192

Médecins : traitez la Covid-19, vous en avez le droit et le devoir.

Rappel à la Loi, au Code de déontologie et au Serment d’Hippocrate.

En mars 2020 l’Etat a pris en charge le traitement de la Covid-19. Dans un premier temps il a tout misé, sans discernement dans le Doliprane et l’hôpital public, écartant la médecine de proximité. Dans un second temps, il a tout misé sur la vaccination. Après bientôt un an, nous sommes en plus mauvaise posture qu’en début d’épidémie. Le vaccin commence à battre de l’aile, problèmes de délais pour vacciner tout le monde, apparition prévisible de mutations, et durée d’immunité décevante, qui fait que les premiers seront à revacciner alors que les derniers ne le seront pas encore. Dans le meilleur des cas, cette option ne portera ces fruits sur l’épidémie qu’en fin d’année.

Et vous médecins, où pensez-vous devoir vous situer ? Quel est votre rôle ?  Face à ces échecs, vous devez, vous avez tous les pouvoirs pour reprendre la main, bien que tout soit fait pour vous faire croire le contraire. N’écoutez plus les autorités, n’écoutez plus l’Ordre, relisez le serment que vous avez passé, et appliquez-le, tout en respectant la Loi.

Vous avez le droit de prescrire tout traitement, même s’il n’a pas d’AMM, dans les conditions suivantes :

Qu’il ne présente pas de danger pour vos patients

Qu’il y ait suffisamment de présomption d’efficacité, basée sur des études scientifiques

Que vos patients en soient dûment informés et consentants

En portant la mention hors AMM sur votre ordonnance.

Le mémoire de l’ANSM dans notre requête pour l’Ivermectine, rappelle clairement tout cela, c’est dit, c’est répété, c’est souligné, de manière ferme et indiscutable : VOUS AVEZ LE DROIT DE TRAITER, avec Ivermectine, mais aussi avec ce que vous jugerez utile, en ayant toujours à l’esprit, le facteur risque/bénéfice, qui s’impose aux AMM, RTU, ATU, mais aussi à vous.

Je cite, page 6 du mémoire de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament :

« Comme indiqué dans l’exposé des faits, les médecins disposent du droit de prescrire pour d’autres indications thérapeutiques ou pour d’autres modalités d’utilisation que celles qui sont mentionnées dans le résumé des caractéristiques du produit (RCP) annexé à l’AMM….

…. L’article R. 4127-8 du Code de la Santé Publique, prévoit que, « dans les limites fixées par la loi et compte tenu des données acquises de la science, le médecin est libre de ses prescriptions qui seront celles qu’il estime les plus appropriées en la circonstance »….

… En conséquence, le médecin effectue sa prescription après évaluation du bénéfice pour le patient de la thérapeutique envisagée, au regard des risques potentiels. Il peut donc prescrire en dehors des indications validées par l’AMM. » 

Le « Il peut donc prescrire en dehors des indications validées par l’AMM ». Est souligné dans le rapport. Suit ensuite les dispositions de l’article L. 5121-12-1 du Code de la Santé Publique concernant les règles à respecter pour les prescriptions hors AMM (mémoire en fin de billet pour ces règles), puis page 7 :

« Par conséquent, l’absence à ce jour de RTU pour l’Ivermectine dans le traitement de la maladie Covid-19 n’interdit ni n’empêche aux médecins d’exercer leur liberté de prescription, sous leur propre responsabilité et dans le respect de la loi. » Ce n’est pas moi qui le dit, c’est l’ANSM.

Les pages 6 et 7 sont à apprendre par cœur par les médecins, mais aussi à montrer aux pharmaciens qui refuseraient des ordonnances. Ils doivent respecter la loi, et ce n’est pas eux qui décident des traitements. Il me semble que l’Ordre des Médecins devrait aussi les lire, afin d’éviter nombre de conflits. Qu’ils relisent les articles R. 4127-8 (repris dans l’Article 8 du Code de Déontologie) et L. 5121-12-1 du Code de la Santé publique ainsi que le L. 162-2 du Code de la SS, qui sont rappelés par l’ANSM. 

Maintenant soyons clairs, cela ne vous autorise pas à prescrire n’importe quoi, ni sur la foi d’une seule étude. Avec l’Ivermectine vous ne prenez aucun risque, et près de 60 études dont bientôt 20 RCT qui vont toutes dans le même sens. Pour HCQ, on peut effectivement discuter, mais si on enlève toutes les études qui sont dans une mauvaise indication, malades hospitalisés, vous êtes à même de présenter une bonne présomption d’efficacité, quant au risque, à vous de voir et de prendre les précautions qui s’imposent. Sachez que les restrictions de délivrance par les pharmaciens du premier semestre 2020 ont toutes été abrogées. Colchicine ? On ne juge pas sur une étude, il y a mieux comme résultats, ce qui ne la met pas forcément hors course. Macrolides ? Il n’y a sans doute que ceux qui n’ont sans doute jamais traité de pneumopathie qui peuvent vous écrire que cela ne marche pas sur les pneumopathies. Ecoutez votre expérience et votre conscience. Je n’évoquerai pas les compléments (Zinc, Vit D,..) qui feront toujours plus de bien que de mal, et toujours mieux que rien.

Une précision : il n’est point besoin d’une certitude d’efficacité à 100% pour prescrire, une forte présomption, documentée, suffit, tout en respectant le facteur risque. On traite bien certains cancers par chimio lourde, toxique, sachant que les résultats seront faibles voire inexistants. Faute de mieux, si c’est totalement sans risques, quel risque à essayer ? C’est ce que nous avons bien expliqué à l’audience. 10% d’efficacité seront toujours mieux que rien, et pour beaucoup, c’est plus près de 80 que de 10.

En tant que médecin, nous n’avons pas la prétention de guérir toujours, mais de “guérir parfois, soulager souvent, soigner toujours. »  Ambroise Paré. Médecins, oubliez les autorités, oubliez l’Ordre, reprenez la main, soyez responsables et faites votre devoir.

Mémoire de l’ANSM produit pour l’audience publique du 25 janvier, dans le cadre de notre référé liberté.

Gérard Maudrux

Gérard Maudrux

192 Commentaires

  1. Tout d’abord félicitations au docteur Maudrux pour sa pugnacité.
    Je voulais lui poser 2 questions:
    – Ne pensez vous pas que la solution sur l’ivermectine viendra du docteur Andrew HILL et de son action auprès de l’OMS?
    – J’ai cru comprendre que de nouvelles analyses sont attendues par M. HILL courant février, avez vous des infos à ce sujet et des contacts avec lui?
    D’avance remerciements

    • Il y a Hill, mais aussi Lowrie qui essaient de remuer. Oui il doit y avoir 3-4 études plus grosses annoncées pour le mois. La position de Hill est ambiguë, du fait de pressions. Son prérapport est enthousiaste, son rapport est prudent, classique : « oui mais il en faut plus », et une fois rédigé, il se précipite dans les journaux pour clamer son enthousiasme et dire que cela va arriver. Il a rédigé sous contraintes non médicales.

  2. Bravo Dr Maudrux,
    Dommage que la plupart des posts sur ce blog amoindrissent la portée de l’événement.
    En fait les médecins sont maintenant libres de soigner le COVID, mais il faudrait les réveiller qu’ils le sachent et qu’ils y croient.

  3. Un essai thérapeutique a prouvé l’efficacité de la fluvoxamine pour le traitement précoce de la Covid-19. 65 personnes ont choisi de recevoir 50 mg de fluvoxamine deux fois par jour et 48 ont refusé. L’incidence des hospitalisations était de 0% (0/65) avec la fluvoxamine et de 12,5% (6/48) dans l’autre groupe. À 14 jours, les symptômes résiduels persistaient chez 0% (0/65) avec la fluvoxamine et 60% (29/48) dans l’autre groupe. Visiblement ce ne sont pas les médicaments qui manquent pour le traitement précoce du Covid. S’agissant de l’ivermectine il convient de rappeler que des informations récentes ont fait état de son efficacité même pour des cas très graves dudit covid.
    https://academic.oup.com/ofid/advance-article/doi/10.1093/ofid/ofab050/6124100

  4. Une étude avait déjà pointé la corrélation entre grippes molles du genou en 2018 et 2019… et forte mortalité couillonavirale en 2020 (par pays).

    https://covidemence.com/2020/09/15/covideces-lien-avec-la-mollesse-des-epidemies-de-grippe-precedentes/

    C’est la logique du stock + vieillissement population.

    Une excellente chaîne youtube se concentre là dessus : avant toute chose, le Covid est démographique.

    Dans sa dernière vidéo, il parle de l' »effet moisson ». Intéressant.

    https://www.youtube.com/watch?v=ufivMhlZ6Us

  5. Dans le débat actuel, quelque chose m’étonne. L’idée qu’un vaccin et un médicament peuvent s’analyser de la même manière. Or, il y a a une immense différence.
    1) Un médicament se donne à un malade, donc une personne en danger. Plus le danger est grand, plus il est acceptable que les risques le soient. (J’ai eu ce cas dans ma famille, le risque accepté par le patient n’a pas payé et nous n’aurions pas eu l’idée d’en faire le reproche aux médecins.) Dans ce cas, le ratio bénéfice/risque est facile à calculer.
    2) Un vaccin s’administre à une personne en parfaite santé. Sans entrer dans le débat sur l’efficacité du produit (plus que douteuse à ce jour) on peut dire, selon les données actuelles, qu’une personne en bonne santé a quelque chose comme 94% de chances de ne PAS attraper la Covid-19, et, si elle l’attrape 97% de chances d’en réchapper. (Je veux bien affiner par tranches d’âge et comorbidités, mais dans ce cas, pourquoi vacciner une personne de 30 ans sans pathologie ?) D’où la prudence qui a toujours été de mise avec les vaccins – jusque-là. Pour résumer, si on tue une seule personne en pleine santé dont il est impossible de démontrer qu’elle aurait contracté la maladie et qu’elle en serait morte, le ratio bénéfice/risque devient catastrophique. Or, c’est au nom de ce ratio, qu’on bloque tous les traitements depuis près d’un an.
    3) On m’objecter que le vaccin à ARN messager… n’est pas vraiment un vaccin. Mais depuis quand prescrit-on un médicament peu testé (personne n’osera dire le contraire) à des gens en bonne santé ?
    Qu’en pensent nos amis médecins ?
    PS : Quel est le sens d’une campagne de vaccination commencée trop tardivement ? Sauf si la Covid-19 frappe en toutes saisons (et là, nous sommes fichus) les vaccinés (injections 1 et 2) seront immunisés (s’ils le sont) quand l’épidémie commencera à décliner. Et rien ne prouve que leur immunité (discutable) les protègera encore en novembre 2021. Et s’ils se revaccinent, nous savons tous que chaque nouvelle exposition à un agent allergène augmente considérablement les risques.

    • @Roubachoff

      Sur votre point 1, je suis circonspect. Très même. Vous dites que dans le cas d’un malade, cela vaut le coup de prendre le risque. Mais là encore dans le cas d’un malade, il y a le bénéfice-risque qu’il faut étudier. Et le bénéfice-risque ne s’étudie pas à la mode yolo (comme on le fait aujourd’hui : il est vieux/malade donc il va mourir dans pas trop longtemps, donc yolo : sinon, un chauffard qui renverse un vieux, renversement qui cause la mort d’icelui, ce n’est pas grave.)
      Le bénéfice-risque s’analyse avec l’état actuel de la personne, peut importe son age et peut importe son ‘état’ vs ce que l’on peut en attendre et les risque qu’on lui fait courir avec ce traitement.
      Or, malheureusement, dans ces médicaments ‘de la dernière chance’, le corps médical (et le labo derrière) minimise les risques (en général le raccourcissement de la vie du malade qui est de facto un cobaye humain) et maximise les bénéfices (par de savants calculs statistiques sur des échantillons savamment choisis, des end point taillés sur mesures…) Ainsi souvent ce traitement de la dernière chance est juste un protocole de recherche qui a besoin de ‘pigeon’ pour tenter de montrer qu’il marche, pour ‘faire du chiffre’, en attendant une version n+1, qui améliorera d’un pouillème une constante lambda que serait attribué co-facteur d’un truc.

      Je veux bien comprendre que la science doit avancer, mais les acteurs de cette avancée de la science sont plutôt pris la main dans le sac du mensonge, de la tromperie et du scandale sanitaire en engrangeant des bénéfices alors qu’ils savent donner un produit défectueux.

      Mais parce que les familles et personnes sont en situations vulnérables (vous aller crever) qu’il est facile de les abuser (même de bonne foi). Nous l’avons d’ailleurs vue, en direct sur cette campagne de vaccination : yolo sur la vaccination de masse des vieux alors que ce groupe était sous-représenté (euphémisme) dans l’étude bidonnée qui a servit pour la RTU (forcément donnée en urgence, forcément donnée sans trop d’analyse, forcément donné de bonne foi la main sur le coeur) pour se retrouver avec des entreprises qui sont génétiquement (ahahah) des menteuses et tricheuses et se paient comme des truies sur le dos des états allant jusqu’à vendre la 6ème dose de sécurité. Devant des malversation comme cela, il devrait être interdit d’accès aux marchés européen défintivement.

      Mais … hein.. l’europe… si elle voulait notre bien, elle aurait largement eu le temps de le faire.

      • Vous avez raison.
        Si on regarde l’histoire semi-récente de la médecine, beaucoup (Mengele n’étant que la pointe visible de cette dérive) ont expérimenté à grande échelle sur l’homme.
        Par exemple, Robert Koch en Afrique.
        Je renvoie à Wikipédia, lire les différentes notices en anglais, allemand, français, les détails y sont. Qui cherche trouve.
        Cette tentation est toujours présente chez une certaine catégorie de chercheurs, fanatiques de la science en soi. Il ne faut pas trop s’étonner que ce passage à l’acte soit opéré de nouveau, cette fois avec une « cohorte » de cobayes très élargie, et sous nos yeux. Propagande intensive a l’appui pour faire passer la pilule un peu grosse.
        Bonne journée

        • J’ai vu un documentaire sur Arte il y a quelques mois sur la rivalité entre Pasteur et Koch … bataille de méthodologie et d’ego aussi … mais les cohortes étaient plus petites et la léthalité beaucoup plus importante.

    • c’est bien que ce soit un journal comme « les echos » qui sortent l’information.
      Information passée inaperçue ou attaquée par les journalistes officiels quand le Pr Toussaint le 19 Novembre 2020 a proposé son étude multifactorielle.

      • Parmi les « grands médias classiques », les Echos (et ici en particulier le journaliste concerné) semblent se démarquer depuis un moment, par rapport au reste de la presse et sur le sujet Covid, par une réflexion plus ouverte et plus à l’écoute de ce qui est publié loin de Paris, même si cela reste très relatif…
        C’est effectivement intéressant.
        Il reste assez incroyable et consternant que le reste de la presse n’ait généralement même pas évoqué la publication de Ioannidis, alors même qu’elle tentait de tenir en haleine le public sur le thème « confinera/confinera pas » !

  6. Des médecins pour essayer de trouver des traitements ? Mais dans quel monde vivez-vous, Docteur Maudrux ? : « De même, à l’heure où les supercalculateurs du monde entier sont mobilisés pour rechercher des traitements pour lutter contre le coronavirus, les ordinateurs quantiques pourraient devenir dans le futur l’une des armes les plus puissantes jamais conçues contre les crises sanitaires. » (Extrait de la présentation de la stratégie nationale sur les technologies quantiques, Emmanuel Macron, 21 janvier 2021, université Paris-Saclay (seul le prononcé fait foi)).

    • Ça m’énerve toujours quand j’entends parler d' »intelligence » artificielle, qui n’a rien d’intelligen. C’est tout simplement une puissance de calcul fantastique au service de l’intelligence humaine. Einstein disait qu’un jour les ordinateurs sauraient résoudre tous les problèmes, mais qu’ils ne sauraient jamais en poser un seul. Face à une situation totalement inédite et imprévisible, l’ordinateur plantera. Nos supercalculateurs parisiens moulinent pour trouver une solution au Covid, ils sont pourtant superinstruits, comme les ordinateurs, mais ne voient pas ce que font les médecins sur le terrain, ce qui les empêche de voir ou se trouve la sortie.

        • NB : c’est un complément, pas une réponse, Sipo est dans l’humour et se moque de ma naïveté.

        • Ceudet a raison. Ne l’oubliez pas Docteur : c’est le combat du rationnel contre l’être humain, de ceux qui existent contre ce qui vit pas. Pas le combat du bon sens contre la bêtise ou celui du bien contre le mal.

      • @Gérard Maudrux
        Réaction d’autant plus brillante que nous voyons tous les jours, et pas qu’en médecine, que « l’intelligence artificielle » (en réalité un formidable outil, mais pas davantage que ça) n’améliore en rien les performances et l’efficacité des couillons.

        • Avant Covid, j’avais commencé à préparer un billet sur l’IA. Faudra peut-être que je m’y remette un jour.

        • nan mais en vrai c’est l’occasion de se marrer un peu.
          Une IA bien entrainée aurait dit par analogie :
          – lavage des mains pour un virus de ce type,
          – allez voir votre médecin (comme d’habitude)
          – arrêt de travail
          – si les symptomes persistent, antibio pour éviter la surinfection
          🙂

      • C’est bien vrai … il y a beaucoup de choses que les « supercalculateurs parisiens » ne voient pas. Par exemple les transports en commun aux heures de pointe, au lendemain du couvre-feu de 18h , qui a réduit à néant les efforts des salariés et de leurs employeurs pour éviter cette situation. Par exemple le casse-tête des « vacances de février » pour une majorité de parents de jeunes enfants, Par exemple l’indécence de certains clips télévisés (dont j’ai entendu parler, (car je me dispense de la télé) qui ont ete conçus pour décourager les contacts petits-enfants / grands-parents. …….

    • Ils sont comiques. Quel président nul. Pourrait devenir veut bien dire aussi pourrait ne pas le devenir. La theorie quantique rend un peu fou tout ce monde de pseudo scientifique. Ils se croivent dans un film fantastique. Si les gens savaient a quel point nous sommes loin loin loin du compte concernant l ordinateur quantique ces gens n en parleraient pas. Nous n avons jamais encore effectué ne serait ce que le calcul le plus simple pouvant être effectuer en binaire par la quantique. D ailleurs il n y a a ce jour aucune technologie applicable par la quantique. Le transistor par exemple intrasequement fonctionne électriquement avec des effets quantiques mais ces effets n interferent pas dans la logique de conception et de calcule humaine dans l ordinateur conventionnel. Oui par contre si dans le futur nous pouvions utiliser les interactions subatomiques et donc quantiques nous aurions des processeurs a stockage infini et a vitesse x plusieurs milliards. Si et seulement si !!!!!!!! Tres difficile a decrypter la quantique, peut être même impossible a decrypter !!! Nous ne le savons pas encore !!!

      • D ailleurs a ce jour même le maître incontestable le géant et le plus grand du domaine de la quantique Alain Aspect dit dans l une de ses conférences a quel point nous en sommes encore loin !! Et parler d intelligence artificielle comme le dit le docteur Maudrux c est nul. Dans ce cas la calculatrice d école primaire est aussi une intelligence artificielle !!!!

        • Non seulement nous en sommes loin, mais en plus je ne crains pas d’affirmer, sans grande crainte d’être intelligemment démenti, que les ordinateurs quantiques seront extrêmement puissants, un jour peut-être (?), pour résoudre une catégorie de problème dont la solution nous indiffère et dont ne fait sûrement pas partie la résolution des crises sanitaires.

      • Et puis au moment d’essayer d’exploiter cette future Intelligence Artificielle, nous injecterons une bonne dose de notre Bêtise Naturelle dans les artifi-programmes, qui buggeront autant que les 10 lignes de Basic sur les ZX81du siècle dernier 😉
        Je suis impatient de lire ici un billet à ce sujet !

    • moi aussi ça me fait marrer quand les journalistes et autres politiques parlent sans comprendre d’intelligence artificielle, de big data et autres « buzz words ».
      Et puis pour prescrire du Doliprane et émettre un arrêt de travail, pas besoin de supercalculateur, un stagiaire vous met un formulaire en ligne qui vous fait l’arrêt de travail automatiquement en un mois, puisqu’il n’y a qu’une seule réponse 🙂

    • Dans la série, il y a aussi la 5G. Quelles applications pour la 5G qu’on ne soit pas capable de faire avec la 4G … J’ai travaillé dans le domaine pendant 20 ans et même participé à la standardisation de la 3G (une belle merde d’ailleurs qui était « has been » avant de démarrer).
      La seule application « positive » qu’on nous sert pour la 5G, les opérations chirurgicales à distance, euh … on n’est pas capable de faire ça avec une fibre et un routeur wifi ? Ce qui importe c’est le RTT (round trip delay) pas tant le débit. En plus dans une salle d’opération, souvent fermée, les ondes extérieures ont du mal à passer, surtout à ces fréquences, voire c’est cette isolation qui est recherchée.

      • Moi je ne me ferai pas opérer par un chirurgien qui a besoin de ce genre d’assistance, et c’est le chirurgien qui parle.

  7. Ca bouge ? Ca craque ?

    Le conseil de surveillance de Facebook vient de rendre sa décision concernant la censure par FB en octobre d’un post (français) qui parlait de l’HCQ et du refus de l’agence du médicament etc.

    Overturned ! En clair, censure invalide.

    Parmi les raisons on trouve même : « The Board also found that Facebook’s decision did not comply with international human rights standards on limiting freedom of expression.  »
    😉

    Décision à lire ici :
    https://oversightboard.com/news/325131635492891-oversight-board-overturns-facebook-decision-case-2020-006-fb-fbr/

    • je doute que cela changera les algorithmes qui suspendent les comptes et bloquent les publications. Bill Gate a le bras plus long.

    • Oui l’aeration fait partie de l’hygiène essentielle, pas seulement au sommet des Alpes mais également dans le « cloaque » (dixit Gainsbourg dans le Poinçonneur des Lilas) des transports en commun, dans les bureaux, et même chez soi.. Je ne comprends pas ce demon (ou génie) de la contradiction, qui voudrait nous obliger à nous déclarer pour un mode de contamination exclusif. Les deux modes (manuporté et respiratoire) existent et Raoult ne dit d’ailleurs pas le contraire.

  8. Bonjour,
    Je vous adresse le lien (traduction) vers le site du gouvernement russe concernant la prévention et le traitement du Covid 19 https://translate.google.com/translate?hl=&sl=ru&tl=fr&u=https%3A%2F%2Fminzdrav.gov.ru%2Fministry%2Fmed_covid19&sandbox=1
    Le site d’origine est : https://minzdrav.gov.ru/ministry/med_covid19
    La richesse et le sérieux des informations fournies aux médecins et patients russes sont aussi impressionnants qu’exemplaires à bien des égards !

  9. Didier Raoult a rappelé à maintes reprises à quel point l’hygiène des mains est fondamentale puisque le mode manu porté est le mode de transmission numéro un.
    Du virus a été retrouvé sur les poignées de porte, les caddies, les boutons d’ascenseur etc … (pas dans l’air des restaurants)
    Je suggère que chacun fasse une petite analyse de la mise à disposition et de l’usage du gel hydroalcoolique dans son environnement commercial.
    Pour ma part j’ai observé sur deux à trois mois et globalement :
    Sur 10 commerces (petits ou grands) :
    La moitié ne propose rien :
    – 30 % ne proposent aucun gel (y compris, chose à peine croyable, un point de test covid)
    – 20 % proposent un distributeur mais régulièrement vide (et ce sont toujours les mêmes commerces)
    L’autre moitié propose du gel
    – 20 % distributeur rempli mais peu ou non visible
    – 30 % distributeur rempli et très visible
    Et même dans ce dernier cas il est aisé de constater qu’environ 1 client sur trois ne s’y arrête pas.
    Si l’on calcule une moyenne des commerces, il n’y a donc que 20% des visiteurs qui trouvent du gel et s’en servent.
    Ajoutons que la plupart des gens ne sont pas munis d’une fiole de gel (ni sur eux ni dans la voiture).
    Conclusion : quelle que soit la gravité réelle de l’épidémie, il y a du travail pour s’en débarrasser ….

    • Le mode de transmission principale du SARS-Cov-2 est aéroporté et non manuporté. Il s’agit d’une des nombreuses « approximations » de Didier Raoult qui ne s’appuie que sur des études anciennes de transmissions d’infections respiratoires dans des villages africains. Denis Rancourt et Stéphane Guay ont beaucoup partagé à ce sujet, et il s’agit ici d’études scientifiques récentes qui concernent le covid.

        • Je rectifie simplement les erreurs les plus grossières.

        • Oui complètement disjoncté.
          A l’image des Rancourt et Guay, deux parfaits zozos sans la moindre compétence.
          Qui se ressemble …

      • Si le virus était aéroporté, le port du masque aurait permis d’arrêter l’épidémie. Depuis le déconfinement du mois de mai, le port du masque est obligatoire dans les transports en commun, les collèges , lycées puis les commerces. Et il y a toujours autant de malades…

        • Le masque ne stoppe pas les aérosols. Aller écouter Denis Rancourt et Stéphane Guay.

        • @Antoine M.
          Vous avez oublié la rue… Et si c’était faisable, ils imposeraient le masque à la maison.
          Tout le problème réside dans la démarche. Viser un « zéro cas » quand le virus circule déjà partout dans le monde est de la pure connerie. La seule option raisonnable, c’est de soigner les malades et de foutre la paix à ceux qui ne le sont pas. Ce qu’on peut espérer, par ailleurs, c’est que la maladie devienne endémique/saisonnière et soit maîtrisable par un ensemble de stratégies thérapeutiques (dont la vaccination, même si ça ne parait pas bien parti du tout). Si ça tourne mal (peut-être à cause de mesures comme le confinement, de médicaments tel que le redemsivir et d’expérimentations douteuses du genre « vaccins » à ARN messager) la catastrophe sera inévitable. Imaginez nos systèmes de santé, déjà débordés par une mortalité de 0,09% et une létalité de 3%, face à dix, cinquante ou cent fois ce que nous connaissons là (soit, pour donner une idée, 30 000, 150 000 ou 300 000 patients ayant besoin d’une réanimation) ? C’est ce qui terrorisent nos gouvernants ? Peut-être, mais ils n’ont pas compris qu’en étalant la pandémie dans le temps (et en minant les défenses immunitaires des populations) leurs remèdes risquent d’être pires que le mal.
          @Christophe Desmaris
          Arrêtez de cogner sur Didier Raoult. Une de ses prestations n’était pas au niveau, j’en conviens et je l’ai dit, mais il s’est depuis magnifiquement rattrapé. Peut-être parce qu’il a été sensible aux remontées critiques (pas les nôtres, sans doute, mais nous n’avons pas dû être les seuls.)
          Fin de la polémique.

      • Je suis désolé d’avoir à le dire, mais si on trouve du virus vivant sur des surfaces, que l’on arrive à le cultiver, il est probable que l’on se contamine comme cela.

        Sans être un grand épidémiologiste, la probabilité de chopper un virus sur une poignée de porte (que tout le monde touche) est bien plus grande que de le chopper en le respirant dans l’air. D’autant plus que l’on porte un masque.

        Je sais bien que l’étude sur les gestes barrière et la grippe chez les vieux dans une maison médicalisé n’a montré aucune différence notable dans la mortalité. Sortir une étude c’est bien, mais la science c’est la reproductibilité de l’étude en question.

    • Quoi ? Beuuurk, un journal complotiste ! Mieux vaut prendre ses sources à France Inter et Béhefemme TV

    • Comme on ne peut plus décemment soutenir l’origine naturelle du virus, ce que n’a pas compris à temps le vaccinator marseillais qui continue à se disqualifier avec ses histoires de visons, le plan B consiste à nous lancer sur la Chine comme Byzance avait su lancer le Goth Alaric sur l’Italie. Mais le SARS-Cov-2 est plus certainement une fabrication collégiale de l’occident.

        • Alors les points de eolas cela me laisse assez froid. certains sont nés après la honte, lui après l’humilité.

      • l’un n’empêche pas l’autre, par exemple :
        – origine artificielle puis diffusion silencieuse dans la nature, puis mutations dans des réservoirs animaux puis transfert à l’humain

        • Ne vous fatiguez pas à essayer de convaincre une personne qui se délecte dans la nuisance et son désir de rester dans la droite ligne gouvernementale, cela le rassure et lui évite de se poser des questions.

        • Le fait qu’il soit crée en labo, ne veut pas dire qu’il ne peut pas infecter des élevages de vison ou autre animal (et évoluer dans ces réservoirs).

        • En effet, c’est une hypothese ou scénario plausible.
          On s’expliquerait mieux ainsi le démarrage extrêmement précoce de l’épidémie de Covid-19, en Iran et surtout en Italie (Lombardie).

  10. Dans le protocole de la technique CRISPR-Cas9, l’ARN guide est conservé à une température de -20°C avant utilisation. En revanche, une fois associé à l’enzyme Cas9 pour former le complexe RNP, il convient de conserver celui-ci « on ice » jusqu’à utilisation, c’est à dire sur de la glace carbonique dont la température extrême est de -78°C. Conclusion: gros doute sur le contenu réel des « vaccins » exigeant une température de conservation de -70°C!

  11. J’ai une question sur les conflits d’intérêts.
    Quelqu’un connaît-il le montant des sommes en argent ou des avantages en nature que reçoivent les médecins de ville de la part des labos ?
    On a vu publier des listes de sommes distribuées à des « pontes » ou des politiques haut placés par ces mêmes labos. Les visiteurs médicaux qui voient les médecins de ville doivent bien avoir des petites « astuces » pour promouvoir tel ou tel médoc, non ? Ils ne font pas ce démarchage par pure bonté d’âme, mais pour vendre leurs produits.
    Donc, quelqu’un ici sait-il ?
    Merci d’avance.

    • Les visiteurs médicaux viennent laver régulièrement le cerveau des médecins et des chirurgiens-dentistes tout à fait gratuitement en ce sens qu’aucune rémunération réelle ou cachée n’existe pour le praticien lambda. Il ne faut donc pas chercher le problème dans la corruption mais dans la crétinisation des mieux éduqués.

    • Je vous rassure. Une loi est passée il y a longtemps qui limitait les « cadeaux » à 10 francs !! Un stylo, un pot à crayon…Il y a certes des études de cas mais peu rémunérées et dont les contraintes administratives m’ont toujours parues rédhibitoires. Deux poids, deux mesures…
      Par contre, le médecin débordé est plus sensible à un argumentaire qui vient à lui et qu’il n’a pas toujours le temps d’étudier à fond. Le dr Guerin V a dit dans une interview que les médecins étaient harcelés de mails de la part des  » autorités ” de santé avec des injonctions de faire ou ne pas faire…le lavage de cerveau n’est pas toujours là où on l’attend.

    • Le médecin est d’autant plus sensible à un argumentaire qui vient à lui que la structure de pensée qui lui est proposée est la même que celle qu’il retrouvera quelques instants plus tard sur son Vidal pro ou son logiciel pro au moment de prescrire. Ne pas oublier que (pour un médecin qui veut se simplifier la vie / il y en a) la prescription est mâchée par le logiciel qui propose pour chaque affection, chaque symptôme, chaque molécule, voire chaque patient, une posologie adaptée qu’il suffit de « déplacer-coller » dans l’ordonnance. Son bras est littéralement guidé par big pharma.
      Par ailleurs s’il est vrai que le pot à crayon a disparu en revanche subsistent les « études » que le praticien réalise en accord avec la firme.
      Subsistent aussi tous ces beaux congrès et formations, pas tous en Crête certes …

      • Je ne peux pas vous donner tort…j’ai pris une retraite anticipée devant toutes ces dérives. Je n’allais plus aux congrès depuis longtemps et refusais toutes les études et les logiciels formatés…

  12. pour ma part, je suis généraliste en campagne, et je traite mes patients PCR+ depuis début octobre dernier, date à laquelle j’ai découvert votre blog, Dr Maudrux (avant, je mettais juste Azi).
    personnellement, je mets :
    -IVR 1 cp/15 kgs de poids, renouvelable trois jours après
    -vit D
    -zinc
    -azithro
    -aspegic ou enoxaparine à dose curative si terrain risqué au niveau cardio vasculaire, ou critères de sévérité
    -en fonction, si dyspnee et désaturation, corticoides 0.3 mg/kg +/- ceftriaxone si signes bactériologiques

    depuis que je fais cela (1/10) => 0 hospitalisation du COVID, 0 effet secondaire notable, seuls 2 patients gardent une anosmie partielle, aucune autre séquelle à déplorer, pas de covid long etc…
    J’ai même convaincu mon associé de s’y mettre…
    Merci Dr Maudrux.

    • Heureusement il y a des médecins qui traitent.
      J’ai conseillé à une ami de mon fils qui vit en Colombie qui était Covid+ avec 39 de fièvre, nausées, vomissements, toux hypoxie ne pouvant se déplacer pour aller aux toilettes AZI+ C3G à bonnes doses. En 3 jours elle revivait normalement. Coïncidence ou effet du traitement ???

      • l »azi generait l’entree du virus dans la cellule (source IHU marseille), et combattrait des mycoplasmes qui sont des complices du covid et l’aident à se reproduire (en ce sens , tous les macrolides et chloramphenicol marcheraient. Par contre, tous n’empecheront pas le virus de rentrer dans les cellules)
        apres si votre fils avait quelque chose de bacterien cette association a « nettoyé » la situation… apres tout, il n’y a pas que le COVID dans la vie non plus…

    • Bonjour docteur, bravo aux médecins qui soignent !
      Un ami, 85 ans, parfaite santé, n’a pas été soigné pour Covid19 par son médecin traitant malgré des symptômes importants et un test Pcr positif. Au bout de quelques jours, il a fallu appeler le 15 puis hospitaliser. Un ami avait recommandé de regarder la désaturation qui s’avérait légèrement <90%.
      Une semaine plus tard, la personne est sortie de l'hôpital mais conserve un Spo2 faible à 90-92%, même quinze jours après l'hôpital (et le médecin traitant laisse toujours la personne sans traitement) : l'Ivermectine peut-il aider dans ce cas ?

      • Je ne sais pas, il n’y a pas d’étude pour les Covid longs qui sont plus nombreux qu’on ne le pense. Il n’y a d’ailleurs aucune étude, on ne cherche plus chez nous. Ceux qui traitent à IVR n’ont pas de Covid longs, contrairement aux autres. Il y a quelques études à l’étranger qui semblent montrer que Ivr est efficace sur les symptômes qui traînent, comme celle-ci : https://www.researchgate.net/publication/344318845_POST-ACUTE_OR_PROLONGED_COVID-19_IVERMECTIN_TREATMENT_FOR_PATIENTS_WITH_PERSISTENT_SYMPTOMS_OR_POST-ACUTE
        96% d’efficacité sur des troubles pris en charge entre 1 et 3 mois après premiers symptômes.

        • j’ai entendu parler des Covid longs dans une vidéo de Raoult en Juin ou Juillet (je ne me rappelle plus) où il parlait de séquelles aux poumons et il disait qu’il faudrait suivre cela après la sortie de l’hôpital.

        • Merci vivement pour votre réponse qui fait réfléchir surtout quand on lit ceci :
          « (…) l’ivermectine est sans danger et peut être utilisé à grande échelle. C’est également un médicament très efficace qui, à lui tout seul, a transformé la vie de millions de personnes souffrant de l’onchocercose depuis son introduction en 1987. »
          https://www.who.int/apoc/cdti/ivermectin/fr/

        • La presidente de Xenothéra de Nantes a écrit ceci : »Cela fait plusieurs mois que je rappelle que les vaccins c’est bien, mais avec des traitements. On ne peut pas se contenter de se vacciner, car on s’adresse à des gens qui ne sont pas malades mais risquent de le devenir. C’est important de protéger les gens qui ne sont pas malades, mais il faut aussi penser au gens qui sont déjà malades, et pour eux ce n’est pas une question de vaccin, c’est une question de soin, il faut des traitements, des choses qui les guérissent. L’effort doit toujours porter dans la phase épidémique dans laquelle nous sommes, sur les vaccins et sur les traitements. Ces ont vraiment les deux bras de la lutte contre le covid-19″.
          Apparemment , elle est reçue à l’ Elysée pour son anticorps polyclonal Xav-19
          https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/nantes/covid-19-xav-19-un-medicament-pour-traiter-la-maladie-developpe-a-nantes-par-xenothera-1934302.html….. espérons un résultat rapide

        • C’est quand on a un produit à caser qu’on pense aux malades ?

        • Vous aurez constaté que, bizarrement, alors qu’il t a des centaines de pays d’on on pourrait parler, les grands médias font circuler des images du Pérou en grande peine devant une vague scélérate. tous à la recherche de leur bonbonne d’oxygène. Nulle part de traitement n’est évoqué. Pourquoi le Pérou en ce moment et pas un autre? Ne vous avisez surtout pas de faire circuler une info concernant IVR dans ce pays, vous seriez immédiatement traité de menteur preuves par l’image.

  13. https://www.msn.com/fr-fr/divertissement/celebrites/les-cons-patrick-pelloux-sen-prend-aux-anti-vaccins/ar-BB1ckmOA
    L’Ordre des Médecins, si tatillon, pourrait-il rappeler à ce monsieur que traiter de « cons » et « d’obscurantistes » 40% de la population n’est pas déontologique ? Pourrait-il aussi lui rappeler qu’un médecin, selon le serment d’Hippocrate, ne doit jamais profiter des circonstances pour « forcer les consciences » ? Pourrait-il lui rappeler qu’il y a parmi ces 40% des confrères à lui, ce qui n’est pas déontologique non plus ?
    En ce qui me concerne, je lui fais remarquer trois choses :
    1) Il réclame un nouveau confinement. Prend-il donc pour un con le professeur John Ioannidis, qui vient de démontrer que cette mesure ne sert à rien ? (Contre un tel calibre, je pense que Riri, Fifi et Loulou risquent de se casser le bec.)
    2) Au lieu de crier au loup tous les ans parce que les urgences vont exploser (en bonne partie à cause de ses copains socialistes) ce monsieur ne pourrait-il pas se battre chaque jour (hors plateau télé) pour qu’on ouvre des lit d’hôpitaux au lieu d’en fermer et qu’on recrute et forme du personnel soignant ?
    3) Ce monsieur s’affole et nous affole en évoquant un « variant français ». Avait-il piscine le jour où le professeur Raoult en a parlé le premier ? Ignore-t-il qu’on est obligé, chaque année, de réajuster le vaccin contre la grippe à cause des mutants, justement ?
    PS : L’Allemagne renonce à utiliser le vaccin Astrazeneca sur les plus de 65 ans (surmortalité 2020, zéro + zéro = la tête à Toto). Le visionnaire JC Lagarde, lui, conseille de le réserver aux… étudiants. Ils nous auront tout fait.

  14. Bonjour,
    annonce relayée via twitter Dr Andrew Hill,
    en février de nombreux études randomisées sont attendues pour l’ivermectine :
    Brésil : 700 patients
    Bulgarie: 100 patients
    Argentine : 500 patients
    Colombie : 550 patients
    Mexique: 3 000 patients
    Ce qui représente pas loin de 5 000 patients de plus aux 2 500 actuels.
    En France toujours pas d’étude commencée à ma connaissance.
    Bien cordialement.

  15. Cet argumentaire est imparable mais…
    Je me permets de vous livrer mon expérience personnelle
    Je me suis installé en Seine-et-Marne il y a 5 ans et n’ayant pas eu besoin de recourir à un médecin je n’ai pas pour l’instant de médecin traitant dans mon secteur.
    Vu le contexte je me suis dit qu’il serait prudent d’en trouver un au cas où…. j’ai donc pris contact avec les médecins autour de chez moi en leur posant la question de confiance : si demain j’ai le covid me préscrirez-vous de l’ivermectine. Tous m’ont envoyé. promener sans doute par crainte
    du conseil de l’ordre. S’il m’arrive quelque chose j’en serai donc réduit à l’automédication.
    D’où ma suggestion serait-il possible de mettre en place un site de vidéo consultation avec des médecins qui acceptent de prescrire

    • Avec le mien que j’ai découvert en début de mois de Janvier, je lui ai posé une question ouverte, et il m’a répondu sans hésiter Azithromycine.

    • suggestion intéressante !
      est il possible de mettre à disposition des citoyens un site qui recense les médecins qui prescrirait un traitement en cas de covid dans chaque ville ou département ?

        • Dr Maudrux
          il serait bon d’inclure ce tweet sur votre billet.
          il s’agit d’une liste de médecins prêt à combattre le virus à l’aide de « ine » !

        • Je n’ai pas pu y être le 9 ni aujourd’hui, bien qu’invité, et j’ai décliné le « conseil scientifique » pour rester indépendant, sans étiquette afin de ne pas être classé ici ou là. Ce qui n’empêche pas qu’ils ont eu mon billet avant qu’il ne soit mis en ligne, restant « conseiller technique ».

    • Il aurait été intéressant de connaitre les raisons de leur refus. Mon généraliste m’a indiqué qu’il traitait a l’azythromycine des les 1iers symptomes pulmonaires (toux & co). Par contre l’ivermectine il ne connaissait pas et donc ne l’utilisait pas.

      • idem pour le mien, il ne connaissait pas l’ivermectine, je l’ai orienté sur le blog du Dr Maudrux (nom qu’il connaissait).
        Dr Maudrux, vous avez probablement une notoriété et une influence qui pourrait faire bouger les lignes.

      • C’est bien le hic : la plupart de ceux qui refusent de prescrire n’ont pas de motif. La prescription est libre avec ou hors AMM selon les produits, mais par son régime de terreur le trio Véran – APHP – CNOM sont parvenus à l’autocensure !

      • Même réponse de la part de mon généraliste. Il a précisé que depuis que lui et ses confrères du centre médical traitaient leurs patients Covid à l’azythromycine ils n’avaient déploré aucune hospitalisation. Par contre lorsque je lui ai parlé de l’Ivermectine il a rigolé en me disant qu’il l’utilisait pour soigner ses chats lorsqu’ils avaient la gale….

  16. Encore un « complotiste » contre la pravda :
    https://www.lefigaro.fr/vox/societe/dr-kierzek-un-confinement-national-n-aurait-pas-beaucoup-de-sens-20210129
    https://www.lci.fr/sante/faut-il-vraiment-reconfiner-trois-medecins-gerald-kierzek-proposent-d-autres-solutions-2176883.html
    Et les videos de l’IHU Méditerranée Infection arrivent à 1M à 1.5M de vues en une ou 2 semaines avec son leit motiv qui est de tester, isoler, soigner, la base.
    La bataille de l’opinion est peut-être en train de se jouer, d’où les hésitations de l’exécutif. Mais il ne faudrait pas que certains chefs de service parisiens bidouillent les chiffres pour affoler le gouvernement (il y a une part non négligeable de politique dans cette épidémie, ce qu’ils n’ont pas obtenu dans le rue, ils espèrent se refaire sur le dos des malades).
    Que va t’on faire de 2 classes d’âge (1,5M de jeunes) sur le marché du travail ? Et des chômeurs supplémentaires ?
    Il est grand temps de changer de stratégie et de faire taire les alarmistes et soviétiques de plateau TV.

  17. Pour moi quand on regarde les dernières mesures adoptées par l’éxécutif (couvre feu passé de 20h a 18h, maintenant fermeture des grandes surfaces de plus de 20000 m2, etc), on a l’impression qu’ils sont a court de cartouches. Il est évident que les vaccins ne vont pas tout régler donc je pense sincèrement qu’il est temps de passer à la vitesse supérieure et de diffuser votre opinion docteur à grande échelle.

    A la vitesse a la quelle on est en train de couler ce pays (je fais référence ici aux dommages économiques, -9% de recession sur 2020), si on ne réagit pas fort maintenant je ne suis pas très optimiste pour les années a venir.

    Etant simple citoyen, je me pose donc la question : comment fait-on passer le message a un maximum de toubibs de ce pays ? Et comment on dit aux français qui n’en aurait pas le réflexe d’aller les consulter plutôt que de rester a la maison avec du paracétamol ?

    • Et si en fait de plus en plus de médecins « de famille » s’étaient remis à soigner, c’est peut-être cela qui fait que notre courbe n’est pas repartie à la hausse violente. Il suffirait qu’un peu plus de médecins prescrivent pour « inverser la courbe ».
      Par contre préconiser le doliprane en attendant pire, il faut oser dire le mot, c’est criminel.

      • C’est criminel, oui mais, colossale finesse, le crime est collectif, anonyme, et pris en charge par la sécu. Pourquoi s’en priver ?

    • Il est possible, en soignant les malades (plusieurs traitements disponibles), en conservant les habitudes d’hygiène générale adoptées depuis un an, en réaugmentant certaines capacités hospitalières, voire par d’autres mesures ciblées, de juguler l’épidémie sans pénaliser la vie sociale de tous et compromettre l’économie par une stratégie aveugle.
      Par contre, on ne fera pas disparaître ce virus qui est devenu d’ores et déjà endémique au même titre que les virus grippaux et les autres coronavirus (les OC-43, NL-63, HK U 1 etc).
      Par conséquent, le nombre de ceux qui hébergent le SARS-Cov2, ou des traces de son passage (telles que détectées par des tests PCR utilisant un nombre de cycles excessif), va possiblement, dans le même temps, continuer à augmenter, faisant les délices et alimentant les délires des media non-sérieux, alors que c’est hors sujet, ce n’est pas le problème.
      Est-ce que je me trompe.?

  18. A écouter, le professeur Piarroux (Salpêtrière), qui avec sa méthode d’équipes mobiles, a éradiqué le choléra en Haïti. Zéro conflit d’intérêt. Thinkerview : https://www.youtube.com/watch?v=Gz8QeqOi-sg
    A 2h 02, il affirme que la première étude sur l’Ivermectine est un « fake », et ensuite minimise les autres études sur la molécule. Cependant, c’est un épidémiologiste qui ne voit pas les malades, lit seulement les études, et pas toutes. Qu’en penser ? Pour lui, pas de traitement précoce efficace…

    • Le dénommé Piarroux est fâché avec Didier Raoult depuis des années et fait tout pour saboter tout traitement précoce, préférant favoriser la géniale doctrine hospitalière 4D : Domicile, Dodo, Doliprane, Décès.
      Le faite que les Lacombe et autres obtiennent des scores de décès dignes des galères n’effleure même pas ce sinistre carabin.
      Quant à ses qualités d’épidémiologiste, ne pas oublier que ce titre prétentieux et surjoué ne correspond pas à une qualification médicale. Certains sont médecins, mais d’autres purs mathématiciens, d’autres statisticiens, d’autre bio-cliniciens (l’affreuse Mme Hill pour qui le confinement doit se calquer sur la Corée du Nord). La plupart ont en commun de ne voir aucun malade et de compulser comme ils peuvent l’idée qu’ils se font du résumé du travail des autres.
      Autrefois l’épidémiologie consistait à étudier le passé ou à observer le présent.
      Depuis le Covid, les chaines d’info, et l’instauration du calamiteux conseil scientifique, l’épidémiologie consiste à prédire des catastrophes et les plus culottés ont donc trouvé un moyen de sortir de l’ombre.

      • La plupart sont aussi brouillés avec la recherche documentaire. Et c’est pourtant en accumulant le maximum d’informations qu’on va arriver à compiler des données. Ils font trop confiance aux modèles pas assez aux données.

    • Si il base un avis définitif sur IVM, parceque les auteurs auraient participé au fake sur l’HCQ, quoi penser de ce monsieur ?
      Il va ignorer les autres, il va ignorer l’avis de Kory (qui n’a pas participé à l’étude du Lancet sur l’HCQ à ma connaissance), …, il ignore les essais depuis ?
      Quand e dis que c’était crise, m’aura fait prendre coscienc de l’ineptie de beaucup de scientifique et perdre totalement confiance (je ne croois plus que ce que e peux comprendre)

      • Non, on ne peut pas faire confiance aux scientifiques.
        Savez-vous quel est, pour vous, le pourcentage de scientifiques incompétents ?
        Facile :
        1) Imaginez d’abord la profession à vos yeux la moins sérieuse : ne nous dites rien et gardez-le pour vous.
        2) Maintenant dans cette profession honnie, réfléchissez au pourcentage probable selon vous, d’incompétents.
        3) Vous avez trouvé le pourcentage de scientifiques incapables qui est identique à celui de la profession que vous estimez le moins.
        Il n’y a en effet aucune raison qu’il y ait chez les scientifiques moins ou davantage de personnes intègres ou compétents que dans n’importe quelle autre profession.
        Donc si vous estimez que les garagistes (pardon pour eux mais il faut bien finir par une illustration) sont des margoulins à 75%, ce sera idem pour les épidémiologistes.
        On ne peut pas dire que ça rassure, mais ça rassure.

        • Des vrais scientifiques il y en a, des vrais journalistes il y en a, et même des vrais hommes politiques il y en a, et des vrais avocats itou.
          Ceux dont je parle font honneur à leur profession, et chacun sait qu’ils ne sont pas légion.
          Positivons !

      • peut on appeler cela seulement des scientifiques ?
        dans le monde d’après (du rideau de fer), les mots n’ont plus le même sens.

    • J’en connais un qui va dire: « encore un médicament en -ine, restons prudents  » . Il ne croit qu’aux vaccins sans se rappeler que le mot « vaccin » vient de « vaccine », avec la même terminaison que les médicaments qu’il veut ignorer !

      • il faut peut-être renommer la chloroquine en chloroqurane ou chloroquol, l’ivermectine en iverlectol ou ivermectrane, et le doliprane en doliprine 🙂
        Je pense que la lumière ne peut venir que de l’étranger.

        • Même si ce n’est qu’à moitié de l’humour, vous m’avez fait bien rire, merci !!!
          Au point obscurantisme atteint dans nos supposées hautes sphères, je ne serais pas étonnée que vous ayez mis dans le mille…

        • @VALETE09 : petite satisfaction personnelle de vous avoir fait rire 🙂

    • 99% j’ai du mal lire et puis 99% c’est comme le vaccin efficace à 95%, ça n’existe pas. Cette pandémie « instagram » a créé des précédents dans l’histoire récente de l’humanité, il ne faut plus s’étonner de rien.

    • en même temps Véra c’est un peu le ravi de la classe. J’ose pas imaginer la iatrogénie qu’il avait dans sa patientèle. Ce mec est une honte de la médecine. Il devrait être le pokémon maléfique pendant les années d’apprentissage des médecins.

    • Le 12-2 a été abrogé depuis longtemps, par contre l’armée a toujours son stock important d’HCQ commandé en début de première vague.

      • Dr Maudrux
        Ne serait il pas intéressant de faire passer ce message (ce billet) en interview (vidéo ou visioconférence) avec France Soir ou un autre média dissident ?

  19. Les décodeurs de l’INSERM dézinguent l’IVR avec la même méthode que HCQ : pas d’essais randomisés, bla-bla-bla
    https://presse.inserm.fr/livermectine-nouveau-traitement-miracle-contre-la-covid-19-vraiment/42011/
    La caution « scientifique » est Manuel Rosa-Calatrava
    dont la tribune de Lyon dit :
    « Il est directeur de recherche à l’INSERM et codirecteur, au côté de Bruno Lina, du laboratoire de Virologie et Pathologie humaines VirPath, situé à la faculté de médecine Laënnec (Lyon 8 e).Un labo qui propose une association de médicaments à tester contre le Covid-19, dans la continuité de ses travaux sur la grippe, le H1N1 et le Mers-Coronavirus. »
    Et Bruno Lina fait partie …. du « conseil scientifique » du président et a perçu 23687€ d’avantages des labos (https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/conflits-d-interets-le-conseil-scientifique-est-il-lie-aux-laboratoires-pharmaceutiques-comme-le-sous-entend-didier-raoult_4031489.html)
    La boucle est bouclée.

    • Mieux que ça, Mr Manuel Rosa-Calatrava, a fait un article en juillet 2020 qui faisait la promotion du Remdesivir pour le Covid !

    • Encore encore encore mieux : si j’ai bon souvenir, le labo de Lyon (et sa « vedette » Bruno Lina …bof …) est celui qui a refusé en mars 2020 de transmettre un des premiers réactifs pour test à l’IHU et qui refuse aujourd’hui de lui communiquer les génomes faits à Lyon.
      Cabotage et sabotage sont les mamelles de la pensée unique.

    • Merci dr maudrux de votre combat et engagement
      Il y a en effet une sacrée évolution dans l apprentissage de notre métier
      A ce jour les étudiants apprennent et sont formatés avec des scores et testés avec des qcm en dehors des cases pas de réponse !! Plus de sens clinique !!
      Alors il es difficile pour cette nouvelle génération de penser en dehors des lois dictés !!
      Je suis désolée d arriver en fin de ma carrière et voire cette triste évolution
      Nous sommes des couilles molles chacun dans notre coin à nous la fermer de peur des représailles ordinales !!
      Encore merci de votre engagement qui vous a valu d être éjectée de la carmf et personne encore une fois ne s est soulevé pour vous défendre !! Quel système !!

  20. merci Dr Maudrux
    de rappeler que seuls les médecins traitants peuvent changer la donne
    entre une thérapie expérimentale (dénommé vaccin arn)
    et une doctrine politique qu’est le confinement comme thérapie !

    si tous les médecins venaient à traiter à partir du 01 février , il est fort probable que le covid soit solutionné sous une dizaine de jours !

    1 petite dizaine de jours peut permettre de mettre fin à cette folie organisée de nos gouvernants à nous maltraiter !

    médecins traitants vous êtes les héros de cette guerre menée contre les peuples !

    choisissez vos armes en ine comme dit si bien le ministre de la santé et faites feux !

      • Le coronavirus traine en Italie depuis 2019, août probablement mais peut-être même janvier. Des amis ont attrapé un grippe épouvantable en janvier 2019 à Trieste. Une grippe d’un mois avec grosses difficultés à respirer et plusieurs semaines à se remettre. Donc probablement pas vraiment une grippe …

        • oui ça date de mai 2020 !
          mais cette info est capitale !
          elle dénonce de nouveau un mensonge :
          la date du départ de l’épidémie !
          elle aurait débuté fin octobre en France et non début janvier comme le rapporte le gouvernement !
          on pourrait peut etre le vérifier avec le nombre de médicaments en « ine » remboursés par la sécu de la fin octobre à fin mars !
          sachant que la doxa gouvernementale en mars fut doliprane et dodo et interdiction de prescrire !
          criminel, non ?

        • le vrai scandale est de refuser la prise en charge des malades dès les premiers symptomes. On aura bien le temps de s’occuper des origines de ce virus.

      • Le virus SARS-Cov2 a commencé sa carrière, comme il se doit dans la nature,silencieusement et préalablement à son identification officielle.
        Les symptômes en ont été attribués, pendant cette période silencieuse initiale, à d’autres agents pathogènes, ceux connus à cette date, mais les analyses demandées ici et là revenaient négatives.
        Forcément, puisque ce n’est pas le nouvel agent inconnu qu’on cherchait à détecter, mais ses confrères qui n’y étaient pour rien.
        Les prélèvements d’origine ayant été conservés, on peut maintenant identifier le SARS-Cov2 a posteriori, que ce soit en Italie, en France, en Chine ou ailleurs.
        Il a fallu qu’un médecin (Zhang Jixian) qui avait combattu le premier SARS en 2003, examine le 26-12-2019 plusieurs malades en observation a l’hôpital de Wuhan pour pneumonie atypique, et réalise que les symptômes étaient très proches, demande des cultures, pour que le nouveau SARS soit identifié.Le 31-12-2019 l’OMS a été notifiée officiellement de la découverte et donc de l’existence du SARS-Cov2.
        A partir d’avril 2020 (à Wuhan, en France par le Dr Yves Cohen d’Avicenne (Bobigny, etc.), on a commencé à le trouver rétrospectivement dans des prélèvements de patients ayant souffert de pneumonies atypiques courant 2019, voire même antérieurement.

        • d’accord !
          il serait intéressant de savoir pourquoi ce coronavirus est devenu soudainement mortel en France après le 17 mars (soit après la décision du confinement !!)
          arrêt des traitements en « ine » demandé par le ministère de la santé et en prime un décret ritrovil le 26 mars 2020 ?

      • Maintenant, ça devient plus clair pourquoi déjà en novembre 2019 l’HCQ a été classée comme substance toxique…

      • merci, j’ai retrouvé le texte (plus facile à partager si jamais).
        M. René-Paul Savary (LR). Je soutiens bien évidemment la position de notre rapporteur et je ne voterai pas ces amendements. En effet, il ne s’agit plus d’un état d’urgence, mais d’une pandémie chronique !

        Monsieur le ministre et, si vous me le permettez, cher confrère, vous avez lancé un défi à Mme Assassi et vous êtes engagé à lui fournir les données dont elle ne disposerait pas. Je pense que vous tiendrez le même discours à mon égard… Je souhaite justement vous interroger très précisément sur trois données que je n’ai pas.

        Premièrement, quelle est votre position sur l’ivermectine ?

        Deuxièmement, quelle est votre position sur la vaccination passive au travers du traitement par anticorps monoclonaux ? L’Allemagne vient d’acheter des doses. Le gouvernement français travaille-t-il sur cette éventualité ?

        Troisièmement, que pensez-vous d’un renforcement de l’isolement, qui est un confinement individuel, alors que le confinement collectif devient de plus en plus insupportable pour tous ?

        Je vous remercie, monsieur le ministre, de me répondre précisément sur ces trois points. Il s’agit de traitements qui viendraient en sus de la campagne de vaccination et qui, peut-être, permettraient d’éviter une mesure aussi lourde qu’un confinement généralisé.

        Mme la présidente. La parole est à M. le ministre.

        M. Olivier Véran, ministre. Monsieur Savary, je répondrai bien volontiers à deux de vos trois questions, la troisième portant sur une opinion, non sur des données factuelles.

        Je n’ai pas vocation à faire part de mon opinion personnelle, même si j’entends parfaitement les impatiences et les questionnements. Le porte-parole du Gouvernement a déclaré, à l’issue du conseil des ministres, que beaucoup d’options étaient sur la table, y compris celle d’un « confinement très serré ».

        En ce qui concerne les anticorps monoclonaux, plusieurs traitements sont potentiellement intéressants. Hier soir, une demande d’autorisation temporaire d’utilisation, ou ATU, de cohorte a été déposée auprès des autorités sanitaires françaises ; cette demande pourrait nous permettre d’exploiter l’un de ces traitements, ne serait-ce que dans le cadre d’une étude clinique. Mais les données sont encore trop fragiles pour une diffusion auprès de la population.

        En ce qui concerne l’ivermectine, comme la colchicine ou d’autres traitements en « ine », il faut être extrêmement prudent. On se souvient d’ailleurs d’un traitement en « ine » dont on a beaucoup parlé dans notre pays… Il a fallu un peu de temps pour que les promoteurs les plus fameux de ce traitement reconnaissent eux-mêmes que les choses n’étaient pas aussi claires que cela.

        Je vois passer sur internet des ordonnances recommandant, par exemple, d’associer colchicine et azythromycine, alors que le Vidal indique une contre-indication, car les interactions de ces deux médicaments peuvent avoir des conséquences sanitaires désastreuses.

        Pour autant, il faut toujours avoir l’esprit alerte, et nous l’avons en France : lorsqu’un traitement peut faire preuve d’efficacité in vitro, nous nous donnons bien évidemment la peine de pousser cette piste, pour voir s’il est efficace ou non.

        Pour l’instant, aucun résultat validé n’a été publié qui permette de penser qu’une quelconque molécule soit efficace, hélas. Nous verrons quelle sera la réponse des autorités sanitaires. C’est à l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, l’ANSM, quand elle sera saisie de la question, qu’il reviendra de dire en toute indépendance si elle souhaite mettre en œuvre des protocoles cliniques fondés sur l’ivermectine.

        En ce qui concerne la colchicine, une revue canadienne a publié une étude que nous n’avons pas encore évaluée. Il faut donc rester prudent. Cela fait d’ailleurs un an que les Canadiens parlent de ce traitement… Chaque pays semble avoir son traitement miracle, mais celui-ci n’existe pas encore. Et cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas chercher ni se battre pour être prêt le jour où il sera trouvé.

        En revanche, je crois aux vaccins : c’est factuel, c’est publié, c’est validé, et nous n’avons pas attendu pour les mettre à la disposition de la population.

        • Il « croit aux vaccins » ? C’est publié par qui ? Les labos qui produisent les vaccins en question. Ce type est un…
          Merci pour le texte, très révélateur.

        • Véran croit aux vaccins !!
          ça c’est de la science ?

          les études sur les bénéfices de l’HCQ et de l’IVE ainsi les autres « ine » prouvent leur efficacité !
          donc la croyance n’a plus sa place !

    • Dommage que vous ne dirigiez pas la politique de la santé mondiale cela semble si simple avec vous !!!!
      Regardez la situation en PACA oo le protocole Raoult a été largement suivi actuellement 86.9%.de lits réa occupés le plus mauvais score de France et la seule région française dont les habitants ne sont plus autorisés à entre en Suisse…
      Pour ivermectine même si je pense qu’elle puisse avoir un intérêt pour traiter précocement des patients a risque ou âges elle n’a aucun intérêt pour 8cas sur 10 et il suffit de regarder ce qu’il se passe au Pérou,en Bolivie,Colombie,Mexique,argentine,Brésil pour voir qu’il y a toujours la covid là bas et toujours beaucoup de morts malgré des populations relativement beaucoup plus jeunes que la nôtre et utilisation massive de ivermectine n.oublions pas que dans notre pays l’âge médian des décès est de 81ans Alors oui laisser les médecins soigner utiliser de l’ivermectine ou de la nigelle ou de l’azythromycine selon le profil du patient ils en ont le droit et le devoir.
      Par contre croire qu’avec chloroquine ou ivermectine tout est résolu exit masques gestes barrières confinement distanciation c’est puéril et le faire croire c’est criminel.

      • En Bolivie il y a 2 à 3 fois moins de morts qu’au cours de la 1ère vague; et au Pérou pas loin de 2 fois moins.Dans ces pays, l’accès aux soins et les structures sanitaires ne sont pas les mm que dans les pays occidentaux. Par ailleurs il y a eu un relachement de la population, dernièremen qui se sentait trop en confiance et ne prenait plus certains ttts préventifst. Tout cela est entrain de se corriger.
        Et si ce n’est pas aussi miraculeux que certains le prétendent, je ne vois pas où est le pb de laisser les médecins prescrire des molécules qui ont plus de 40 ans et dont on connaît tous les effets secondaires possibles.

        On n’en a pas fait toute une caisse pour autoriser un vaccin expérimental, dont on ne sait rien sur le moyen et long terme, et dont la phase 3 n’a pas été terminée.

      • Thierry :
        – Le pourcentage de lits de réa occupé en PACA dépend du nombre de lits disponibles et donc en déduire la gravité de l’épidémie ne tient pas …
        – La gravité en PACA est issue des chiffres de l’ARS qui sont faux (voir Nice Matin)
        – Le Pr Raoult œuvre à l’IHU et par extension APHM, Marseille voire Bouches du Rhône mais ne dirige pas l’ARS PACA
        – Ce sont les suisses (que je connais fort bien et apprécie) qui ont mis PACA sur leur liste rouge sur la base des chiffres faux de l’ARS
        – Personne n’a prétendu ici que traiter précocement nous dispenserait de la prudence individuelle et des gestes barrières
        – En revanche traiter précocement ferait chuter drastiquement le nombre de cas graves donc de réanimations donc de décès.
        – L’épidémie redeveindrait ce qu’elle st : une affaire sérieuse mais qui ne mérite pas la panique et l’autodestruction des sociétés occidentales, France et Suisse comprises.
        Votre vision est contraire à toutes ces évidences.

        Quand à l’efficacité de l’Ivermectine référence soit au dossier très complet élaboré par le Dr Maudrux

        • Antonin
          Je ne partage pas votre analyse sur la situation PACA et efficacité hydroxychloroquine j’habite en région PACA et je vois bien ou en en est.par contre je suis d’accord avec vous pour penser que ivermectine et /ou miel nigelle ont un intérêt au stade précoce pour les patients de plus de 65ans ou plus jeunes si facteurs de risques.je ne pense pas que ce soit une bonne chose dans les autres cas soit pour 8 patients sur 10 qui guérit ont tout seuls,
          Je ne partage pas l’analyse qui dit que ce traitement fera disparaître la covid et même en donnant une impression de fausse sécurité aux gens non avertis risque de faire relâcher les règles essentielles de sécurité ce qui s’est passé en PACA deuxième vague a cause de la chloroquine

  21. Merci Dr Maudrux. J’ajouterais ces deux liens pour les informations et les études sur l’Ivermectine: https://covid19criticalcare.com/i-mask-prophylaxis-treatment-protocol/ ; https://ivmmeta.com.
    L’ivermectine est efficace à tout stade, en prévention jusqu’au stade en réanimation. Pour le covid19 long, une petite étude montre aussi son efficacité: disparition des symptômes dans 94% des cas (https://swprs.org/wp-content/uploads/2020/12/chang-long-covid-ivermectin-july-2020.pdf).
    De plus, le parlement Européen a voté le 27 janvier 2021 une résolution 2361 selon laquelle la vaccination n’est PAS obligatoire (au 7.3.1):
    https://pace.coe.int/fr/files/29004/html?fbclid=IwAR0FM2IboxzSFlU77m1NWPhxBixYW5m2GJw0kIHizkJ0bTb4QZaq-pdlCw4

    • Et qu’il ose accuser d’autres médecins, un peu partout dans le monde, de ne pas savoir consulter leur Vidal est une injure. Il est vrai qu’on n’a pas ce genre de problèmes quand on prescrit du doliprane.

    • « 7.3.1 de s’assurer que les citoyens et citoyennes sont informés que la vaccination n’est PAS obligatoire et que personne ne subit de pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner, s’il ou elle ne souhaite pas le faire personnellement;
      7.3.2 de veiller à ce que personne ne soit victime de discrimination pour ne pas avoir été vacciné, en raison de risques potentiels pour la santé ou pour ne pas vouloir se faire vacciner; »
      Articles peu voir non respectés dans un grand nombre d’Ehpad français !

  22. Encore une fois bravo, parfaitement résumé, mise au point très claire, qu’il est réconfortant de lire ainsi exposée, notamment pour les médecins ayant des états d’âme face aux pressions qu’ils subissent !

  23. J’espère que votre appel sera entendu ! Il n’en reste pas moins vrai que si l’ivermectine n’est pas officiellement promue par les autorités on aura sans doute du mal à obtenir, dans un cadre hors ARM, les chutes de mortalité constatées par exemple au Pérou où il y a eu une action volontariste des autorités pour traiter le Covid-19 avec l’ivermectine.
    https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=3765018
    De même en Uttar Pradesh qui a officiellement approuvé l’ivermectine pour traiter le covid-19 au début du mois d’aout 2020 :
    https://indianexpress.com/article/india/up-new-protocol-ivermectin-to-replace-hcq-in-treatment-of-covid-patients-6545236/
    L’article ci-dessous signale qu’à la fin de 2020, l’Uttar Pradesh – qui distribuait de l’ivermectine gratuite pour les soins à domicile – avait le deuxième taux de mortalité le plus bas en Inde, à 0,26 pour 100000 habitants en décembre (Cela ne semble même pas croyable comparé à la France : 1 décès pour 1000 habitants).
    https://trialsitenews.com/an-unlikely-nation-is-kicking-this-pandemic-guess-which-then-why/
    Je suppose au demeurant que pour une utilisation généralisée de l’ivermectine afin de traiter le Covid-19, en France, il faudrait, à cet effet, approvisionner les pharmacies et les hôpitaux en quantité suffisante d’ivermectine.

  24. Article qui remet l’église au centre du village.
    Mais, l’humain étant ce qu’il est, les médecins faisant partie de cette espèce, il faudrait un mouvement d’adhésion massif à ces règles de bon sens pour que l’ensemble suive.
    Gérard, en répondant à un internaute sur ce même fil, tu dis justement que les toubibs ont peur et qu’ils subissent une pression constante de la part de leurs instances tutélaires (pléonasme), et que de fait ils ne bougent pas ou majoritairement restent dans un mutisme qui les rends de facto complices (complex, complicis, l’étymologie est claire).
    Le corps médical est en perdition bien avant Covid, ces pseudos libéraux veulent le beurre, l’argent du beurre et la crémière. Ils se sont soumis au dictat de la sécurité sociale (pour simplifier) ou, pire encore, se sont abandonnés à des instances privées que sont les laboratoires et fabricants de matériels médicaux qui les invitent dans des salons à la seule fin que ces médecins fassent la promotion de leurs produits.
    En d’autres termes, ils se sont démonétisés, et la façon dont le gouvernement les traitent actuellement confirme mes propos.
    Que le corps médical se console, le phénomène est général dans nos sociétés. Ainsi, toutes les activités du bâtiment gros et second oeuvre, les métiers tels que la carrosserie automobile, les garagistes, les sociétés de services, etc, se sont soumis aux dictat des normes. Ces mêmes normes étant réclamées par des assureurs, tous ces acteurs sont alors démonétisés et leur savoir n’a plus d’écho puisqu’ils suivent docilement des règles (débiles) qui sont in fine à la portée de tous. L’illusion du savoir qui serait dissocié de l’expérience.
    Ce qui précède devrait faire écho auprès des médecins généralistes qui voient défiler des patients qui leur disent comment faire et quel traitement ils attendent.
    Les restaurateurs sont pris dans la même nasse, ils ne réagissent pas, tous ou presque sont en faillite, ils le savent mais s’accrochent à leurs ruines dont le soubassement fut leur renoncement à assumer leur destinée.
    Castex a parlé hier soir, c’est un processus de mise en étape (Milgram…) qui annonce un prochain confinement. Les mêmes mesures stupides perdurent, si les confinements, les masques (l’objet qui dit : attention danger !), les mesures barrières et autres distanciation sociale étaient efficaces, Covid serait derrière nous.
    Le pire, c’est que Covid n’est que la partie immergée de l’iceberg, nos édiles gèrent le reste de la même manière, avec la même incompétence.
    La solution ? être libre, pas libéral qui n’est qu’un communisme comme un autre, juste libre. souverain de votre personne. Arrêtez de porter des masques, sortez, organisez des repas entre amis, invitez du monde à dormir à la maison, tournez le dos aux médias et aux réseaux asociaux, ne fréquentez plus les commerces qui vous imposent des règles pseudos sanitaires, commandez sur Amazon et faites le savoir.
    Ceux qui croient au complot sont des idiots, tout comme ceux qui croient au soulèvement des peuples, un système s’effondre toujours sur lui même, il n’y a aucun exemple dans l’histoire qui démontre qu’un peuple ait pu changer quoi que ce soit, les dictatures ont poussé loin le curseur de la folie, et pourtant les gens qui les subissaient ne se sont pas révoltés ni ont renversé la table, ces systèmes se sont effondrés sous leur propre poids et cet effondrement a commencé au moment où la population n’a plus eu peur et s’est organisé en parallèle du pouvoir.
    Vous avez peur ? alors vous êtes de esclaves.

    • Quand il est question d’expliquer, les « faits » ne sont en réalité jamais probants. Car pour être reconnu comme tel, un fait est un fait établi. C’est la théorie (la spéculation intellectuelle) qui détermine comment on établit un fait. La théorie du complot, la théorie marxiste, la théorie ou le principe de l’incompétence (a t-on inventé le quolibet d’idiotistes ?), la théorie de la peur du juge, la théorie paresseuse de l’inexplicable (la pure folie des autres) ou la théorie de l’effondrement ne valident pas les mêmes faits, ou analysent différemment les mêmes faits. Les plus prudents envisagent et pèsent toutes les hypothèses (on reconnaît les « certains » à leur emploi des « toujours »), et puis choisissent l’une ou l’autre à un moment. Et ce choix ne repose in fine que sur un présupposé spéculatif.

    • Le restaurateur de votre vidéo le dit lui-même : soit il travaille pour payer ses charges soit il meurt. Où voyez-vous la liberté ? Du côté des clients, du mode de vie à la française ? C’est le mode de vie de tout l’Occident qui est attaqué. Croire en la décision d’une autorité juridique (qui par ailleurs n’enfonce qu’une porte ouverte), c’est croire en la démocratie et sa justice, un oxymore et son illusion : le rôle de la Loi n’est pas de libérer des réprimés mais au contraire d’acter un système de domination. L’arme médiatique, l’arme biologique, l’arme juridique et l’arme économique ne sont pas destinées à combattre un virus, il faut être un « idiotiste » pour le penser. Pour s’en protéger quoi d’autre en effet que désobéir, et prendre en retour l’arme répressive sur la tête. Il est même bien possible que les massacreurs du peuple n’attendent que cela, les coups, l’enfermement, la suffocation, l’injection, tous les moyens sont bons. Quand on appelle au casse-pipe, mieux vaut avoir d’abord pris la mesure des évènements et être conscient qu’il est question d’une lutte à mort.

      • Effectivement un système s’effondre. Nous assistons à un changement de paradigme. Sars-cov2 sert de déclencheur pour accélérer la transition : liquider l’ancien monde et s’assurer la maîtrise du nouveau. « Le monde-d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour au monde-d’avant ».

        • Je dirais même plus.
          Le monde d’à peu près de doit pas devenir le déclencheur du monde de dorénavant jusqu’à désormais y compris.
          Non mais !

  25. Merci Dr Maudrux
    c est ce que l on attend d un Dr .
    Et pour pouvoir comparer avec d autres pays étrangers je persiste à dire que les médecins français devraient être mieux payés par rapport à leurs nombre d année d études et d heure de travail ..

  26. Bonjour Docteur, merci beaucoup pour vos articles.
    Est-ce que ce rappel des textes ne serait pas pour l’ANSM une manière de dire : « Arrêtez de me demander de prendre mes responsabilités, vous (les médecins) avez tout ce qu’il faut pour travailler. Pourquoi voudriez-vous que je m’expose alors qu’il n’y a ni industriel ni politique derrière pour encaisser les coups au cas où ? « . On peut craindre que nombre de médecins généralistes aient besoin de sentir sécurisés, et ils le seraient par une RTU, ou par une parole d’autorité.

    • C’est évident. C’est aussi la 1ère réflexion qui m’est venue à l’esprit quand j’ai lu le billet du Dr. Maudrux.
      En pratique rien ne change, ce n’est pas cette réponse de l’ANSM qui réduira les pressions que subissent les médecins.

    • Pour moi l’attitude des pouvoirs publics en ce qui concerne les traitements est simple et logique, elle explique le retrait sans raison des textes du premier semestre. On ne pourra jamais en cas de plainte faire valoir le fait qu’ils ont interdit de prescrire, ce n’est pas vrai. Le problème est qu’à côté, avec les mails réguliers aux médecins, avec l’Ordre, ils font tout pour leur faire peur de représailles. Maintenant pourquoi ne pas laisser faire et se décharger totalement des responsabilités, c’est une erreur de leur part.

      • Il y a longtemps que je ne lis plus les mails de la DGS et de l’ordre… en plus ils vont directement dans la black list sans que j’ai changé quoique ce soit.
        Il y a longtemps que je n’ai pas la TV chez moi.
        Depuis avril j’ai arrêté de donner que du Doliprane.
        Je n’ai pas eu de décès Covid depuis. Une chance ? Je n’en sais rien.
        Tous les soirs lorsque j’ai finis ma journée, pendant 2 heures au moins, j’épluche le net à la recherche d’infos et d’études.
        C’est la meilleur source d’information actuelle.
        Merci pour votre blog.

  27. Cher Docteur Maudrux,
    Mille bravos et mercis pour votre competance, votre courage, votre détermination et vos actions.

  28. Simple, clair; précis et qui débroussaille efficacement toutes les mauvaises herbes parasites qui obstruent le débat pour que ne subsistent que les vérités premières des pages 6 et 7 et le le bon sens. Bravo et merci.

    Y-a-t-il encore de vrais médecins dignes de ce nom en France? Si vous faites partie de ceux là, faites-vous connaitre, nous sommes des millions de patients à vous rechercher !

  29. Après la tribune de Francis Lalanne publiée dans France-Soir le 21 janvier, déjà largement discutée dans un précédent billet (Covid : scandale à Compiègne) de notre hôte, voici un entretien avec le même du 25 janvier, dans lequel l’artiste prend moins de gants que moi (cf. un de mes posts sur un fil précédent) quand il traite carrément Macron et les autorités de santé de criminels :
    https://www.francesoir.fr/opinions-entretiens/le-defi-de-la-verite-francis-lalanne?utm_source=NL
    D’après son avocate, le gouvernement aura du mal à poursuivre Lalanne en justice, même si l’envie doit sérieusement le démanger :
    https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/debriefing-me-sophia-albert-salmeron?utm_source=NL
    Pour moi, la faute de Macron dans toute cette histoire est patente, ne serait-ce que celle de s’entourer de gens aussi pusillanimes, inconséquents, et immoraux (c’est une opinion personnelle), que lui.
    Je n’en retiendrai pour preuves que sa fête de la musique d’un nouveau genre du 21 juin 2018 devant l’Élysée :
    https://www.leparisien.fr/politique/macron-avec-des-danseurs-a-l-elysee-une-photo-qui-continue-a-faire-du-bruit-23-06-2018-7789650.php
    et ses abrazzos à l’espagnole avec de jeunes noirs torse nu et en sueur :
    https://www.leparisien.fr/faits-divers/le-braqueur-qui-a-pose-avec-macron-interpelle-pour-possession-de-stupefiants-17-10-2018-7921881.php
    et
    https://www.bfmtv.com/politique/une-photo-d-emmanuel-macron-avec-un-jeune-faisant-un-doigt-d-honneur-fait-polemique_AN-201809300050.html

  30. Bravo et merci Dr Maudrux. Vous avez su utiliser avec beaucoup d’intelligence et d’à-propos le « non-jugement » du Conseil d’Etat et le mémoire de l’ANSM. Je diffuse l’url de ce billet à mes contacts.

    • J’avais juste un problème : diffuser ou pas. Je suis destinataire en tant que requérant, il n’y a pas de mention confidentiel, l’audience était publique, le contenu débattu et qui aurait pu être lu. C’est donc du domaine public, et ma seule réserve a été de ne pas le communiquer avant audience, ni avant jugement. De plus rien de gênant dedans, c’est un rappel de la loi. Je trouve que ce rapport est bon, je l’approuve, même si je ne suis pas d’accord sur certains points, mais c’est la position de l’ANSM, pas la mienne, et elle n’a rien à cacher non plus, et l’info objective est de donner la position de l’ANSM, pas de sortir une phrase sortie de son contexte.

      • Bonjour Dr

        je suis un peu ennuyé. Car on retrouve ici le même mécanisme que pour les exemptions aux vaccinations pour suspicion de mauvaises réactions (hérédité, sous dans la fratrie…). La loi dit quelque chose (les autorités sont couvertes), les médecins sont censée être en position de décider individuellement pour chaque patient (ils peuvent décide qu’il ne faut pas vacciner – la responsabilité est porté sur le médecin du coup) MAIS le médecin subit des pressions de l’ordre (qui sert de courroie pour le pouvoir/bigpharma), ordre qui peut le radier. Ces pressions sortent du cadre légal. L’ANSM contactée dit que la loi à déjà prévu tous les cas et que le médecin peut décider de ne pas vacciner (et là que le médecin peut traiter). Mais l’ordre menace et fait peur à beaucoup de médecins, les empêchant d’exercer. Comment faire cesser ces pratiques mafieuses ?

        Comment faire condamner l’ordre pour la pression illégale qu’elle met sur les médecins, les empêchant d’exercer en leur âme et conscience ? Y-a-til un recours légal ?

  31. Bravo et un grand merci M.Maudrux pour votre inlassable travail d’information.
    Puisse cette injection de rappel être efficace et immuniser les consciences contre le défaitisme face au soin ! Votre blog est un centre vaccinal de première qualité contre l’épidémie de dogmatisme médical absurde qui sévit depuis un an.

  32. Chapeau Dr Maudrux. il faudrait envoyer votre billet et le mémoire de l’ANSM en recommandé avec accusé de réception au président, à son premier ministre et à chacun de nos députés ainsi qu’aux directions de chaque chaine TV. J’ai vu hier, sur les actualités de Google, que la LREM venait de voter la dissolution de la commission d’enquête de l’Assemblée sur la gestion de la crise: fin de la récré, circulez !

  33. Un grand merci pour tout ce travail d’information, accessible à un profane désireux de s’informer.

  34. On traite depuis le début dans beaucoup de cabinets ; personne pour analyser les données ; aucun échange entre praticiens organisé par les tutelles, au contraire
    Le Conseil scientifique aurait dû être Médical, avec des médecins de premier recours habitués aux épidémies per-annuelles

    • Le Conseil scientifique aurait dû être Médical
      >> on peut , peut-être espérer une modification … par l’intermédiaire des parlementaires pourquoi pas LaREM

      • il n’y a rien à attendre de ces gens obtus, ce ne sont que des doctrinaires arrivistes.

        Leur place est au bout d’une corde. Trop loin? Attendez que plusieurs de vos proches en crèvent, on verra ce que vous en pensez alors; inutile d’être patient, cela arrive demain.

  35. Alors là je dis : chapeau !
    Que le mémoire de l’ANSM soit largement diffusé.
    Peut-on imaginer que chacun le glisse dans la boite aux lettres des pharmaciens et des médecins de son quartier ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Pour information, Dr Maudrux ne répondra pas aux commentaires anonymes.