus que moi cette maladie et n’analyse pas si bien que ça les chiffres. Il est comme d’autres victime de biais. Bref, rien de nouveau. Je préfère écouter des Pr Caumes ou Fontanet…

      • Ce n’est pas moi qui ait écrit ces méta analyses qui concordent toutes, pas plus que les articles cités avec liens que vous puissiez vérifier. Les effacer sous prétexte que je suis urologue (et entre autres reconnu par la grande majorité des médecins de France pour mon sérieux et honnêteté dans d’autres domaines), c’est refuser le débat et de voir certaines vérités qui ne plaisent pas. Regardez ici ( https://iatranshumanisme.com/2020/06/29/les-49-etudes-mondiales-sur-hcq-hydroxycloroquine/ ) la carte du monde, avec tous les pays qui prescrivent, regardez aussi le continent africain, un seul pays ne prescrit pas, c’est le seul en rouge. Regardez le contenu de ces articles, pas l’état civil de celui qui vous les propose, et discutons sur les résultats.

        • Vous faites quoi des huit plus grosses meta qui montrent que ça ne marche pas? A aucun stade? Et vos références soyons sérieux C19 et France soir? En plus vous faites dire le contraire de ce que disent les auteurs des études que vous citez. J’exclus de fait tout travail provenant de l’ihu qui est suspect d’erreurs voire de bidouilles. Quant à l’ass Azythromycine HCQ sur le covid c’est 8 a11 % de surmortalité ( et l’ihu ne disposant pas de réa ne peut le mesurer) l’ansm Est dans son bon droit et je pense que novartis va bientôt demander une révision du rcp ajoutant la covid dans la liste des contre indications formelles des 2 produits à l’echElle mondiale

          • Quelles sont ces méta-analyses que je puisse me faire une idée (à part la plus grosse, Mehra) ? Moi je cite mes sources. J’ai dit être inspiré de hqmeta, non de c19study ni FranceSoir. Dans les documents des autorités que j’ai pu voir, leur opinion ne s’appuie que sur des études hospitalisés et sous O2, notamment Solidarité et Recovery, pas sur de l’ambulatoire, qui est le vrai sujet.

          • « J’exclus de fait tout travail provenant de l’IHU qui est suspect d’erreurs voire de bidouilles ».
            Vous rigolez ?
            « J’exclus de fait tout travail provenant de Galilée qui est suspect d’erreurs voire de bidouilles. »
            Sur cette voie, on pourrait aller loin…

      • « les infectiologues sont très majoritairement d’accord entre eux et Dr Raoult est isolé »…certes, mais cela ne démontre pas qu’il a tort.

        • 100 anes qui braient ne dont pas un cheval de course.
          Les médecins ont été interdits de prescription de chloroquine. Enfin je parle de ceux qui soignent.
          Question, pourquoi ?
          La peur qu’ils constatent son efficacité et ruinent le lobbying concernant le Rebsamen serait une réponse possible si ce n’est probable.
          Est on complotiste lorsqu’on pense qu’une multinationale et des gouvernants peuvent mentir pour préserver leurs intérêts ?
          Je pense qu’il s’agit de lucidité.

      • Le fameux soit-disant « consensus scientifique », on sert ce refrain mensonger depuis des années au sujet de l’origine humaine du réchauffement climatique. Argument éculé, malhonnête vu les persécutions que subissent les résistants et faux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Dr Maudrux ne répondra pas aux commentaires anonymes.